N’oubliez pas vos frères d’Orient qu’on assassine sur le parvis de leur église

Download PDF

Voici le cri d’alarme de Mgr Bernard Podvin, porte-parole des évêques de France, paru dans la Croix du Nord jeudi 11 octobre 2013 :

Vous qui venez de vivre une sympathique rentrée paroissiale, sous un été indien, n’oubliez pas vos frères d’Orient qu’on assassine sur le parvis de leur église. Vous qui participez à des colloques sur les droits de l’homme, n’oubliez pas vos frères d’Orient qui n’ont guère le luxe de vivre ces « nuances » envers les dictateurs en place. Vous qui chantez les béatitudes, apprenez que c’est un combat effroyable de résister aux corruptions d’une guerre civile. Vous qui aimez voyager, n’oubliez pas que vos frères chrétiens sont « chez eux » en Orient. Ils sont orientaux et disciples de Jésus, habitant le berceau historique de la même foi qui nous anime en Occident.

Vous que l’interculturalité passionne, n’attendez pas que la minorité chrétienne ait totalement disparu du Proche Orient, pour déplorer la régression de cette région. Vous qui prônez le dialogue interreligieux, n’oubliez pas que rien de crédible ne se construit sans réciprocité. Vous qui êtes pleins d’assurance quant aux solutions diplomatiques et militaires concernant cette poudrière, consultez donc vos frères d’Orient. Ils vous diront ce qu’ils pensent, par exemple, de ce qui est advenu en Irak.

Vous qui pensez que les réseaux sociaux suffisent à construire un « printemps » politique, écoutez donc la sagesse de ces chrétiens « du parchemin », fils des Pères du désert. Vous qui vous regardez fréquemment dans la glace, afin de savoir si vous êtes encore chrétien, savez-vous que c’est à Antioche, en cette région meurtrie, que vos aînés ont reçu pour la première fois le nom de chrétiens ? Vous qui idéalisez la diaspora, croyez-vous sincèrement que vos frères dans la foi n’ont d’autre issue que l’exil ?

Vous qui avez quelque influence sur l’économie du monde, nous direz-vous à quel prix vous consentez perdre votre âme ? Vous qui voulez aider les chrétiens d’Orient, ne les transformez pas en « occidentaux » au risque de les exposer davantage. Vous qui voyez l’Orient de loin, chaussez des lunettes, appréciant l’irremplaçable contribution des chrétiens à la société, à l’économie et la culture de leur peuple.  Vous qui regardez les images récentes de réfugiés syriens, n’oubliez jamais que nombre d’irakiens, kurdes, palestiniens, et tant d’autres, ne sont jamais rentrés chez eux, et sont des « réfugiés permanents ».

Vous qui projetez un séjour en Jordanie, savez-vous ce que subissent comme pression ces pays, derniers havres de la région ?  Vous qui, à juste titre, n’avez pas de mots assez forts pour dénoncer les exactions chimiques, entendez-vous les chrétiens d’Orient vous dire que la mort ajoutée à la mort ne donnerait pas la vie ?  Vous qui déplorez votre inculture religieuse, instruisez-vous très vite de ce que représente la mosaïque des appartenances religieuses en cette région. D’ici peu, ces familles prendront l’avion, dans le meilleur des cas. Elles prendront, hélas, la route bombardée dans le cas le plus prévisible.

Vous qui défendez les chrétiens d’Orient et d’Asie, ayez en très haute estime les musulmans qui sont à leurs côtés pour faire une chaîne humaine contre le terrorisme aveugle. Vous qui détestez à juste titre qu’on violente un être humain au nom de Dieu, ne demandez pas à l’épicier de votre quartier de porter sur ses épaules tout l’intégrisme du monde. Vous qui regardez dans le rétroviseur des siècles, le christianisme antique qui fut prospère, entendez-vous le Christ vous dire aujourd’hui « de ne pas craindre, petit troupeau » ?

Ne baissons pas les bras. Luttons contre l’amnésie qui ronge nos cœurs d’occidentaux résignés. L’étau dans lequel se trouvent nos frères d’Orient est étroit. Un oriental est quelqu’un qui se répète souvent dans sa poésie ou sa mélopée. Ne nous lassons pas de crier, sur toute agora, que l’avenir des chrétiens d’Orient est question de vie !”

7 comments

  1. Benoit

    C’est bien, c’est même très bien, de défendre les chrétiens d’Orient, mais ce n’est nullement nécessaire pour autant d’avoir l’air d’insinuer que rien de très grave ne se passe en France, alors qu’en application de la loi Taubira on prive maintenant des enfants de père ou de mère, alors que se profile la PMA qui va faire advenir au monde des orphelins de père de naissance etc..Tout cela est gravissime et il faut prendre garde à ne pas détourner l’attention de cela, et au contraire encourager les catholiques et tous les citoyens généreux engagés dans la résistance pacifique contre ces évolutions indignes. Attention à ne pas nous faire, d’une autre manière, du Dagens

  2. marieclaude

    Resistons. Pacifiquement. J’ai commencé.
    Ce matin, activement.Par la prière depuis
    un certain temps déjà, depuis un deuil familial
    récent, beaucoup plus intensément car”ça urge”.
    Les temps nous pressent… Merci à Daniel
    Hamiche, à Robert, Jean-Noël (oui, envoyons des “cartes de Noël” avec ce beau mot qui sera un message
    pour les éditeurs), etc.

  3. girard

    Et si l’on commençait par les mentionner expressément dans la prière pour l’Eglise à la messe ?
    Prier, oui prier pour nos frères chrétiens persécutés et massacrés au Moyen-Orient, en Afrique, en Chine. Les nommer !
    Ils me paraissent terriblement absents de l’Eucharistie.

  4. frannot

    “les dictateurs en place ?”… mais sous les dictateurs, les Chrétiens avaient à peu près leur place, ils étaient protégés ;
    les islamistes qui remplacent les dictateurs ou veulent les remplacer, sont aussi des dictateurs, la liberté religieuse en moins et n’ont pour objectif que de faire disparaître même physiquement leurs COMPATRIOTES CHRéTIENS.
    Je suis tout à fait d’accord avec un député UMP qui disait préférer Khadafi au régime islamiste qui se met en place.

  5. lebon

    qu’ajouter de plus sinon, que depuis si longtemps sainte Marie Mère de Dieu nous demande dans toutes ces apparitions, de prier pour la paix dans le monde!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *