Un Français nommé à la Signature apostolique

Download PDF

La rumeur qui courait depuis plusieurs semaines sur l’éviction du cardinal Burke de la Signature apostolique est effective depuis ce jour. Le bulletin de la Salle de presse du Saint-Siège annonce en effet la nomination du cardinal Burke comme patron de l’Ordre souverain militaire de Malte, un vrai placard doré. Néanmoins, ce jeune cardinal (il n’a que 66 ans) pourra ainsi faire un peu “ce qu’il veut”, étant, par sa nouvelle fonction, plus disponible aux diverses sollicitations qui ne manqueront pas…

Il est remplacé à la tête du Tribunal de la Signature apostolique par le Français Mgr Dominique Mamberti. Ce prélat corse devrait donc normalement être créé cardinal, ce qui fera un cardinal français électeur de plus. Si toutefois le pape François l’entend ainsi. Jusqu’ici secrétaire pour les relations avec les Etats (ministre des Affaires étrangères), il est remplacé par le Britannique Paul Richard Gallagher, actuel nonce apostolique en Australie.

Né le 7 mars 1952 à Marrakech au Maroc, Mgr Mamberti est diplômé d’études politiques et de droit public. Ordonné prêtre pour le diocèse d’Ajaccio le 20 septembre 1981, Mgr Mamberti fait son entrée au service diplomatique du Saint-Siège en 1986. Il a été nonce en Algérie, au Chili, au Liban et aux Nations unies. Le 3 juillet 2002, il a été consacré évêque en la basilique Saint-Pierre de Rome par le cardinal Angelo Sodano, alors secrétaire d’État du Saint Siège. Le pape lui attribue le titre d’archevêque in partibus de Sagone, évêché aujourd’hui disparu, qui se situait en Corse dans sa région d’origine. De 2002 à 2006, il est nonce apostolique au Soudan, en Érythrée et en Somalie. Nommé secrétaire pour les relations avec les États de la Secrétairerie d’État le 15 septembre 2006, il succède à Mgr Giovanni Lajolo qui devint gouverneur de la Cité du Vatican et président de la Commission pontificale pour l’État de la Cité du Vatican. Il travailla en étroite collaboration avec le cardinal Tarcisio Bertone, secrétaire d’État, et le pape Benoît XVI, dont il est considéré comme très proche.

5 comments

  1. Henrion Louis

    Le cardinal BURKE nommé “patron” de l’Ordre de Malte c’est faire peu de cas du Grand Maître de ce même Ordre.
    “Placard doré”, c’est faire peu de cas de toutes actions menées par cette ONG H.L.

  2. jpm

    Je ne comprends pas cet emballement pour nous dire qu’un français est nommé à la Signature Apostolique !

    Mgr Mamberti occupait un poste éminent à la Secrétairie d’Etat dans les relations internationales du Vatican. Il est “promu” ? Non, il est viré d’une position où il aura moins à connaître des tractations politiques du Saint Siège et des lobbies qui s’implantent et gouvernent déjà au nom du Peuple de Dieu . Mgr Mamberti appartient à la grande tradition des diplomates du Saint Siège dont ON n ‘a plus besoin aujourd’hui !
    S’il vous plaît, attendez que son successeur soit nommé et ne vous réjouissez pas d’emblée parce que c’est un français qui succède au Cardinal BURKE !

  3. yves

    @jpm: le successeur de Mgr Mamberti a été nommé le jour même. Il s’agit de Mgr Gallagher, nonce apostolique anglais, précédemment nonce en Australie.

  4. Gilberte

    Je ne pense pas que l’Ordre souverain de Malte soit forcément un placard doré: cet ordre est implanté dans de nombreux pays, il entretient des relations diplomatiques un peu partout, il est observateur à l’ONU. Ce poste qui peut être d’observation ,et utilisé diplomatiquement, il peut rendre des services

    Mgr Mamberti n’est pas forcément “promu” en laissant sa place

  5. Pingback: Bientôt un nouveau cardinal français ? | Riposte-catholique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *