Mgr Centène soutient les bonnets rouges de Bretagne

Download PDF

Dans un billet d’humeur, l’évêque de Vannes écrit :

“Samedi dernier, des heurts violents ont opposé en Finistère manifestants et forces de l’ordre, au prix de blessés graves auxquels nous adressons personnellement aujourd’hui toute notre solidarité et l’assurance de nos prières pour leur rétablissement. J’appelle les Bretons à manifester concrètement leur solidarité envers ces travailleurs que menacent aujourd’hui la précarité et le chômage.

Le point  de cristallisation des colères se fait aujourd’hui sur les portails « écotaxe » mais le désarroi et le désespoir sont, plus largement, la conséquence du « matraquage  fiscal » généralisé qui empêche une part croissante de la population de vivre dignement de son travail. Les entreprises elles-mêmes sont prises à la gorge par une mondialisation sauvage effrénée qui les contraint à mettre la clef sous la porte les unes après les autres, victimes d’une concurrence déloyale.

En 2013, comme en 1675 lors de la Révolte des Bonnets rouges, ce sont les mêmes raisons qui poussent nos compatriotes à se lever : le travail –  leur travail –  est pour eux source et synonyme d’identité et de dignité. Le sursaut salvateur de leur identité et de leur dignité est sans doute ce qui explique le mieux leur soulèvement et leur forte détermination.

 « Je suis un homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger » disait le poète latin Térence. C’est le même constat qui nous pousse aujourd’hui à manifester notre solidarité aux personnes qui occupent les voies de circulation pour préserver la liberté constitutionnelle d’aller et venir mais surtout, pour les employés, la liberté de posséder une partie raisonnable du fruit de leur travail et, pour les employeurs, la possibilité de constituer une trésorerie suffisante pour investir et embaucher.

Les crises économiques et sociétales qui divisent depuis plusieurs années les Français ou les opposent à leurs gouvernants sont en partie dues à l’ignorance ou au refus de ce que doit être une véritable action politique : une attention, non seulement à l’intérêt général, mais surtout au « Bien commun », c’est-à-dire au bien de tous les hommes et de tout l’homme : l’homme, la femme, les enfants, ne peuvent se réduire à des objets de consommation égoïste pas plus qu’ils ne peuvent être réduits en esclavage par un ultra-libéralisme sauvage et agressif que ne parvient plus à maîtriser un Etat affaibli, qui s’est volontairement soumis aux directives supranationales d’une Union européenne ultra-libérale.

Samedi prochain, à Quimper ou en Morbihan, de grandes manifestations s’annoncent pour tenter de sauver une Bretagne au bord de l’asphyxie. Ne croyons pas que les problèmes rencontrés par les agriculteurs ou les routiers soient catégoriels et régionaux. Ces problèmes nous menacent tous, ici et partout en France. Le bien légitime des uns est aussi celui du corps social tout entier. C’est pourquoi j’encourage tous les Morbihannais, soucieux du bien des autres, au-delà de leurs diverses sensibilités, à manifester leur solidarité et leur engagement altruiste de la manière qu’ils jugeront la plus utile.

En ces jours où nous prions les Saints de Bretagne et les défunts de nos familles, et à l’occasion du 500ème anniversaire de sa mort, qu’Anne de Bretagne soit pour nous un guide, elle qui fit graver dans le marbre de son contrat de mariage « pas d’octroi sur mes terres », ce qui vaut encore aux Bretons aujourd’hui la gratuité de leurs voies expresses…”

12 comments

  1. Nous aurions dû mettre des bonnets rouges et tout casser pour éviter les lois Taubira car on n’écoute que la violence.

    Ceci dit, les évêques qui n’ont aucune notion d’économie, à part celles distillées par la presse et la télévision socialo -communiste de notre pays devraient s’en tenir à leur boulot.
    Ex : dire que les routes appartiennent à tous ………la France appartient aussi à tous …..droit au logement…..etc
    Ce genre de raisonnement est typique de la dialectique marxiste qui dénature notre pays et le détruira .

  2. Bravo Mgr ,
    pour une fois qu un chef hiérarchique de l Église catholique française ose prendre position!
    c est un miracle !
    et tellement vrai ce qu il dit : ” au nom de la dignité humaine ”
    il faut encourager nos chefs religieux pour de telles initiatives.
    Qu Anne de bretagne continue à soutenir l espérance des bretons
    Loué soit Jésus Christ

  3. gaudet

    Je reprends ici les paroles trés réalistes et pertinentes de cet evêque : un état affaibli honteusement soumis aux directives d’une administration européenne ultralibérale et supranationale.

    En quelques mots, ce prélat a parfaitement signalé les causes profondes des grands malheurs économiques de la France qui sont pour nom, mondialisation forcenée et soumission fatale envers une administration européenne, autrement de hauts fonctionnaires absolument pas élus, et choisis par les populations , qui doivent subir leurs décisions , tellement douloureuses !

    C’est ici même que nous constatons que le grand rêve des fondateurs de l’Europe, est devenu finalement un véritable calvaire , et un échec humain retentissant , car la France et son peuple ,sont désormais les victimes de contraintes résolument intolérables, ayant abouti à la quasi destruction de notre économie!

    Prions pour que cet Europe de technocrates au service unique de la grande finance , disparaisse avant la fin de ce siècle et que nous retrouvions notre liberté .

  4. Bayard

    Monseigneur Centène compte parmi les évêques, trop rares aujourd’hui, qui se trouvent au côté des hommes “de bonne volonté” et se fontt leur porte-voix, face à un pouvoir à la dérive, dans les temps difficiles que nous vivons.

  5. Melmiesse

    les milliers de camions étrangers qui traversent la France, souvent sans s’arrêter, paient une écotaxe dans leur pays et nous nous recevons leur pollution, tout cela ne semble pas logique; les Bretons ont raison de se défendre

  6. Jean-Pierre Delmau

    Mon Dieu, je rêve !
    Voilà un evêque qui a compris le désarroi de la population et ne considère pas ceux qui défendent, non seulement leur famille, mais aussi leurs entreprises (qu’il soient salariés ou patrons) et leur légitime patrimoine, comme de riches profiteurs !
    Merci Monseigneur, faites s’il vous plait école auprès de vos confrères !

  7. senex

    Justice immanente…, Qui pense à ces pauvres créatures qui ont pour survivre un espace 21/27 (norme européenne)dans ces camps de concentration que sont les élevages de volailles .Et les porcs qui ne voient jamais le jour.Le jour du jugement, les bêtes crieront contre les hommes si cruels .Faites votre examen de conscience chers Bretons.

  8. Maurice

    Les bretons sont les victimes et les animaux qu’ils élèvent aussi cher senex ! Les bretons comme d’autres, mais EUX se font entendre.
    Les bretons n’ont pas fait de l’élevage intensif pour le plaisir d’en faire, ils sont très conscients que ce qu’ils font subir aux animaux n’est pas humain, mais pour répondre à des technocrates incompétents par manque de connaissance du sujet qu’ils traite !
    Des solutions ont été fournis clé en main sans qu’il ait été réfléchit plus que ça, voilà le pourquoi de ce qu’il se passe en ce moment, du moins UNE raison.
    Cherchez un peu pourquoi les bretons et les éleveurs en France en sont arriver à faire de tels élevages, c’est comme les cultures qui ont fait du sol un support de culture et non plus LA terre nourricière que nos ancêtres cultivaient. (du moins les miens)
    Ce ne sont pas ceux qui vive sur la terre qui sont les coupables mais ceux qui sont aux manettes comme des oncles Picsou !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *