Le faux optimisme post-conciliaire

Download PDF

Hier soir, le Saint-Père s’est rendu au séminaire de Rome et devant les séminaristes, il a longuement parlé, sans note, avec son coeur. Parmi tant d’autres choses (le discours a été traduit par le blogue Benoît-et-moi), il a évoqué la période post-conciliaire, condamnant le faux optimisme qui a régné (et règne encore) au sein de certains milieux catholiques. Et je pense bien entendu à la France, où l’épiscopat ne cesse de baigner dans ce faux optimisme :

“Le faux optimisme comme après le Concile, quand les couvents fermaient, les séminaires fermaient: non, ce n’est rien, tout va bien! Non, tout ne va pas bien. Il y a aussi des chutes graves, dangereuses, et nous devons reconnaître avec un sain réalisme qu’on ne va pas là où de mauvaises choses se font.”

10 comments

  1. Marie

    C’est ce qui s’appelle “extrapoler” ou bien encore “tirer le Pape par la soutane”. Certes, B XVI ne minimise pas les échecs et les erreurs de certains membres de l’Eglise mais il insiste tout autant sur la force éternelle qui croît en Elle.

  2. Christian

    Tout a fait d’accord avec Marie. Je crois qu’il faut arreter de diaboliser Vatican II. Vatican II n’est pas la raison pour laquelle les couvents et les seminaires fermaient, il en est la resultante.
    Vatican II n’est pas un courant moderniste. C’est une evolution de l’Eglise comme tant d’autres, cf le Concile de Trente – la messe dite “traditionelle” ca date de 1545; 1500 ans apres la resurection de notre Seigneur; ca fait un peu…réformiste, non?

    Rappellons que notre bon Pape avait pris part aux débats de concile Vaitcan II (plus de trois ans d’élaboration).
    Rappellons que sa Saintete a rendue hommage a son predecesseur, Jean XXIII.
    Rappellons que l’Eglise evolue, se tourne vers l’avenir et ne fait jamais marche arriere. Le fantasme de la messe “tradi” universelle est loin d’etre une réalité, parceque le vivier actuel de l’Eglise se trouve en Afrique et en Asie ou Vatican II est tres bien implante.
    Rappellons que l’Eglise a souffert, souffre, et souffrira. C’est notre apostolat.

    “C’etait mieux avant” ; peut être, mais pourquoi diable les fideles désertaient les eglises avant Vatican II?
    Objectivement, on trouvera toujours de mauvais prêtres et de mauvaises congrégations. Pourquoi on ne parle pas de l’écrasante majorite de bon pretres et de leurs fidèles? On a un peu plus que quatre évêques…pardon trois, alors forcement on trouvera plus de brebis galeuses dans un enorme troupeau plutot que chez ceux qui font dans la petite laine (je dis ca avec humour). Enfin, quatre eveques et un qui sort des inepties ca fait quand meme tache niveau statistique; ca sort le 25% de “tu retournes en formation” – a méditer.
    Je suis vervent supporter de l’Eglise, la seule, l’unique. Je ne me cache pas qu’il y ait des problèmes, comme il y en a eu dans le passe – il y a meme des allusions a ces querelles dans les lettre de St Paul. C’est a dire legerement avant Vatican II – a peu pres 2000 piges avant, quoi. A l’Ouest, rien de nouveau. Si il y a des problèmes, qu’on les renonces et qu’on les resoud au sein de l’Eglise. Sinon on agit comme les protestants et on ouvrent des eglises a tour de bras a chaque qu’il y a désaccord. L’Eglise est l’unique garant de notre unité. L’Eglise s’appuie sur Vatican II. Refute Vatican II, c’est refuter l’autorite papal, c’est faire du protestantisme.

    Prions plutot pour nos freres et soeurs du Moyen Orient qui souffrent. Ils disent la messe en Arameen et non en latin, ils ont probablement plus de foi que bon nombre d’entre nous puisqu’ils vivent literallement leur foi au peril de leur vie. Ils sont de veritables modèles, que Dieu les bénissent.

    Je pense que la resolution de certains pour ce carême sera de cesser de taper constament sur Vatican II et de tenter d’etre constructif.

    La paix du Christ.

  3. Struyven

    Le postconciliaire à amener avec lui beaucoup de déviances. Plus de respect pour l’Eucharistie, la Sainte Vierge au rebut, plus de satan, plus de péchés dans le sacrement de réconciliation…..et j’en passe. Il est temps que l’ordre revienne d’En-Haut car beaucoup de fidèles sont choqués depuis des années…….Merci de m’avoir lue.

    • AUBERT Roger

      Enfin, voilà qui pense juste. C’est extrêmement rare. Le Ciel nous a dit :
      “Ce qui répare, c’est d’en souffrir!” Faire bande à part, ce n’est pas mieux faire que les protestants et tant d’autres. Le plan de Lucifer était d’enfoncer, enfin, un coin, la division à l’intérieur même de l’Eglise. C’était subtil, mais le petit nombre de ceux qui sont restés fidèles ont le plus haut charisme qui consiste à réciter le Rosaire incognito. Ce sont les fruits les plus magnifiques qui permettent à Dieu d’agir lui-même.

  4. TRAPES

    Contrairement au précédent commentateur, je pense que le pAPE A PARFAITEMENT RAISON de stigmatiser ce faux optimisme. Dans VaticanII, il ya bien des points qui pourraient être discutés.

  5. Michel

    Ca fatI 60 ans qu`ils disent que tout va bien alors que jamais ca n` a été aussi pire – nous sommes sur la bonne route le navire coule mais on y arrive.Les vocations sont taries, les scandales pédophiles dans l`église, le manque de discipline et de connaissance des Écritures.

    La foi n`est plus enseignée sérieusement et a peine connue, les églises sont vides, les pretres savent a peine lire les Écritures, les pays sont menées par des sociétés secretes anti-chrétienne, nos se couvrent de mosquées, les juifs talmudistes anti-chrétiens controle toutes les communications et les point clés du pays.

    Oui ca va bien! quel succes!

    Continuez a ramer a contre-courant

  6. Yves

    Et si on reprenait la citation complète:
    “Bien évidemment, il y a un faux optimisme et un faux pessimisme. Un faux pessimisme qui affirme : le temps du christianisme est fini. Non : il recommence ! Le faux optimisme était celui d’après le concile, quand les couvents fermaient, lorsque les séminaires fermaient et que des gens disaient : mais ce n’est rien, tout va bien… Non ! Tout ne va pas bien. Il y a aussi des chutes graves, dangereuses, et nous devons reconnaître avec un sain réalisme que cela ne va pas ainsi, que cela ne va pas là où l’on fait des choses erronées. Mais nous devons aussi être certains, en même temps, que si, ici ou là, l’Église meurt à cause des péchés des hommes, à cause de leur absence de foi, en même temps, elle naît de nouveau. L’avenir appartient vraiment à Dieu : c’est là la grande certitude de notre vie, le grand, le véritable optimisme que nous connaissons. L’Église est l’arbre de Dieu qui vit éternellement et qui porte en lui-même l’éternité et le véritable héritage : la vie éternelle”.

    Le pape pointe le faux optimisme ET le faux pessimisme. Ceci dit, je ne peux que vous conseiller la lecture complète de son très beau texte, ou à défaut le compte-rendu qu’en fait Sandro Magister ici

    http://chiesa.espresso.repubblica.it/articolo/1350428?fr=y

    Et gardons nous de tomber et dans le faux optimisme, et dans le faux pessimisme! Belle résolution de carême, que je souhaite excellent à tous les lecteurs de ce blog!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *