“La cathédrale de Paris n’est ni une synagogue, ni un temple maçonnique”

Download PDF

ab2cacquerayL’abbé Régis de Cacqueray, supérieur du district de France de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X communique :

“Félicitons ces jeunes catholiques pour la foi et le courage qu’ils ont montrés en ce dimanche de la Passion.

Grâce à eux, c’est le cardinal Vingt-Trois lui-même qui a été contraint de faire oeuvre de justice en reléguant le rabbin à la sacristie.

Mais est-il donc besoin de démontrer qu’un rabbin ne doit pas prêcher à la cathédrale de Paris ?

Quel pape, quel archevêque de Paris ou d’ailleurs de tous les siècles passés peut-on citer pour justifier l’invitation qui a été faite à ce rabbin ?

Que le Cardinal Vingt-Trois interroge tous les catholiques d’avant la réforme conciliaire; qu’il pose la question à n’importe quel enfant ayant appris son catéchisme; il n’en trouvera aucun pour lui donner raison. Unanimement, ils lui exprimeront leur réprobation indignée pour une telle invitation et ils applaudiront à la profession de foi de ces jeunes gens.

La cathédrale de Paris n’est ni une synagogue, ni un temple maçonnique. Elle existe pour qu’y soit professée la divinité de Notre Seigneur Jésus-Christ et non pour qu’y soit donnée la parole à ses contempteurs.

Elle est faite pour qu’y soient médités les mystères du rosaire et non pour que soient indignement rejetés sur le parvis ceux qui les prient.”

Arthur Leroy

3 comments

  1. Je comprends Monsieur l’abbé Régis de Cacqueray quand il proclame que la Cathédrale de Paris n’est ni une synagogue, ni un temple maçonnique. A chacun ses temples et ses Dieux. Dans l’ordre, le respect et sans confusion.

    «Le Seigneur, dit Amos, me fit voir encore ceci: il était lui-même debout près d’une muraille verticale et tenait à la main un fil à plomb. Il me posa cette question:
    Que vois-tu Amos?
    Un fil à plomb, répondis-je.
    Le Seigneur reprit: Eh bien, je vérifie si Israël, mon peuple, est d’aplomb, car je ne l’épargnerai plus».

    En revanche j’exècre l’usage de “reléguer” et de “comtempteur”. La morsure de ces mots est douloureuse, mais au-delà de cette simple blessure, la pensée du Supérieur, telle que je la perçois, me relègue au rang des indignes, des mécréants,des impurs, voire pire. Vous comprendrez dès lors pourquoi mon refus des castes et ma profonde recherche de paix universelle m’aiguille vers le gnosticisme plutôt que vers les dogmes de l’Eglise catholique romaine.
    A mon avis, en cherchant la confrontation, la rupture, les rapports de force, vous vous comportez en homme de guerre plus qu’en homme de foi et d’amour, non? Mais rassurez-vous, le fils de la Veuve que je suis, oublie votre colère et vous salue fraternellement.

  2. Arnold

    A priori, Cacqueray réfléchit avec tout, sauf un cerveau ! Il confond prêcher et faire une conférence : il ne connaît rien de la religion ni du français !
    C’est quoi “les catholiques d’avant la réforme conciliaire” ??? ça ne veut rien dire : on a l’impression que ce monsieur s’agite comme un diable dans un bénitier pour éviter tout accord avec Rome…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *