Mgr Dagens fait une rencontre “éprouvante”

Download PDF

L’évêque d’Angoulême a publié une tribune dans La Croix de ce jour, dans laquelle il raconte sa rencontre :

“Après la dernière de mes conférences, j’ai, malgré moi, participé à un événement éprouvant. Un couple, connu de la communauté paroissiale, était là, au milieu de la nef. Je suis allé les saluer. Ils ont refusé de me prendre la main et ils ont commencé à m’injurier d’une manière violente. J’ai essayé d’écouter, mais c’était un déferlement de paroles haineuses, dont la pire a été prononcée par le mari, après que sa femme m’ait invectivé comme si j’étais un ennemi. Cet homme m’a dit, d’une façon glaciale, en me regardant droit dans les yeux comme pour m’attaquer : « Vous êtes possédé par Satan ! Vous devez vous faire exorciser ! »

J’étais sidéré, et nous nous trouvions au milieu de l’église, sous un grand crucifix que j’ai regardé avec insistance. Je suis resté silencieux. Je n’avais pas peur, mais je comprenais que j’avais, sans le vouloir, provoqué chez cet homme et cette femme un de ces réflexes instinctifs qui ont leur origine dans un inconscient très profond, comme une éruption volcanique.

Le prêtre et les autres membres de la communauté paroissiale s’étaient écartés. Il n’y avait rien à faire. Ce couple furieux et malheureux a fini par quitter l’église, et j’ai pu y retrouver des fidèles « normaux » qui étaient stupéfaits de cette agression verbale, venant de personnes respectables qui participent habituellement à la messe dans cette église, mais qui venaient de se révéler comme des catholiques haineux.

J’ai pu comprendre ensuite ce qui avait pu provoquer une telle poussée de haine. Parmi les signes de l’action de Dieu parmi nous, dans ma conférence, j’avais mentionné celui-ci (je me cite) : « Des personnes homosexuelles qui n’osent pas ou qui ne veulent pas parler de ce qui est constitutif de leur existence, mais qui ne doutent pas d’être elles aussi des enfants de Dieu, appelés à aimer et à être aimés. Sans oublier les parents et les familles de ces personnes homosexuelles qui sont tiraillés entre le refus de cette réalité ou son acceptation facile et superficielle. »

J’ai des raisons de penser que cette parole réfléchie, et fondée sur la connaissance de ces situations et de ces personnes, avait pu provoquer la réaction de cet homme et de cette femme fidèles à une certaine tradition, puritaine plus que chrétienne, pour laquelle l’homosexualité est une maladie qui doit être guérie et que les personnes homosexuelles, si elles le restent, n’ont pas droit à une reconnaissance sociale, ce qui risque de les inciter à vivre leur vie sexuelle comme un ensemble de transgressions cachées, en les enfermant dans le déni.

Je ne me résigne pas à cette haine que j’ai perçue dans les paroles de ce couple douloureux et que la douleur rendait méchant. Je sais, désormais par expérience, que nos communautés paroissiales ordinaires peuvent et doivent tout faire pour qu’il soit possible à des personnes homosexuelles :

– de ne jamais désespérer d’elles-mêmes,

– de vivre une vie chrétienne réelle, faite de prière et de charité,

– d’avoir place dans la vie ordinaire de l’Église, en participant à sa mission.

Ce n’est pas d’une « pastorale des personnes homosexuelles » que nous avons besoin, c’est d’un effort commun et réfléchi pour que nous proposions à tous les exigences de l’Évangile, avec les cheminements nécessaires, dans le respect absolu de chaque personne.”

L’évêque d’Angoulême, qui a toujours rejeté la jeunesse catholique, les manifestations de défense du mariage, le mouvement des veilleurs et toute cette génération montante dans l’Eglise, a présenté aujourd’hui une nouvelle lettre pastorale. Elle s’intitule “Catholiques en Charente, soyez passionnés pour Dieu au milieu des hommes“. En voici des extraits :

“Notre vocation chrétienne, dans ce monde incertain et violent, ne consiste pas à constituer des groupes de pression, parmi d’autres, ni de nous retirer dans de petits cénacles catholiques où l’on resterait entre soi, mais de manifester publiquement les capacités inventives qui nous viennent de notre foi en Dieu.”

J’apprécie beaucoup cet extrait-là :

“Et que l’on ne nous demande pas trop vite : «Combien de prêtres ? Combien de diacres ? Combien d’enfants catéchisés ? Combien de séminaristes ?» Que l’on se rassure ! Nous connaissons ces chiffres, mais nous n’aimons pas qu’on nous les lance à la figure comme des balles. Nous aimons mieux vivre notre vocation chrétienne de façon silencieuse et efficace en nous tenant devant Dieu au nom de tous et en apprenant à parler des autres à Dieu, dans la prière, avant de parler de Dieu aux autres.”

Oui, vivons la tête dans le sable et que l’on ne vienne pas nous demander des comptes sur ce que nous avons fait de notre frère. Le diocèse d’Angoulême, c’est 52 prêtres en activité.

Je vous livre aussi cet autre extrait :

“L’adjectif catholique désigne une qualité, et non pas une menace. Catholique veut dire ouvert à tous, participant à l’ouverture de Dieu à tous les hommes. Comment ne  comprendrait-on pas que tous les catholiques en France, et même les prêtres et les évêques, ne se confondent pas avec les partisans de la «Manif pour tous » ?”

Ola, surtout, pas d’amalgame… Je ne connais pas ces gens…

maximilienbernard@perepiscopus.org

28 comments

  1. brandenburg

    cet évéque etait normalien à une époque où cette école soi-disant supérieure était caffi d’invertis comme foucaut.Par ailleurs,en philosophie,elle a toujours été de gauche de jaurès à herriot en passant par blum et althusser qui le pauvre a tué sa femme par erreur!Seule la grande Simone Weill après bien des luttes est devenue une grande philosophe après Bergson tous deux d’origine juive et devenue quasiment catholiques.N’oublions pas que le bibliothécaire de cette école a été pendant des lustres ce crétin de lucien herr.Quant aux directeurs,n’en parlons pas,une brochette de minables à part Festugière mais qui était un spécialiste de lettres classiques,notamment du grec ancien.Alors quoi d’étonnant dans les propos de ce soixante-huitard attardé!

  2. Devgir

    Mgr. Dagens me semble un honnête homme qui se trompe.
    Qu’il faille accueillir les homosexuels, qui se débattent contre leur anomalie sexuelle … pas de doute. Ils souffrent, ils ont besoin de prière et comme dit le pape :”qui sommes-nous pour les juger ?”.
    Mais qu’on ne s’ engage pas à fond pour défendre les valeurs familiales, les droits des enfants, etc … au travers de manifestations pacifiques et déterminées : cela est incompréhensible ! C’est là que Mgr. Dagens déraille, qu’il manque de courage : depuis l’Antiquité, le “pacifisme à tout prix” est le masque de la lâcheté.
    Il ne dit pas demander l’ exorcisme mais la clairvoyance et le courage.
    Et si des gens respectables en sont réduits à l’insulter, lui qui est responsable de leur souffrance, il devrait se demander s’ il est digne de respect.

  3. F.

    dixit “un de ces réflexes instinctifs”
    Evidemment il ne lui vient pas à l’idée que son comportement et ses paroles pourraient déclencher une hostilité réfléchie.

  4. Cassianus

    Catholique ne veut pas dire ouvert à tous. Si Saint Pierre a des clefs, ce n’est pas pour laisser la porte toujours ouverte. Mgr Dagens devrait comprendre que sa fonction est de transmettre fidèlement la doctrine catholique dans son intégrité, que cela plaise ou non aux homosexuels ou à toute autre catégorie de personnes.
    “Ne savez- vous pas que les injustes n’hériteront pas du royaume de Dieu? Ne vous y trompez pas:ni ceux qui vivent dans l’immoralité sexuelle, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les travestis, ni les homosexuels, ni les voleurs, ni les hommes toujours désireux de posséder plus, ni les ivrognes, ni les calomniateurs, ni les exploiteurs n’hériteront du royaume de Dieu.” 1Co 6,9-10 10 (“neque molles neque masculorum concubitores … regnum Dei possidebunt” dit la Vulgate). Saint Paul explique bien, dans sa Lettre aux Romains, que l’inclination homosexuelle (et non pas seulement la pratique de l’homosexualité) est un châtiment pour le péché d’idolâtrie. C’est une inclination coupable et auto-destructrice, qui est produite par un péché antécédent de la plus extrême gravité : l’idolâtrie, laquelle consiste à donner à des créatures l’honneur qui est dû au Créateur. L’Eglise ne peut pas approuver ce que Dieu condamne. Si les homosexuels n’étaient pas “marginalisés” dans l’Eglise, s’ils n’étaient pas “discriminés”, ils pourraient se croire sur le bon chemin et nous serions coupables de les avoir laissés dans cette illusion.

  5. toto

    Il fait pitié en effet. Ce n’est pas la tête qu’il a sous le sable, c’est son corps en entier. Stratégie de l’enfouissement…
    ” Nous aimons mieux vivre notre vocation chrétienne de façon silencieuse et efficace en nous tenant devant Dieu au nom de tous et en apprenant à parler des autres à Dieu, dans la prière, avant de parler de Dieu aux autres. »” Que c’est beau! Mais cela c’est le boulot des contemplatifs, la mission d’un évêque n’exclut pas la contemplation, mais exige l’action d’un pasteur et pas celle d’un psy.
    Dès qu’on leur fait des reproches, ils répondent: “combien vous devez souffrir pour dire cela”. Sous-entendu, “vous déraillez, allez vous faire soigner”. Et le reproche n’est pas pris en compte, pas analysé, pas médité. Ce sont des “intégristes” qui me reprochent quelque chose, donc cela vaut zéro.

  6. FAIDHERBE

    Je ne suis pas d’accord que l’on manque de charité dans une église et que l’on injurie les gens, surtout les prêtres mais… il faut reconnaitre que, non seulement les homosexuels ont une sexualité “désordonnée” et qui n’est pas conforme au plan de Dieu “mâle et femelle il les créa… allez et multipliez-vous”. Personnellement je n’ai jamais été tentée par l’homosexualité et même, dans ma condition de femme séparée, par une relation adultérine (tout en étant très sensuelle et au désir qui s’éveille rien qu’en regardant une plante qui pousse ou en sentant un parfum). Oui Dieu aime les homosexuels, comme tout être humain mais Il hait le péché. Avec délicatesse, il faut faire comprendre à ces “pauvres pécheurs”, comme nous le sommes tous d’ailleurs d’une façon ou d’une autre, que leur sexualité ne répond pas à l’oeuvre de procréation voulue par Dieu et il faut le dire qu’ils vivent dans le péché. D’autre part je ne comprends pas que l’on cherche à remplir les séminaires pour avoir beaucoup de prêtres en voulant, s’il le faut, éclipser la loi divine. Notre Eglise est l’Eglise du Christ, Verbe de Dieu, qui répond à son enseignement et doit lui rester fidèle sinon ce n’est plus l’Eglise du Christ, c’est une association de charité, de compassion et je reconnais qu’il en faut dans ce monde déshumanisé. Dans mes prières, j’ajouterai ce couple scandalisé pour qu’il maitrise sa révolte et pour ce prêtre pour qu’il reçoive les grâces de discernement dont il a besoin, comme nous tous d’ailleurs.

  7. kanjo

    apparemment, cet évêque n’a jamais envisagé le fait que les personnes homosexuelles puissent vivre dans la chasteté, et ne les encourage pas dans cette voie d’un célibat non choisi mais assumé. Non seulement il fait du mal à ces personnes, mais il blesse aussi profondément ses autres paroissiens. Car je suppose que pour que des personnes respectables, membres de la paroisse, “pètent un câble” de cette façon, il a fallut leur en faire voir.
    Dans la parabole de la brebis perdue, le berger laisse les 99 autres là où elles sont (en sécurité) et va chercher la centième. Il ne conduit donc pas les 99 brebis sur le sentier où s’est fourvoyé celle qui est perdue.

  8. JACQUES-FRANCOIS dit LOCARD

    Bonjour,
    Il y a belle lurette que ce monsieur n’a plus sa place en tant que responsable d’un diocèse.
    Comprendra-t-il qu’un jour, il devra rendre des comptes à notre Seigneur JÉSUS-CHRIST!
    Le plus grave est qu’il mène, droit vers l’enfer, ceux qui le suivent dans son parcours, de confondre le péché et les pécheurs n’est pas tolérable de la part d’un ecclésiastique.
    Prions pour lui, pour qu’il se convertisse.
    Le VIE ÉTERNELLE ne vaudrait-elle pas une messe?
    Merci!
    JFL

  9. Hervé Soulié

    Ce prélat mondain (il est, paraît-il, très à l’aise dans les cocktails de l’académie française) est la caricature de ce que pouvaient être tant d’évêques de France dans les années soixante-dix et quatre-vingt.
    Ouverts au monde… au point d’y noyer leur foi catholique.
    Je crois sincèrement que l’on attache aux propos de ce personnage une importance excessive.

  10. Jules

    Belle tribune de Mgr Dagens, dans La Croix (*), fidèle au Christ et à lui-même, et réaction tout à fait juste de sa part.

    Prions pour ce couple en souffrance ; et pour Mgr Dagens qui a été victime de paroles violentes, en étant simplement serviteur du Christ.

    “L’amour passe par la Croix”, Mgr Dagens le sait trop bien, lui qui est régulièrement victime de propos violents et de calomnies.

    (*) NB : Il faut toujours revenir à la source, plutôt que de lire les commentaires de ceux qui ne cherchent qu’à diviser.

  11. alex

    avant d’tre crainte d’amour, dans le livre de la sagesse, la crainte de Dieu c’est la haine du Péché.

    en chassant les marchands du temple, jésus a éprouvé la haine du péché, du mal.

    cet évêque éminent et brillant ne différencie meme pas la haine du bien contre la haine du mal.
    dieu déteste le péché et le mal (en aimant les pécheurs poiur eux-memes) , c’est aussi ce qui en fait le dieu-amour:

    sans cette haine du mal, dieu serait menteur: comme cet éveque d’angélisme quoi.

    l’église catholique de france est en réalité , l’église angélique universelle.

  12. LE GUEN

    Que Mgr Daegens ne soit pas dans la ligne de la Tradition, qu’il n’obéisse pas à l’Evangile, c’est malheureux pour son âme. Toutefois ce couple sûrement bien ou mal intentionné, n’a pas à faire de scandale dans l’Eglise ni à accuser Mgr d’être possédé par Satan. C’est une accusation grave et de quel droit. S’ils ont qq chose à dire à Mgr Daegens, qu’ils le lui disent en privé. C’est à un exorciste de poser pareil diagnostic si je puis dire, par ailleurs. A supposer que ce soit vrai, je ne crois pas que la solution soit de crier ça en place public devant des fidèles, à part créer un scandale, je vois pas le but. Et quel orgueil de ce couple, en plus crier ça en pleine église. Je reconnais les manquements de Mgr Daegens, ok, je banalise pas, mais hurler ce genre de chose sous prétexte qu’on n’est proche de la Tradition n’est ni une solution ni une preuve d’amour envers le Seigneur. Et personne n’a à proclamer un jugement comme ça devant tout le monde. Seul Dieu juge.

  13. Françoise

    En outre la cravate lui va mal, très mal. Ou plutôt va très mal non seulement à un prêtre, mais encore plus grave, à un évêque. Il ressemble à un agent commercial mécontent. Aucun signe sur lui d’homme de Dieu.

  14. Frère Rufin

    Sans juger des positions de Mgr Dagens mais uniquement sur le comportement de ce couples de “chrétiens”.

    Admonition de saint François d’Assise n° 26 :

    Honorer les clercs.

    1 Heureux le serviteur qui donne sa foi aux clercs qui vivent en accord avec l’enseignement et les institutions de la sainte Église romaine.

    2 Et malheur à ceux qui les méprisent: nul n’a le droit de juger les clercs, même pécheurs; c’est le Seigneur qui se réserve de les juger lui-même et lui seul.

    3 En effet, ils sont ministres des très saints Corps et Sang de notre Seigneur Jésus-Christ; c’est pourquoi, autant leur ministère surpasse les autres ministères,

    4 autant une faute contre eux surpasse en gravité une faute contre n’importe quel autre fidèle de ce monde.

    En ce qui concerne la colère, voila ce que nous enseigne saint Bonnaventure (Docteur de L’Église) :

    Le quatrième vice capital, est la colère, et l’irascibilité. C’est une bête méchante qui se déchire soi-même et scandalise les autres; c’est un poison mortel qui tue l’âme, et en éloigne le Saint-Esprit. Lorsque ce vice est arrivé a prendre place dans la partie irascible de notre âme, il y introduit aussitôt tonte sa famille. Ce sont les querelles, les airs dédaigneux, les injures, les cris les emportements, les blasphèmes.

    Les remèdes contre la colère sont d’abord de mettre un frein à sa langue en gardant le silence, et ensuite d’étouffer en son coeur la flamme qui y est allumée. Remarquez que, selon saint Ambroise, dans son livre des offices, le vrai soldat de Jésus-Christ doit arriver par la crainte et la méditation de la mort, et surtout par une pieuse componction (qui est, dit saint Jean Climaque, à la colère et à l’indignation ce que l’eau est au feu, à réprimer en soi les mouvements de la colère et à s’adoucir de telle sorte que la tranquillité de l’âme lui devienne par l’habitude, l’amour et le ferme propos , une seconde nature. C’est encore un puissant moyen contre la colère, toutes les fois qu’on s’y est laissé aller, de se reprendre sévèrement quand l’émotion est apaisée, de s’adresser des reproches et de se reconnaître humblement coupable du fond de son coeur en demandant pardon à ceux qu’on a offensés.

    Les degrés par lesquels on s’élève contre la colère sont connus par ce que nous venons de dire.

    Le premier c’est de lui résister en retenant sa langue , en commandant aux mouvements de son corps, pour que rien ne paraisse au dehors.

    Le second c’est d’arriver par la pratique à ne point., se troubler de ce qui petit nous blesser, et à agir compte si l’on était dans un lieu fort où l’on n’a à s’inquiéter en rien de ce qui nous est contraire.

    Le troisième c’est de se réjouir et de se glorifier dans les tribulations lorsqu’elles sont. présentes , et de les désirer lorsque nous ne les avons pas.

    Frère Rufin.

  15. Jérôme Deldon

    Exemple type de l’évêque qui ne cherchant plus à vraiment évangéliser, préfère signer des compromis et fondre sa théologie dans l’esprit du monde. Surtout ne pas se montrer intolérant, accepter, ne pas juger (quid du discernement?). Éviter le conflit, les questions qui fâchent et faire comme si tout était bon et beau! Cet évêque saurait-il dire non devant le péché?

  16. noelle

    c’est l’évèque qu’on voit costar cravatte sur la photo ? bon l’habit ne fait pas le moine mais quand même ; peut etre a t il d’ailleurs le courage de porter une croix…..va savoir . ma question c’est quand même “pourquoi essaie – t-il de justifier ou de se faire passer pour un saint incompris d

  17. noelle

    c’est l’évèque qu’on voit costar cravatte sur la photo ? bon l’habit ne fait pas le moine mais quand même ; peut etre a t il d’ailleurs le courage de porter une croix…..va savoir . ma question c’est quand même “pourquoi essaie – t-il de justifier ou de se faire passer pour un saint incompris d

  18. Ce pauvre évêque se trompe visiblement il devrait savoir que l’homosexualité n’est rien moins qu’une déviance sexuelle donc non seulement une maladie qu’il faut soigner mais également qui doit être prise en compte dans des lieux où ils peuvent vivre une vie quasi normale. Evidemment ils ne doivent pas être mis au banc de la société et de l’église mais il faut respecter ceux qui tentent d’élever leur progéniture sans qu’elle soit perturbée notamment en bas âge. Quant à la défense de la famille ceci se passe de commentaires.

  19. MVT

    décidément,cet évêque se refuse à chercher à comprendre ceux qui ne pensent pas comme lui!Malheur à celui par qui le scandale arrive…!que ses ouailles lui coupent les vivres!

  20. Crespin-Jeaugeart

    Bien que je ne partage pas les positions de Mgr Dagens, je peine à lire certains commentaires.

    Sommes-nous toujours chrétiens ?

    Quelle importance qu’il porte une cravate ? Je ne comprends pas. Je ne comprends pas cet intransigeantisme à telle enseigne qu’en lisant certaines choses, je me dis que nous donnons à nos “ennemis” des verges pour qu’ils nous battent.

    Nom d’une pipe, nous sommes tous frères, avec ou sans cravate ! Et je me permets de rappeler que Mgr Dagens a été nommé par saint Jean-Paul II… Ce saint pape aurait-il manqué de discernement ?

    • Perrin

      Laissons les objets du fumeur au fumoir. La cravate est peu à sa place au cou d’un évêque mais c’est vraiment … accessoire : sur ce point, on peut vous rejoindre. La critique doit davantage porter sur le fond des propos de l’évêque d’Angoulême, à commencer par l’étrange idée que l’Église serait “ouverte à tous et toutes” sans autre précision. Ouverte à tous bien sûr mais pas sans une raison déterminée : ouverte pour se convertir au Christ et rayonner de la foi chrétienne. L’Église n’est pas une sorte de hangar où chacun vient par hasard s’abriter du vent ou de la pluie ou de la morsure du soleil.

      Enfin votre argument final tombe complètement à plat : “ce saint pape aurait-il manqué de discernement” ? Sans me prononcer sur le cas d’espèce, il est absolument certain qu’on peut être pape et saint et aussi parfois manquer totalement de discernement. Pour Jean-Paul II, sa façon de traiter les monstrueux scandales du Père Maciel, malgré les objurgations du cardinal Ratzinger, est une preuve cruelle de manque de discernement. Toutes les nominations épiscopales signées par Jean-Paul II ont-elles été optimales ? Certes non ! Au demeurant qui peut soutenir que le pape a vu et étudié personnellement dans le détail chaque cas pour tous les évêques dont il signe la nomination ?
      Cela vaut pour bien d’autres papes canonisés ou pas : le Vénérable et bientôt Bienheureux Paul VI a-t-il fait preuve de discernement en donnant toute sa confiance à l’épouvantable Annibale Bugnini ? Sûrement pas, lisez donc à ce sujet les Mémoires du Père Bouyer. Paul VI lui-même s’est rendu compte, trop tard, de sa tragique erreur en 1974.
      Saint Jean XXIII a-t-il fait preuve de discernement en laissant persécuter le saint Padre Pio ? Vraiment pas, Pie XI non plus. En poussant Mgr Marcinkus, Paul VI et Jean-Paul II ont pour le moins fait une sérieuse faute de discernement. La liste de ce type d’ereurs de “casting” comme on dit de nos jours en franglais est impressionnante.

    • Courivaud

      oui, ce “saint pape a manqué de discernement” ainsi que ceux qui ont participé à cette décision funeste.
      Et on n’a pas fini d’en subir les dégâts….

  21. David Hayes

    Malheureusement, nous connaissons par cœur le discours fade et sans spécificité catholique de ce pauvre évêque, devenu aussi démodé que la cravate ridicule qui serait sa façon à lui d’être “proche des gens ordinaires”.
    Voici une bonne nouvelle: il aura 75 ans le 20 mai 2015. Qu’il prenne sa retraite aussi vite que possible, pour notre plus grand bonheur.

  22. William

    C’est surtout le signe que le peuple de Dieu ne veut/peut plus rien entendre de tels “pasteurs”, coupables de toutes les postures, trinqueurs festifs de la rupture du jeune islamique, porteurs de cravates, poignardeurs dans le dos de la Manif pour tous, invités complaisants des “tenues blanches” de toutes les loges de France et de Navarre, méchants comme des teignes avec leurs prêtres, avec à la bouche : l’amour, l’Evangile, le partage… Pour un peu, ils nous feraient détester ces mots chargés de couvrir leurs méchancetés.
    La confiance n’y est plus.
    Diraient-ils “bonjour, comment-allez-vous?” que ce serait un tir de barrage. 50 ans de blessures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *