Mgr Roland, entre St Ignace et Hans Urs von Balthasar

Download PDF

Evêque de Belley-Ars, Mgr Pascal Roland (63 ans) est le nouveau président de la Commission épiscopale pour la vie consacrée. Il répond à La Vie :

“Quelle figure – saint ou non – mériterait d’être ajoutée à la liste des docteurs de l’Eglise ?

Hans Urs von Balthasar. C’est pour moi un maître spirituel. Ce que j’apprécie chez lui, c’est qu’il m’aide à unifier la vie intellectuelle, la vie spirituelle, et le témoignage de vie.  C’est aussi sa vue panoramique : il a constamment le souci de donner à voir l’ensemble du mystère de la foi. Enfin, c’est sa capacité de dialogue et d’intégration.

Votre livre préféré ? (… hors Bible !)

Le petit livret des Exercices Spirituels de saint Ignace de Loyola. C’est un trésor de pédagogie pour moi-même et pour aider les autres dans leur cheminement spirituel. C’est quelque chose de simple et qui va à l’essentiel. Cet ouvrage marque beaucoup mon itinéraire spirituel depuis la retraite de trente jours vécue en 1986. Et il m’inspire toujours pour guider chaque année des retraites de fondation spirituelle avec des jeunes en recherche de leur vocation. […]

Quelle est votre table monastique préférée pour une retraite ?

L’abbaye Notre-Dame de Sept-Fons, avec la communauté. C’est simple et suffisamment copieux et varié. Il y a surtout une ambiance fraternelle. C’est là que j’ai fait retraite avant d’être installé comme évêque de Belley-Ars.

Votre « tube » parmi les chants chrétiens ?

Les litanies des saints. Parce que c’est un chant qui marque beaucoup de célébrations chrétiennes majeures : vigile pascale, ordinations, professions religieuses, toussaint et récemment la canonisation de Jean XXIII et Jean Paul II. C’est un chant simple et majestueux, qui nous inscrit spontanément dans une grande famille de toutes races, langues, peuples et nations en même temps que dans une tradition multiséculaire. […]”

19 comments

  1. de la Croix Guy

    Oui, plus rien d’étonnant de ces évêques qui honorent un évêque allemand ( npmmé cardinal posthume par J-P II… ) qui a écrit que l’enfer n’existait pas… donc à quoi a bien pu servir l’incarnation de Dieu , la Rédemption; la, Passion du Christ et sa Résurrection???? tout cela a bien été inutile…. on croit rêver… et on n’a pas fini de rire avec l’eglise de france…

  2. sygiranus

    … ou la schizophrénie catholique !
    Pauvre saint Curé d’Ars ! Après que le démon ait tourmenté son sommeil dans sa vie, il le fait encore se retourner dans sa tombe !

  3. Veilleur

    Il me semble bien que c’est Von Balthasar qui dit que l’enfer est vide.
    S. Ignace fait méditer continuellement sur le grand nombre de damnés qui sont en enfer dans les Exercices spirituels.
    Tous ces évêques diocésains sont des modernistes hérétiques ou des hérétiques modernistes.
    Jerusalem, Jerusalem, convertere ad Dominum Deum tuum.

  4. Marial

    Il me semble bien que c’est Von Balthasar qui dit que l’enfer est vide
    Je pense qu’il veut dire que l’enfer est vide parce qu’en cette période de l’histoire, les démons sont sur la terre, et Satan joue sa dernière carte contre Dieu

  5. rocheteau

    la doctrine de Von Balthasar et celle de st Ignace me semblent s’opposer… mais Von Balthasar n’a-t-il pas fait l’objet d’une mise en garde de Rome ? comment se fait-il qu’un évêque “catholique” en fasse sa référence ? n’est-ce pas une manifestation de l’esprit de 68 qui pousse à la désobéissance ?

  6. Lumen

    Guy de la Croix et Veilleur, avant de médire, il faut lire… commencez donc par “Espérer pour tous”, puis plongez vous dans “L’enfer, une question”, et vous y découvrirez que Balthasar n’a jamais prétendu que l’enfer était vide, mais qu’il refusait d’affirmer qu’il y avait forcément quelqu’un en enfer.
    C’est sans doute trop subtile pour vous, déjà que vous prenez Balthasar pour un évêque allemand, alors que c’était un prêtre suisse…

  7. AL

    Le petit livre «L’Enfer, une question» de H Urs von Balthasar mérite lecture. Il y dit en gros :
    – Nous avons tous des représentations de l’Enfer, la réalité est sans doute bien éloignée de cela.
    – Si ce n’est pas un «lieu» physique, du moins correspond-il à une certaine réalité, dont lui-même espère qu’elle est «vide», c’est à dire qu’il espère qu’aucun homme n’y est soumis. Il n’affirme pas qu’il est vide, mais qu’il espère qu’il en est ainsi.
    En gros : l’Enfer existe, mais prions pour qu’il soit vide. C’est une sorte de confiance folle en la capacité de la toute-puissante Miséricorde de Dieu à convertir même le plus endurci des cœurs.

    En définitive : sa position reste un «théologoumène», une proposition théologique sur un point laissé libre (on a toujours refusé de formuler dogmatiquement quoi que ce soit au sujet de qui est en Enfer et qui n’y est pas : il ne nous appartient pas de le savoir).

  8. Edel

    C’est Karl Rahner, pas Hans Urs von Balthasar, qui dit que l’enfer est vide.

    Quand on critique, mieux vaut le faire à bon escient.

  9. Veilleur

    Pour Lumen et Edel :

    Peut-être que je ne savais plus exactement ce que disait Von Balthasar…

    Mais si vous priez pour que l’enfer soit vide, c’est qu’il peut l’être en effet, n’est-ce pas ?
    Oui ou non ?

    Alors, quant à moi, je connais en tout cas bien l’évangile
    et je crois donc Jésus qui nous y a révélé que non seulement l’enfer existe,
    mais que beaucoup en prennent la voie et y vont.
    C’est son enseignement explicite ou aussi implicite dans presque toutes ses paraboles,
    c’est aussi l’enseignement de tous les Saints et de la Tradition de l’Eglise.
    C’est une vérité de FOI.
    Donc, affirmer que l’enfer pourrait être vide par la, miséricorde infinie du Bon DIEU est une HERESIE !!!
    Un point, c’est tout.

    Qu’il soit allemand ou suisse ne change pas grand chose,
    je n’ai pas calomnié (la médisance est en effet dire du mal vraie sans raison)
    en mettant en garde contre une théologien qui professe l’hérésie publiquement au sujet de l’enfer…
    Hérésie qui pousse de plus au laxisme moral le plus complet…

  10. hermeneias

    Les “intelligents” et subtils , soi-disant , qui se piquent de balthasarisme devraient réfléchir et se dire que s’il n’y avait personne en enfer cela voudrait dire que “l’enfer” n’existe pas puisque ça n’est pas un lieu physique .
    Or cela est contraire aux Evangiles et à la Tradition constante de l’Eglise .

  11. Lumen

    le Cardinal Ratzinger, qui présida les obsèques d’Hans Urs von Balthasar, dit notamment dans son homélie : “sa vie nous a appris à croire, son témoignage est espérance pour lui et pour nous”. Si jamais vous suspectez Benoît XVI de légèreté vis-à-vis de la Tradition et des Evangiles, remettez-vous en question.

    Quant au fait que l’enfer peut être vide, cela est envisagé par saint Paul : “Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la pleine connaissance de la vérité”. 1 Tm 2, 4
    Saint Paul, comme la Tradition et Balthasar, ne dit pas que l’Enfer est vide, mais que Dieu veut sauver tous les hommes, et que donc il se peut qu’il n’y ait, à la fin des temps, personne en enfer.
    Jésus a effectivement dit que beaucoup se dirigent, par leurs actes, loin de Dieu, mais il n’a jamais affirmé que quelqu’un était en enfer.

    • sygiranus

      Il n’est pas besoin de se remettre en question bien longtemps pour affirmer l’absurdité de la vacuité de l’enfer !
      Que Dieu ait prédestiné l’homme à aller au Ciel, est une chose mais celui-ci ayant volé (?), conquis (?) sa liberté de pensée, affirmer que la miséricorde divine effacera tous ses péchés est un affront à sa justice ! L’Église a toujours condamné le quiétisme et enseigné les voies sûres du salut., A quoi bon montrer le danger si des filets de protection à 100% sont en place !
      Une voiture peut répondre parfaitement à un cahier des charges prévoyant qu’elle ira de Paris à Rome par les grand-routes sans problème pendant 25 ans, elle ne supprime pas l’alcoolisme au volant ni l’envie d’évasion du conducteur par les sentiers de montagne.
      Affirmer que l’enfer est vide et oublier que Dieu est parfaitement juste est la preuve d’une témérité suicidaire ! Ce n’est du reste pas Dieu qui condamne au sens propre, mais l’homme qui se condamne lui-même en dérogeant aux règles posées par la Providence. Le Seigneur ne fait que confirmer ce choix quand la mort le rend irrévocable !
      Quand aux paroles de Jésus-Christ, il a bien dit, à propos de ceux qui scandalisent les petits enfants : “Qu’il vaudrait mieux pour eux d’être précipités à la mer avec une pierre au cou !” On doit le comprendre que subissant un châtiment terrestre, ils pourraient ainsi échapper à la damnation éternelle. D’où l’utilité des peines ici bas pour les méchants. Imaginer une autre solution serait d’une imprudence folle vis-à-vis de notre salut éternel !

  12. Veilleur

    Il faudrait relire l’évangile, Lumen… et connaître l’enseignement de l’Eglise.
    Jésus parle souvent dans ses paraboles de ceux qui tombent en enfer.
    S. Paul dit que “Deus vult omnes salvos esse”,
    ce qui signifie que Dieu ne prédestine personne à l’enfer,
    mais qu’il donne à tous la grâce de se sauver, bien que tous ne se sauvent pas.
    C’est le commentaire de toute la Tradition de l’Eglise…
    Bien plus, la plupart des Pères de l’Eglise enseignent le petit nombre RELATIF des élus,
    c’est-à-dire qu’il y a plus de personnes qui se damnent que de personnes qui se sauvent.
    Aucun n’a enseigné qu’il y a la possibilité que personne se damne.
    Qui vous a enseigné cela, si ce n’est l’ultra-moderniste Balthasar.

    Quant à Benoît XVI, il y aurait beaucoup à dire,
    comme sur le concile… comme sur les “papes de Vatican II”.

    • Veilleur

      Oui, et c’est aujourd’hui l’anniversaire de la première apparition de la Ste Vierge à Fatima !

      Notre-dame de Fatima, redonnez la Foi dans le dogme de l’enfer et la crainte de celui-ci aux âmes égarées !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *