L’universitaire qui a osé publier une enquête défavorable à l’homoparentalité dénoncé pour “inconduite scientifique”

Download PDF
Mark Regnerus, professeur
associé de sociologie à la
University of Texas, Austin

Dans mon message précédent je relevais quelques-unes des conclusions d’une enquête sociologique menée par Mark Regnerus, de la University of Texas, qui jette une lumière défavorable sur l’« homoparentalité » à partir de données de fait recueillies auprès de quelque 3 000 personnes majeures de 18 à 39 ans ayant vécu dans un foyer où l’un au moins des parents avait une relation amoureuse homosexuelle. Il fait aujourd’hui l’objet d’une enquête pour « inconduite scientifique », rapporte LifeSite.

A l’heure où la pression pour la légalisation du « mariage » homosexuel s’accroît, cette étude publiée en juillet par la revue Social Science Research a provoqué la colère des lobbies homosexuels et notamment une protestation par voie de lettre ouverte au président de l’Université du Texas, William Powers, de Scott Rosensweig, dit « Scott Rose », blogueur du site activiste pour les droits LGBTQ (lesbiennes, gays, bi, trans et queer), The New Civil Rights Movement. Peu après, l’Université a ouvert l’enquête à l’encontre de son collaborateur.

Scott Rose accusait dans sa lettre Regnerus de s’être rendu coupable d’« inconduite » ou de « mauvaise conduite » scientifique dans la mesure où, selon lui, l’étude avait été « taillée sur mesure de manière à garantir la présentation des personnes homosexuelles comme mauvaises, par des moyens évidemment frauduleux et diffamatoires ». Regnerus était également accusé d’avoir des préjugés liés au fait que son étude avait reçu des subventions du Witherspoon Institute et de la Bradley Foundation, favorables au mariage traditionnel.

A quoi s’ajoutait, selon Scott Rose, le fait que Regnerus a des « préjugés anti-gay » du fait qu’il s’est récemment converti à la religion catholique. Prendre en compte une telle dénonciation équivaut à dire qu’il est impossible à un catholique de conviction de mener une enquête scientifique au sujet de « l’homoparentalité »…

S’exprimant dans les colonnes du Daily Texan, Mark Regnerus a tenu bon, affirmant : « Je maintiens tout ce que j’ai fait, dit, écrit. Je n’ai pas de projet politique à faire avancer… J’irai toujours là où me conduisent les données. »

Il affirme que ses opinions n’ont « jamais fait partie de ce processus ni affecté la manière dont il analyse les choses », ajoutant : « Et je crois que la plupart des gens se sont déjà fait leur opinion sur grand nombre de ces questions politiques, quelles que soient les données, de telle sorte que je n’ai jamais le projet de croire que je pourrais changer leur avis d’une manière ou d’une autre à l’aide de données. Cela n’a aucun rapport avec mon travail. »

Un groupe de 18 sociologues reconnus ont publié une déclaration de soutien à Mark Regnerus pour attester de l’intégrité scientifique de son étude dès que celle-ci était connue.

• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d’informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S’abonner

 © leblogdejeannesmits

1 comment

  1. Heusse

    Il y a beaucoup de souffrance dans les propos tenus, la sexualité partage est une communion au sens eucharistique, Avec ou sens désir de procréation
    La solidité d’un cople repose sur la douceur mise dans les valeurs conjointes et mille fois mise au défi
    L’homopatentale est une souffrance qui ne peut supporter que la compassion…. Comme l’avortement !
    Ref catholique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *