Une ordination dans le diocèse de Beauvais

Download PDF

Mickael Jouffroy, 29 ans, a grandi à Sacy-le-grand, près de Pont-Sainte-Maxence. Avant d’entrer au séminaire, il travaillait en tant qu’employé de rayon dans la grande distribution. Il a été ordonné diacre en septembre 2017. Il sera ordonné prêtre à Beauvais le 17 juin prochain.

Mickaël Jouffroy nous raconte comment Dieu est entré dans sa vie… (texte paru dans Missio)

“Si on m’avait dit, ce jour-là, où ces paroles me conduiraient, je ne l’aurais certainement pas cru… J’avais alors 20 ans. J’habitais à Sacy-le-Grand (près de Clermont). Pour des raisons trop longues à expliquer, j’avais depuis de nombreuses années violemment rejeté Dieu, la foi, l’Église et tout ce qui va avec.

Qu’est-ce qui m’a poussé à entrer dans cette église, ce soir de décembre 2009 ? Je ne saurais le dire. Certes, j’étais en recherche : dans ma famille, on ne pratiquait pas et la foi en Jésus n’était pas ce qu’il y avait de plus essentiel. Après plusieurs années d’excès en tous genres, sans goût à rien ni sens à donner à ma vie, j’ai voulu redonner sa chance à Dieu. Mais pas en retournant chez les «cathos», ça il en était hors de question !

C’est donc d’un pas hésitant que je suis entré dans l’église de mon village pour me confesser. Dans cette confession,par l’intermédiaire du prêtre, j’ai rencontré le Seigneur, lui, Jésus le Ressuscité. J’ai compris qu’il m’aimait et qu’il m’appelait à en aider d’autres qui, comme moi, ignorent tout de cet amour sans nul autre pareil. Depuis, pas un jour ne s’écoule sans que je repense à cette confession, d’une manière ou d’une autre.

Cette rencontre a été le point de départ de mon cheminement. Deux années après cet évènement, j’ai décidé d’entrer au séminaire pour discerner cet appel. Sept années de formation et qui m’ont permis de comprendre ce que Dieu attendait de moi.

Bientôt, je serai ordonné prêtre, pour le service de Dieu et de son peuple. Ordonné pour aimer et pour témoigner de cet Amour, toujours un peu plus. Si on m’avait dit, huit ans auparavant, où ces paroles de l’absolution prononcée par le prêtre de mon village allaient me conduire, je n’y aurais certainement pas cru… aussi, je me confie à votre prière !”