Angleterre : un évêque fait le lien entre contraception et « mariage » des homosexuels

Download PDF

L’évêque de Portsmouth (Angleterre), Mgr Philip Egan, a écrit le 29 juillet une lettre pastorale à son diocèse à propos de la loi sur le « mariage » des homosexuels promulguée il y a quelques jours. Il fait clairement la relation entre la révolution sexuelle et ses aboutissements logiques que nous vivons aujourd’hui, et montre combien la société qui nous environne est désormais un milieu hostile… où il faut continuer d’aimer les personnes et témoigner en vue de leur conversion. – J.S.

Il y a deux semaines, l’Assentiment Royal a été donné à la loi controversée sur mariage des couples de même sexe – Marriage (Same Sex Couples) Act 2013 – qui tente de redéfinir l’institution du mariage et d’étendre le mariage aux couples de même sexe (gays et lesbiens). Les archevêques Mgr Nichols et Mgr Smith ont exprimé leur préoccupation, et celui de mes frères évêques, devant les graves conséquences sociales que cela entraînera. 

L’adoption de cette loi est l’aboutissement inévitable d’un processus qui s’est accéléré depuis les révolutions sexuelles des années 1960. Jusqu’alors, c’est la définition traditionnelle – c’est-à-dire naturelle et chrétienne – du mariage qui prévalait. Les rapports sexuels étaient vus comme se situant exclusivement au sein de la vie de famille, dans le cadre du mariage, et dotés d’une double fin ou d’un double objectif : l’expression de l’amour et la procréation des enfants. Depuis les années 1960, cependant, les contraceptifs artificiels ont été largement accessible, dissociant les deux fins des rapports sexuels, en scindant la dimension unitive et en suppriment la dimension procréatrice. Détaché de son contexte naturel au sein de l’amour et de l’engagement marital, rattaché au plaisir sans responsabilité, le rapport sexuel pouvait désormais être vécu hors du mariage et ainsi, avec le temps, assumer une nouvelle signification dans les rapports humains. Cela a conduit vers la « mentalité contraceptive » dont le pape Paul VI a parlé de manière si prophétique en 1968 dans sa Lettre encyclique Humanae vitae, et au déclin du mariage, et aujourd’hui à sa redéfinition. Car à travers la nouvelle manière de comprendre les rapports sexuels et la vie de famille, de puissants lobbies ont donné aux partenariats homosexuels la capacité de devenir socialement acceptables, et ainsi la tentative du gouvernement d’étendre le mariage aux couples de même sexe – et avec le temps, on peut le supposer, à d’autres combinaisons et partenariats – est un développement inévitable. 

En tant que catholiques, comme Israël en Egypte, nous nous trouvons désormais dans un pays étranger (« alien ») qui parle une langue étrangère, aux coutumes qui ne nous sont pas familières. Car ce que signifient pour nous le mariage, les rapports sexuels et la vie de famille ne correspond plus à ce que le monde d’aujourd’hui, le gouvernement, le National Health Service (sécurité sociale britannique) et les artisans des politiques à mettre en œuvre mettent sous les mots mariage, sexe, famille. La tentative orwellienne du Parlement de redéfinir le mariage change radicalement le contexte social et cela représente un défi majeur pour l’Eglise en Angleterre et au Pays de Galles : à ceux qui désirent se marier dans nos paroisses, aux parents catholiques qui élèvent des enfants, aux enseignants dans nos écoles catholiques, et au clergé chargé d’un ministère pastoral. Ce pourra être, aussi, un champ de mines légal, même s’il va nous falloir attendre avant de voir toutes les implications de la nouvelle législation prendre corps. Il va certainement nous falloir revoir notre manière de prêcher, d’enseigner, tout comme les programmes scolaires : tout cela devra prendre en compte à partir de maintenant le fait que notre système catholique de sens et de valeurs s’éloigne de manière frappante de ce que la culture sécularisée juge aujourd’hui normal ou acceptable. 

Il est important de redire que l’Eglise aime les personnes homosexuelles, même si nous nous accrochons fermement à notre conviction chrétienne selon laquelle les relations sexuelles trouvent leur place véritable au sein du mariage. Il va sans dire qu’un soutien particulier doit être proposé à ceux qui éprouvent une attraction homosexuelle afin de leur aider à trouver cette liberté intérieure, cette chasteté et cette perfection qu’offre le Christ (cf. CEC 2359). En outre, nous devons également redire que le Christ n’est pas venu appeler les vertueux, mais les pécheurs à la repentance (Mt 9:13). Vivre en conformité avec la chasteté chrétienne a toujours été exigeant, même dans un contexte culturel qui apportait son soutien aux valeurs chrétiennes et à la recherche de la sainteté. Les chrétiens sont toujours appelés à vivre une vie naturelle, mais en raison du péché originel, cette manière de vivre naturelle a toujours exigé les moyens surnaturels que le Christ nous offre, si nous devons y parvenir. Même ainsi, et pour ardue qu’elle soit, la Voie du Christ est vraiment le chemin vers la joie, et en tant que disciples du Seigneur, il nous appartient d’en porter le témoignage. Les pasteurs ont toujours étaient volontiers prêts, au nom du Christ, à offrir miséricorde, pardon et soutien à ceux qui luttent et s’efforcent de vivre en conformité avec les idéaux auxquels le Christ nous appelle. Ce sont, après tout, des idéaux inscrits dans les profondeurs du cœur humain, et qui au Ciel seront comblés et accomplis dans leur éternelle floraison. 

En tant que catholiques, soyons sur nos gardes, et continuons à mettre en garde avec compassion notre société devant les mauvais virages qu’elle prend. Malgré le mauvais virage de la loi sur le mariage des couples de même sexe, je continue d’espérer et de prier afin qu’avec le temps, par la grâce de Dieu et par notre amour et notre témoignage, dans la douceur, nous appellerons la société à revenir sur le chemin de l’humanisme authentique et ainsi, aider chacun à entendre dans son cœur l’appel de l’Esprit à la joie véritable.

 

Source : ici.

• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d’informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S’abonner

© leblogdejeannesmits pour la traduction.

Réseau Riposte catholique

 

 

8 comments

  1. Très beau, mais difficile à digérer pour des catholiques qui savent que Jean-Paul II savait qu’il y avait un envahissement d’homosexualité dans l’Église et qui a refusé de ne rien faire pour éviter le scandale. Le temps du repentir a sonné et puisse le Seigneur donner la force aux autorités catholiques de redresser ce qui doit l’être. Cette plaie mortelle de l’homosexualité ne se chasse pas par les bons sentiments; c’est une tare diabolique qui ne s’EXPULSE que par le jeûne, la prière et la pénitence, ainsi que l’a enseigné le Sauveur.Amen.Cécilien

  2. Erasmus Minor

    Même si quelques accents indéniablement chrétiens se retrouvent dans cette lettre, on ne peut qu’être confondu par l’effondrement intellectuel et spirituel manifeste dans les déclarations de ce pauvre homme !

    D’où tient il que le système de valeurs de l’Église s’éloigne de celui de l société séculière ? L’Église n’a pas d’enseignement sur la sexualité et le mariage qui lui vienne de Jésus ! Jésus tout simplement ne parle pas de cela ! Ces questions de morale sexuelle nées d’une bouillie idéologique dans laquelle on aura du mal à trouver davantage qu’un soupçon d’esprit évangélique n’ont rien à faire dans l’enseignement de l’Église et encore moins s’il s’agit d’interdire ! Le Christ n’a pas fait du mariage une institution tout simplement marge qu’il n’a jamais fait d’institutions ! Et quand on fait de l’Église une institution, on contredit le Christ. Et quand on fait des institutions religieuses on contredit le Christ.

    Bref, ce brave monsieur est semblable aux petits enfants de saint Paul mais qui croit que le lait pour les enfants est la nourriture solide ! Ouvrez enfin pauvres frères et soeurs aveuglés v

  3. Jean-Claude Chevalier

    cela est absolument vrai… de meme que l acceptation par les médecins d opérer une femme qui demande la ligature ou l enlevement des trompes ce qui conduit a une situation definitive. Pour l’expérience vécue, quand la contraception est arrivée dans nos vies (années 1960), les femmes pouvaient délibérément décider elles seules si elles pouvaient tomber enceinte ou non. Le rapport sexuel entre un homme et une femme a donc été grandement modifié. Le respect de la femme et même de l’homme venait d’en prendre un coup. L’homme qui faisait l’amour à sa femme espérant avoir un enfant se retrouvait complètement déjoué par cet obstacle de la contraception … d’autre part, combien d’hommes ont aussi vite pressenti qu’il était dorénavant possible d’avoir du plaisir sexuel sans aucune responsabilité ou crainte que la femme tombe enceinte grâce à la pilule contraceptive. Ainsi, la tentation et le choix de la totale liberté sexuelle s’étendait graduellement et a contribué aux modifications sociales que nous connaissons aujourd’hui. Les pratiques sexuelles sont devenues de plus variées et répandues, incluant aussi le plaisir sexuel entre personnes de même sexe ou même entre plusieurs couples ou plusieurs personnes à la fois. Alors, nous voici aujourd’hui devant l’unique plaisir sexuel sans aucune répercution ou responsabilité. Alors, pourquoi pas l’insimination artificielle pour les femmes lesbiennes et l’adoption (par mêre porteuse) pour les hommes gays. Nous en sommes là aujourd’hui, je ne sais pas ce que je pourrai écrire dans 10 ans. Oui, Paul VI a été un prophète.

  4. je loue la loyauté et le courage de Mgr Philip Egan a dénoncé les tares qui minent notre société, principalement l’homosexualité. à vrai dire les contraceptifs expliquent la vraie nature de ce phénomène dépourvue de sens vis à vis d’une sexualité responsable.

  5. Réal Bleau

    Le mariage, institué par Dieu dès l’origine demeurera toujours l’union stable d’un homme et d’une femme se donnant l’un à l’autre jusqu’à la fin de leur vie pour transmettre une vie nouvelle et grandir chaque jour ensemble dans l’amour, de manière à s’entr’aider à tous points de vue dans le chemin qui doit, selon le plan du Créateur, les conduire au bonheur du ciel. Aucun gouvernement humain n’a de pouvoir réel pour changer la nature du mariage, le redéfinir ; ce que Dieu a fait d’une façon infiniment sage ne saurait être défait par des hommes, qui sont insensés dans la mesure qu’ils empiètent sur les droits de Dieu. Ce qui signifie que les lois civiles promulguant la légalité des mariages homosexuels sont nulles et invalides en elles-mêmes, même si elles étaient votées par tous les parlements du monde et universellement approuvées.

  6. SISINGA ADELINE

    Amen,

    Ces paroles sont vraiment bien placées.
    et grâce à Dieu et l’amour dont il fait preuve
    à la race humaine toute entière, nous catholique
    prierons pour que le Seigneur agisse dans la vie
    de tout ceux qui se sentent attaqué par les travers de ce monde
    Oui nous croyons en Dieu le père tout puissant, en l’Esprit Saint et en son fils unique Jésus Christ.

  7. Pingback: Kirche heute, 6. August 2013 | Christliche Leidkultur

  8. Sonia

    Je suis tout à fait d’accord avec l’Êvesque Philip Egan et ses analyses sont pertinentes et ses inquétudes sur l’évolution de la Famille chrétienne tel que nous la connaisson et tel que Dieu l’avait voulu, homme et femme, les a créé, et notre devoir de protéger la famille fait que nous ne pouvons pas être en désaccord avec Mgr Egan.
    Il est de notre devoir de prier fort pour le monde aujourd’hui car c’est indéniable que le mal se renforcie sur cette terre et nous sommes inquiets pour l’avenir que nous préparons à nos enfants. Confions-les au Saint-Esprit et prions-le afin de nous guider et de nous protéger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *