2 comments

  1. LEFOL

    Evidemment , S.Irénée s’est trompé dans sa formule à l’emporte pièce.
    C’est la même erreur qui a fait dire à Paul VI “…la vocation de l’Homme est réellement unique , à savoir divine…” (“gaudium et spes” n° 22 § 5)
    Chez S.Irénée comme chez Paul VI , la confusion provient d’une erreur d’ interprétation du début de la 2nde épître de S.Pierre , la vocation à devenir “participants de la nature divine” (2P 1,3-4) étant en rapport avec les promesses données à ceux qui ont ” une foi aussi précieuse ” que celle de l’Apôtre (2P 1, 1) et non pas données à “l’Homme”.
    Cette erreur fondamentale est passée dans le catéchisme de Jean Paul II : art.1704 ” LA PERSONNE HUMAINE PARTICIPE A LA LUMIERE ET A LA FORCE DE L’ESPRIT DIVIN . Par la raison , elle est capable de se porter d’elle-même vers son bien véritable. Elle trouve sa perfection dans “la recherche et l’amour du vrai et du bien” (GS 15).

  2. LAPARRA

    C’est Saint Irénée, je crois, qui a eu cette autre sublime phrase : “la gloire de Dieur c’est l’homme sauvé”.
    Dans une proclamation ahurissante, les post-conciliaires ont fait disparaître le dernier adjectif et demandé de chanter “la gloire de Dieu c’est l’homme”, mille fois entendu dans les paroisses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *