Belgique : première euthanasie en couple

Download PDF

 

Après une première euthanasie de jumeaux, la Belgique a enregistré sa première euthanasie matrimoniale. Leopold Dauwe, 90 ans, et son épouse depuis 64 ans, Paula Raman, 89 ans, ont dit « au revoir » à leurs enfants et petits-enfants lundi, avant de partir ensemble, de peur que l’un ne survive à l’autre – et alors que, pour l’un comme pour l’autre, la mort était attendue dans quelques jours ou quelques semaines tout au plus. Tous deux grabataires, ils estimaient que cette mort naturelle ne pourrait être « digne » et craignaient de vivre l’aggravation de leur agonie. « Ils ont choisi de prendre cela de vitesse », a déclaré leur gendre.

• Cet écho a paru dans Présent daté du 29 juin 2013.

15 comments

  1. Boanergues

    Bel exemple de la pourriture de l’esprit belge abandonné par un clergé en majorité laxiste et relativiste, en un mot moderniste pour plaire à l’homme et non à Dieu !

    Bel exemple de l’égoïsme de ces deux vieux, qui plutôt que d’offrir à Dieu leurs souffrances de fin de vie pour réparer leurs péchés, de se confesser et de recevoir le sacrement des malades, ont nargué Dieu au point de décider du sort de leur vie !

    Bel exemple aussi de ce qu’est devenue la médecine : l’antichambre des pompes funèbres. Le médecin est devenu assassin, car le médecin belge et le personnel para médical, pour une grande partie, pousse à l’euthanasie sans même se soucier de la loi.
    Des émules d’un certain docteur Goebbels en quelque sorte !

    Pire que cela, si l’on s’en tient à la loi assassine des hommes, il me paraît fort probable que médecins et personnel paramédical est hors-la-loi.

    En effet, ces deux vieux étaient-ils en pleine possession de leur libre arbitre pour répondre aux critères de la loi et signé le document de leur mise à mort ?…

    Cela me paraît fort peu probable car l’écho de “Présent” dit qu’ils “craignaient de vivre l’aggravation de leur agonie” et parle aussi de “la peur que l’un ne survive à l’autre”.

    Dans cet état d’esprit, il n’est plus question de libre arbitre !

    La loi assassine a été outrepassée par la médecine, devenue annexe des pompes funèbres, d’autant plus qu’il n’apparaît pas que cette décision des suicidés ait été prise avec suffisamment de recul !

    La Belgique pourrit au point que cette loi sur l’euthanasie qui existe de façon très “généreuse” depuis dix ans va encore encore être élargie et que parmi les “généreux” humanistes législateur se trouve un médecin neurochirurgien sénateur dont l’appartenance à la franc-maçonnerie ne m’étonnerait pas !

  2. Shimon

    Quel soulagement pour le gendre dont l’épouse va pouvoir hériter plus vite sans devoir laisser l’usufruit au parent survivant.
    Eh puis, une seule cérémonie funéraire, cela coûte moins cher.
    Hélas,comme il n’y a pas encore de four à deux places, il faudra bien les incinérer dans deux fours séparés.
    Peut-être que à l’avenir les crématoriums pourraient faire un prix de groupe.
    Shimon

  3. DELAGARDE

    Eteient-ils Catholiques, et même si non :

    = le 1° commandement est “tu ne tueras point”. L’Eglise d’une manière constante a toujours condamné tant le suicide que l’euthanasie,

    = les droits de l’homme condamnent également le fait de tuer.

    Si on comprend leurs raison, avec une certaine compassion, ce n’est pas une justification de leur acte : ils se sont suicidés, fusse par personne inter posée. Le factotum s’est également mis volontairement hors l’Eglise.

    Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonte.
    En ce jour de la Saint Pierre et Paul

  4. BRUNIER Jean-Marie

    Les fabricants de biscuits sont en train de réfléchir à de nouvelles recettes…Ces biscuits « verts » seront pleins ce protéines et bien meilleurs que les steaks à la vache folle…
    La bêtise des minables penseurs progressistes et des petits économistes hédonistes est devenue une « culture de mort » !

  5. Kaloupe

    je pense toujours que c’est regrettable que des êtres de chair, Image de Dieu, choisissent de mettre fin à leur vie. vie reçu du Créateur et donc dépendant de Lui.
    Quelle morale pour notre temps? l’homme a-t-il encore une dignité?

  6. Anne Lys

    Dieu sait que je redoute et de partir avant mon mari de 86 ans (54 ans de mariage…) et de le voir partir avant moi, parce que je sais que le survivant sera moralement coupé en deux et totalement démuni psychologiquement devant les jours passés à survivre à l’autre, sans parler des difficultés matérielles.

    Mais mon seul remède à cette crainte est de prier Dieu d’y pourvoir. J’espère que quand cette éventualité se produira, celui qui survivra bénéficiera de grâces suffisantes pour y faire face, sans envisager l’euthanasie.

  7. Il est très maladroit de parler de “première euthanasie”, parce que vous donnez le sentiment que c’est un processus irréversible et nouveau. D’abord c’est faux, depuis longtemps les couples de vieux se suicident ou se font euthanasier. Ensuite, cela donne le sentiment qu’une mode émerge, ce qui n’est pas non plus le cas. Les médias essaient de le faire croire.

  8. Struyven

    L’euthanasie est un meurtre contre sa propre personne. Dans le temps, si la personne “se ratait”, elle était condamnée. Ils veulent finir leurs jours ensemble ce que je peux comprendre et ont peur de la souffrance et d’une agonie qui serait peut-être trop longue ce que je peux comprendre…..nous ne sommes que des humains ! Mais seront-ils ensemble dans l’éternité ? Je sais combien la Miséricorde de Dieu est grande et ne sais ce que je ferais moi-même dans une telle situation, mais ma croyance me l’interdit. Que Dieu les bénisse.

  9. Sébastien

    Ils ont manqué peut être la grâce du dernier moment où Dieu leur réservait de demander pardon de leur péché et d’accueillir Sa Miséricorde. Voilà la conséquence de ce qu’ils appelaient:” prendre la mort de vitesse!” Mon Dieu pardonne leur cet orgueil, aie pitié d’eux! Ne permet pas que leur âme se perde pour toujours!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *