Dr Dor : 10.000 euros d’amende pour “entrave à l’IVG”

Download PDF

Où l’on retrouve la « violence des chaussons »

Dans la salle d’audience de la 31e chambre correctionnelle de Paris, les juges se font attendre. En ce lundi après-midi, le Dr Dor attend sereinement son jugement : quoi qu’il arrive, c’est accepté d’avance.

A ses côtés, quelques amis de SOS Tout-petits. On bavarde. Xavier Dor se lève, fait trois pas dans la salle, s’approche d’une grande femme blonde qu’il salue : « Merci d’être venue ! » Elle sursaute, lui demande de partir : c’est Maya Surduts, militante de l’IVG, secrétaire générale de la CADAC (coordination des associations pour le droit à l’avortement et à la contraception), partie civile, et l’une des personnalités associées au Haut Conseil pour l’Egalité femmes-hommes et signataire de son récent rapport dénonçant les sites d’information sur l’avortement qui n’indiquent pas la marche à suivre pour avorter. 

Non, ce Xavier Dor qui ne l’a pas reconnue, tant il y voit mal, elle ne veut même pas lui parler. « Ah, vous n’êtes pas de chez nous », constate-t-il étonné, sans savoir qui le renvoie aussi froidement. Ça, non alors ! Elle est du côté du manche, du pouvoir, de la loi d’exception qui protège l’avortement. Cette loi, les idéologues de la mort des tout-petits voudraient la voir empêcher toute femme  de se retrouver, un jour, au contact de quelqu’un qui la dissuaderait de commettre un geste sans appel. Maya Surduts a toute raison de croire qu’en ce procès pour « entrave à l’IVG », le Dr Dor sera condamné : le parquet n’avait-il pas réclamé 8 000 euros d’amende ?

En définitive, les trois juges – trois femmes – sont allées au-delà. Leur jugement fait dix pages, l’assesseur n’en lit que le dispositif : 10 000 euros d’amende pour avoir montré des chaussons à une femme dans la cage d’escalier menant au siège du Planning familial, rue Vivienne à Paris, et pour s’y être « introduit » par deux fois : quand on s’appelle Xavier Dor, il y a des lieux ouverts au public qui vous sont interdits.

Insupportables chaussons 

Pour les trois associations parties civiles : la Coordination nationale du Mouvement français pour le planning familial et la Fédération du Mouvement français pour le planning familial, ainsi que la CADAC, ce sera 1 euro symbolique de dommages et intérêts, ainsi que 400 euros chacune au titre des frais de justice. La femme avec qui Xavier Dor avait parlé, le 26 juin 2012, dans l’escalier de l’immeuble où le Planning familial a son bureau et une consultation sans rendez-vous, s’est vu allouer 2 000 euros de dommages pour le « préjudice moral ». Car le Dr Dor lui avait remis « une médaille de la Vierge », il avait prié, c’est « perturbant », dit le jugement, « d’autant plus qu’elle est catholique ». Et puis il y avait les chaussons, ces insupportables chaussons qu’une femme cherchant à avorter ne devrait jamais voir. Les avocats du planning avaient souligné la « violence inouïe » de la rencontre du Dr Dor (qui n’y voit goutte, voûté et frêle) avec cette femme qui s’en allait chercher des conseils sur l’IVG. On dit « IVG », d’ailleurs, pour ne pas faire penser au petit d’homme qui perd la vie dans l’histoire.

Cette très lourde condamnation est un signal. Une mise en application de la loi Neiertz modifiée par Martine Aubry en 2001 afin de pénaliser les « pressions morales et psychologiques » visant à dissuader une femme d’avorter : aurait-on peur qu’elle soit si peu en train d’exercer « son choix, son droit » qu’elle ne doive entendre aucun argument contraire ? Quelle infantilisation ! Le fameux « délit d’entrave » était puni d’un maximum de 30 000 francs d’amende, c’est le seul qui soit passé à un montant égal en euros en 2001 : 30 000 euros soit 200 000 francs, rappellera Me Minvielle, l’avocat de Xavier Dor.

En revanche, le Dr Dor a été relaxé du délit d’entrave qui lui était reproché par l’APHP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris) pour avoir en 2011 manifesté auprès de l’hôpital Saint-Vincent de Paul avec des images de fœtus démembrés. Reste au moins la liberté de manifester.

A la sortie de la salle d’audience, la satisfaction des pro-mort était mitigée. Maya Surduts expliquait à la presse qu’elle ne souhaitait pas voir un vieil homme comme le Dr Dor en prison, mais jugeait l’amende infligée à un « homme riche » alors que le Planning, comme chacun sait, tire le diable par la queue, incapable de le faire arrêter. La relaxe pour la manifestation de 2011 ? Cela ne la gênait pas, elle est pour la liberté d’expression et le droit de manifester devant les hôpitaux. Mais elle a tout de même appelé le procureur de la République, a-t-elle signalé avec indignation, pour l’avertir de ce que Xavier Dor avait « tout un programme » pour recommencer ses manifestations auprès des avortoirs.

Sa hargne s’explique peut-être un peu mieux lorsqu’on sait, elle ne s’en cache pas, qu’elle a elle-même avorté quatre fois…

J’ai échangé trois mots avec l’avocat du Planning, Me Claude Katz. Pour lui, le procès et l’amende n’auraient qu’une vertu, le « rappel à la loi », puisque Xavier Dor « continuera ». « Et quand la loi interdit l’avortement, c’est pareil ? Il faut la respecter ? » Me Katz se réfugie derrière la majorité d’élus qui ont voté la mort des tout-petits. Mais moi, je pense aux « 343 salopes » et à toutes celles qui ont tiré gloire d’avoir enfreint la loi pour imposer l’avortement…

Plus loin, le Dr Dor répond lui aussi à l’AFP, à France-Info, en des propos qui ne seront pas repris. Pensez : il a osé faire le parallèle entre l’avortement chimique, aujourd’hui la moitié des IVG, soit environ 300 des quelque 600 avortements par jour que connaît la France, et les gaz assassins utilisés en Syrie ; plus de 100 000 tués par an par RU-486. Il y aurait de quoi réveiller François Hollande, Obama et l’ONU – mais non, ils sont dans le camp des assassins…

Le Dr Dor entend faire appel.

Cet article a paru dans Présent du 18 septembre. Vous pouvez soutenir le seul quotidien qui ne transige jamais avec la culture de mort en profitant d’un abonnement parrainé à prix réduit. Téléphonez au 01 42 97 51 30.

 • Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d’informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S’abonner

 © leblogdejeannesmits

 

 

 

 

23 comments

  1. Loco

    De tous temps les femmes ont avorté. S’est-on demandé pourquoi ? Mettre un enfant au monde est un tel bonheur, normalement . Mais il y a des cas particuliers plus ou moins douloureux ou tragiques sur lesquels les extérieurs n’ont pas le droit de parler.
    Il ne faut pas tout amalgamer .
    Dans cette affaire je ne vois que méchanceté, hypocrisie, étalage, surenchères …
    L’avortement est le meurtre d’un fœtus et la blessure d’une femme. Il convient de savoir cela. Et de respecter aussi la femme.

  2. Antigone

    Mon Dieu! mais qu’est devenue la France? Accuser aussi brutalement un médecin qui offre des chaussons de “violence inouïe”, c’est vraiment la fin de tout!
    nous sommes dans un état totalitaire où le “politiquement correct” est de rigueur et où toute personne quoi y déroge se voit condamnée. Il faut une révolte civile en France pour que cessent ces abus, ces atteintes à la liberté, ça ne peut plus continuer comme ça.

  3. J’ai vu sur internet un interview de Xavier Dor , c’était assez intéressant.
    C’est un mystique qui semble habité par la lumière , j’ai un certain respect bien que je ne sois pas d’accord avec ses actions.

    Grâce à lui j’ai compris ce qui serait mal avec les francs maçons : c’est quand l’homme décide et que ce n’est pas Dieu qui décide.

    Si Dieu voulait décider de tout il aurait fait des petit robots.
    Abandonner sa vie au hasard et dire c’est Dieu qui décide hou lala

    Dans un monde parfait et mystique il aurait raison ça ne devrait pas être un problème un enfant de plus.

    Sauf que dans la réalité , Jésus ne vient pas multiplier les pains, ni les billet de banques.

    On parle de la souffrance hypothétique du foetus mais celles des enfants qui meurent de faim avec des mouches pleins les yeux alors ?
    Dans les pays où il n’y a pas d’ivg ,ni de contraception , il y a plus d’un moyens pour faire disparaître les enfants en surnombres ou indésirables.

    Xavier tu aurais dû être une femme et avoir 10 ou 20 grossesses.

  4. Bourgeois

    cqfd,
    Que d’interrogations angoissées dans votre message. Permettez-moi, en réponse, de vous poser une question :
    Dieu est infiniment bon, ou il n’est pas. Sa seule folie, c’est de créer (à tout instant) l’homme libre d’aimer ; c’est-à-dire capable de semer malheur ou bonheur.
    C’est l’homme qui sème le malheur ; ce n’est pas Dieu. Dieu est impuissant vis-à-vis du libre arbitre de chacun. Il ne peut que rattraper au mieux les conséquences des actes des hommes.
    Oui, il faut maîtriser le nombre de grossesses ; mais pas par une contraception qui fausse les relations d’amour. Oui, il faut limiter les naissances ; mais pas par l’IVG qui est un crime.
    L’homme n’est pas un animal ; il doit maîtriser son corps et son esprit.
    Seul, il ne peut y arriver ; car le démon l’entraîne à l’opposé de la Vérité et de l’Amour.
    Jésus, Dieu, ne forcera jamais notre liberté. Il fait ce qui est compatible avec celle-ci. Il donne sa vie pour nous sauver et nous indiquer le chemin du bonheur véritable : l’abandon filial au Père.
    A nous de le suivre pour y parvenir. Sinon, ne nous plaignons pas ; nous voulons la mort, la souffrance et le malheur, Dieu ne nous les refusera pas. Devrait-il ?
    Que l’Esprit Saint vous console et vous rassure.

  5. Ne pourrait-on pas considéré les ivg comme des fausses couches comme les autres ?

    Ni les femmes, ni les médecins ne trouvent qu’une ivg
    c’est une partie de rigolade. C’est un choix, un droit des femmes qui ont une conscience et une histoire personnelle.

    Le harcèlement moral est un délit. Pourquoi ce droit a-t-il été donné ?
    Pour réparer une injustice faite aux femmes parce que justement souvent les hommes ne sont pas des saints.

    Et pourquoi est-ce un état républicain qui donne ce droit parce que l’Eglise n’est pas universaliste.

    Un embryon n’est pas une personne , une ivg ce n’est pas tuer un innocent.

    Sans la science et la médecine vous ne seriez pas ici sur internet, vous n’existeriez peut-être même pas ni moi non plus.

    En supposant que l’âme d’une nouvelle personne veuille s’incarner dans un foetus , elle prendra le métro suivant et puis c’est tout. Dieu n’est-il pas infiniment bon ?

  6. Bourgeois

    cqfd
    Première réponse rapide, faute de temps. je ferai mieux plus tard.
    Oui, Dieu est infiniment bon; mais il est aussi infiniment juste. Et il ne peut considérer comme acceptable que l’homme détruise l’enfant qu’il a créé, corps et âme. Ce n’est pas une âme qui s’incarne; c’est Dieu qui crée un nouvel être humain. Et cet être humain, il l’a créé pour qu’il vive et parvienne à la vie éternelle après son séjour sur terre. Un embryon est un homme, à part entière; parce que Dieu l’a conçu entièrement. pour qu’il vive avec lui, comme tous les hommes créés. L’embryon n’appartient pas à la mère, ni au père, ni au laboratoire, ni à la société. Il appartient à Dieu, et seul Dieu est maître de sa vie et de sa mort. L’IVG est un crime abominable parce que c’est le meurtre délibéré (je n’ai pas dit joyeux) d’un être sans défense, par ceux-là même qui ont le devoir de le protéger.

  7. question:
    Où sont les âmes avant d’exister avant de venir dans un corps où vont-elles si ce corps et cette âme n’ont pas le temps de devenir une personne avec une conscience qui peut distinguer le bien du mal ou avoir la moindre notion de Dieu ?

    • Bourgeois

      cqfd,
      Vous êtes le pur produit de la désinformation spirituelle galopante qui sévit depuis plusieurs dizaines d’années.
      Pourquoi voudriez-vous qu’il y ait un stock d’âmes quelque part en attente d’affectation à un corps?
      Serait-il trop simple d’imaginer que Dieu crée des hommes, association d’un corps et d’une âme, avec la collaboration d’un homme et d’une femme, en utilisant un acte d’amour géniteur ?
      Toute union sexuelle n’aboutit pas à une procréation.
      Pour faire un enfant, il faut être trois : Deux collaborateurs humains, dits le Père et la Mère, et surtout (et essentiellement) Dieu le Créateur qui va donner suite (sans obligation) à un souhait humain de procréation.
      Si l’acte charnel ne correspond pas à un souhait (conscient ou non) de procréation, Dieu, qui n’est ni sot, ni méchant peut vouloir, quand même, donner le fruit normal de l’acte sexuel, pour appeler à la Vie (avec un grand V, qui ne s’arrête pas à la vie terrestre) et l’enfant et les parents. Et ce n’est pas à l’homme de juger du bien fondé de la décision du Créateur.
      De même que pour gagner au Loto il faut jouer, pour ne pas avoir d’enfant il faut ne pas avoir de relations de fécondation. L’infantilisation des hommes et des femmes (leur déresponsabilisation) que le monde actuel établit ne peut justifier qu’une cause n’ait pas sa conséquence normale.
      Oui, une naissance non voulue est une violence de la part de Dieu ; mais, en fait, elle n’est que le résultat d’une violence humaine vis-à-vis de l’amour ; c’est-à-dire de Dieu. Et cette violence de Dieu, n’est elle pas, en y regardant bien, salutaire ?
      L’homme n’admet plus que l’acte charnel ne soit souhaitable que s’il est motivé par l’amour, dont la conséquence est la vie. C’est le résultat de la perte de la Vérité de l’Amour.
      Il n’y a qu’une solution. La (re)conversion. Le retour à la vraie vie, qui ne peut s’accommoder du mensonge que Lucifer, Satan, et ses sbires les démons instillent dans le cœur de l’homme à longueur de temps, pour le faire dévier de la vie en harmonie avec la nature, avec les autres et avec Dieu.
      Que l’amour soit et ne soit pas contrefait. Voilà la doctrine chrétienne de l’amour qui motive l’action des opposants (pacifiques) à l’avortement. Ils sont le miroir dans lequel les hommes se voient (et ce n’est pas facile à supporter) tels qu’ils sont : homicides et déicides. Regardez Jésus sur sa croix, vous finirez par le comprendre, ou alors, c’est que vous ne le voulez pas, que vous voulez avoir raison contre Dieu. Et que ce Dieu là ne vous convient pas, et que vous en cherchez en un qui vous agrée. Si vous le trouvez, posez-vous bien la question : Est-il Dieu ?
      Non, Dieu ne sauvera pas l’homme sans ou contre lui (Vous savez : Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ; tout le monde ira au Paradis). Non, là aussi il y a un lien de cause à effet. Le chrétien se doit de le dire. Vous pourrez le persécuter ; c’est tout ce qui est en votre pouvoir. La Vérité ne peut être niée sans conséquences.

  8. L’ amour des autres et le respect des droits des femmes passent avant les dogmes et les interprétations mal digérées.

    “Si je n’ai pas la Charité je ne suis qu ‘une cymbale retentissante “

  9. En prenant votre hypothèse qu ‘il faille être 3 pour faire un enfant : Dieu et 2 collaborateurs humains
    et en reprenant la description de la création d’Adam par Dieu dans la genèse,
    On peut donc raisonnablement penser que Dieu donnerait le souffle de la vie à l’être humain à
    chaque naissance (de plus Adam n’a jamais été un embryon).

    La vie d’un être humain (au sens habituelle du mot vie ) commence à son premier souffle (première respiration)
    et se termine à son dernier souffle.

  10. Bourgeois

    Cher à Dieu, cqfd,
    J’ai l’impression d’avoir affaire à un mur. Vous avez la dureté de la pierre. Vous ne voulez pas entendre que la vie commence avant la naissance. Vous ne pourrez donc pas aller plus loin.
    Le chrétien vous répète, et ce sera la dernière fois ; car il n’y a pire sourd que celui qui ne veut entendre : Il y a plus de charité à protéger la vie d’un enfant à naître que de sauvegarder le droit des femmes à éliminer la vie que Dieu leur confie.
    L’amour des autres et le respect du droit des femmes ne peut passer par l’assassinat de l’être cher à Dieu qui vous est offert pour vous associer à l’élan de vie dont il veut que vous soyez les témoins et les bénéficiaires.
    Vous pouvez refuser cette expression de l’amour ; mais, s’il n’est pas là, l’amour, où est-il ?
    Pour la dernière fois, regardez Jésus sur la croix. Il est le chemin, la vérité et la vie.
    Qu’est-ce que cela veut dire ?
    Que si l’homme ne s’abandonne pas à la mort que constitue l’amour vrai (la mort de l’abandon de sa propre vie à l’existence de l’enfant que l’on porte, par exemple) ; alors il ne peut espérer accéder au bonheur, tel que le veut pour nous celui qui a abandonné sa vie pour nous indiquer la voie à suivre (le voilà le salut apporté par le Christ). Au bout du tunnel de l’abandon à la mort à soi même (au profit de l’autre, cet enfant qui vient vous voler votre vie, en l’occurrence), il y a la résurrection à une vie en abondance dont vous n’imaginez pas la plénitude.
    Vous pouvez refuser la vérité de l’amour ; c’est vous qui vous amputez. Mais n’obligez pas les autres à suivre votre chemin de mort.
    La seule mort qui puisse mener à la vie ; c’est la mort à soi-même, pas la mort des autres pour soi-même. Faites marche arrière toute. Ecoutez Dieu tant qu’il peut encore vous parler. Que l’Esprit-Saint vous amène à la vie ; c’est tout ce que souhaite Monsieur Dor, et il risque sa vie pour vous l’offrir. Remerciez-le plutôt que de l’accabler.

  11. Vous êtes pas autorisé à parler d’assassinat à propos d’ivg c’est un appel à la haine.

    Dieu a bien failli exterminer l’espèce humaine lors du déluge.dans la genèse.
    Si ce n’était pas Dieu que penseriez vous d’une telle personne ? Y a eu combien de morts lors du déluge et tout le monde s’en fou.

    Vous connaissez la théorie de Stephan Hopkin?
    L’existence de la matière et de l’antimatière prouve que l’émergence du premier électron et de la matière a pu
    se faire à partir de rien. ( matière + antimatière = rien).
    L’univers n’a pas eu besoin de Dieu pour exister.

    Cette théorie scientifique ne change rien au contraire elle fortifie ma foi en Dieu.

  12. Bourgeois

    Excusez-moi, cqfd,
    je ne vois pas très bien en quel Dieu vous mettez votre foi. ça doit être un Dieu sur mesure, pour qu’il ne trouve rien de répréhensible à l’avortement.
    Quant à l’extermination par le déluge; priez Dieu qu’il ne revienne pas sur sa décision d’épargner quelques humains. Pour être trivial, à la mode humaine, pensez vous qu’il va encore supporter longtemps qu’on se foute de sa gueule en plein nez, comme vous le faites ?
    Adieu, cqfd, votre discours est trop affligeant pour qu’on continue à lui accorder la moindre attention.
    Je vous laisse le choix du terme qui vous conviendra le mieux : L’IVG, l’avortement est un meurtre, un assassinat, un homicide permis par des lois scélérates votées par des états criminels pour lesquels le chatiment sera proportionnel au nombre de victimes innocentes qu’ils auront faites. Ecoutez ce que le seul Dieu vous dit, et le déluge vous a montré que ce n’était pas un plaisantin : “Ce que vous faites à chacun de ces petits c’est à moi que vous le faites”. Il n’y aura pas d’échappatoire, en dehors du repentir sincère. Point final.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *