Lyon : le “kiss-in” antichrétien se révèle être une manifestation contre le Saint-Père et Mgr Barbarin !

Download PDF

Les extrémistes homosexuels de Lyon montrent leur vrai visage :

Les violentes réactions de plusieurs mouvements intégristes catholiques proches de l’extrême droite ont incité les organisateurs du « Kiss-in » à demander à la Lesbian and Gay Pride de Lyon de prendre le relais pour l’organisation de ce rassemblement pacifiste et bon enfant, ce samedi 15 mai, place Saint Jean à 20h30.

Face aux propos haineux et à la violence qui se déchaine sur la toile, ce rassemblement prendra une toute autre tournure. A la veille de la Journée Mondiale Contre l’Homophobie et la Transphobie dont le thème est « Religions, Homophobie et Transphobie » la Lesbian and Gay Pride de Lyon entend dénoncer :

• les récentes déclarations du Pape Benoit XVI au Portugal qui considère que l’avortement et le mariage homosexuel étaient deux des « menaces les plus insidieuses et dangereuses » qui pèsent sur le monde ;
• le silence du Vatican et de Monseigneur BARBARIN face aux amalgames honteux entre homosexualité et pédophilie du cardinal Tarcisio Bertone, numéro deux du Vatican ;
• l’attitude du Vatican qui s’oppose à la déclaration en faveur de la dépénalisation universelle de l’homosexualité devant l’ONU ;
• l’absence de condamnation par le Vatican des violences commises contre les personnes homosexuelles et transsexuelles au nom de la religion catholique.

Dans une lettre, [le préfet] nous informe de la tenue d’une procession partant de Saint-Jean à 19h30 pour justifier un déplacement du « kiss-in ». Vu le déchainement de haine sur les différents sites internet et forum de discussion, la Lesbian and Gay Pride de Lyon accepte de reporter d’une heure le kiss in. Mais elle refuse de l’annuler ou de le déplacer.

Un discours radical qui tranche avec celui tenu dans Le Progrès du jour :

« David Souvestre, président de la Gay Pride de Lyon (qui n’est pas l’artisan du « kiss-in » mais le soutient face aux attaques), précise avoir reçu hier un mail de la préfecture lui demandant “d’indiquer aux participants que cette manifestation doit se dérouler à un endroit plus adapté”. Motif ?

Le « kiss-in » “peut constituer” (…) des “risques” et des “troubles à l’ordre public”, d’autant plus élevés qu’une procession religieuse partirait du même endroit en direction de Fourvière. “Il n’est pas question de céder aux pressions d’intégristes catholiques”, rétorque déjà David Souvestre, en évoquant un “rassemblement bon enfant”. “C’est juste 2 minutes 30 de bisous et je ne comprends pas ce foin”, se désole Maxime Aicardi, l’un des initiateurs du « kiss-in » qui se défend de toute provocation délibérée : “Nous n’avons pas du tout l’intention de cibler l’Eglise : il n’y a pas de banderoles et ça se déroule sur la place, qui est un espace public. Nous avions déjà organisé ces derniers mois d’autres « kiss-in », à Bellecour et aux Terreaux, sans que personne ne proteste, et ça tourne sans cesse”. »

Sur Facebook, Maxime Aicardi déclare aimer le statut de son ami Olivier Borel (“Le Pape Benoit XVI et l’Église Catholique sont les deux menaces les plus insidieuses et dangereuses pesant sur le monde”). Mais ça n’a “pas du tout l’intention de cibler l’Eglise”… Un des participants (Anthony Dpl) ne s’en cache d’ailleurs pas : “c’est une manifestation contre l’institution représentée par ce monument”.

Défendons notre Eglise, notre évêque et notre pape : rendez-vous dès 20h sur le parvis de Saint-Jean ! Venez armés… de vos chapelets !

Arthur Leroy

6 comments

  1. Chris du Fier

    Le gourdin serait peut-être plus approprié.
    Il sera toujours temps pour que l’ absolution leur soit accordée par la suite.

    Notre Très Saint Père nous a demandé à plusieurs reprises de ne pas avoir peur et d’ entrer en politique.

    N’ hésitons pas et demandons à nos évêques (tout au moins à ceux de ‘ Épiscopat de France) de mettre fin à cet oecuménisme de mauvais aloi qu’ ils dénomment eux-mêmes ‘progressisme’ !….

  2. Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint un communiqué relatif
    à la manifestation provocante organisée ce samedi devant la Cathédrale de Lyon.

    Très cordialement,
    B. Gollnisch

    Communiqué de Bruno GOLLNISCH
    Député européen,
    Président du groupe FN au Conseil régional Rhône-Alpes,

    INDECENCE & PROVOCATION

    Des activistes homosexuels ont prévu d’organiser un “kiss-in” c’’est-à-dire une manifestation exhibitionniste et agressive, samedi 15 mai à 19h30 sur le parvis de la cathédrale Saint-Jean à Lyon, soi-disant pour « interpeller » l’église catholique.

    Il y a longtemps cependant que l’Eglise catholique distingue les actes qu’elle réprouve des personnes qui s’’y livrent.

    Sous prétexte de lutter contre l’homophobie, ces extrémistes prétendraient-ils interdire à quiconque d’’exprimer une préférence pour les relations entre homme et femme, qui, seules, peuvent transmettre la vie ? Ils y sont encouragés par l’’inepte législation spéciale que le calamiteux ministre de la justice que fut Dominique Perben a fait voter par démagogie, et qui permit la scandaleuse condamnation par la Cour de Douai d’’un député de son propre camp, déclaré « coupable » d’’avoir exprimé sa préférence pour la famille naturelle, avant d’être totalement innocenté par la Cour de Cassation !

    On voit bien que, dans ce domaine comme dans d’’autres, sous le faux prétexte de tolérance, ces lois liberticides instaurent en fait une intolérance absolue.

    Je note d’ailleurs que les organisateurs, « courageux mais pas téméraires » prétendent lutter contre “l’homophobie”, devant la cathédrale, et non devant la mosquée. C’’est pourtant en application de la charia, et non du droit canonique, que des homosexuels sont exécutés chaque année…

    Je me joins à tous ceux, catholiques ou non, qui protestent contre cette nouvelle provocation indécente et anti-chrétienne . Je demande instamment aux autorités de police de prendre les mesures nécessaires pour que ne se renouvelle pas l’’odieuse agression dont fut l’’objet en juin 2005, Mgr. Jacquin, recteur de la cathédrale Notre-Dame de Paris, de la part de l’’organisation Act Up, subventionnée par les pouvoirs publics !

  3. Grégoire

    bonjour,

    je viens de regarder la vidéo “les intégristes gays boutés hors du parvis de Notre Dame”, et je regrette, mais alors je regrette ! d’avoir signé le mail de protestation destiné au maire et au préfet.

    Pourquoi ? parce que – si je suis d’accord avec le texte de ce mail, je suis en revanche effaré par les sois-disant “chrétiens”, que l’on voit sur cette vidéo, ainsi que par le commentaire plus haut qui appelle à utiliser des gourdins (Chris du Fier).

    La suite s’adresse aux acteurs de cette vidéo, aux “Chris Fier” du site :

    Non, vous vous prétendez chrétiens mais vous ne l’êtes pas.

    Ou sont les artisans de paix ?
    Ou sont les faiseurs d’unité ?
    Ou sont les disciples de Jésus Christ ?
    Ou est l’amour ?

    J’ai vu sur cette vidéo des idéologues, aussi spirituels qu’un gourdin, et pour qui la religion n’est qu’un prétexte à exprimer la haine et la violence qui sont leur véritable religion.

    Vous êtes de la même école que ceux que vous prétendez combattre, pire encore, car vous êtes de faux témoins de cette Evangile que vous prétendez connaître mais que vous n’avez pas lu. Au final, vous travaillez pour le même maître.

    Riposte Catholique, mettez vos actes en cohérence avec vos paroles, et démarquez vous explicitement de ce genre de “riposte”.

    Grégoire

    (Arthur Leroy : il faut recontextualiser. J’ai déjà entendu Guy Gilbert raconter qu’il avait mis des raclées à des jeunes – pourtant majeurs. Il n’en reste pas moins chrétien… Plutôt que de juger les personnes, contentez-vous de juger les actes. L’amour du prochain n’exclut pas de le remettre en place s’il va trop loin. C’est ce qui s’est passé lors du “kiss-in” sur le parvis Notre-Dame. Peut-être que certains ont été trop loin – la justice le dira – mais l’immense majorité des participants (beaucoup de jeunes et de convertis) s’est bien comportée. Et une réaction énergique (mais charitable) était nécessaire. Au lieu de vous prendre pour Dieu, réfléchissez plutôt à cette notion de charité… Quant à votre mail de protestation, il n’est en aucun cas associé à Riposte-catholique même si l’outil qui a permis son envoi en fait partie. Bien à vous.)

  4. Soyons fier de notre religion

    Il me semble évidemment opportun et important de montrer que l’Eglise catholique n’est pas l’agneau qui se laisse manger sans rien faire mais il me paraît réaliste de ne surtout pas faire le jeu des médias qui assimile très vite “catholique” à “jeune extrémiste de droite”. Alors oui, défendons notre église et notre foi ! Mais avec intelligence, c’est à dire sans violence…

  5. Chris du Fier

    Enfin, Grégoire, ne mélangez pas tout s’ il vous plaît.

    Que nos bons pères et nos frères cléricaux n’ utilisent que le chapelet et des prières pour défendre notre Foi et notre Église, c’est tout à leur honneur. Et nous n’ en sommes que plus respectueux à leur égard.

    Mais je suis laïc et à ce titre je prendrai tout instrument contondant, détonant ou pas qui me permettra de défendre ma chapelle.

    Lorsque les murs de notre temple sont attaqués par des loups lubriques et malfaisants il est de notre devoir de combattre l’ infamie. Saint Bernard de Clairvaux nous l’ a bien confirmé dans ses écrits à l’ ordre des Templiers naissant.

    L’ homicide est interdit dans nos commandements. Pas le malicide.

  6. L’année dernière, déjà à Lyon, il y avait eu pareille manifestation devant la basilique de Fourvière pendant la messe. Mais tandis qu’une poignée de jeunes « croisés » autoproclamés étaient prêt à taper dans le tas (alors même qu’ils avaient communié au Corps du Christ, crucifié chaque jour par les péchés de TOUS les hommes), le cardinal Barbarin s’est porté à la rencontre des « folles » et les a invité à venir discuter à l’archevêché. Ni les drag queens ni les BCBG en armes n’en revenaient. Pourtant, c’était bien une réaction chrétienne : le dialogue plutôt que le rentre-dedans. Je me suis laissé dire que les mêmes qui crachaient sur l’Église sont repartis apaisés et heureux de leur entretien épiscopal.
    J’en suis témoin, le cardinal Barbarin est allé au-delà de ce qui était de son ressort dans le dialogue et l’écoute ; la balle est désormais dans le « camp » des associations « LGBT » (qui sont loin de représenter toutes les personnes homosexuelles).

    Soyons clair. L’Église n’accepte pas les pratiques homosexuelles, mais invite tous les hommes pêcheurs à marcher à la suite du Christ ; tous sans exception. C’est la base de la charité : l’amour du pécheur, le rejet du péché. L’amour ne vas pas sans vérité ; et la position publique de l’Église est de réprouver ce qu’elle considère comme un déséquilibre. C’est son droit le plus strict. A présent, peut-on discuter de l’accueil des personnes homosexuelles dans l’Église ? Oui, bien sûr, mais à condition de ne pas le faire sous la pression de faiseurs d’opinion et de provocateurs ; or c’est précisément ce qui se passe aujourd’hui. Ce « kiss-in » va faire la part belle aux extrémistes des DEUX cotés et va générer des frustrations supplémentaires.

    Je suis très sévère envers le communautarisme « gay ». Réduire une personne à sa seule orientation sexuelle est une amputation de l’être. Vous qui vous dites chrétiens, vous devez dire aux personnes homosexuelles : ne soyez pas dupes ! Libérez-vous de cette catégorie « LGBT » dans laquelle ces lobbies et ces groupes de pression vous enferment ! Fuyez ces Gay Pride tape-à-l’œil qui méprisent le corps humain et suscitent les moqueries. Vous n’êtes pas les otages du supermarché consumériste, vous ne devez pas l’être.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *