Les trahisons dans l'Eglise sont pires que les persécutions

Download PDF

b-copie-2.jpg

Interrogé à propos du scandale des prêtres pédophiles, le Cardinal Barbarin déclare :

 

“Rappelez-vous l’expression utilisée par Benoît XVI, dans la Lettre aux catholiques d’Irlande : il parle de ces cas de pédophilie qui «ont assombri la lumière de l’Évangile à un degré
que pas même des siècles de persécution ne sont parvenus à atteindre
». C’est éloquent… et effectivement, c’est effroyable ; et pourtant, il y en a eu, des contre-témoignages
et des trahisons, dans l’Église, en vingt siècles d’histoire !
Mais on perçoit à quel point le pape est marqué, il vit ces événements comme une épreuve terrible. […]

 

Dans ma propre histoire, il me semble que la crise des années 1970, où un nombre considérable de prêtres est parti, a été aussi très douloureuse. On n’ose pas encore en parler,
car il s’agit d’une blessure profonde. Il y avait en France près de 40 000 prêtres et, en dix ans, entre 8 000 et 10 000 ont quitté le ministère. Une saignée incroyable ! J’ai
été ordonné dans cette période et j’avais le sentiment que certains me regardaient en se demandant : « Et celui-là, tiendra-t-il ou ne tiendra-t-il pas ? »”