L’abbé Louis-Edouard Cestac (1801-1868) va être béatifié

Download PDF

Le Pape François a signé le 13 juin un décret reconnaissant un miracle attribué à l’abbé Louis-Edouard Cestac (1801-1868). Saint Pie X avait signé en 1908 le décret d’introduction de la cause de béatification et de canonisation du prêtre français. Après plus de cent ans, le diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron va bientôt pouvoir s’enorgueillir d’un nouveau bienheureux.

Le père Louis-Edouard Cestac est né le 6 janvier 1801 à Bayonne (France) et il est « né au ciel » le 27 mars 1868 à Notre-Dame-du-Refuge à Anglet. […]

Vicaire de la cathédrale de Bayonne, il cherche à répondre aux besoins des pauvres et des petites filles abandonnées errant dans les rues et dans les chantiers navals.

Il fonde un foyer d’accueil en 1836, dans une maison prêtée par la ville de Bayonne, « Le Grand Paradis ».

Il aide les jeunes qui souhaitent se libérer de la prostitution, avec des éducatrices bénévoles.

Il achète, en 1838, un domaine agricole situé à Anglet: le domaine Châteauneuf qui devient « Notre Dame du Refuge » où il met sur pied un projet d’éducation fondé sur l’amour de la Vierge Marie, la liberté et le travail.

En 1842, ses 14 premières collaboratrices se consacrent à Dieu par des vœux religieux : la congrégation des Servantes de Marie est née.

Le Père Cestac leur donne une règle de vie qu’il a écrit à la Trappe de La Meilleray, en 1839, et en 1841 à Bétharram, chez son ami, le père Michel Garicoïts.

Une branche contemplative naît en 1851 : les Solitaires de Saint-Bernard, ou « Bernardines » qui accueillent les « pénitentes » désireuses d’une vie religieuse vouée à la prière et au travail dans la solitude.

Les religieuses parcourent les villages ruraux et elles ouvriront 120 écoles dans 10 départements français.

L’impératrice Eugénie viendra prier à la chapelle de paille de Saint-Bernard, à Anglet, pour demander un enfant. Le père Cestac déclara publiquement que sa prière serait exaucée. […]

Il mourut 27 mars 1868, à Anglet, à Notre-Dame du Refuge, où il repose.

Les Servantes de Marie poursuivent son œuvre au service des pauvres en France, en Espagne, en Amérique Latine, en Afrique, et en Inde.

Source : Zénith

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *