Mgr Di Falco et Mgr Hérouard : la religion catholique n’a pas l’apanage de la vérité !

Download PDF

Voilà une tribune pleine de bons sentiments, de relativisme, qui a notamment été signée par un évêque, Mgr Di Falco, et par l’ancien secrétaire général de la conférence des évêques, Mgr Hérouard, aujourd’hui recteur du séminaire français de Rome :

“Inquiets et révoltés devant la montée d’une violence abjecte et lâche, usurpant la foi comme raison d’être, nous voulons rappeler ici que l’humanité est une, que la force des armes, qui n’est que la poursuite de celle des mots, n’est jamais un argument ni un chemin vers la victoire. Que ceux qui l’utilisent ne sont que des ignorants à l’égard de leurs propres religions et de leurs propres cultures. Et que cette violence peut et doit être combattue par tous les moyens légitimes, et d’abord par une lecture contemporaine des textes de nos multiples traditions, religieuses ou laïques, respectueuse de la dignité humaine, par l’éducation des hommes et des femmes, par l’action politique, par la raison, par la culture, par l’art et par l’humour. 

Nulle doctrine, nulle religion, nulle idéologie, nulle science, nulle culture ne peut revendiquer pour elle seule la propriété de la vérité. Nul peuple, nulle religion, nulle doctrine, nulle science, nulle culture ne peut survivre sans respecter, écouter, partager, échanger, apprendre des autres.

Nul être humain ne peut être réduit à une seule dimension, qu’elle soit religieuse, ethnique, sexuelle, culturelle ou politique. 

Nous, signataires de cet appel, croyants ou agnostiques, humains avant tout, nous constituons en réseau de vigilance et de résistance pour défendre et faire respecter ces principes.”

Jésus-Christ est la Vérité. Or, il est en de même du Christ et de l’Eglise (« m’est avis que Jésus et l’Église c’est tout un » Ste Jeanne d’Arc). Comment croire alors “nulle religion ne peut revendiquer pour elle seule la propriété de la vérité” ?

Quand est-ce que nos évêques dénonceront l’intégrisme du relativisme ?

82 comments

  1. eljojo

    Le Christ a dit qu’il est le chemin, la vérité et la vie, et puisque l’Eglise est son corps mystique, on peut effectivement conclure que non seulement elle possède la vérité, mais surtout qu’elle est la vérité ici bas.

    Force est de constater qu’une telle assertion est erronée car partielle. En effet un tel raisonnement oublie la dualité essentielle de l’Eglise qui est également une communauté d’hommes pécheurs et limités, intégrée dans les cahotements de l’histoire de l’humanité.

    De fait, autant le Christ est la vérité totale, universelle et plénière, autant l’Eglise ne revendique l’infaillibilité qu’en matière de foi et de morale. Heureusement, car dans d’autres domaines il lui est arrivé de se tromper lourdement.

    Plus encore, il ne faut pas oublier que même si le Christ a promis d’assurer l’Eglise dans la vérité, il n’a jamais dit que l’Eglise en a le monopole. En suivant l’Eglise on est sûrs d’arriver au Christ. Mais rien n’interdit au Christ de révéler des fragments de vérité par ailleurs, par les moyens qui plaisent à Sa volonté divine.

    Pour conclure, effectivement, nul ne prétendre maîtriser l’intégralité de la vérité, ce serait un incommensurable orgueil que de vouloir nous approprier ce qui est propre à Dieu Seul. Ce fut d’ailleurs le péché d’Adam.
    En revanche, l’Eglise est la servante privilégiée de la vérité, dans laquelle elle est assurée de rester, par pure grâce de son époux le Christ.

    Comme quoi l’intégrisme du relativisme peut bien valoir celui des antimodernistes…

    • LILIANE

      Vous n’avez rien compris à la dignité de l’Eglise catholique que d’affirmer ce que vous prétendez. Oser prétendre que l’Eglise catholique n’a pas l’apanage de la vérité , c’est premièrement être ignorant des vérités évangéliques (ce qui est grave) et deuxièmement , être hérétique (encore plus grave). En dehors de l’Eglise fondée par JESUS ( à savoir l’Eglise catholique apostolique et romaine) il n ‘y a point de salut. Toutefois, des âmes qui ne sont pas catholiques seront certainement sauvées pour des raisons de miséricorde et de justice connues de DIEU seul. Oser affirmer que DIEU peut donner un parcelle de vérité à d’autres religions , c’est de l’hérésie parce que voyez-vous, satan maîtrise parfaitement la Bible et se sert souvent de vérités pour nuire et induire en erreur. Et pourtant, il n’est en rien du côté de DIEU. De plus, ce n’est pas l’Eglise qui a dévié, ce sont des hommes qui ont agi de leur propre chef et donc n’ont pas respecté les commandements de DIEU qui ont dévié sinon tous les vrais papes voulus par DIEU n’ont jamais dévié. Voici ce que dit saint Vincent Palloti à ce propos « Quelques Papes, Dieu les veut ; certains, il les permet ; d’autres, il les tolère. ». Pour finir, je pense que ces soit disant évêques (qui ne le sont que de nom vu leur inculture et leurs hérésies) devraient réapprendre leur catéchisme avant de raconter des bêtises dignes de l’excommunication (parce ce que venant d’évêques). Si l’Eglise catholique n’a pas l’apanage de la vérité, cela reviendrait à mettre JESUS (qui est DIEU devrait-je le rappeler aux insensés qui soutiennent les propos indignes de ces évêques) au même niveau que les autres gourous et prophètes des autres religions. Cela reviendrait également à dire que le sacrifice de JESUS (FILS DE DIEU, VRAI DIEU et VRAI HOMME) n’en valait pas la peine puisque l’homme peut se sauver à travers d’autres religions qui ont aussi la vérité. N’importe quoi. Qu’est-ce qu’on entend pas de ces insensés de catholique (fidèles et prélats y compris) pour justifier un oeucuménisme insensé et à sens unique. Au lieu de chercher à plaire à DIEU, ils veulent plaire au monde et à son esprit qui est satanisé à l’extrême. Ils en rendront compte rigoureusement à DIEU , parce que voici les conséquences de pareilles idioties venant de la part d’évêques : ils induisent les fidèles dans l’erreur et l’hérésie. Quelle honte pour ces évêques !!! Honte à eux !! Ils ne sont pas dignes de leur charge. Judas de notre époque, voilà ce qu’ils sont.

      • Arnauld

        exact, de plus de quelle verite parlons nous, seul le Christ, Dieu est la Verite mais l Eglise catholique, elle, detient pleinement la verite du christianisme et est entierement l Eglise du Christ, ce qui n est pas tout a fait la meme chose.

  2. Que signifie ce salmigondis ?
    Défendre l’Islam religion de paix leur apparaît il délicat dans le Moyen Orient et dans notre propre pays ?
    Donner des leçons aux musulmans sur leurs textes et conduites est il dans le rôle des évêques catholiques ?
    Être franc maçon et catholique, laïciste et catholique, difficile à justifier ?
    Quel regard Jésus va-t-il avoir sur ce texte ? Du haut de sa Croix ?
    N’a t il pas dit :
    “Je suis le Chemin, la Vérité, la Vie ”
    Au lieu d’interpréter l’Islam, suivons les Évangiles, Vraie Paix.
    PAX CHRISTI

  3. alix

    Le Christ est le Chemin, la Vérité et la Vie. Mais la compréhension qu’ a l’Eglise de Dieu et de son dessein n’est-elle pas limitée par nos limites humaines et par le mal qui brouille nos facultés? L’Eglise peut-elle prétendre posséder la Vérité tout entière?

    “Ceux qui l’[la force des armes] utilisent ne sont que des ignorants à l’égard de leurs propres religions et de leurs propres cultures. ” Nos messeigneurs ont-ils lu le coran? S’ils l’ont fait, c’est, comme ils l’avouent, en en faisant une “lecture contemporaine” en opposition avec la nature soi-disant intemporelle de ce texte, et à la manière de Christian de Chergé qui en faisait une lecture chrétienne (!), en écartant les très nombreux appels au meurtre des mécréants.

    Que nos évêques soient pétris des valeurs évangéliques est ce que l’on attend d’eux, mais qu’ils veuillent les plaquer sur des textes religieux auxquels elles sont étrangères est une démarche intellectuelle qui ne peut mener qu’au malentendu et au contresens le plus périlleux.

  4. Roussel

    En affichant leur pseudo humilité et soi-disant tolérance,ces évêques renforcent le moderne relativisme. Ils n’ont simplement pas compris que l’eglise ne possède pas la Vérité comme un objet ou une doctrine lui donnant autorité en tous domaines. Mais elle n’en est pas moins présence visible en ce monde de Celui qui a dit “Je suis la Vérité”, et elle ne doit pas mettre la lampe sous le boisseau,elle doit témoigner de cette Vérité,à temps et à contre temps…..ce qui demanderait déjà à maints évêques de taire bavardages,communiqués,interviews etc….et dans le silence, entendre et laisser parler la Parole de Vérité….. Roussel

  5. Mgr DI Falco nous a depuis longtemps habitué à ses déclarations fracassantes…
    Au passage, dire que “la religion catholique n’a pas l’apanage de la vérité” n’a rien de nouveau: ce n’est que la triste application de la “liberté religieuse” édictée et promue par Vatican II.
    Mgr Di Falco aime les “innovations fécondes” si chères à Golias…
    C’est ainsi qu’il s’était signalé en 2009 en faisant scandale: le crucifix de la cathédrale de Gap, dans les Hautes-Alpes, avait été remplacé par une sculpture d’un Christ assis sur une chaise électrique. Cette œuvre, réalisée par Peter Fryer, y a été exposée durant tout le week-end Pascal.
    Selon Monseigneur Di Falco, “les gens ne passent plus devant la croix qu’avec indifférence”.
    On aurait pu s’attendre à voir plutôt l’évêque de Gap monter au créneau pour dénoncer cette “indifférence”!
    Hélas!
    On doit maintenant s’attendre au pire – même si globalement une majorité de séminaristes et de jeunes prêtres prennent aujourd’hui leurs distances avec l’extrémisme post conciliaire – quand on voit que c’est l’ancien secrétaire général de la CEF qui règne aujourd’hui sur le séminaire français de Rome!!!

  6. Mabille

    Comme c’est difficile de tout tenir ! Charité et bienveillance à l’égard de toute personne quelle que soit sa situation, c’est vrai ! La première des charités (disait jean Guitton dans “silence sur l’essentiel) c’est d’annonce La Vérité ! Il ne faut donc jamais cesser d’affirmer que le Christ est la vérité et que l’Eglise a la redoutable charge de transmettre.
    S’il est vrai que personne ne peut posséder, comprendre à lui seul la Vérité qu’il “ne peut saisir” en un seul regard, le chrétien apprend à “se laisser saisir” par celui qui a dit : “Je suis la Vérité”. et pour l’apprendre nous avons de l’Eglise qui nous l’enseigne fidèlement; il n’est pas sous le soleil d’autre vérité que le Christ.
    + Olivier Mabille, prêtre

  7. gerard

    Misère voici que même des évêques ne sont plu sur que notre Seigneur Jésus Christ est la VÉRITÉ et que les évangile doit être une histoire comme celle des mythologies grec ,a Vatican II quelle descente .Saint nylus vous avez bien raison ,nous mourons sur place a petit feu .Prions pour que DIEU nous protège de ces idées farfelus .prions pour ses prêtres ,qui ne savent pas que dire pour caresser les esprits de tout poil,surtout ne pas faire de vagues .Vous ne voulez pas la Vérité ,vous choisissez le déshonneur ,vous aurez la Vérité éclatante en plain visage et partirez dans le déshonneur.Lisez SAINT NYLUS.

  8. alain protte

    Jésus dit à Thomas :”Je suis la vérité, le chemin et la vie” (Jean 14, 10-12).
    Il n’y aurait qu’une vérité, sauf pour ces curieux catholiques que sont parfois quelques évêquess de France?
    Mieux vaut se taire que sortir des…

  9. Veilleur

    Mais pourquoi êtes-vous scandalisés ??? !!!! ….

    Oui, la doctrine de Lucifer doit aussi être respectée, écoutée, partagée par qui le veut !!! …

    C’est la digne doctrine du : Non serviam !!!

    Celle des Pharisiens aussi doit être respectée !!!
    Ils pensaient que Jésus usurpait le titre de Dieu et la loi de Moïse demandait de condamner à mort les blasphémateurs : c’était leur droit, nous di DI Falco, celui qui pense que les Cristeros ont exagéré !!!!

    Laissez les juifs croire que Jésus est un usurpateur et que leurs ancêtres avaient raison !
    Espèce d’horribles intégristes,

    Vous êtes les seuls qui méritez l’enfer car vous luttez contre l’erreur et l’hérésie !
    Ne serait-ce pas cela le péché contre le saint-Esprit, “Monseigneur” ?

    DOMINE JESU, salva nos, perimus !

  10. THEOBALD François

    A lire l’extrait que vous publiez, je ne vois pas que Mgr Di Falco et Mgr Hérouard aient dit : “la religion catholique n’a pas l’apanage de la vérité !” Ils ont peut-être voulu suggérer que d’autres que nous pouvaient aussi détenir une part de vérité.
    Si dans la “base” spirituelle qui est dans chaque homme n’existe pas une parcelle de vérité (placée dans son esprit par Dieu), comment espérer convertir les non-croyants à la vérité révélée par Jésus-Christ ? Il a dit “Allez et enseignez toutes les nations”. Il est nécessaire pour accomplir cette MISSION de se tourner vers les incroyants ou fidèles des autres religions et de tenter avec leur vocabulaire de leur faire percevoir la vérité révélée par Jésus-Christ.
    Qu’il y ait un danger de modernisme et de syncrétisme, on ne peut le nier. Mais les mots pour contrecarrer ces dérives doivent être choisis avec soin.
    FT

  11. Bernard DUJARDIN

    Quand des hommes d’Eglise, pensent qu’ils ne détiennent peut-être pas la vérité, il ne faut pas s’étonner que les églises se vident …! Et que les mosquées se remplissent !

  12. Gilberte

    pas le courage de dire que l’islam est dans l’erreur, ils préfèrent dire que chaque religion a une part de vérité. Si le Christ n’est pas la seule vérité, si on peut aller au Père sans Jésus Christ, alors le Christ est mort pour rien, et les évêques sont devenus inutiles, ils peuvent en tirer les conséquences.

    • emmanuel2

      Mgr di Falco et Mgr Herouard n’ont pas dit qu’on pouvait aller au Père sans Jésus Christ, sauf si on imagine que Jésus Christ n’est à l’œuvre qu’à l’intérieur de l’Eglise (voire de l’Eglise catholique). Or, il n’est pas conforme à la foi de penser que Jésus Christ n’est à l’œuvre qu’à l’intérieur de l’Eglise : ce serait, soit faire de la conversion au Christ une œuvre uniquement humaine (et comme telle, idolâtre), soit interdire toute conversion au Christ (c’est-à-dire empêcher l’existence même du christianisme).
      Par ailleurs, si un chrétien croit “posséder” la vérité, malheureux est-il : le Christ est la vérité et il est Dieu. L’homme qui prétend posséder la vérité prétend posséder Dieu : un tel homme s’est fabriqué une idole. Réponse à Dieu dont la pleine révélation est Jésus Christ, la foi chrétienne est quête de Dieu. Bref, posséder la vérité un orgueil monstrueux (qui est le même que celui des rationalistes athées ou déistes) : l’on peut seulement se laisser saisir par elle et l’adorer.
      Encore une fois, avant de censurer ou de condamner, mieux vaut lire attentivement, avec un minimum de bienveillance.

      • LILIANE

        Si vous aviez pris la peine de lire les commentaires, vous auriez vu que personne ne parle d’aller à la vérité sans JÉSUS-CHRIST. Mais quand des évêques soit disant se permettent de prétendre que la religion catholique n’a pas l’apanage de la vérité, cela revient à dire que justement, on peut se sauver sans JESUS-CHRIST, ce qui est de l’hérésie au regarde de ce que JESUS LUI-même a dit dans les évangiles : Jn “14,6. Jésus lui dit: Je suis la voie, la vérité et la vie. Personne ne vient au Père, si ce n’est par Moi.” ou encore : Jn 14,23. “Jésus lui répondit: Si quelqu’un M’aime, il gardera Ma parole, et Mon Père l’aimera, et Nous viendrons à lui, et Nous ferons chez lui Notre demeure.

        Jn 14,24. ” Celui qui ne M’aime point ne garde pas Mes paroles; et la parole que vous avez entendue n’est pas de Moi, mais de celui qui M’a envoyé, du Père.”

        Mc 16,15. Et Il leur dit: Allez dans le monde entier, et prêchez l’Evangile à toute créature.

        Mc 16,16. Celui qui croira et qui sera baptisé, sera sauvé; mais celui qui ne croira pas sera condamné.”

        Rom 10,8. Mais que dit l’Ecriture? Près de toi est la parole, dans ta bouche et dans ton coeur; c’est-à-dire la parole de la foi, que nous prêchons;

        Rom 10,9. car si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu L’a ressuscité d’entre les morts, tu seras sauvé.

        Rom 10,10. Car c’est en croyant du coeur que l’on est justifié, et c’est en confessant de la bouche qu’on est sauvé.

        Rom 10,11. En effet, l’Ecriture dit: Quiconque croit en Lui ne sera pas confondu.

        Rom 10,12. Car il n’y a pas de distinction entre le Juif et le Grec, puisqu’ils ont tous un même Seigneur, riche pour tous ceux qui L’invoquent.

        Rom 10,13. Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé.

        Rom 10,14. Mais comment invoqueront-ils Celui auquel ils n’ont pas cru? ou comment croiront-ils en Celui dont il n’ont pas entendu parler? et comment en entendront-ils parler, s’il n’y a pas de prédicateur?

        Voilà tout, nous défendons ce qui est écris noir sur blanc dans la Bible et ce n’est en rien être idolâtre comme vous essayez de nous le faire croire (chose ridicule d’ailleurs) bien au contraire, nous croyons en DIEU et nous LE défendons. Nous ne sommes pas comme ces lâches qui défendent l’indéfendable ou qui justifient l’injustifiable.

        • emmanuel2

          N’ayant pas été assez clair, vous n’avez pas compris le sens de mon intervention.
          Tout d’abord, dans l’extrait publié, l’on ne lit pas la phrase “La religion catholique n’a pas l’apanage de la vérité.” Lorsqu’on accuse, il faut prouver ses accusations, c’est-à-dire, ici, prouver que le texte a ce sens-là (ce qui n’est pas si évident) : autrement, cela s’appelle ou de la malhonnêteté intellectuelle, ou un procès d’intention.
          Ensuite, tel était le sens de mon intervention : Jésus Christ est la Vérité, oui. Dire que Jésus Christ n’agit que dans la religion catholique, non. Voilà donc comment l’on peut comprendre la phrase “La religion catholique n’a pas l’apanage de la vérité”. Pour le dire autrement, Mc 16,16, que vous citez, ne dit pas “Celui qui ne croira pas ou qui ne sera pas baptisé dans l’Eglise catholique sera condamné” Du point de vue de la vérité, il n’y a donc pas d’exclusivisme de la religion catholique. Ceci dit, j’affirme en même temps que la plénitude de la vérité ne réside pleinement que dans l’Eglise catholique (ce qui, j’espère, fera que vous ne m’excommunierez pas de facto).

  13. Kanjo

    nul ne peut avoir le privilège de se tromper toujours !

    ainsi, quand les musulmans disent qu’il n’y a qu’un seul Dieu, ils ont raison. De même quand ils lisent dans leur coran que ceux qui suivent Jésus iront au paradis. .Evidemment, quand ensuite ils font le contraire… Mais sur certains points, puisqu’ils pensent comme l’Eglise, c’est qu’ils ont trouvé une parcelle de vérité.

    • Arnauld

      haha, la verite serait donc effritable et mangeable sous forme de miettes. A quoi sert de croire en un seul Dieu si on ne croit pas a

      #…
      son Fils unique, notre Seigneur,
      qui a été conçu du Saint-Esprit,
      est né de la Vierge Marie,
      a souffert sous Ponce Pilate,
      a été crucifié,
      est mort et a été enseveli,
      est descendu aux enfers,
      le troisième jour est ressuscité des morts,
      est monté aux cieux,
      est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant,
      d’où il viendra juger les vivants et les morts.
      Je crois en l’Esprit-Saint,
      à la sainte Eglise catholique,
      à la communion des saints,
      à la rémission des péchés,
      à la résurrection de la chair,
      à la vie éternelle.
      Amen.#

  14. rowl

    Di Falco est, quand-même, plus logique quand il s’occupe des ses chanteurs …

    “Si quelqu’un te donne une gifle, tend l’autre joue” (Jésus)

    En araméen, “tendre l’autre joue” signifiait “changer de l’attitude” …. Cela signifiait donc “C’est ton attitude intérieure qui a attiré la gifle que tu reçois. Change ton attitude et tu ne recevras plus de gifle !!! C’est avec les fausses interprétations des textes sacrés qu’on a façonné des générations entières des martyres !!! (T.Schaller)

    Donc Jésus voulut dire ” Change ton attitude (sois fort) et tu ne recevras plus de gifle !!! ”
    Cette mauvaise attitude c’est d’être faible, refuser des conflits, de s’opposer même si on a raison ! C’est votre faiblesse intérieure qui attire des agresseurs !!!

    C’est à cause des fausses interprétations des textes sacrés que le christianisme est devenu une religion faible et les chrétiens des gens manipulés et peureux !!! Pourtant Jésus voulut en faire des gens forts !!!

  15. Charette

    Honnêtement je ne vois pas où est le problème :
    « nulle religion ne peut revendiquer pour elle seule la propriété de la vérité »
    ce n’est pas « nulle religion ne peut revendiquer la propriété de la vérité ».

    J’y vois plus une manière adroite de dire ce qu’on pense aux responsables islamiques notamment – il est question de violence religieuse – sans les nommer expressément.

    • LILIANE

      Justement les catholiques ( les vrais je précise) ne doivent pas faire preuve de lâcheté. Méditons sur les martyrs et tremblons de notre jugement et de notre lâcheté. Pour n’avoir pas voulu dire la vérité ouvertement, ce que nous voulons éviter nous arrivera à coup sur. Ces indignes évêques pensent qu’en caressant les autres religions dans le sens du poil, au mépris de la vérité contenue dans les évangiles, ils jouiront de la paix, ils auront le contraire et ça ne sera que justice. Il n’y a qu’à voir les attaques de chrétiens dans le monde pour s’en convaincre.

  16. Thècle

    “……Que ceux qui l’utilisent ne sont que des ignorants à l’égard de leurs propres religions et de leurs propres cultures…”
    Ah bon ? mais les islamistes ne font que suivre l’enseignement de Mahomet et du Coran qui demande de tuer tous les infidèles, et, de sucroît, ils se considèrent blancs comme neige puisqu’ils sont le bras d’Allah !! En conséquence, s’ils ne sont pas contredits, il y a mensonge quelque part…….
    En effet, Il n’y a pas plusieurs Vérités, il n’y en a qu’une seule, celle de Jésus-Christ qui ne fait qu’un avec son Eglise….
    Quel genre de séminaristes vont sortir du séminaire français de Rome ? c’est + qu’inquiétant……..
    Pauvre Eglise, comme elle est malmenée par les temps qui courent !

  17. PAGUE Jean

    Quel bon texte de Mgr Di Falco ! Et comme on eût aimé qu’il émanât de Mr Dalil Boubakeur, recteur de la Grande mosquée de Paris, et non d’un de nos évêques, car après tout l’Eglise de France est coutumière de ces homélies qui depuis les années 60 ne distinguent plus entre la paille et la poutre. A aucun moment ce saint homme ne désigne clairement et franchement quelle religion est responsable de cette « violence lâche et abjecte ».
    Sunnites et chiites peuvent bien s’étriper depuis 1400 ans pour des questions de légitimité dynastique entre descendants de Mahomet ; imposer partout la loi de fer de la charia ; des communautés entières de chrétiens peuvent disparaître du Moyen-Orient ; partout des chrétiens sont martyrisés, spoliés, bannis. La liste est longue de ce martyrologe des temps modernes quand les autorités algériennes ont fini par faire raser les derniers cimetières juifs et chrétiens qui polluaient la terre d’islam.
    Mais non, Mgr Di Falco a raison. Plus l’islam progresse et étend en Afrique comme ailleurs le voile noir de sa théocratie et plus notre épiscopat humaniste se dépense en prêchi-prêcha, ni ne voit de différence entre le Coran et l’Evangile, entre la dévotion mariale et le culte vaudou. Et d’ailleurs, si toute vérité est relative, celle de Monseigneur l’est aussi, ergo.
    On le sait pour nous le rabâcher sans cesse que l’islam est une religion paisible, parée des vertus de tolérance dont on chercherait en vain la trace dans le texte coranique qui vise plutôt à l’extermination des Infidèles. Il faut distinguer, nous disent les belles âmes, entre les « bons musulmans » et les mauvais, entre blanc bonnet et bonnet blanc. Entre l’armée régulière irakienne et les “insurgés” qui sont les bons? Qui sont les mauvais? Les prisons françaises sont remplies à craquer de bons musulmans qui font ramadan. On a de la chance.

    Eh bien c’est vrai ! L’islam est apparemment soluble dans la démocratie. Comprenons du moins que c’est vrai, toutes choses égales, quand l’islam est – pour combien de temps encore ? – religion minoritaire dans un Etat démocratique et laïque. L’islam est religion de paix tant qu’elle n’en a pas les moyens ni le nombre. Hormis cécité volontaire, force est de constater chaque jour qu’il en va tout autrement quand l’islam est religion dominante, voire même d’Etat. Pour nous, catholiques ou non, soyons bien conscients que ce n’est qu’une question de temps et de masse critique.

    Or, disons-le, ce n’est pas la collectivité musulmane qui nous impose son idéologie. Pourquoi s’épuiser en militantisme quand tant de béni-oui-oui s’en chargent avec enthousiasme ? Progressistes de tout poil, gauchistes antisionistes ou djihadistes, faiseurs d’opinion, presse catho ou presse de gauche (c’est quasiment la même chose), évêques et laïcs de choc, même combat. Et bref tous ceux qui pensent et qui pensent bien. Monsieur Dalil Boubakeur, fils de son père, n’a donc pas besoin de forcer son talent au Conseil français du culte musulman.

    Ainsi naissent les dictatures totalitaires. La tyrannie d’un seul homme ou d’une caste n’est possible que si le peuple y consent. Elle naît de la passivité collective qui, de pleutreries en renoncements, fini par tolérer l’intolérable.
    « Ils auront des yeux et ne verront point, des oreilles et n’entendront point… ».

  18. rocheteau

    ces deux évêques ne font que dire ce que toute une vague de prêtres soixantehuitards nous répètent… je me suis même fait menacer de refus d’absolution à une confession parce que je prétendais que la foi catholique était la seule valable et permettait une connaissance de Dieu supérieure aux autres religions qui s’approchent pourtant de leur mieux du seul et unique Créateur et Seigneur…(il me semble que c’est presque in-extenso ce que dit le Catéchisme de l’Eglise Catholique).
    Et pourtant. seul Jésus peut nous faire parvenir par son Esprit à la Vérité toute entière…. C’est ma foi !
    mais, m’a-t-on dit aussi, c’est à cause de mon âge et de ma formation que je pense tout ça…. la formation que j’ai reçue m’a permis de vivre jusqu’à présent …. et ne vaut-elle pas au moins autant sinon plus que celle que reçoivent et ont reçu les générations suivantes ?

  19. Bonjour,

    Présenté ainsi je pense que ces évêques ont tout simplement perdu de vue leur rôle fondamentale, celui d’annoncer Jésus-Christ le Chemin, la Vérité et la Vie! Comment arrivent-ils à ajuster cette équilibre entre cette donnée fondamentale entre évangélisation et respect de l’autre.
    Ce manifeste pue le syncrétisme à plein nez! Comme John Lenon qui rêvait d’un monde débarrassé de la religion, de tous ceux qui ne pensent pas comme lui et enfin ils auront la paix. Mais quelle paix, celle des communistes, celle des athées, celle des musulmans, des chrétiens etc…?
    A les entendre la violence est chez les autres mais surtout pas chez ceux qui revendiquent la nouvelle religion mondiale la sainte et toute puissance TOLÉRANCE !
    Vous savez le diable est capable lui aussi de pacifisme lorsqu’il s’agit de reconstruire encore et encore la fameuse “tour de Babel”, construire un monde sans la Sagesse divine!

    Pour moi le vrai défenseur de la Paix est Jésus-Christ et sa réelle “NON Violence” qui l’a amené à donner sa Vie pour la multitude. Bref si tu veux la paix, prépare toi à affronter toutes sortes d’adversaires, autour de toi mais aussi chez toi, les membres de ta propre famille etc….et si tu gardes ta bienveillance envers eux tous, alors comme le dit Jésus : “Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, car ils seront appelés fils de Dieu” Attends-toi que ce soit Dieu seul qui t’appelle “fils ou fille de Dieu” !

    Y en a qui veulent signer ce manifeste divin ?
    Répondre par la prière, car le Seigneur n’a pas besoin de papier ou d’internet car Il a créé une wifi permanente et gratuite depuis bien longtemps déjà !

  20. Je ne suis pas certain que l’on puisse déduire cela du message de Mgr Di Falco.

    A un moment donné il va falloir que même l’excellente Riposte Laïque apprenne à manier la langue de Molière.

    Jésus n’a en aucun cas dit “Je suis la SEULE Vérité”. Ni “Ceux qui me suivent possèdent l’unique Vérité.”

    Il a dit “Je suis la vérité”.

    Si on le lit, comme trop souvent, en “Je suis LA Vérité”, on tombe dans ce travers.

    Jésus est la vérité (et l’araméen qu’il parlait ne permet en aucun cas de mettre une majuscule à vérité… mais bon certains en Eglise sont restés bloqué sur le latin, faudra aussi un jour entendre et comprendre que Jésus ne parlait pas latin). Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas des parcelles de cette vérité-là chez d’autres confessions – je rappelle que Réformés, Anglicans, Evangéliques et Orthodoxes tiennent la même phrase et la même Bible que nous, et que pour eux aussi, le verset “Je suis la vérité” est vénéré et cru. Réduire donc la vérité de cette phrase biblique à la seule confession catholique romaine serait tout simplement malhonnête intellectuellement.

    Cela ne veut pas dire non qu’il n’y ait pas des parcelles de cette Vérité-là chez d’autres religions, c’est ce qu’affirme Vatican II et c’est – bien plus que tout autre chose – ce qui insupporta Mgr Marcel Lefebvre et qui, par son rejet de cette parole conciliaire, lui valut son excommunication.

    En disant qu’il y a des parcelles de vérité dans d’autres religions, il ne faut pas entendre que les autres religions ont une autre vérité qui serait elle aussi la vérité. Il faut entendre, je crois, “Jésus est la vérité” et “d’autres religions possèdent aussi une part du message de Jésus, donc une part de vérité”. Personne, à moins d’être complètement idiot, ne peut nier cela. Parce que cela reviendrait au faux syllogisme suivant “Jésus Christ est la vérité. D’autres disent la même chose que lui. Ils sont dans l’erreur. Donc Jésus-Christ est dans l’erreur.”

    Il n’y a qu’à se rappeler, par exemple, que la règle d’or de Jésus – Fais à l’autre ce que tu voudrais qu’il fasse pour toi – se trouve dans la plupart des livres sacrés de bien des religions de par le monde. Si Jésus est bien la vérité, et nous le croyons fermement, alors ces religions, en possédant une partie de son message, possèdent une partie de la vérité. Là encore, il faut être complètement idiot pour ne pas voir ce qui relève de la logique mathématique pure.

    A un moment donné il faut ouvrir les yeux, et cesser de voir du relativisme partout. Je condamne fermement moi-même le relativisme, comme Benoît XVI le fit régulièrement. Mais jeter de l’huile sur le feu en se prétendant dépositaire de la Vérité avec un grand “V” à la soi-disant suite du Christ qui fut sans doute assez éloigné de cet esprit élitiste, c’est fort peu chrétien, fort peu laïque.

    Les mots ont un sens. Le tordre est l’oeuvre du Diviseur.

    • LILIANE

      1) “A un moment donné il va falloir que même l’excellente Riposte Laïque apprenne à manier la langue de Molière.” Où est riposte laïque ici M. l’abbé ???? Vous êtes tellement préoccupé à justifier l’injustifiable que vous n’avez même pas remarqué que vous n’êtes pas sur le site de riposte laïque mais sur celui de riposte catholique.

      2) “Jésus n’a en aucun cas dit “Je suis la SEULE Vérité”. Ni « Ceux qui me suivent possèdent l’unique Vérité. »” si la reine d’angleterre viendrait vous dire “je suis la reine d’angleterre” cela reviendrait à penser automatiquement qu’elle n’est pas la seule reine puisqu’elle ne dira pas je suis la seule reine d’angleterre” si j’en crois votre raisonnement M. l’abbé. De plus, méditez bien ce passage biblique “Jn 14,6. Jésus lui dit: Je suis la voie, la vérité et la vie. PERSONNE NE VIENT AU PERE, SI CE N’EST PAR MOI.” M. l’abbé, voilà la réponse à votre raisonnement qui prétend que JESUS n’a pas dis qu’IL est la seule vérité. Prévoyant dans sa lumière divine les raisonnements insensés qui s’en suivraient (à titre d’exemple soit disant qu’IL n’aurait pas dit qu’IL est la seule vérité), notre adorable SEIGNEUR a vite fait d’ajouter et donc de préciser juste après, que PERSONNE NE VIENT AU PERE, c’est-à-dire à DIEU si ce n’est par LUI !!!!! Mais diantre, ces prêtres et évêques d’aujourd’hui ne savent vraisemblablement plus comprendre les saintes Ecritures pour raconter de pareilles bêtises.

      3) “je rappelle que Réformés, Anglicans, Evangéliques et Orthodoxes tiennent la même phrase et la même Bible que nous, et que pour eux aussi, le verset “Je suis la vérité” est vénéré et cru. Réduire donc la vérité de cette phrase biblique à la seule confession catholique romaine serait tout simplement malhonnête intellectuellement.” Vous avez tout faux parce que la Bible des croyants d’autres obédiences chrétiennes n’ont pas les même livres dans leur Bible et certains passages sont traduits différemment. Pour preuve, les livres deutérocanoniques ne sont pas dans les bibles des autres chrétiens. Vous êtes prêtre et pourtant vous l’ignorez au point d’affirmer le contraire et de tromper les fidèles.

      4) “Si Jésus est bien la vérité, et nous le croyons fermement, alors ces religions, en possédant une partie de son message, possèdent une partie de la vérité. Là encore, il faut être complètement idiot pour ne pas voir ce qui relève de la logique mathématique pure.” Mais quelle hérésie !!! Toutes les croyances d’autres obédiences chrétiennes viennent d’où à l’origine M. le curé????? Ils sont tous sortis du sein de l’Eglise pour créer leurs églises et donc c’est tout-à-fait compréhensible qu’ils aient gardé certaines parties de l’Ecriture sans en comprendre le sens malheureusement. Ce n’est pas comme si ces églises s’étaient crées toutes seules avant JESUS pour prétendre qu’elles sont une parcelle de la vérité. 0 cause de leurs hérésies, ils sont sortis de l’Eglise et on doit donc prier et faire pénitence afin que toutes âmes induites en erreur reviennent dans le sein de l’Eglise.

      5) “Si Jésus est bien la vérité, et nous le croyons fermement, alors ces religions, en possédant une partie de son message, possèdent une partie de la vérité. Là encore, il faut être complètement idiot pour ne pas voir ce qui relève de la logique mathématique pure.” M. l’abbé JESUS n’est pas là pour faire de la logique mathématique et ce n’est pas ce qu’IL attend de nous. pour preuve IL se plait à se révéler aux plus faibles, aux ignorants, à ceux qui passeraient aujourd’hui pour des incultes, tout ça pour nous prouver que seule la foi et l’amour que nous avons pour LUI comptent. Nous n’avons pas besoin d’avoir de la logique mathématique pour comprendre les saintes écritures mais de l’ESPRIT SAINT. En tant qu’abbé, vous devriez le savoir.

      6) “Les mots ont un sens. Le tordre est l’oeuvre du Diviseur.” Justement, c’est vous qui tordez le sens des écritures et on peut prétendre tout-à-fait que vous faites le jeu du diviseur parce que c’est dans l’intérêt du démon de tordre (pour emprunter votre terme) le sens réel des paroles de JESUS à notre convenance. Satan n’a pas intérêt à ce qu’on sache que JESUS est la SEULE VERITE !!!!!! Non il n’a pas intérêt à ça et du coup, vous prêchez dans son sens et c’est malheureux. *

      Sans vouloir vous offenser, j’en suis venu à me demander ce qu’on pouvait bien vous enseigner dans vos séminaires. Quelle honte !!! Que l’ESPRIT SAINT adoré d’amour nous éclaire, nous en avons bien besoin avec des prélats et ecclésiastiques hérétiques pareilles.

    • PAGUE Jean

      L’huile sur le feu ? Vous en avez de bonnes, l’abbé ! Toujours cette détestable manie de se donner en permanence le mauvais rôle, de battre sa coulpe, de s’excuser d’être ce qu’on est. L’huile sur le feu? Et quoi encore? Depuis le 11 Septembre, n’est-il pas évident pour tout le monde que c’est bien l’Occident, c’est-à-dire le monde chrétien, qui est sur la défensive? Est-ce que ce sont les Juifs qui assassinent des musulmans? Des chrétiens qui se font exploser sur les marchés? Toutes ces velléités de “dialogue” sont dérisoires.
      Jésus a dit ce qu’il a dit. Point. « Que votre oui soit oui et votre non, non ». Il a, certes, souvent usé de métaphores mais n’a pas parsemé son discours de ces cuistreries illisibles comme c’est aujourd’hui de mode chez nos penseurs.
      Je veux m’en tenir à ce que la Tradition de l’Eglise tient pour vrai, a tenu pour vrai partout et toujours. C’est ce que le bon peuple croyait dans sa simplicité au temps où il remplissait les églises avant que d’enragés novateurs et apprentis-sorciers se chargeassent de les vider sans retour possible.

      On ne peut raisonner sur une vérité de foi comme s’il s’agissait de discuter du bien-fondé d’une théorie scientifique. Entendons-nous bien ; il est admis que la plupart des peuples se sont forgé des systèmes de croyances à partir de connaissances pratiques à peu près communes à l’ensemble des communautés humaines. Ce qui n’en fait pas pour autant des vérités. De ce point de vue, on peut dire, effectivement, qu’une mythologie en vaut une autre et en ce sens, rien n’empêche- en bonne inculturation – d’assimiler le culte du cargo à la venue du Messie. En divers écrits bibliques on retrouve en effet bon nombre de matériaux déjà en usage dans les civilisations voisines, égyptiennes, babyloniennes. Pour formuler les versets coraniques « tombés du ciel », il a bien fallu que Mahomet (tenu pour complètement illettré) et ses proches s’inspirent de ce qui existait déjà dans les traditions juives et chrétiennes.

      Mais il faut savoir de quoi on parle ! On discute ici de foi et non du relativisme des savoirs. Jésus s’est-il incarné dans le sein de la Vierge pour aller disputer dans les synagogues avec des rabbins coupeurs de cheveu en quatre ? Non, il s’adressait aux simples. Il disputait avec les Pharisiens sur la forme, pas sur le fond.

      La question reste quand même de savoir si Jésus est bien le fils de sa mère tout en étant le Fils de Dieu incarné et Dieu de toute éternité. A partir de là, ou bien on tient pour véridique que le Nouveau Testament, les Pères, la tradition de l’Eglise, et les innombrables conciles qui ont jalonné les siècles sont l’expression de la vérité révélée (il ne saurait y en avoir deux, en bonne logique !), « la vérité qui vous rendra libres » ; ou bien on considère tout cela comme un fatras d’idées temporelles à mettre sur le compte de clercs érudits. Dans le premier cas, on est chrétien (la vérité de l’islam est vérité par mimétisme) ; dans le second on est en droit d’adopter le scepticisme du procurateur Pilate : « Qu’est-ce que la vérité ? ».

      Mais quel intérêt pour l’Eglise d’aller clamant qu’elle partage avec d’autres croyances les vérités qui ont forgé sa singularité ? Pour l’islam pratiquant (un pléonasme) cette concession “impie” s’assimile plutôt à une démission, à une faiblesse. La seule vérité qui vaille en ces temps incertains c’est de voir les choses comme elles sont. Un point, c’est tout.

    • Arnauld

      hum, le Christ est quand meme mort pour cela que je sache. Dire que d autres religions ont une parcelle de verite est une heresie tout simplement. Toute autre religion que le christianisme est idolatrie et il n y a pas a composer avec elles, les martyrs seraient donc morts pour rien dans ce cas, ils auraient pu faire des concessions pour eviter tortures et mort.

      Ce qui est commun avec ces autres religions par contre est le desir de s elever , ou un besoin de religiosite inherent a bcp d hommes et de societes. Enfin, Ratzinger et le Cardinal Revada ont affirme sans detours dans un document, je ne sais plus lequel, que seule l Eglise catholique detient pleinement la verite du christianisme et que seule l Eglise catholique est pleinement l eglise du Christ. Quant a l oecumenisme inter-religieux, il est fructueux avec les autres religions chretiennes et benefique. Mais c est une heresie avec les religions non chretiennes, comment par exemple voir une once de verite dans le boudhisme, le taoisme, l animisme etc. L amour du Christ n est pas, comme je l ai entendu dire souvent par de nombreux pretres, l amour universel. Il n y a pas a tergiverser la dessus, et face a tous ces syncretismes et ce relativisme il n y a qu une chose a lire, le credo et le notre pere, tout est resume dans ces deux prieres.

    • « Mais jeter de l’huile sur le feu en se prétendant dépositaire de la Vérité avec un grand « V » à la soi-disant suite du Christ qui fut sans doute assez éloigné de cet esprit élitiste, c’est fort peu chrétien, fort peu laïque. »

      La propension des chrétiens (de droite ou de gauche) à monter sur leurs grands chevaux pour pourfendre les autres chrétiens en disqualifiant théologiquement leurs agissements et opinions est quasi-générale, hélas ! Et ne contestons-donc pas à tout propos la qualité de « chrétien » aux agissements et opinions des autres ! De la douceur, de la compréhension et plutôt que de dénoncer, édifions ! « Consolez » nous demande saint Paul (1Tess 4,17) !

      Quant à votre opinion selon laquelle Jésus ne parlait pas latin, elle est très contestable et même, pour moi, certainement fausse, voire absurde. L’araméen n’est d’ailleurs pas une langue mais un ensemble de patois dérivés de l’hébreu. Ce terme d’araméen appliqué à une langue est d’ailleurs récent et semble avoir été inventé que pour jeter le trouble chez les chrétiens. Mais bon, je ne vais pas monter sur mes grands chevaux et traiter vos opinions improbables de “peu chrétiennes”.

      • emmanuel2

        “Quant à votre opinion selon laquelle Jésus ne parlait pas latin, elle est très contestable et même, pour moi, certainement fausse, voire absurde.” Voulez-vous justifier cette conviction de façon à emporter l’adhésion rationnelle de votre interlocuteur ?

        • La Palestine était occupée par les Romains qui imposaient le latin. Sauf à faire de Notre-Seigneur un demeuré juste capable d’ânonner un patois, Il parlait écrivait latin, comme saint Pierre, comme saint Mathieu qui était un fonctionnaire romain et faisait ses comptes et ses comptes-rendus en latin. Le latin était la langue de l’administration, du droit et plus généralement de l’autorité politique impériale occupante.

          • emmanuel2

            Poursuivons : “les Romains imposaient le latin.” Justifiez : quelles sont vos sources ? Quel historien dit cela ? Sur quelles sources s’appuie-t-il ?
            De fait, vu le contexte culturel (tel qu’il est attesté par l’épigraphie), il y a plus de chances que Jésus, saint Pierre et saint Matthieu parlent grec.

            Enfin, si vous m’autorisez une correction, saint Matthieu n’est pas un fonctionnaire romain, mais un publicain juif, c’est-à-dire une personne à qui l’Etat romain afferme la perception des impôts (à une époque où il n’existe pas d’administration fiscale en bonne et due forme, la perception des impôts est attribuée, par voie d’enchères, à des entreprises privées : l’entreprise promet de verser telle somme, et elle est libre d’en percevoir une beaucoup plus grande et de faire du bénéfice : un tel gain, quoique immoral, est considéré comme légal par les Romains).

          • @ Emmanuel2

            Votre question n’était pas posée de bonne foi. C’était une épreuve. Je ne le comprends que maintenant.

            Saint Mathieu était un fermier et non un fonctionnaire. Vos sources épigraphiques ?

            D’ailleurs cela ne change rien quant à notre sujet. C’est une discussion inutile.

            Brisons-là monsieur, ce sera assez, je vous laisse avec vos prétendus et soi-disant savants. Je reste avec mes connaissances historiques libres.

  21. toubib16

    ” JE SUIS LA VOIE, LA VERITE ET LA VIE ”
    Qu’en pensent nos 2 hérétiques ?
    Pauvre église de France, trahie par ceux qui devraient la défendre sans AUCUNE compromission avec l’erreur.

  22. ViensSeigneurJésus

    On doit à M. Jacques Attali la paternité de cette tribune lénifiante. La méthode est connue : faire monter la peur, puis désigner un ennemi (rappeler-vous la Grande Peur au début de la Révolution, shéma maintes fois repris par la suite) ; ici, donc, l’ennemi est l’homme de conviction, l’homme de foi, l’homme fanatique. Le message est intégré, compris, digéré, nous tremblerons désormais aux molles invectives des prélats de salon, aux sentences lapidaires : ”intégristes”, ”fascistes”, ”islamistes” (”judaïstes” et ‘maçonnistes” ne sonnent pas encore bien, avec le temps peut-être ? Il est permis d’en douter). Le peuple ne bronchera pas, ne se révoltera pas, ne se ressaisira pas. Ne vous inquiétez pas messieurs, ce n’est que pour vous et pour votre courage de papier que nous ressortirons l’encens : ”bravo”,”hourra”,”gloire éternelle aux défenseurs de l’universelle fraternité”, ”mort aux sectaires”, ”mort à la secte du Nazaréen” et à l’intrensigeance d’un Dieu qui prétend se faire aimer des hommes, ses créatures.
    Concernant “la force des armes, qui n’est que la poursuite de celle des mots, [et qui] n’est jamais un argument ni un chemin vers la victoire”, cette vidéo nous rappelera qui sont les véritables va-t-en-guerre de nos” démocraties” : des intellectuels auto-proclamés qui depuis des décennies assènent leurs vérités dans les débats télévisés et dans la presse, des ”Français antipatriotiques”, des séditieux, des doubles, des trompeurs, des ennemis du genre humain quoique se déclarant philantropes, des cols blancs aux mains rouges du sang des innocents, des hommes dont les mots prononcés sur des canapés font pleuvoir les tirs de mortiers sur des peuples qui n’avaient pas, comme eux, l’ambition de dominer le monde.
    http://www.youtube.com/watch?v=2UIo-9kQetA

    Pour les Sieyès et autres assermentés, où l’on trouve un secrétaire de la Conférence des évêques de France :
    http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1230

    “Mais priez mes enfants”

  23. karr

    Philippe Mousset laisse un diocèse dans piteux état,comment peut-on accorder une quelconque confiance à ce genre d’ecclésiastiques,voilà un évêque en cravate,cela en dit long!
    Ce Pape divise l’Eglise,là ou le Pape Benoît XVI a donné de bons évêques ce Pape Sud-Américain ne tient aucun compte de la situation catastrophique de l’Eglise de France et d’Europe en général.
    Nous avons notre compte des”François”!

  24. karr

    Puisque l’Eglise Catholique n’a pas le monopole de la Vérité que Di Falco et Hérouard fassent un autre job,seulement ces messieurs préfèrent cracher dans la soupe.
    A quoi servent ces types,dont l’ un traîne quelques gamelles, je considère ces évêques comme étant des apostats dangereux pour le peuple de Dieu,les loups dénoncés dans l’Evangile!

  25. Jacob

    Qu’est-ce qui vous dérange ? Sommes nous propriétaires du Christ et donc aussi de la vérité ? Je trouve les paroles de Mgr di Falco justes, arrêtez la paranoïa !

    • LILIANE

      Nous ne sommes pas paranoïaques mais sensés, parce que ces propos de ces deux évêques sont hérétiques. Voilà ce qui nous dérange et c’est normal que ça nous dérange.

  26. Gaudete

    On se demande bientôt ce qu’il faudra croire! comme Jeanne d’Arc j’ai cru que Jésus était la vérité et que la religion catholique avait été “créée par LUI, mais sans doute ai-je dû louper un épisode? Il me semble aussi que la doctrine de l’Eglise Catholique enseigne la Vérité, mais là aussi j’ai dû louper un autre épisode. A ce rythme-là ne nous étonnons pas que les églises se vident si tout se vaut! Mais peut-être les auteurs de ce “composite” n’ont pas voulu choquer certains qui considèrent que l’on doit supprimer tous ceux qui ne pensent pas comme eux je veux parler de la religion de paix et d’amour au nom de laquelle on trucide à tout va en particulier les chrétiens. Mais alors appelons un chat un chat!

  27. Pellabeuf

    Oui on non : le Pape est-il infaillible ? Si oui, ceux qui s’opposent à ses définitions sont dans l’erreur.
    Jamais je ne me serais engagé dans le sacerdoce si j’avais pensé que l’Eglise catholique n’était pas guidée par l’Esprit Saint vers la vérité tout entière.
    Avec de telles déclarations, on tue les vocations, on tue la pratique religieuse, on tue l’Eglise.
    Abbé Bernard Pellabeuf

    • LILIANE

      Bravo M. l’abbé. Vous êtes un digne alter christi. Au moins un abbé qui me rassure. Que l’ESPRIT SAINT vous sanctifie et que le SACRE COEUR de JESUS bénisse votre sacerdoce.

    • Attention mon Père, Benoît XVI nous invitait à distinguer la religion toujours perfectible, toujours en chemin de la foi nécessairement infaillible (si Dieu a parlé, il nous dit la vérité car il ne peut ni se tromper, ni nous tromper).

      Mais avoir la foi ne fait pas de nous pour autant des interprètes authentiques de la parole de Dieu. Seul le pape l’est (sous certaines conditions).

      Donc Mgr Di Falco ne prêche aucune erreur. Car il ne dit pas que nous ne devons être certains de rien, mais il dit que nous ne pouvons poser en mètre-étalon de la vérité. Ce qui est évident. Nous progressons et progresserons toujours sur le chemin de la vérité.

      • L’absence d’une virgule rend mon texte plus difficilement compréhensible, je rectifie donc:

        Attention mon Père ! Benoît XVI nous invitait à distinguer 1) la religion toujours perfectible, toujours en chemin 2) de la foi nécessairement infaillible (si Dieu a parlé, il nous dit la vérité car il ne peut ni se tromper, ni nous tromper).

        Mais avoir la foi ne fait pas de nous pour autant des interprètes authentiques de la parole de Dieu. Seul le pape l’est (sous certaines conditions) ainsi que les évêques à d’autres conditions et l’Église.

        Donc Mgr Di Falco ne prêche aucune erreur. Car il ne dit pas que nous ne devons être certains de rien, mais il dit que nous ne pouvons poser en mètre-étalon de la vérité. Notre religion évolue avec nous autres êtres humains et découvre la vérité, alors que le dépôt de la foi confié à l’Église est infaillible et immuable.

        La religion catholique et nous progressons et progresserons toujours sur le chemin de la vérité.

        L’essentiel est de bien distinguer ces trois notions: 1) religion 2) foi 3) Église

  28. Hervé Soulié

    L’évêque di Falco n’est pas vraiment catholique.
    Il est chrétien, oui, très imprégné de la pensée contemporaine dans nos pays occidentaux.
    C’est faible, larmoyant, geignard, pauvre en philosophie, encore plus pauvre en théologie, en un mot pathétique.
    Allez, di Falco, vous êtes meilleur dans la défense et le soutien de votre ami Jérôme Kerviel !

  29. Emmanuel

    Et bien moi simple Catholique, ce que je crains le plus est le comportement de “Judas-Pilate” dont fait preuve dans sa grande majorité l’épiscopat Français voire parfois beaucoup plus haut ( suivez ma pensée, notamment depuis son élection…….)

  30. le perroquet

    JE SUIS LE CHEMIN,LA VÉRITÉ ET LA VIE+++_JÉSUS-CHRIST DE NAZARETH+++(SAINT ÉVANGILE)+++
    NUL NE VIENDRA AU PÈRE QUE PAR MOI+++_JÉSUS-SAUVEUR ET RÉDEMPTEUR+++(ANNONCÉ 2500 FOIS DANS 4000 ANS D’HISTOIRE SAINTE (SAINTE BIBLE DE JÉRUSALEM+ANCIENNE ALLIANCE)+++
    GLOIRE SOIT AU PÈRE YAHVWE-DIEU+
    GLOIRE SOIT AU FILS,NOTRE-SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST+
    GLOIRE SOIT À L’ESPRIT-SAINT+
    AU DIEU QUI EST,AU DIEU QUI ÉTAIT,AU DIEU QUI VIENT POUR LES SIÈCLES DES SIÈCLES AMEN+++ALLÉLUIA+++

  31. Anne Lys

    Nulle religion ne peut revendiquer pour elle seule la propriété de la vérité »
    affirment Mgr di Falco et Mgr Hérouard dans un communiqué lénifiant.

    Eh bien si. La religion catholique est celle des fidèles du Christ, qui est Dieu et est la Vérité. Il l’a dit lui-même : « Je suis la Voie, la Vérité, la Vie » et l’Église catholique émane du Christ. Ce que l’Église affirme par le Symbole des Apôtres et le Credo, par les dogmes qu’elle a proclamés est donc la Vérité et elle peut, à juste titre, affirmer qu’elle détient la Vérité.

    Il est vrai que les hommes qui forment l’Église catholique sont (sauf dans le cas où le souverain pontife engage son infaillibilité pour définir ou expliciter une question relative à la foi), faillibles. Leur interprétation peut s’éloigner de la Vérité, c’est vrai.

    Il est vrai également que beaucoup de religions, et au premier chef le judaïsme, comportent des parts plus ou moins importantes de Vérité.

    Mais pour les Chrétiens, il est toujours possible de revenir à l’essentiel : le Nouveau Testament, le Symbole des Apôtres, le Credo de Nicée-Constantinople, les dogmes proclamés et d’être assurés d’être ainsi dans la Vérité.
    Alors que les fidèles des autres religions ne disposent pas de ce socle infaillible. Même les Chrétiens qui n’appartiennent pas à l’Église catholique : s’ils s’en sont éloignés c’est parce qu’ils récusent telle ou telle partie de l’enseignement du Christ, qui est la Vérité, en général parce qu’ils revendiquent le droit de soumettre cet enseignement à leur « libre examen » afin de pouvoir en prendre et en laisser. Alors que l’Église catholique accepte et revendique la totalité de l’enseignement du Christ.

    Il est donc très imprudent d’affirmer qu’« aucune religion ne peut revendiquer pour elle seule la propriété de la vérité », puisque l’Église catholique, même si tel ou tel de ses membres peut l’interpréter de façon erronée, détient et est seule à détenir ce socle infaillible, qu’elle est d’ailleurs toute prête à partager avec ceux qui ne le possèdent pas.

    Sans doute ces bons évêques ont cru ainsi bien faire et contrecarrer la prétention des islamistes purs et durs à l’exclusivité de cette même Vérité, dont ils semblent, en fait, ne posséder que fort peu ! car ce n’est pas en reniant ses propres convictions (à moins qu’ils n’en aient point…) que l’on peut conduire celui qui vous hait à revenir à de meilleurs sentiments…

  32. K.

    N’est-ce pas Benoit XVI qui disait que nous devons nous faire posséder par la Vérité ?

    Et que donc, dire que quelqu’un possède la Vérité est une aberration ?

    Le Christ est plus grand que moi et je veux qu’Il me possède.

    Au delà d’être relativiste, cette manière de voir la Vérité est renversée.

  33. Emmanuel

    Voici à nouveau quelque chose qui justifie la démarche Défense Pratique de la Raison (DPR) récemment lancée. (voir le lancement de cette démarche dans le commentaire d’Emmanuel, déposé le 9 mai 2014 à 22h14, à propos de « même pas la pourpre aux joues » publié le 30 avril 2014 ; sur Mgr Di Falco plus particulièrement, voir le DPR n°4, en commentaire de « Cristeros : le relativisme de Mgr Di Falco » publié le 27 mai 2014).
    Rappelons que la démarche en cause propose de relever avec objectivité l’existence, dans certaines déclarations publiques, d’écarts manifestes par rapport à un juste exercice de la raison ou, ce qui en fait partie, par rapport au respect des faits. Au-delà de chacun des cas relevés, elle vise à appeler plus généralement l’attention sur cette évidence que si l’on se montre désinvolte par rapport au respect qui est dû à la raison et aux faits, on entre nécessairement dans l’arbitraire et même, si l’on détient un pouvoir sur les autres, dans la tyrannie, et que les conséquences les plus graves et les plus injustes, au rebours du bien commun, ont toutes chances d’en découler.

    DPR N°7 à propos de la tribune signée par Mgr Di Falco et par Mgr Hérouard sur le thème : la religion catholique n’a pas l’apanage de la vérité !

    Le texte de cette tribune est marqué par le sophisme. Celui-ci apparait en particulier dans cet aphorisme qui nous est proposé: « Nulle doctrine, nulle religion, nulle idéologie, nulle science, nulle culture ne peut revendiquer pour elle seule la propriété de la vérité ». Mais qui et que vise-t-on exactement en disant cela ? Il n’est pas honnête de ne pas le préciser, car il y a là un propos qui se veut critique, et qui risque donc bien d’être calomnieux à l’encontre de ceux que l’on viserait dans cette critique et que l’on n’a pas la franchise ou en tout cas pas la clarté de désigner.

    En réalité d’ailleurs, y a-t-il vraiment des gens qui prétendent revendiquer pour eux seuls la « propriété de la vérité » ? C’est une accusation que l’on voit souvent proférer par les tenants du relativisme à l’adresse de ceux qui défendent la vérité face à l’erreur, mais cette accusation n’a pas de sens, car la notion même de propriété n’a pas de sens par rapport à la vérité. Un énoncé peut être vrai ou faux, et donc la vérité de cet énoncé peut être ou ne pas être, mais cette vérité n’est évidemment la propriété de personne.

    Cette accusation stupide a pour but, en fait, d’éluder la question de l’existence de la vérité ou de l’erreur, et d’éluder la question de la légitimité de s’engager en faveur de la défense de la vérité et de la dénonciation de l’erreur.

    La vérité n’appartient évidemment à personne. La raison est commune à tous, et c’est un devoir pour tous de se soumettre à ses lois. Car la raison est la loi naturelle de l’intelligence que le Créateur a déposée en chacun de nous.

    Lorsque la raison est bafouée, comme par exemple lorsque l’on professe la théorie du genre, n’a-t-on pas le devoir de dénoncer cette transgression ? Car toute erreur et toute transgression des lois naturelles sont porteuses de violence. Au contraire, quoi de plus unifiant et porteur de paix entre les hommes que le respect de la vérité à partir du respect de la raison ?

  34. Daniel

    Qu’est-ce que la vérité ? a dit Pilate au Christ avant de le remettre au bras séculier sur avis du peuple.
    “Je suis la Vérité” a dit le Christ.
    Nos deux évêques ne sont pas catholiques.
    “Revendiquer pour elle seule la propriété” c’est comme dire “monter en haut” donc “revendiquer la propriété de la vérité” signifie dans leur bouche que soit toutes les religions ont la vérité, soit elles en ont toutes une partie (plus ou moins importante et c’est la thèse de Vatican II) soit la vérité est multiple (relativisme ) et chaque religion possède sa propre vérité.
    Par contre je suis d’accord avec “nul peuple ne peut survivre…”, sauf pour la religion musulmane qui opère par son bras armé et effraie nos laïcards qui leur lèchent les bottes.
    Quant à la “lecture contemporaine des textes … ” est-on dans “l’herméneutique” si chère au Pape émérite ou dans la censure ? Je comprends qu’on puisse censurer les parties du Coran qui sont non conformes au code pénal, ce bouquin devrait être interdit pour apologie de la haine religieuse, incitation au meurtre et à la violence aux femmes. Mais que retirer ou déformer dans les Evangiles ? On n’y trouve aucun appel au meurtre seulement “aimez vos ennemis” !

  35. Pausier

    Ainsi Jésus aurai menti losrqu’il a déclaré: “Je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par moi”. (Jean XIV, 6) ?

    Quels sont ces serviteurs qui ne respectent pas la parole de leur Seigneur ?

  36. rocheteau

    que nous a-t-on enseigné ? Jésus : “JE SUIS Voie Vérité Vie, nul ne va au Père QUE par moi”.
    c’est vrai ? c’est faux ? si c’est faux tout s’écroule et notre religion comme les autres ne tient pas debout ! il y a de quoi devenir athée ou agnostique….comme beaucoup aujourd’hui !
    QUE VOTRE OUI SOIT OUI – QUE VOTRE NON SOIT NON…
    aujourd’hui, au nom de la Tolérance, de l’ouverture aux autres, nous sommes en plein relativisme et pourtant comme les générations qui nous ont précédé nous avons besoin de certitudes….
    Jésus n’est pas un menteur, un affabulateur, un dangereux fou sacrilège et profanateur, comme ont voulu le croire ceux qui l’ont condamné lors de son procès qui l’a conduit à la passion et à la mort atroce, comme veut le faire croire encore tout ce mauvais clergé envahi d’idées à la mode…. Mais le Christ est vainqueur et ressuscité ! la mode, les idées à la mode sont faites pour passer comme le disait déjà Saint Paul !

    • L’exposé de Mgr Di Falco laisse intacte cette vérité de foi que notre esprit peut atteindre à des certitudes rationnelles et de foi. Mais ne peuvent imposer leurs opinions que les institutions laïques lorsqu’elles prennent des décisions fondées sur la raison universelle de l’homme. Un simple particulier ne peut imposer ses opinions surtout ses opinions fondées sur la foi en la parole de Dieu.

      Le droit naturel par exemple dans ses conclusions essentielles peut être connu avec certitude et universellement et doit être appliqué par les institutions laïques.

  37. Il faut bien comprendre que lorsque le concile dit qu’il y a des vérités ailleurs que dans l’Eglise, il s’agit de vérités philosophiques, appartenant à l’ordre naturel de la connaissance de la vérité, et non pas de vérités appartenant à l’ordre surnaturel propre à la Révélation dont l’Eglise a le dépôt, et elle seule ! Je ne comprends pas que partout cette confusion soit entretenue, sinon pour effectivement gommer l’originalité de l’Eglise, dont S. Paul donne cette définition, elle est ” la colonne et le soutien de la vérité ” (1 Tm 3.15). Pensez-vous que saint Paul serait prêt à donner aujourd’hui cette définition à une autre religion ?

    • PAGUE Jean

      Bonjour,
      Non ! Paul de Tarse n’était pas l’homme des concessions. Pas même aux chrétiens judaïsant. Là, je vous suis mieux. L’abbé Lafargue me semble tenir un autre discours. Ce que vous dites parle mieux aux gens de mon âge qui ont chanté autrefois le Tantum ergo. Il y a si longtemps… J’en suis à me demander s’il y aura quelqu’un, rassemblant vaguement à un curé, pour prononcer deux mots d’absoute sur mon cercueil. Une fosse et basta. Parce qu’on en est arrivé là. On trouverait plus facilement un imam. C’est cela les séquelles de Vatican II – non pas du concile mais comme il a été compris et appliqué « sur le terrain » par des gens au zèle dévastateur comme en prélude à Mai 68. Je me demande ce que les jeunes gens d’aujourd’hui qui acclament les papes ont vraiment dans la tête. Ce qu’il peut bien y avoir de commun entre ce qu’il m’a été prescrit de croire, étant enfant, que j’ai approfondi par maintes lectures, et ce qu’ils croient, eux ?…
      L’abbé Lafargue dit vrai en ce sens que l’Eglise ne donne pas dans le relativisme. Il s’agit d’autre chose porteuse d’un négativisme de même nature et qu’on appelle communément le politiquement correct et son corollaire le terrorisme intellectuel qui pourfend tout ce qui bouge et d’abord le christianisme et, comme d’habitude depuis les Lumières, l’Eglise.

      Nous autres, gens âgés, tourneboulés par ces « changements » à la tête de l’Eglise dont nous ne comprenons pas du tout la nécessité, nous avons tendance à forcer le trait et même à nous montrer hargneux dans nos critiques. Il faut y voir comme l’expression d’un regret, celui « du bon vieux temps » quand tout était à sa place, côté Evangile, côté Epîtres, les dames couvertes entre Thérèse de Lisieux et le curé d’Ars, et Jeanne de Domrémy, cuirassée comme on ne l’était pas sous Charles VII ; quand le credo en latin n’était nullement du chinois pour qui le récitait depuis tant de générations.
      Nos évêques donnent cette impression de vouloir coller aux mœurs du temps craignant toujours de n’en pas faire assez aux yeux des laïcards, craignant constamment d’être en retard de progressisme, redoutant par-dessus tout d’être accusés – crime suprême – d’un retour à l’ordre moral, le syndrome du Syllabus, pour ainsi dire. Le risque ne court guère à l’heure où le Saint-Père veut débarrasser l’Eglise de ce qui reste de sa magnificence tridentine, reflet de la gloire de Dieu. Signe qui ne trompe pas : il suffit de lire quelques feuilles de gauche pour voir à quel point on y couvre d’éloges le discours antilibéral du pape, y compris dans les loges anticléricales. Comme s’il y avait quoi que ce soit de bon à attendre de tout autre système !

      Composer avec les pouvoirs en place et l’idéologie dominante, se défausser ostensiblement des opinions minoritaires d’aujourd’hui dites “populistes” (qui seront probablement celles, majoritaires, de demain) afin de complaire aux cathos militants nourris de multiculturalisme. Bref, il s’agit, sous couvert de « dialogue » qui n’est pas sans analogie avec la tentation au désert, d’épouser subrepticement son siècle en se donnant l’air d’y résister quand même, histoire de sauver les meubles, avançant peu à peu sur la voie d’un syncrétisme. Compromission avec le siècle que n’aurait sans doute jamais accepté un Jean-Marie Lustiger, tout intello qu’il fut, ni Joseph Ratzinger, ni Karol Wojtyla. Aux gens de mon âge cela rappelle un peu l’attitude de l’Eglise orthodoxe au temps du glacis stalinien. Collaboration contrainte et profil bas. Il s’agissait de survivre en attendant des jours meilleurs. Avec une différence de taille, cependant. L’Eglise de France ne vit pas sous la dictature. L’Eglise est libre mais ne le dis pas assez. Rien n’oblige nos évêques au « dialogue », c’est-à-dire à adopter profil bas au nom de la raison politique ou sociale.
      Et j’en resterai là pour cette fois.

  38. jpe

    Je crois bon de faire du copier coler de la citation cidessous

    » JE SUIS LA VOIE, LA VERITE ET LA VIE »
    Qu’en pensent nos 2 hérétiques ?
    Pauvre église de France, trahie par ceux qui devraient la défendre sans AUCUNE compromission avec l’erreur.

    Nous les laïcs catholiques nous portons la responsabilité de défendre la vérité
    Le relativisme envahit tout y compris les personnes que l’on crirait les moins en danger d’être atteint par cette maladie contemporaine

  39. Henri

    J’ai été frappé par le commentaire d’Emmanuel proposant le DPR n°7. C’est tout à fait ça, on est en plein sophisme.
    On a du mal à démêler ce qui peut inspirer réellement un tel texte.
    Cette accusation, vaseuse comme le souligne bien Emmanuel, de prétention à la « propriété de la vérité » est en fait mise en avant pour couvrir l’accusation, celle-ci imprésentable en toute clarté car elle est injustifiée, contre ceux qui jugent que le vrai et le faux existent et que c’est un devoir de s’engager, pacifiquement mais fermement, en faveur de la défense de la vérité et de la dénonciation de l’erreur.
    En même temps qu’elle est manipulatrice, l’accusation de « prétention à la propriété de la vérité » traduit un esprit étroit et mesquin en ce qu’elle manifeste une incapacité à concevoir que d’aucuns puissent avoir la générosité de s’engager pour la défense de la vérité et ainsi en faveur de la promotion du bien commun, puisque ce dernier ne peut être servi que par la vérité.
    N’en déplaise à Mgr Di Falco et à Mgr Hérouard, il existe des gens droits et généreux qui sont scandalisés par la loi qui prive délibérément des enfants de père ou de mère, ou encore par l’endoctrinement des enfants sur l’idéologie absurde et mortifère du gender, endoctrinement qui va, dans le cadre de l’instruction civique, jusqu’à emmener des collégiens dans une mairie pour une mise en scène de mariage entre personnes de même sexe (vous connaissez cette parole du Christ : celui qui scandalise un seul de ces petits, il vaudrait mieux qu’il meure noyé la pierre au cou ?), gens droits et généreux qui s’engagent pacifiquement dans la résistance face à ces horreurs sans aucun profit pour eux.
    Nos autorités ecclésiales seraient d’ailleurs bien avisées de placer le souci de la protection des enfants au cœur de la doctrine sociale de l’Eglise comme il est au cœur de l’Evangile.

  40. Mario

    L`Arianisme contenait des parts de vérité – ainsi ceux qui se sont opposés aux Ariens ont fait erreur!

    Le Catharisme contenait des parts de vérité – alors il aurait fallu laisser la religion cathare libre de s`étendre partout!

    L`islam content des parts de Vérité – alors aidons a construire partout ces « casernes» en terre chrétienne!

    Tous les chrétiens qui sont mort en combattant ou en résistant a cette « doctrine et ses pépites de vérité» en Espagne, en France, en Italie, dans les Balkans, en Autriche étaient-ils des sots!

    Et bien sur le Prince de ce monde lui, n`existe pas puisque plusieurs de ces hommes n`y croit pas mettant ainsi leur Maitre au défi!

  41. philémon

    Une religion qui n’est plus sûre de sa vérité n’a plus sa raison d’être : fournisseur parmi d’autres la loi du marché entrainera sa disparition tôt ou tard .Le but d’une religion est d’apporter au monde ce qu’il ne peut produire de lui-même et non d’être une girouette!

  42. bbruno

    pourqoi ces deux illustres (!) monseigneurs ne vont pas vendre des tapis, sans naturellement en avoir l’exclusivité??? Ils seraient franchement plus véridiques!

  43. gege

    L’Eglise catholique possède la vérité puisqu’elle a reçu le dépôt sacré de la foi du Christ qui l’a remis à l’apôtre Pierre et ses successeurs. Les autres églises ou sectes sont dans l’erreur dont l’erreur la plus grande est d’avoir quitté l’Eglise, déchiré la tunique sans couture en s’opposant à l’ultime prière de Jésus : “Père qu’ils soient un afin que le monde croit!”
    La vraie démarche œcuménique est de refaire l’unité, c’est à dire faire en sorte que les brebis ( chrétiennes) dispersées ou égarées de par le monde retournent à l’unique bercail qui est l’Eglise de Rome. A ce moment là cesseront les disputes sur les parcelles de vérité!
    Quant au pape Pie XII il y a longtemps qu’il devrait être canonisé. Si cela tarde c’est à cause des multiples calomnies ( le pape d’Hitler) qui ne cessèrent d’entacher la mémoire de ce pape admirable.

  44. rocheteau

    avec tout ça, malgré les horreurs de la guerre que j’ai vécue enfant, je ne regrette pas d’être née à une époque où ce qui était bien était appelé Bien et ce qui était mauvais était clairement appelé Mal ! avec Pie XII, tout était simple et clair !!! maintenant on embrouille tout à plaisir, nos évêques ne semblent plus savoir sur quel pied danser, on peut se poser la question pour Qui pour quoi sont-ils devenus prêtres et pourquoi enfin ont ils consacré leur vie à une cause si floue, si peu sûre… je serais mal à leur place ! il y a de quoi se flinguer….

  45. gerard

    rocheteau ,moi de même j’ai le sentiment que tout se déglingue et cela viens petit a petit depuis Vatican II doucement mais surement ,le respect du a Notre Seigneur s’ effiloche ,un certain Luther doit jubiler,et nous pleurer sur tout Prier.

  46. eugene

    Malheureusement il ya des eveques qui sont tombe’s victimes du relativisme sans frontieres du notre temps.
    Mais pour un vrai chretien Jesus et son morale sont supremes pour toujours comme dans le triangle du Pascal pour les religions. Avouer ca ce n’est pas exclure les autres mais au contraire mieux les accepter.

  47. Pingback: L’Eglise possède-t-elle la plénitude la vérité ? | Riposte-catholique

  48. Pingback: Más apostasía episcopal | Tradición Digital

  49. Pingback: Anonyme

  50. Gustave Wembo

    salutation dans le christ. j’invite mes freres et soeurs a relire et de maniere systematique saint Paul. le relativisme ne vient pas du Saint-Esprit! le monde ne doit pas prendre le dessus sur nous quelque soit les circonstances. A Dieu soit la gloire a jamais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *