Nos racines chrétiennes ne sont pas une menace mais une chance

Download PDF

Mgr Philippe Mousset, évêque de Pamiers, a été interrogé par Ariegenews. A propos du pape François, l’évêque l’oppose sans complexe à Benoit XVI :

«C’est un changement providentiel ! C’est un pasteur très proche d’un peuple d’une société, on bénéficie de son expérience. Son prédécesseur était plus dans l’enseignement, lui c’est un pasteur en immersion dans l’époque actuelle et c’est important. Il a vécu son expérience de pasteur dans un pays qui n’est pas facile. C’est quelqu’un qui a su aller au-devant des personnes, il n’est pas resté dans ses murs et a su montrer la route. Il nous invite à sortir, à ne pas avoir de complexe. C’est quelqu’un qui a le souci des petits, des pauvres, des faibles, il est très attentif et invite les grands de ce monde à être plus juste. Il a lui-même choisi de vivre dans la solidarité, la simplicité. Cet impact du nouveau pape se ressent y compris dans l’Ariège, il donne une image d’une église moins recroquevillée sur elle-même, plus présente, moins déconnectée avec la réalité. Dire qu’il y a meilleure adhésion de la pratique religieuse c’est aller un peu vite mais c’est incontestable il y a une meilleure réception de l’Eglise, cela se perçoit de manière tangible».

A propos de l’autre François, celui qui a oublié les catholiques le jour de Pâques, mais qui n’oublie jamais les musulmans, Mgr Mousset déclare :

«Il est important de ne pas renier ses racines quelles qu’elles soient. Cela ne veut pas dire ne pas avoir un regard critique sur l’histoire. L’Eglise a eu par moment des attitudes répréhensibles et critiquables, Jean-Paul II que l’on va canoniser dimanche avait émis quelques repentances sur tel ou tel phénomène de l’histoire. Mais les racines c’est important il ne faut pas en avoir peur. Si on renie ses racines, on peut aller en chercher d’autres et peut-être perdre certains repères rendant encore plus floue la situation. Nos racines ne sont pas une menace, elles sont au contraire une chance, elles peuvent contribuer à leur manière à la recherche d’une société meilleure. Elles peuvent y contribuer avec la laïcité. Je n’ai pas de problème dans mon ministère pour le vivre sans complexe avec mes convictions dans une société laïque.

Nous savons très bien que nous devons respecter ce cadre de la laïcité. Si on y réfléchit avec confiance, tel qu’il a été fait, cet espace laïc permet au contraire que chacun puisse apporter sa contribution sans l’imposer aux autres. C’est ainsi qu’on aura une société plus vivante, plus dynamique. Oser se rencontrer sans se craindre, n’ayons pas peu de débattre, de confronter, de voir ce qu’on peut faire ensemble pour construire une société meilleure et peut-être l’Europe de demain».

A propos des derniers débats houleux entre les évêques à Lourdes, Mgr Mousset déclare :

«C’est heureux que nous puissions entre évêques débattre de ces sujets. Nous ne sommes pas là marchant aux ordres. Nous sommes différents les uns des autres, un seul point nous unit, c’est la foi. Cette assemblée a permis un débat qui n’était pas programmé. Le débat était intéressant, les uns et les autres se sont positionnés par rapport aux familles. Il y a nos traditions à remettre en cause et la manière dont nous les communiquons. Comment sommes-nous capables aujourd’hui de parler avec nos convictions en direction des générations d’aujourd’hui ? Si on prend le temps de les écouter, de faire un chemin ensemble, je suis très surpris de voir combien les jeunes sont en attente de ces valeurs, il suffit de décrypter leurs attentes… oui on peut cheminer ensemble. Il y a des initiatives surprenantes dans les paroisses, des jeunes pour des questions de mariage ou de baptême acceptent de cheminer. On s’aperçoit qu’ils ont souvent des clichés de l’Eglise, nous sommes surpris de leur accueil. Autre paradoxe, au sortir de fêtes comme Noël ou Pâques, cette année on n’a jamais eu autant de monde et beaucoup de jeunes présents aux messes dans des églises pleines. Peut-être que l’on a à apprendre à rencontrer ce monde qui vient à nous. […] il faut sortir de nos communautés aller porter l’évangile à l’extérieur».

13 comments

  1. Aucun ennui avec un homme de cette ouverture; cela ne fait pas de mal lorsque chacun respecte les avis et position de l’autre; car, enfin, l’ennui ne vient que d’un lissage des opinions de conscience ce qui devient alors un relativisme du déni de reconnaissance; ce successeur de mgr Lugagne Delpont est aussi péchu que ce dernier…à condition de ne pas rouler trop vite !

    François petalugue

  2. jejomau

    l’enseignement pèse aux évêques apparemment… Enseigner c’est DIRE ce qui EST; autrement dit : apporter LA Vérité.

    Vite cachons Benoît XVI et sortons François…

    Sûr que c’est plus facile pour nos braves consciences endormies dans le confort avec l’octroi régulier d’un smic majoré (en tant qu’évêque) et d’une couverture médicale et d’une retraite tranquillou que n’avait pas un Saint Jean-François régis mort sur les routes un soir d’hiver alors qu’il allait apporter le Christ et son enseignement au plus profond des campagnes françaises….

  3. LE GUEN

    Comment peux-ton comparer deux Papes, y’en a pas 2 qui se ressemble. Allez comparer un docteur, un mécanicien, un agriculteur, un danseur, et un chercheur et j’en passe. En voilà un qui n’a pas compris que même dans une famille, pas deux enfants se ressemble. Pauvre Saint Père Benoit XVI, “recroquevillé dans son monde”.

    Bon enfin ça m’bouffe ces comparaisons de papes. Alors on a tout et n’importe quoi. Les catho tradi regrettent Benoit XVI et celui-ci (le Pape François, Jean Paul II) sont des progressistes…. (je parle qd même des tradi qui ont le luxe d’être rattaché à Rome). Et par contre pour les catho on va dire “progressistes”, BenoitXVI ne plaisait pas et suit une liste de cliché. Alors vous savez quoi. Les papes ne sont pas fait pour plaire aux hommes, ils sont faits pour continuer la mission de Pierre et de garder l’Eglise, alors au lieu de passer son temps à les critiques, les comparer, que n’avons-nous pas autre chose à faire, de prier pour eux, par exemple, de vivre notre vocation de baptisé, car charité bien ordonné commence par soi-même. A titre personnel j’ai passé des années à être comparée à des collègues (je suis infirmière de nuit), ça été très loin. J’en ai horriblement souffert, jusqu’au harcèlement moral.

    J’ai été très choquée en entendant une interview sur une radio tradi (rattachée à Rome), les critiques sur le Pape François “qui marche en crabe, qui fait rien”. Mais vous que faites-vous ? Vous vous bougez pour que le triomphe du Coeur Immaculé de Marie avance ? Vous offrez des pénitences, vous priez avec votre coeur ? Vous faites quoi pour aider le Saint-Père ? Vous faites quoi. Je faisais confiance à cette radio, je continue à lui faire confiance et ça faisait rire et ironiser (caustique) les protagonistes de l’émission. Ben moi ça me fait pas rire. Oh je ne dis pas on est tous pécheurs, y compris moi, vous les papes…Personnellement je suis pour la Tradition. Mais il y a des choses qui me heurtent, parfois ces personnes s’assimile à une caste et y’a tendance à en avoir que pour la noblesse et l’armée avec ces titres, les familles nombreuses, (ben oui c’est ce dont je rêvais), les vocations religieuses et sacerdotales (tant mieux), mais les pov. célibataires sans enfants, qui n’ont eu aucune “vocation” sinon celle de baptisé (ah ça on oublie), qui se fondent dans la masse parce qu’ils n’ont aucune reconnaissance sociale ou religieuse. Ceux-là ils n’intéressent personnes, ils sont “lisses”, invisibles et ne servent que si on a besoin d’eux et encore !!! Ils n’ont aucune reconnaissance dans le monde civil ou religieux. Ce sont les grands invisibles, parce “qu’ils n’ont pas été capables d’être choisis”. et ça ça sent le vécu, c’est très éprouvant à vivre, dans le monde civil on comprend, dans l’Eglise, la paroisse, le monde tradi, ça passe bcp moins bien. Et ça me fait d’autant plus mal que j’aime la Tradition et le monde traditionnel. Bon c’est peut-être mon coup d’blues du WE.

  4. karr

    L’évêque de Pamiers n’a aucun problème avec la laïcité,il n’y a qu’a voir sa tenue pour en être définitivement convaincu!
    Avec le Pape François voilà revenu les ecclésiastiques des années 70,mais après lui que restera-t-il?

  5. Melmiesse

    L’évêque se Pamiers dit qu’il faut un regard critique sur l’histoire, l’Eglise a été critiquable (qui ne l’est pas?), il est prêt à la repentance; Les accusés des procès stalinien devaient faire leur autocritique avant leur condamnation, car, qu’il ne se fasse pas d’illusions, il sera quand même condamné, à moins qu’il ne disent leurs 4 vérités à ceux veulent entrainer la France dans l’athéisme

  6. Mais qu’ils se taisent et qu’ils cessent de
    critiquer le Pape Benoit XVI ou le Pape François !
    certains de nos évêques devraient se retirer au
    fond d’un monastère et surtout se faire oublier !
    Seul doit compter la Vie , la Survie de l’Eglise !
    Tout le reste est sans importance et je ne supporte
    plus tout ces “Grosjean” qui veulent en remontrer
    à leur curé !
    Que font ils de la Foi Catholique reçue des Apôtres ?

  7. Gaudete

    Quand Benoît XVI était Pape je priais tous les jours pour lui. De puis que François est pape je prie tous les jours pour lui. Mais qu’est-ce que ces foutaises venant en plus d’un évêque de comparer les deux. Chacun a son charisme propre, chacun a sa façon de parler, de s’adresser aux autres, je constate simplement que quand Benoît XVI écrivait une encyclique, ce ne pouvait être plus lumineux et compréhensible pour tous, alors qu’il était un érudit , et il n’était pas besoin d’être grand clerc pour comprendre. Ce que je constate encore, c’est que bien que la plupart de nos évêques qui montent le Pape François au pinacle ne lui obéissent pas plus qu’à Benoît, toujours la même liturgie insipide, on n’a pas supprimé les absolutions collectives qui sont interdites depuis très longtemps, etc etc, quant à la charité de nos prélats : faites ce que je dis , ne faites pas ce que je fais même à l’intérieur du clergé! Alors s’ils veulent que les fidèles se détachent de plus en plus d’eux qu’ils continuent à vivre dans leur tour d’ivoire en encensant pour certains les politicaillons au pouvoir, qu’ils continuent à jouer aux évêques voyageurs, qu’ils continuent à ne pas se soucier de TOUT leur troupeau, qu’ils continuent à agir sans consulter les fidèles , tous les fidèles, etc… Mais de grâce qu’ils écoutent bien François il est dans la droite ligne de BEnoît , de Jean-Paul II, il ne va pas suivre le monde,car il ne travaille pas pour ce monde et il reste fidèle tout comme ces prédécesseurs à la Foi de l’Eglise et il ne va pas inventer de nouvelles normes ^pour faire plaisir à un groupe ou à un autre!

  8. gege

    L’évêque de Pamiers n’a rien contre la laïcité … Nous non plus, quand elle est une saine laïcité qui respecte les croyances et les idées de chacun. Il est regrettable et grave que cet évêque ne se soit pas aperçu que la laïcité à la française n’a qu’un but : répandre l’athéisme, instaurer une société sans Dieu et combattre l’Eglise catholique. Si un évêque ne s’oppose pas à cela qui le fera???
    L’évêque de Pamiers marche-t-il à côté de ses gaudasses ou pédale-t-il dans la choucroute?

  9. Daniel

    “C’est un changement providentiel (de Pape) !” : Ça sort du coeur => “bon débarras Benoît, t’étais pas dans les clous, la providence t’a viré !” il est comme 98% de l’épiscopat arc-bouté contre Rome d’ailleurs il écrit vers la fin “Nous ne sommes pas là marchant aux ordres …”
    .
    “(François) donne une image de l’Eglise moins recroquevillée sur elle-même, moins déconnectée d’avec la réalité” : Lui il attend que se soit Rome qui fasse en l’Ariège une Eglise non recroquevillée et déconnectée ? Il reconnait son “attentisme” puisqu’il conclue “il faut sortir … aller porter l’Evangile à l’extérieur” !
    .
    “Cet espace laïc permet … que chacun puisse apporter sa contribution sans l’imposer aux autres” : Là on comprend pourquoi la laïcité ne lui pose pas de problème => il admet que les athées matérialistes positivistes libertins lui impose leur dogme – parce qu’eux l’impose et au sens financier aussi. Je ne vois pas comment le clystère de la laïcité peut rendre “la société plus vivante, plus dynamique” pour “faire ensemble … une société meilleure … l’Europe de demain”. Une société meilleure sans les options morales catholiques ? Oui, je comprends maintenant sa pensée.
    .
    “Comment sommes-nous capables aujourd’hui de parler avec nos convictions en direction des générations d’aujourd’hui” ? : Ça dépend de ses convictions et des jeunes dont il parle. Il se peut que cela soit non miscible …
    .
    Je ne sais pourquoi mais le style littéraire de beaucoup d’évêques me trouble (phrases ambivalentes visant le consensus tiède, questions évitant les affirmations, mots non définis, etc…) Et celui-ci aussi

  10. Pingback: Mgr Philippe Mousset nommé à Périgueux | Riposte-catholique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *