Mgr Francis Bestion ordonné évêque de Tulle

Download PDF

Ce dimanche 23 février, le diocèse de Tulle a vu l’ordination épiscopale de Mgr Francis Bestion, ancien vicaire général de Mende, et successeur de Mgr Bernard Charrier. La célébration a eu lieu à Tulle à 15h dans une cathédrale Notre-Dame. C’est Mgr Pascal Wintzer, archevêque de Poitiers, assisté de Mgr Charrier et de Mgr Jacolin, qui a procédé à cette consécration épiscopale. 

Extrait de l’homélie donnée par Mgr Wintzer :

“[…] Des trois verbes qui disent le ministère de l’évêque, enseigner, prier et gouverner, le dernier, gouverner, prend souvent le plus de temps et c’est lui qui occupe et occupera beaucoup votre esprit. Bien entendu, l’évêque ne peut être seul à orienter, à choisir, à décider, le presbyterium avant tout, et aussi les conseils diocésains, sont les lieux habituels et nécessaires où se réfléchissent les choix, mais, en fin de compte, l’évêque doit pouvoir assumer et supporter la solitude inhérente à tout poste de responsabilité. Même si on ne désire pas une telle charge, accepter et recevoir l’épiscopat, demande que l’on s’y donne totalement. Cher Père Bestion, soyez tel le prophète Ezéchiel qui ouvre au peuple d’Israël un horizon qui se déploie bien au-delà du Temple de Jérusalem et de ses parvis, pourtant nombreux. Certes, nous savons où est la source, elle n’est plus à Jérusalem ni au Mont Garizim ; plus exactement, la source, elle est à Jérusalem, à Samarie, à Tulle et à Brive, puisque cette source c’est le Seigneur lui-même. Votre ministère, mais en cela il est un signe de ce qu’est la mission de chaque chrétien, elle est d’être un sourcier, un puisatier, ainsi que l’exprime votre devise. Nous n’apportons pas l’eau de la vie dans une petite gourde ou dans quelque citerne, mais nous révélons que l’eau est là, elle attend ; il nous revient, tel sainte Bernadette, aux ordres du Seigneur, de dégager ce qui obstrue la source, alors l’eau jaillira.  […]

Ne croyons pas que nos contemporains n’attendent rien de l’Eglise, n’attendent rien de nous les chrétiens. Certes, de temps à autre, nous sommes appelés, et c’est notre devoir, à dire « non », à exprimer des alertes, des avertissements, des mises en garde. Et je souligne que la société médiatique dans laquelle nous sommes peut tellement grossir cette attitude que l’on a parfois l’impression que nous ne disons que cela, que nous, les chrétiens, nous sommes dans le refus permanent. C’est vrai, pour exister sur les ondes et sur les écrans, il semble qu’il faut s’opposer, se distinguer. Les « indignés » et autres bonnets rouges, parfois roses, occupent beaucoup l’espace. Encore une fois, il faut aussi, parfois, mais pas trop souvent, savoir dire « non »”.

7 comments

  1. Pingback: Mgr Francis Bestion installé nouvel Evêque de Tulle le 23 février 2014 | fetedelasaintmartialdesardents

  2. senex

    Que votre oui soit oui, votre non soit non …enfin pas trop souvent, ni trop fort et en bonne compagnie. Voilà la recette pour faire un vieil évèque et…. mourir dans son lit.

  3. Jean Dupont

    Les “bonnets roses”, c’est du niveau des triangles roses que le régime nazi faisait porter aux déportés homosexuels. S’il avait dit “arc-en-ciel”, cela pouvait passer. Mais “rose”, c’est de la dérision. Qu’il ne s’étonne pas ensuite que l’Eglise soit accusée d’homophobie.

  4. Major

    Visiblement cet évêque n’a pas bonne côte pour son passé au séminaire progressiste de Toulouse! La photo m’amuse car je vois qu’il y’a le fameux François Fonlupt qui l’air complétement perdu !
    Quelle drôle d’Eglise avec cette dinette liturgique !

  5. chouan 12

    C’est à dire que ce brave nouvel évêque quand il était au séminaire de Toulouse a fait virer un certain nombre de séminaristes parce qu’ils se réunissaient pour réciter le chapelet. Sans doute qu’il aurait mieux valu qu’ils jouent à d’autres jeux!!!!plus modernes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *