Remplacer les “racines chrétiennes” par “l’humanité”

Download PDF

A l’approche des élections européennes, cette proposition douteuse ne vient pas de l’une des 193 listes candidates dans l’une des régions françaises, mais de l’un de nos évêques : Mgr Stenger, évêque de Troyes.

Dans son éditorial diocésain, il revient sur ces élections européennes, sous le titre “Où est la frontière ?”. Considérant la montée de l’euroscepticisme, Mgr Stenger évoque ce qui rassemble les différents peuples d’Europe. Et il en vient à évoquer ses fameuses racines, que saint Jean-Paul II avait si vaillamment défendues (notamment dans son exhortation Ecclesia in Europa), face à l’opposition de la classe politique française. Et Mgr Stenger écrit :

“Ce qui peut nous aider aussi dans notre décision d’aller vers l’autre, c’est la conscience de ce que nous avons déjà en commun, ce qui est le moteur du passage de toute frontière. En ce qui concerne l’Europe, à une certaine époque, on considérait que c’était nos « racines chrétiennes  ».

Pour éviter toute proposition qui pourrait paraitre exclusive plutôt que de racines chrétiennes, je propose que nous parlions d’humanité, ce que nous avons en commun, une certaine conception de l’homme, empreint de fraternité, de solidarité, de souci de la justice et de la liberté. Historiquement, des systèmes ont été mis en place, qui étaient bâtis sur d’autres conceptions de ce même homme. Aucun n’a duré et toujours nous sommes de nouveau incités à aller vers l’autre au nom de ces valeurs et d’aller les retrouver chez lui pour bâtir ensemble un monde de justice et de paix.

Ce sont là des enjeux et des défis du quotidien. Ce sont des enjeux et des défis qui donnent sens à l’aventure européenne et qui peuvent en faire à nos yeux une aventure évangélique.”

29 comments

  1. Giroud

    Blablabla épiscopal ….. toujours ce verbiage insupportable qu’on lit en se pinçant pour ne pas tomber endormi, ces mots alignés que n’anime aucun souffle spirituel.
    Encore un de ces évêques qui s’écoutent “penser”, un âne chargé de reliques …

  2. Philomène

    Encore du bla-bla angéliste d’un évêque sans personnalité, transparent au sourire doucereux et craintif prêt à se mettre à genoux devant les musulmans et le LGBT. Mais pourquoi les fidèles ne réagissent-ils pas? Sont-ils tous décérébrés?

  3. paul

    Stenger! Tu oublies ton baptême dans le Christ. Comment veux-tu guider le diocèse qui t’est confié en proférant ces âneries. Va te confesser et te recueillir à genoux devant le Saint-Sacrement. Tu es censé être ministre du Christ dans une France, fille aînée de l’Eglise.

  4. Maurice

    Si vous n’arrivez pas à trouver « Le maître de la terre » de Robert-Hugh Benson, il est faisable de le lire sur le net.
    http://livres-mystiques.com/ l’a mis en ligne.

    Ce livre peut être vu comme prédécesseur de « la Toussaint blanche », à mon avis bien sûr ! Et bien d’autres sûrement.

  5. LIBERT Pierre

    ” Une certaine conception de l’homme, empreint de fraternité, de solidarité, de souci de la justice et de la liberté “. Liberté, égalité, fraternité… Cela n’est pas à dédaigner, mais il ne s’agit pas des racines de la France (sinon d’une certaine France, très récente) et encore moins de l’Europe! Tout cela est un peu court.

  6. “Racines chrétiennes” et “humanité” sont deux notions bien différentes.
    Tout comme “charité” et “actions humanitaires” sont deux attitudes totalement distinctes.
    Il est très surprenant qu’un évêque puisse faire preuve de si peu de philosophie et de sémantique dans ses pensées, ses réflexions et ses expressions ! Un retour au séminaire ?
    L’amour du Christ et l’amour du prochain par le Christ ne sont en rien comparables avec le simple altruisme, aussi généreux soit-il.

  7. Comme dit dans tous nos commentaires, l’humanité sans le Christ sans l’apport de la Bonne Nouvelle, franchement c’est quoi ?
    C’est le vide éternel, c’est l’autodestruction, ce n’est pas le néant.
    Rien n’existe pas, car Dieu est tout et en tout, étant Infini et Eternel.
    Il existe deux voies, pas trois, si vous enlevez le Christ, vous êtes contre Dieu, le Christ étant Dieu.
    Etre contre Dieu, c’est être avec l’adversaire, le destructeur, le rusé, le fourbe :Satan
    Il n’existe pas de troisième voie.
    “Sans Moi vous ne pourrez rien faire” “NIHIL SINE DEO” Jésus fils du très haut
    L’homme ou “l’humanité” qui veut s’accomplir sans Dieu, l’auto réalisation est une illusion que l’adversaire nous suggère.
    Car il n’existe qu’une réalisation de l’homme :
    C’est la restauration ou régénération acquise au prix de la Croix de Jésus Christ, par son Corps et par son sang, par le sacrifice de sa vie humaine et Divine.
    “Celui qui croit en moi a la Vie Eternelle”
    Cela revient à dire que celui qui ne croit pas au Christ mort et ressuscité demeure dans l’enfermement et l’autodestruction éternelle à partir de ce monde et ensuite dans l’autre qu’on appelle communément ENFER;
    eugène

  8. Struyven

    Je ne suis pas d’accord ! Nous avons des racines judéo chrétiennes. Un point c’est tout ! Et j’en suis fière !
    Monseigneur, parler d’humanisme revient à dire qu’il faut être charitables, tolérants, etc…..L’humanisme n’est fait que pour satisfaire l’homme. Notre foi est tout’autre. Que l’Esprit-Saint vous vienne en aide comme à nous tous.

  9. Hervé Soulié

    Stenger, encore un évêque qui s’est trompé de vocation.
    Qu’il sache qu’on attend pas d’un successeur des apôtres qu’il affiche son goût pour un projet politique tel que le fédéralisme européen.
    À propos, combien Stenger a-t-il ordonné de prêtrees depuis qu’il est nommé dans ce diocèse ???

  10. Melmiesse

    qui a appris à cet évêque la fraternité, la justice, la liberté? le christianisme, surtout la liberté que ne connaissent pas les non chrétiens. La fraternité la justice découlent de l’amour du prochain impossible d’y échapper, l’amour appris par le Christ . L’évêque de Troyes est dans le brouillard

  11. l’important c’est la Rose pour les socialistes mais pour un chrétien , c’est l’annonce de l’Evangile! donc il faut évoquer l’Evangile dans sa prise de parole

  12. gege

    “plutôt que de racines chrétiennes, je propose que nous parlions d’humanité”
    Plutôt qu’humanité, je propose que nous parlions d’ humanisme …
    Plutôt qu’humanisme, je propose que nous parlions de franc-maçonnerie …
    Plutôt que franc-maçonnerie, je propose que nous parlions de luciférisme …
    Ainsi la boucle sera bouclée. On peut aussi pour allonger le parcours en se convertissant à l’islam c’est très tendance aujourd’hui.

  13. Myriam

    ouh la la

    Repos, retraite anticipée Monseigneur, nous avons des remplaçants porteurs de la Bonne Nouvelle….jeunes et porteurs de la Bonne Nouvelle qui peuvent vous remplacer…..
    Humanité, humanistes et bla bla bla.

    Nos valeurs chrétiennes jusqu’à la mort…..

  14. JACQUES-FRANCOIS dit LOCARD

    Bonsoir,
    Je ne comprends toujours pas pourquoi notre Pape actuel puisse laisser, un de ses évêques, dire de telles âneries.
    Cela ne semble gêner personne de la hiérarchie catholique. Où sommes-nous tombés?
    Avons-nous donc honte d’être Chrétiens?
    Avons-nous donc honte de dire que l’Europe ne pourrait avoir de sens que dans le Christianisme?
    Avec des évêques, comme celui-là à l’intérieur de l’Église, nous n’avons pas besoin d’avoir d’ennemis à l’extérieur.
    Il ne nous reste que la prière à Notre Seigneur JÉSUS-CHRIST.
    Jusqu’à ce qu’Il revienne!
    Merci!
    JFL

  15. Catherine

    De tels propos ne sont pas seulement scandaleux, ils sont tout simplement stupides. On ne peut que constater en effet que les critères flous auxquels veut nous renvoyer Mgr Stenger sont les mêmes que ceux qui sont mis en avant par ceux des responsables politiques qui promeuvent des réformes sociétales odieuses et qui nient les lois naturelles sur l’homme, et qui ce faisant sont en contradiction radicale avec le contenu de la Révélation. C’est donc une aberration de prétendre défendre la vérité en se limitant à des critères aussi flous. Mgr Stenger doit en dire plus sur l’homme ou se taire. Vu son niveau intellectuel, c’est la deuxième hypothèse qui serait la plus sûre. La CEF est dans le ruisseau à laisser sévir l’expression de pareilles âneries.

  16. Pingback: Kirche heute, 22. Mai 2014 | Christliche Leidkultur

  17. On aurait pu s’attendre à ce que Mgr Stenger, appelé au siège épiscopal de Troyes par Jean-Paul II après avoir commencé ses études, non dans un séminaire diocésain dominé par « l’esprit du Concile » des médias, mais au Séminaire français de Rome et à l’Université grégorienne, ne soit pas un de ces évêques qui ne rêvent que d’un « petit reste » de Chrétiens, enfouis dans la société laïque et se gardant bien d’y faire la moindre vague.

    Certes, il n’avait été que le 73ème évêque (et le dernier, ou presque) à prendre position pour un mariage unissant un homme et une femme, et il l’avait fait en termes si prudents qu’on ne pouvait y voir un soutien actif aux manifestants de la Manif’pour tous, des Veilleurs et des Sentinelles.

    De là à le voir préférer, pour définir l’Europe qui fut d’abord la Chrétienté, au lieu de ses « racines chrétiennes », la notion d’« humanité », il y a tout de même quelque chose d’inattendu.

    Parce que non seulement (et c’est bien ce que veut cet évêque) le mot d’« humanité » n’a pas la moindre connotation religieuse et qu’il est évidemment étrange que ce soit un évêque de l’Église catholique qui propose de couper tous liens entre la Chrétienté et l’Europe, mais parce qu’en outre, elle n’est évidemment en rien propre à l’Europe ; pourtant on ne peut imaginer que, pour Mgr Stenger, le reste du monde soit exclu de l’« humanité » !

    Donc, bien que nommé par saint Jean-Paul II qui avait essayé de nommer à l’épiscopat en France et dans divers pays européens des évêques dont la formation ne soit pas celle qui avait permis une très rapide déchristianisation de ces pays, Mgr Stenger se place délibérément dans le groupe d’évêques pour qui l’Église doit se cacher, se dissimuler, et surtout se garder de tenter de reconquérir les baptisés qui se sont éloignés de toute pratique religieuse ou d’essayer de convertir des non Catholiques, d’annoncer la Bonne Nouvelle, actions qui, à leurs yeux, constituent une pratique blâmable, nommée prosélytisme. La seule chose que, selon eux, les Catholiques (y compris prêtres et évêques) pourraient pratiquer en dehors de leur domicile et de leur église paroissiale, c’est un soutien actif à des associations humanitaires (et non caritatives, il ne faut pas prononcer le mot de « charité »), sans, surtout, y faire état de leur foi catholique. Peut-être alors, leur comportement exemplaire, parfaitement politiquement correct, pourrait-il faire comprendre à ceux qui en seraient témoins qu’ils sont des fidèles du Christ et inviter l’un ou l’autre à les imiter.

    Et je dois dire que je n’arrive pas à comprendre comment ceux qui sont chargés de guider le peuple chrétien peuvent ignorer à ce point les paroles du Christ, enjoignant à ses disciples « baptiser toutes les nations » et pas seulement les enfants de Chrétiens, et de ne pas « mettre la lumière sous le boisseau » mais au contraire de la poser sur un lampadaire pour qu’elle soit vue de tous.

    Il est vrai que les Paroles du Christ rapportées par les Évangélistes, les Protestants ne sont plus les seuls à vouloir les soumettre à leur « libre examen » et ensuite en prendre et en laisser : certains de nos évêques en font tout autant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *