Allemagne : le catholicisme en chute…

Download PDF

Même si l’influence des cardinaux et évêques allemands est en hausse au Vatican depuis l’élection du pape François, le poids du catholicisme est en baisse en Allemagne. Tous les indicateurs sont au rouge selon les statistiques diffusées le 21 juillet dernier par la Conférence épiscopale du pays.

En 2016, 162 083 catholiques ont quitté l’Église (un peu “moins” qu’en 2015 où on en compta 181 925…).

Les catholiques sont au nombre de 23 582 000, soit 28,5 % de la population. En 1996, on en comptait 27 533 000 (près de 4 millions de moins en 20 ans).

537 paroisses ont été fermées en 2016. En vingt ans, 3 000 ont disparu. Le nombre de paroisse s’établit désormais à 10 280.

L’Allemagne comptait 10 280 prêtres en 2016 (ils étaient encore 13 329 en 2015 : moins 3 000 !).

Le taux de participation à la messe dominicale a chuté de 10,4 % en 2015 à 10,2 % en 2016.

Le nombre des baptêmes qui était de 259 313 en 1996 s’est effondré à 172 531 en 2016 (même si l’on observe une légère augmentation relative des baptêmes en 2015 et 2016 par rapport aux années précédentes).

Le nombre des conversions d’adultes est tombé de 3 860 en 1996 à 2 575 en 2016.

En vingt ans, le nombre des premières communions a chuté de 100 000, passant de 291 317 en 1996 à 176 297 en 2016.

Même constat pour les obsèques : 243 323 en 2016 contre 286 772 en 1996.

Le Rhin se jette dans le Tibre, mais le grand fleuve allemand est en train de se tarir…

 

7 comments

  1. Il n’est pas étonnant que le nombre de fidèles chrétiens catholiques chute non seulement en Allemagne, mais aussi en Europe, car la crise morale au sein du clergé d’Europe a détruit la foi de beaucoup de fidèles. Les prêtres et les évêques mis en cause ne s’en rendent pas compte, ils s’en défendent honteusement dans les médias! Certains prêtres et évêques catholiques ont perdu la notion de ridicule et le sentiment de honte! Même en Afrique, la chute est vertigineuse, car les fidèles chrétiens ont compris que les prêtres et les évêques flirtent avec les forces du mal qui se retournent finalement contre eux. J’ai vu au Congo démocratique, les anciens catholiques se tournent vers le bouddhisme et l’islam: les jeunes perçoivent 600 dollars et vont se former à la Mecque, en Arabie saoudite, etc., beaucoup de mosquées qui tendent à supplanter les églises. Il faudra que Rome remette en question sans façon de gouverner les hommes créés à l’image de Dieu: il faudra non seulement annoncer l’évangile, mais aussi et surtout le pratiquer. Malheureusement, la pratique chrétienne dans l’église catholique est centrée sur le droit canon: telle est la dérive!

  2. La grande majorité des évêques, prêtres et laïcs allemands et autres européens ont complètement perdu la foi. Ils ne sont ecclésiastiques que de nom. La ferveur divine a fichu le camp. Ils sont plus assimilables aux responsables des ONGs humanitaires avides de leurs prébendes qu’à de valeureux défenseurs de la foi, capables d’endurer des outrages pour préserver la foi catholique venue des apôtres. D’où des positions liquides, manquant de consistance face aux questions appelant à un positionnement de foi claire. Ils veulent s’arrimer à l’air du temps. Ils souhaitent plaire au monde, et ne veulent pas paraitre ramer à contre courant. Ils sont dépendant des sondages comme des politiciens et évitent de se confronter aux critiques des médias. Or, le bon peuple, même grognon et contestataire a besoin au plus profond de son cœur de sens et de convictions fortes !!! Regardez la position des évêques allemands face au mariage pour tous récemment institué dans leur pays ! Ils se sont presque tous alignés sur le vote des députés. Pas un toussotement contraire dans leurs rangs. Seuls, quelques régions essayent de résister pendant que leurs évêques restent honteusement coopératifs avec l’opinion dominante. Le drame malheureusement pour l’Eglise, c’est qu’ils sont l’oreille et la conscience du Pape François. Ils sont carrément dans la logique de destruction tous azimuts. Les rares communautés florissantes, pour prendre le cas de la Belgique et même en Italie avec la communauté de l’immaculé sont férocement combattues et dispersées. C’est à se demander s’ils ne travaillent pas main dans la main avec le malin ! Regardez l’action nuisible de ces évêques allemands sur le synode pour la famille et plus récemment sur la crise et le désordre juridique qui prévaut en ce moment dans l’ordre de malte.
    En Afrique par contre, les évêques sont restés conservateurs, il se dit même que c’est eux qui ont sauvé le synode sur la famille grâce à leur position solide sur les valeurs non négociables. Ce qui leur a valu des injures de la part des évêques allemands qui voyaient leur plan bien huilé de destruction de la doctrine tombé à l’eau. J’ajouterai pour Jean que la foi catholique en Afrique est en progression constante année après année (Cf les statistiques vaticanes). Malgré les difficultés, on ne badine pas trop avec les questions de foi en Afrique. Les valeurs non-négociables sont vivement partagées par tous. Les convictions fortes fixent le cap. On parvient à les suivre ou pas à cause de la fragilité humaine, elles ne sont cependant pas remises en question comme en Europe. L’Eglise reste une référence très respectée et crainte quelque fois. La preuve, lors du de la gestion du conflit en RDC, la seule voix audible et crédible a été celle de l’Eglise catholique pour ramener les uns et les autres autour d’une table. Ce qui en soit reste un exploit. C’est l’Afrique, comme disait Benoit XVI qui sauvera la foi. Les vocations sont en hausses. L’Afrique c’est tout le contraire de l’Europe. Au Cameroun, c’est impressionnant de constater que même durant les jours de la semaine, tous les matins à 6H15 les églises accueillent de plus en plus de fidèles qui assistent à la messe avant de se rendre dans leur lieu de travail. Une affluence qui croit chaque année dans les autres paroisses. A la cathédrale de Yaoundé qui reste une référence en la matière, une messe supplémentaire a même été instaurée à midi et elle bat tous les records d’affluence. Je ne parle même pas du dimanche où plusieurs offices sont organisés pour recevoir les fidèles.

    • Coralie

      Ce n’est qu’une constatation de plus, le concile Vatican2 et ses métastases sont un cancer généralisé dans l’Eglise. Dans le prolongement, le Pape Bergoglio ne fait qu’accélerer le processus engagé depuis plus de soxante ans. L’escalade du désastre … le prochain Pape, que va-t-il encore nous apporter de pire ?…
      Mgr Marcel Lefebvre, Mgr de Castro Mayer et d’autres avaient bien raison.

  3. Saint-Plaix

    “Le Rhin se jette dans le Tibre, mais le grand fleuve allemand est en train de se tarir…”
    A moins que ce ne soit le Tibre qui soit en voie de se tarir!

  4. jacques

    Normal , et le pape François ne peut que s’en féliciter. Ce ne peut être que son objectif : détruire l’église catholique au profit de la laïcité et de la prochaine religion commune
    Tout se passe comme prévu par Satan et ses serviteurs : la franc maçonnerie..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *