1,7% de pratique régulière dans le diocèse de Blois

Download PDF

C’est ce que nous apprend un article de La Nouvelle République :

Dans un département parmi les plus touchés de France par la déchristianisation (1,7% seulement de pratique régulière) l’Église ne survivra qu’au prix d’une profonde remise en cause de ses modes de fonctionnement. C’est la conviction de Jean-Pierre Batut, évêque de Blois, qui l’a exprimée dans une lettre pastorale diffusée au printemps dernier. La réflexion ouverte trouvera son prolongement dans une assemblée diocésaine prévue le 30 septembre prochain à la basilique de la Trinité. Sont conviées à cette journée toutes les personnes qui se sentent concernées par l’avenir de l’institution catholique.

Cette fois-ci, il s’agit d’aller très au-delà des aménagements territoriaux qu’avait décidés le synode diocésain de 1999/2000. Le regroupement des paroisses en secteurs, eux-mêmes organisés autour de points d’appui, se voulait à l’époque une réponse à la pénurie de prêtres. Cette logique défensive semble avoir atteint ses limites, en dépit de l’engagement des multiples mouvements et associations confessionnelles, sans oublier le clergé et les religieux, qui incarnent les forces vives de la communauté. C’est la raison pour laquelle Mgr Batut souhaite aujourd’hui passer à une logique offensive. « Pour redevenir crédible, l’Eglise doit montrer son vrai visage. Ce n’est pas celui d’une administration chargée de distribuer des sacrements, mais celui d’un peuple porté par des valeurs spirituelles qui se traduisent dans les comportements quotidiens.»

“Pôles d’alliance”

La dispersion des chrétiens dans une société indifférente ne leur permet guère de se rendre visibles. C’est pourquoi l’évêque suggère la constitution de lieux de vie où se rassembleront des fidèles prêts à témoigner de l’Évangile par leur ferveur, leur mode de vie, leur ouverture aux plus démunis, leur respect de la création et, bien entendu, l’éducation transmise à leurs descendants. «  Car la question n’est pas seulement de savoir quel monde nous allons laisser aux enfants, mais à quels enfants nous allons laisser le monde ! »

Ces « pôles d’alliance », ainsi que les baptise l’évêque, ne seront pas des communautés fermées, mais des structures souples, dotées d’une charte, où se côtoieront laïcs et consacrés, célibataires et familles, actifs et retraités, les engagements de chacun prenant en compte les différents états de vie. Un habitat regroupé, mais respectant l’autonomie, un lieu de culte identifiable, des espaces de rencontre constitueront le cadre matériel du projet.

Mais c’est bien entendu sa dimension d’exemplarité qui doit lui conférer une force missionnaire, sur le modèle de ce que furent, en leur temps, les premières communautés chrétiennes constituées autour des Apôtres. Un retour aux sources, en quelque sorte, dont on espère quand même qu’il n’ira pas jusqu’à la réouverture des catacombes…

L’assemblée diocésaine se déroulera le samedi 30 septembre à la basilique de la Trinité à Blois selon le programme suivant :

  • 9 h 30 : célébration d’ouverture.
  • 10 h 30 : synthèse par l’évêque.
  • 11 h 30 : travaux de groupe.
  • 13 h  : repas « sorti du sac ».
  • 14 h 30 : témoignages.
  • 16 h 30 : mise en commun des travaux du matin.
  • 18 h  : collation.
  • 20 h 45 : veillée spectacle/prière à la cathédrale.

Inscriptions par courrier : Assemblée diocésaine, 2, rue Porte-Clos-Haut, 41000 Blois
par téléphone : 02.54.56.40.53 ou
par mail : assdioc@catholique-blois.net