Et maintenant, la baisse des obsèques religieuses

Download PDF

Après la baisse du nombre de baptêmes et de mariages religieux, voici les obsèques chrétiennes qui sont en berne. Dans le quotidien catholique Présent, Rémi Fontaine écrit :

“Signe des temps : les obsèques religieuses ont enregistré une baisse de 5 % en France au cours des cinq dernières années, au profit des cérémonies civiles, selon une enquête nationale des Pompes funèbres générales (PFG) publiée mardi. Sur la pratique des obsèques en France et ses évolutions, 70 % d’entre elles sont religieuses, contre 75 % en 2008, alors que les obsèques civiles sont passées de 25 à 30 %. Celles-ci progressent toutefois différemment selon les régions et d’autant plus que le défunt a choisi la crémation.

Lorsque l’inhumation est choisie comme mode de sépulture, les traditions religieuses restent très ancrées, même si les cérémonies civiles sont en progression (17 % contre 15 % en 2008). En Ile-de-France et en Nord-Normandie, elles atteignent même respectivement 23 % et 19 %. Les cérémonies civiles tendent aussi à progresser (+ 5 %) dans les régions Sud-Ouest et Est. Lorsque la crémation est choisie, elle s’accompagne d’obsèques civiles dans 53 % des cas. Avec 37 % d’obsèques civiles au total (contre 35 % en 2008), l’Ile de France se détache nettement de la moyenne nationale avec 65 % de cérémonies civiles en crémation en 2013 (+ 1 %).

L’église demeure bien sûr le lieu d’adieu privilégié des personnes de tradition catholique en France : 91 % des cérémonies y sont célébrées (95 % lorsque l’inhumation est choisie), dont un nombre croissant par des laïcs (+12 %). Elles passent à 79 % lorsque la crémation est choisie. De plus en plus de diocèses acceptent que des laïcs animent une célébration au crématorium, qui offre ainsi une alternative de plus en plus admise pour les cérémonies d’obsèques, y compris lorsqu’un accompagnement religieux est souhaité.”

10 comments

  1. Hélène

    On omet de dire que vouloir des obsèques religieuses pour un proche qui en avait affirmé sa volonté c’est s’exposer, dans un moment de fragilité due au chagrin, à un véritable parcours du combattant:
    – le mort ne fréquentait pas assidûment une paroisse? On ne vous écoutera quasiment pas et on vous répondra ” nous n’avons personne de libre”
    – le mort fréquentait une paroisse? On vous affirmera que ce sera très difficile, pas dans les délais, peut-être possible à une vingtaine de kilomètres, célébration par un prêtre qui ne le connaissait pas etc…
    – le mort suivait les offices en un lieu qui célébrait en la forme extraordinaire? Alors là, malheur à vous. Il vous faudra DEMANDER la permission et on vous la refusera.
    Amen!

  2. jolibois

    Pour ma part, j’impute le recul des cérémonies religieuses à l’absence de prêtre. Les laïcs font parfois un travail correct, mais le prêtre qui a reçu une initiation (ordination) reste pour moi le représentant incontournable de l’église habilité à propager la parole de DIEU .

  3. Maurice

    @ Hélène : hélas, vous avez raison ! J’en ai été témoin pour ma mère.
    J’ai cherché un prêtre lorsqu’elle agonisait (en résidence de retraite médicalisée) pour lui donner les derniers sacrements, le prêtre n’était pas là et la personne qui m’a ouvert la porte ne savait pas comment le joindre. Ce n’est que le lendemain que j’ai pu le voir et qu’il est venu… trop tard ; ce sont des prières en français qui on été dites. (en soit ce ne serait pas important, sauf que cela ne me plaisait pas)
    Pour la cérémonie à l’église ce ne fut pas triste non plus :
    Des obsèques dans la tradition n’était même pas envisageable ! Le prêtre ne savait pas s’il avait des champs grégorien, c’est lorsque je lui ai proposé d’en lui fournir qu’il a su où en avoir, et lors des obsèques ils ont été très court ! (il a fait signe d’arrêter les chants)
    Cela vous donne envie de passer par là ?! Encore une fois Vatican II fait des ravages même « après » !

  4. Yves

    @jolibois: la baisse de la proportion d’obsèques religieuses serait une conséquence de la baisse du nombre de prêtres? Non. C’est une conséquence de la perte de la foi dans les sociétés occidentales, et la diminution du nombre de prêtre en est une autre conséquence. Il n’y a pas de crise des vocations sacerdotales: il y a crise des vocations de baptisés. Et ce n’est pas mieux!

  5. Robert Constantin

    Pas besoins d’obsèques religieux, puisque le pape François a dit que tout le monde était sauvé y compris les athées. C’est conforme au message du pape François.

  6. Chant

    Catholique pratiquants si ce n’est pas un prêtre qui est présent il est hors de question de subir un laïc
    Ce sera directement au cimetière béni par la famille c’est encore mieux et gratuit.
    Nous ne sommes pas protestants ni une secte.
    Les laïcs ont leur place dans les actions de charité de prière et d’aide mais pas à l’autel….
    Il y a assez de prêtres retraites pour faire les célébrations …. Mais il faudrait que l’Eglise arrête de nous imposer des laïcs

  7. Maurice

    @ chant : s’il n’y avait que pour des obsèques…
    C’est n’est hélas pas le seul cas.
    Je ne pourrai rien dire bien sûr, mais me faire passer à l’église de cette manière… j’aimerai pouvoir sortir de la boite pour botter les fesses de ceux qui oseront !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *