Exclusif ! Rance 2 continue à recevoir du papier bleu… (2)

Download PDF

Rance 2Riposte-catholique apprenait vendredi que l’avocat de Fabrice Sorlin, président de l’association Die Irae, scandaleusement mis en cause dans le “reportage” de la série “Les Infiltrés”, réalisé par CAPA Télévision et que France 2 se propose de diffuser le mardi 27 avril, a écrit au président de France Télévision pour lui rappeler que son client « n’a a aucun moment autorisé » l’utilisation publique de son image dans cette émission et qu’en conséquence il demande et même requiert « de ne diffuser aucune image de sa personne, ni celles filmées “en clair” ni celles dérobées par des caméras cachées ou amateurs (…) ni aucun propos qu’il a pu tenir, l’interview enregistrée avec lui et ayant été présentée dans un tout autre contexte que celui de l’émission “Les Infiltrés”. » L’avocat poursuit en mettant en garde le président de France Télévision : « Je vous informe que j’entreprendrai toute démarche juridique nécessaire à la protection de sa vie privée et de son droit à l’image si vous diffusez tout de même ces images et ces propos. »

Daniel Hamiche

2 comments

  1. Lionel D

    Manifester votre indignation devant les procédés de France 2 en écrivant à la Direction de la chaîne te à son Président Patrick de Carolis, à l’adresse suivante : France Télévisons SA, 7 Esplanade Henri de France 75015 PARIS CEDEX 15.
    Appeler également la rédaction au 01 56 22 73 76.

  2. Backe Jc

    Un courriel intéressant :
    de : “Muriel Marland-Militello Député”
    date : 03/05/10 18:25
    objet : Infiltrés (was: – incitation à la haine raciale)
    Chère Madame, Cher Monsieur,

    Vous avez bien voulu appeler mon attention sur l’émission des « Infiltrés » diffusée mardi 28 avril dernier sur France 2.

    Je vous en remercie. J’ai pris connaissance de votre courriel avec attention.

    Je peux comprendre que le sous-titre provocateur de cette émission, à savoir « à l’extrême droite du Père », ait pu choquer certaines personnes. Néanmoins le droit à l’information, à la libre expression et à la critique sont des libertés fondamentales de tout être humain. Afiin de remplir sa mission d’information, le journaliste a le droit d’enquêter librement sur les faits qui conditionnent la vie publique. Cela fait également partie des missions du service public de la télévision. A cet égard, informer le public sur ce genre de graves dérives est un acte d’une grande utilité publique.

    Cette émission a nullement stigmatisé les catholiques, ce qui aurait d’ailleurs été sans fondement. Elle a en revanche permis d’informer le grand public sur les dérives inadmissibles de l’extrême droite, dont certains protagonistes sont effectivement des catholiques intégristes.

    Ces dérives nous devons les combattre avec la plus grande fermeté car elles sont de nature à créer des troubles graves à l’ordre public. Ces dérives nous devons les combattre avec la plus grande fermeté car elles sont contraires aux valeurs républicaines de la France.

    S’agissant de la méthode employée, je tiens à souligner que l’immersion était nécessaire pour obtenir des images montrant cette odieuse réalité, une odieuse réalité qui avait toujours été cachée aux journalistes et aux autorités.

    Toutes les écoles hors-contrats ne sont naturellement pas des repaires d’antisémites, de négationnistes, de révisionnistes ou de xénophobes. Je tiens également à rappeler que si ces écoles sont hors-contrat, elles ne sont pas hors du champ de notre législation. Les écoles remplissent une mission fondamentale auprès de nos enfants. C’est la raison pour laquelle, l’Etat doit contrôler avec la plus grande attention la conformité au droit de toutes les écoles, qu’elles soient publiques, privées sous-contrat ou privées hors-contrat.

    Face à ces phénomènes -fort heureusement extrêmement minoritaires-, cette émission a permis de rappeler à tous la pertinence encore aujourd’hui de lutter au quotidien contre des comportements répréhensibles qui n’ont rien à voir avec le catholicisme, comme le racisme, l’intégrisme et l’antisémitisme.

    Ce reportage nous rappelle également qu’un certains nombre de principes, qui ne vont pas sans devoirs, sont plus que jamais nécessaires à notre société au rang desquels le respect de la personne humaine, la liberté de religion, la tolérance et le dialogue entre les religions et les cultures.

    Je vous prie de croire, Chère Madame, Cher Monsieur, à l’assurance de ma considération distinguée.


    Muriel MARLAND-MILITELLO
    Député des Alpes-Maritimes (2ème circ.)
    Adjoint au Maire de Nice
    en charge de la politique culturelle de la Ville
    Plus d’informations sur marland-militello.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *