Des veilleurs debout devant l’évêché de Versailles

Download PDF

Yves Daoudal les a appelés les veilleurs de l’Eglise :

“Il y a eu des veilleurs debout, les 4 et 5 juillet, devant le siège de la conférence des évêques de France, où avait lieu une réunion du « conseil permanent ».

Hier, des veilleurs sont apparus devant le siège de l’archevêché de Paris, rue Saint-Vincent.

Certains s’offusquent de cette action, pensant que c’est traiter les évêques de la même façon que les membres du gouvernement qui a imposé la « loi » sur le « mariage » homosexuel.

Il y a là une erreur de perspective. Les veilleurs ne disent rien. Ils sont là. Ils assurent une « veille ». Leur présence est en effet réprobatrice quand elle est place Vendôme ou devant un tribunal. Mais elle est plutôt interrogative quand elle est devant le siège de la conférence épiscopale ou un évêché. Elle veut dire : qu’en est-il ? Car il y a eu un beau mouvement épiscopal, puis une espèce de honteuse capitulation en rase campagne, si l’on en croit le long texte d’une « commission » qui fait semblant de représenter l’épiscopat mais ne représente que ses signataires. Cette veille devant l’évêché « interpelle » par sa seule existence, comme le dit malicieusement Me François Teutsch dans un excellent article de Boulevard Voltaire.

On remarque que Mgr Habert est allé rendre visite aux veilleurs de Sées assis sur le parvis de la cathédrale, le soir du 4 juillet, et les a encouragés. Il y avait là aussi le recteur du séminaire et l’archiprêtre de la cathédrale. Donc la « veille » n’était pas du tout ressentie comme une attaque par cet évêque.

On remarque aussi qu’aucun évêque du noyau dirigeant – pardon, du « conseil permanent » – n’a eu l’extrême condescendance d’aller adresser la parole aux veilleurs qui étaient devant le siège de la conférence épiscopale.

On remarque enfin que Mgr Rey ou Mgr Aillet ne condamnent pas cette action mais continuent le combat et demandent aux fidèles de continuer l’action dans toute sa diversité. […]

Il serait souhaitable, comme certains semblent le vouloir, qu’il y ait des veilleurs debout devant tous les évêchés, et pas seulement devant celui de Paris. Mais réellement devant tous les évêchés : y compris ceux de Toulon et de Bayonne. Il peut aussi y avoir des veilles d’approbation et de remerciement – et de louange de Dieu. Et cela ferait taire les mauvaises langues qui accusent de pharisaïsme ceux qui ont le courage d’agir.”

Hier, des veilleurs se tenaient devant l’évêché de Mgr Aumonier :

v

12 comments

  1. JCM

    Surtout quand on lit Mgr Simon qui dit que la loi Taubira n’a rien changé pour les catholiques…
    Vivons nous dans le même monde que ces évêques ?
    Nous on ne leur demande pas de changer l’Eglise comme le comité de la jupe qui protestait devant le siège de la CEF, on leur demande d’être pleinement catholiques et de soutenir les laïcs qu’ils enboient “au charbon”.

  2. LABARTHE

    Bravo les veilleurs de Versailles.

    Cela va-il donner de la force au clergé ?

    Espérons, espérons, mais j’ai l’impression que ce sont les brebis qui donnent la direction du chemin de résistance à cette loi offensante pour Dieu à l’ensemble des bergers, exception de deux ou trois !

    Bravo encore, et tenez bon le temps que j’en fasse de même devant mon évêché.

    Jean-Christophe

  3. gaudet

    Je retiens ici le simple fait qu’aucun membres de la conférence des évêques de France, n’a cru pertinent de rencontrer ces veilleurs et de calmement les interroger sur leur action.

    Il s’agit là d’une attitude de dédain, de hauteur , pour ne pas dire de mépris vis à vis de catholiques engagés, absolument inacceptable de la part de pasteurs responsables, dont le devoir de compassion et de charité envers leurs plus insignes fidèles , ne devrait souffrir aucune dérogation!

    Ce comportement froid, dédaigneux et désinvolte, rejoint parfaitement l’impression fortement négative, que les catholiques ont ressenti , quant aucune voix de l’Eglise de France, et en particulier de celle de Mrg Dubost de Corbeille Essonne, ne s’est élevée , à l’occasion de l’enfermement criminel de l’innocent Nicolas Buss.

    Qui est loin le temps ou , sous la révolution de 1789, tant de valeureux curés et évêques se sont courageusement opposés à la constitution civiles du clergé et se sont valeureusement et calmement présentés, carrément même en soutane, devant le couperet de la guillotine, en prenant parfaitement conscience de la signification profonde de leur ultime sacrifice !

    Jamais donc ne verra t on désormais, un Monseigneur Dubost ou Vingt trois, condamner ouvertement la politique gauchiste de ce gouvernement pourri, à l’occasion d’homélies absolument incendiaires, et ainsi risquer de manière méritoire, l’arrestation arbitraire, le procès politique inique, et l’emprisonnement injuste ?

    Les catholiques français, ont besoin d’être dirigés par des pasteurs au verbe de fer et de feu! et non pas des obsédés du langage consensuel, au point de se transformer en complices et valets honteux d’un régime, dont la dépravation morale, s’étale minablement désormais aux yeux de tous les chrétiens.

    En sorte que les catholiques ne souffrent non pas tant des agressions extérieurs de politicards pervers, gauchistes et libertins ( ils y sont habitués ) mais bien de l’intolérable démission scandaleuse d’une caste d’évêques ne méritant plus de porter la charge spirituelle , que l’Eglise leur a saintement mais imprudemment confiée

  4. Simple colombe

    Rien que dans l’histoire de l’Eglise de notre pays, que de saints canonisés incompris, persécutés ou diffamés de leur vivant par des évêques, ou au moins des prêtres nombreux ! Par jalousie, par esprit mondain et passion politique, par prévention et défaut de dialogue réel pour s’informer de la vérité des choses.
    Que l’on songe à Jeanne d’Arc, à Louis-Marie de Montfort, à Mère Yvonne-Aimée, à Mélanie Calvat (encore largement méconnue actuellement), au curé d’Ars (qui aurait été interdit de confession s’il n’avait tenu qu’à ses confrères !) Moralité que j’en tirerais : ne pas attendre que tous les évêques et le clergé nous précèdent pour répondre à l’appel de la grâce et à ce que nous avons discerné comme la volonté de Dieu (le tout, bien sûr, dans une obéissance cordiale et humble à l’enseignement du magistère de l’Eglise.) Et en évitant l’aigreur et les attitudes agressives

  5. MEYER

    A quelques exceptions peès, j’ai honte pour le peu de foi des membres de l’épiscopat français … sns doute le fruit d’une vieille tradition ‘gallicane’ qui fait que ce qui vient de Rome est blâmable et que donc, tout ce qui vient ‘de France’ est admirable … mais à ce petit jeu ‘politique’ ces ‘Monseigneurs’ sont plus accaparés par leur stratégie d’échecs au-devant desquels ils courent avec une constance déplorarbla, que par ce qui devrait être une constante ardeur à enseigner la parole du Christ, lequel n’a jamais ‘prôné’ l’homosexualité comme norme de vie.
    Tout évêques qu’ils soient ils aurant à répondre de leurs paroles et de leurs actes au jugement dernier … que de pleurs en perspective !!!

  6. Hélène

    Vraiment ces veilleurs sont plein de ressources et de cran! Devant l’Evêché c’est parfait ( il faut tous faire pareil chacun dans sa région) ça montrera à nos soi-disant bergers qu’ils ont une réflexion à mener, des questions à se poser sur leur apostolat, des directives Papales à appliquer sans les discuter et ENFIN à rentrer dans le rang. Remettre Dieu, la prière, la liturgie etc à la première place et en terminer avec la ” fête, le peuple, l’homme-dieu, les considérations sociologiques et politiques etc…

  7. AUBERT Roger

    La catastrophe, c’est tous ces non-dits depuis des décennies… Marie les qualifient de chiens muets…(quand le loup entre dans la bergerie) et le loup y est depuis longtemps, annoncé par Jésus lui-même.
    Voilà dans une paroisse proche de la mienne, une catéchiste dévouée, compétente, enseignante catholique en retraite, formation de consacrée qui vient de se faire remercier (renvoyer) par M. le curé… simplement parce qu’elle n’a pas suivi la session de formation… (peut-être aussi parce qu’elle se met à genoux à la messe etc…)
    Le silence, passe encore, mais ces pressions intolérable, c’est comme le disait Paul VI, une Eglise qui s’autodétruit…(et les cas sont multiples. Ceux qui sont portés à ma connaissance sont nombreux… à commencer par mon cas personnel dont je ne vais pas
    détailler ici ! Prions pour ces prêtres et ces évêques dont beaucoup vont en enfer.
    Marie dit à l’Escorial:”Satan s’est emparé d’une grande partie de l’humanité. Je voudrais qu’au moins, le tiers soit sauvé, mais Satan fait même des brèches dans ce tiers !”
    D’après mes calculs donc,(faites les vôtres) cela fait en moyenne, au moins 2 personnes sur trois qui tombent en enfer à chaque seconde !
    Pour une seule âme perdue, il y aurait de quoi déprimer et désirer mille fois le martyr pour qu’elle soit sauvée, fut-ce le pire des criminels. mais Dieu laisse libre, libre, libre. C’est incontournable… jusqu’à la chute finale, voulue, décidée, refus haineux de l’amour infini, pour un malheur éternel. L’enfer est plus terrible qu’on ne croit et qu’on peut l’imaginer ! Et ceci n’est plus enseigné. On ne parle plus des fins dernières, sauf d’une manière si lénifiante que cela ne réveille plus personne !
    A vos Rosaires. chaque ave bien dit sauve une âme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *