Synode : la réaction de Mgr Marc Aillet

Download PDF

L’évêque de Bayonne a fait part de sa réaction sur le réseau social Twitter, à propos du document diffusé un peu trop vite lundi matin par la salle de presse du Saint-Siège et qui a donné lieu à une bronca épiscopale :

10 comments

  1. Papilou de Normandie

    Le pire est à craindre….”les fumées de Satan dans l’Eglise” Paul VI, MASDU ….Mouvement Animation spirituelle de la Démocratie Universelle !!!……Mgr Lefevre aurait-il eu raison??!!!
    Per C.S.P.B

  2. Raoul

    Mais le problème gravissime, c’est qu’on voit se dessiner que la nouvelle version ne diffèrera pas fondamentalement de la première sur le point essentiel, qui est pure déraison pour quelqu’un qui prétend avoir la foi. C’est celui d’ouvrir la communion à quelqu’un qui est en état d’adultère et qui n’entend pas quitter cet état, alors que cela est possible, par la séparation du couple adultère ou par la pratique de la continence. Aucune condition particulière, si encadrée soit-elle ne peut supprimer la contradiction .C’est déraisonnable car on ne peut à la fois prétendre avoir la foi et prendre ses distances par rapport à un enseignement clair et net du Christ.

    Si cela se confirme, ce sera la première fois depuis 2000 ans que le pape écarterait un enseignement clair et net du Christ. On ne saurait invoquer ici, de bonne foi et sans sophisme, la distinction entre l’esprit et la lettre tant le message du Christ est net et clair( Mt 5, 32 et Mt 19,9).

  3. rocheteau

    premier commentaire du synode ! évidemment tendancieux !
    il est bien vrai que le synode ne peut pas ne pas aborder tous les sujets actuels de notre société…. mais attendons patiemment les conclusions qui ne peuvent que donner des aigreurs à tous ceux qui attendent un “changement”…. merci à Monseigneur Aillet fidèle à son Eglise, fidèle envers et contre tous ! nous prions

  4. Choisir entre Dieu et les hommes, l’église catholique est profondément divisée; ce qui est nouveau est que cette division se fasse sur la place publique et qu’ainsi tous les membres devront se prononcer un jour ou l’autre; la maladie vient du dedans.

    Drôle d’histoire: le première question consiste à permettre ou non aux divorsés-remariés l’accès à la communion, mais de toute manière, à ma connaissance, il n’y a pas de contrôle; la deuxième est l’ouverture de l’église aux homosexuels, mais il y en a plein et ils exercent un puissant lobby auprès du Vatican.

    J’espère que le synode aura l’audace de se questionnes sur la sexualité du clergé: mariage pour ceux qui vivent en union libre hétérosexuelle ou gay, usage du condom, et leur accès aux sacrements; directives claires et publiques concernant la pédophilie.

  5. Lyle

    Ayant entendu certains propos, je me pose des questions, est ce que ce Synode suivant l’esprit des médias, est en train de rejeter lui aussi les “””Familles”” père, mère , enfants, je suis outrée, je ne rejette personne, mais l’Eglise ne peut changer à ce point. Merci Monseigneur Aillet.

  6. Jérôme Deldon

    On dirait que l’Eglise n’ose plus dire que la sodomie, le lesbianisme, et tout rapport sexuel entre deux personnes de même sexe est un péché qui contrevient au plan de Dieu et qu’il s’agit de perversions. On dirait que l’Eglise veut faire les yeux doux au Monde. Tous ceux qui sont pour plus de tolérance et de permissivité ou de laxisme moral ne le font pas à partir de l’Evangile, mais à partir de leurs égos surdimensionnés. Et il n’est que de voir comment les médias porte sur l’Eglise le regard du Monde pour le Monde. Cela ressemble à une conjuration. Nous n’avons qu’à espérer que l’Eglise saura se montrer claire et précise, et qu’aucune ambiguïté n’apparaîtra qui puisse prêter le flanc à une interprétation libertaire. Le Christ n’a jamais dit qu’il fallait ramener les hommes à lui en trahissant son message et jamais le Christ n’a renié les enseignements de l’Ancien Testament. Ainsi l’homosexualité demeure une abomination, c’est-à-dire la corruption du corps, de l’âme et de l’esprit de la personne.
    La démission de Benoît XVI, qui arguait de sa fatigue, ce qui pouvait signifier qu’il avait pris conscience de l’ampleur du mal qui mine l’Eglise, n’était peut-être pas un si bon signe?…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *