Mgr Di Falco ne voit pas l’intérêt de manifester dimanche

Download PDF

Interrogé dans le nouveau quotidien L’Opinion, l’évêque de Gap remet en cause l’utilité de la manifestation du 26 mai, à laquelle certains de ses confrères vont pourtant participer. Cela étant, on ne se souvient pas d’avoir vu Mgr Di Falco à l’une des manifestations précédentes. A lire cet entretien, on a l’impression que l’évêque de Gap ne croit pas qu’il y a une loi morale au-dessus de la loi civile, ni qu’une loi civile peut être illégitime. Non, pour lui cette loi a été voté, confirmée par le Conseil constitutionnel, et promulguée ; il n’y a pas lieu d’y revenir.

KMBT_C224-20130524094829

67 comments

  1. Bruno

    Je ne vois que du négatif dans ces propos et à ce moment.
    En regardant de plus près, il y a beaucoup d’idées très contestables et de réactions surprenantes de la part d’un pasteur de l’Eglise…

  2. Pierre

    Grosse surprise, et grosse déception.
    Peut être aurait-il dû plus invoquer l’Esprit-Saint avant de s’exprimer ?
    A le lire, on a l’impression qu’il n’y a eu aucune manifestation jusqu’à présent, et que la loi Taubira est un non évènement.

  3. clavier jean pierre

    Mgr di Falco est un pleutre, peut être craint il que ses “amis” socialistes le fassent chanter avec des bruits qui avez courus sur lui.
    Les phénomènes de violence qui ont eu lieu , n’était pas le fait de groupuscules , mais des forces dites de l ‘ordre
    Cette loi est passée avec la complicité d’une parti des responsables de l’église de France, si l’ensemble de nos évêques s’était mobilisé: il en aurait été comme de la loi contre l’école libre sous Miterand
    Il est encore temps
    Le monde occidentale va payer cher de s’être livrer a Satan, regardez ce qui se passe en Suède ou les bandes de sauvages qui envahissent l’Europe se livrent a des pillages, bien qu’elles y furent accueillies avec plus que de la charité , de la bienveillance

  4. mariedefrance

    Mgr Di Falco n’aurait-il pas idée du mépris avec lequel les autorités ont IGNORE les cris des familles ?

    Mgr Di Falco n’aurait-il pas idée de la NÉGATION des DROITS de l’enfant à venir par la GPA par ex ?

    Mgr Di Falco a-t-il idée de ce que sont les racines de LA FAMILLE et donc de la FILIATION ?

    Mgr Di Falco s’est-il posé la question de la DEMOCRATIE en danger en France où, pour une minorité d’une minorité, on “fabrique” une loi inique ?

    etc………..

    quelle déception !!

  5. Bonjour. Oui visiblement Mgr Di Falco émet beaucoup de réserves quant à l’engagement de l’Eglise pour ce grand mouvement de la base Chrétienne en France. Cela lui est permis, mais sa tiédeur est peut être le reflet de ce que vient de dénoncer justement notre pape François “le confort intellectuel, mondain, et plus encore, …” dans lequel se complaisent bon nombre d’archevêque et d’évêques
    Mgr Di Falco, nous n’avons nul besoin de phraseurs.
    Soyez notre guide avant que cette société ne sombre dans l’anarchie, où bien gardez vos tristes positions pour votre sphère bon chic, bon genre.

  6. senex

    Il ne voit pas d’objection aux persécutions de ceux qui seront obligés d’appliquer cette loi infâme : Juges, maires etc…Aveuglement ou tactique…!

  7. Goupille

    Monseigneur Di Falco a oublié le Chanoine Kir et l’Abbé Pierre, élus de la République à une époque où l’Eglise savait s’engager sur tous terrains…
    Il est plus confortable de laisser faire et de venir, six mois après, chichipoter sur les raisons profondes et complexes des participants. Sagesse populaire, Monseigneur : les absents ont toujours tort.

    Ceci étant la version citoyenne aimable d’explication à cette évanescence.
    Après, il y a une version plus désagréable qui est : que le Pape ne devrait pas s’arrêter au Curé de Megève, et venir regarder de très très près et jusque très très haut pourquoi il y a quelquechose de tellement étrange en Eglise de France, et depuis tant d’années.

    Merci pour les Evêques qui seront présents dimanche à Paris : ils sont des pasteurs tels que nous les attendons.
    Montjoye ! Saint Denis !

  8. Di Falco fait partie de ces évêques maçons qui depuis très longtemps, n’ont d’ennemis qu’à sa droite, les tradis honnis et les associations favorables à la défense de l’Eglise de Rome. C’est un progressiste, qui plus est ambitieux. Son point de vue est donc exactement de ceux qu’il faut suivre à l’envers.

  9. Kleber

    Des circonstances particulières, propres à Mgr di Falco, expliquent peut-être sa position.quoiqu’il en soit, Il est frappant de voir que dans l’Eglise de France d’aujourd’hui, des “sensibilités” différentes s’expriment en public librement comme dans une formation politique quelconque.Et l’on s’étonne des fortes et heureuses exhortations du Pape François qui visent à rien moins qu’à redire l’essentiel à des fidèles désorientés par les surenchères médiatiques désordonnées de quelques clercs.

  10. Anne-Laure

    Bonjour Bruno,
    je suis étonnée que vous n’y voyez que du négatif… Je ne suis pas d’accord avec votre interprétation! Mgr di Falco serait un mauvais évêque parce-qu’il dit ne pas voir l’utilité de cette manifestation? Pourtant c’est lui qui a reconnu les apparitions de la Vierge Marie à ND du Laus… au bout de 300 ans!!!
    Il a raison de dire qu’il y a un risque d’amalgame. On attribue aujourd’hui la manif pour tous aux cathos de droite aujourd’hui. Or l’Eglise n’a pas à faire de politique, et Frigide Bardot de son côté qui avait bien commencé est en train de déraper. Elle ne veut même plus aller à sa propre manif sous prétexte qu’elle a reçu des menaces! Voyez la femme qui a tenu tête calmement aux islamistes à Londres? Elle aurait pu se faire tuer or non!
    J’ai manifesté 2 fois déjà mais une fois qu’une loi est votée, je ne vois pas même si je suis contre pourquoi manifester contre cette loi. Ou alors c’est ne pas reconnaître que d’autres ne puissent pas être de votre avis! (même s’ils ont tort!)
    Oui la loi morale est au dessus des lois civiles, mais là le but de la manif aurait dû changer de thème. Il aurait fallu dire non à la GPA et à la PMA, car c’est pour ça qu’on a défilé….
    On ne peut rien contre le comportement individuel, c’est le libre arbitre de chacun. (Ici, l’homosexualité) Jésus propose une loi naturelle et divine, l’homme dispose car il a été créé libre. Après c’est une affaire entre lui et Dieu, le jour où il aura des comptes à rendre, mais ça ce n’est pas à nous de juger.
    Tout comme nous n’avons pas à juger l’avis d’un pasteur de l’église qui explique calmement pourquoi il ne défilerait pas. Il s’abstient lui-même de porter un jugement sur ses frères qui défilent!
    Je précise que je suis catholique pratiquante et anti- hollande, mais nous sommes dans une démocratie…

    • Anne Lys

      <<>>
      Mgr di Falco est-il ou non un « mauvais évêque » ? Dieu seul le sait, pas moi, ni vous.
      Mais ce n’est pas « parce qu’il dit ne pas voir l’utilité de cette manifestation » que nous nous interrogeons sur son attitude ; c’est parce qu’il a été l’un des seuls évêques de France à ne pas appeler à participer aux manifestations précédentes et que sa seule intervention personnelle sur ce sujet a été une partie de son homélie de Noël au cours de laquelle il a parlé de l’homosexualité dans des termes qui ont paru équivoques à beaucoup.

  11. Anne-Laure

    Je voudrais aussi ajouter que c’est vrai que c’est inique de n’avoir pas été écoutés au bout de 5 manifs pour tous, alors que des lois ont été retirées sous Chirac et Mitterrand… mais ces gens là qui ont promulgué ces lois iniques auront des comptes à rendre un jour… devant Dieu.

    Je ne suis pas pessimiste car Jésus vaincra! Marthe Robin a dit que la France descendrait très bas mais qu’elle se relèvera. Notre religion est la seule fondée sur l’espérance et la Foi en Jésus Christ présent à l’autel et parmi nous… Ce réveil a déjà lieu et le pouvoir en place peut trembler…. mais il ne faut pas de violence! et cette manif demain peut-être le théâtre de violence par la provocation ce qu’il faudrait éviter.

  12. gaudet

    En la personne de Monseigneur Di Falco, nous trouvons la quintessence même de l’irresponsabilité spirituelle et de l’apostasie!

    Nous sommes confrontés à un défenseur fondamental du libéralisme , pour qui la loi de Dieu ne s’applique pas en totalité à la société, mais doit se soumettre à la volonté aléatoire de politiciens véreux chez qui le bien des enfants , est devenu une notion caduque.

    Cet évêque n’a donc pas du tout saisi le fait, qu’aucun compromis n’est possible avec une telle loi, conçue pour détruire la société française dans ses plus chers enfants, et ceci quelque soient les modalités d’approbation légales , établies par des institutions ne méritant plus notre confiance !

    Je suis donc satisfait d’être domicilié sur le diocèse de Bayonne, et non pas de Gap, car je n’apprécierais certainement, pas d’être sous la coupe d’un tel évêque , au comportement doctrinal et moral , aussi profondément décevant ! d’autant plus qu’il n’a participé à aucune manifestation , contre ce projet social criminel !

  13. JLC

    Son point de vue est sans doute clair, mais pas sa vue…
    “Oculos habent sed non vident”.
    Cyril Lacarrière peut aussi retourner apprendre sa grammaire : “décideNT” s’accorde avec le sujet “mes confrères” (au pluriel).

  14. Il est navrant de voir qu’un prélat aussi doué se révèle, dans ce texte, incapable de s’élever au-dessus du niveau des pâquerettes. C’est pourtant ce qu’on attend de lui. Les manifestants et ceux qui les soutiennent heureusement sont là pour lui rappeler que s’ils font tous ces efforts c’est par ce qu’ils mettent la loi naturelle – c’est à dire la loi divine – au dessus des lois humaines. A notre époque la “lutte” consiste à enfoncer des portes ouvertes: il faut un père et une mère pour faire un enfant, et ici la loi divine dépasse la loi humaine! Il faut aussi apprendre l’ortograf: : “ce que décidENT mes confrères”.

  15. CC

    Ce Mgr di Falco n’en fini pas de surprendre…visiblement favorable au mariage pour tous!!!!

    Vivement qu’il rejoigne sa “jet set”, son show biz …mais que fait-il en tant qu’évêque, son rôle de Pasteur….. tout le monde s’interroge !

  16. ADOUE Paul

    Les propos de Mgr Di Falco sont affligeants de lâcheté et participent à la destruction programmée de la Chrétienneté. Il ferait mieux de prendre sa retraite, il y serait moins nuisible

  17. Sous la Révolution dite française , des chrétiens sont allés jusqu’au martyr afin que ce qui appartient à Dieu lui soit rendu et que César n’envahisse pas toute la société.

    Prions les bienheureux martyrs de septembre 1792 dont deux évêques de la famille des La Rochefoucaud d ‘éclairer leurs malheureux successeurs .

  18. Haumesser

    Désolant !
    Je ne comprends pas qu’un évêque puisse ajouter à la division !
    Et les consciences, qu’en fait-on?
    “Qu’ils soient UN” dit le Christ. Ce ne sont pas les positions de Mgr Di Falco qui y répondent !
    Quelle tristesse !

  19. Sous prétexte de “récupération” possible ou de “ce qui paraît encore plus grave et contestable” etc … on décrète le manque d’intérêt du 26 mai. C’est à proprement SCANDALEUX de la part d’un évêque pour qui tous les prétextes sont bons pour justifier une paresse de fait . Où sont les niveaux hiérarchiques des lois morales ?

  20. YVES

    C’est très curieux d’être comme Mgr Di Falco contre ce projet de loi et en même temps dire: “l’Eglise s’est exprimée sur ce projet de loi , pas sur la politique menée par ce gouvernement.”
    Ce projet de loi est pourtant une action politique du gouvernement, même s’il vise un fait de société.

  21. Anne Lys

    Eh bien moi, je ne vois pas très bien l’utilité de la déclaration de Mgr di Falco.

    De deux choses l’une : il accepte la loi Taubira, la
    considère comme valide et accepte donc que, comme l’a fort bien écrit Jeanne Smits« c’est la bénédiction originelle qui est rejetée, violemment. Ce que le Créateur avait regardé avec complaisance – l’homme et la femme, et il vit que cela était très bon – a été officiellement et radicalement renversé. C’est la seule bénédiction, donnée à l’origine, qui ne fut pas retirée après la faute d’Adam et Ève. La règle d’humanité. La condition de la vie en société. L’analogie humaine qui mettait en lumière une part de sa réalité qui est d’être à l’image et à la ressemblance de Dieu : fait pour le don, fait pour l’amour réciproque, fait pour la vie. »

    Dans ce cas, effectivement, il est inutile de manifester dimanche : mais est-ce le langage d’un évêque de l’Église catholique?

    Ou il reste convaincu qu’il est intrinsèquement mauvais que la France rejette ainsi explicitement la loi divine, reconnue d’ailleurs comme loi naturelle depuis des millénaires par toute l’humanité. Et alors, comment pourrait-on, à cause de la seule crainte – pour l’instant non matérialisée et qui a de grandes chances de ne pas l’être en raison de la division des partis politiques sur la question – d’une récupération par les partis politiques, renoncer à lutter contre cette politique ?

  22. patrhaut

    Ce Monseigneur, ancien poulain de Lustiger qui, promu à un grand avenir et adoré des médias, dut s’exiler de Paris après une plainte pour “viol”, et après quelques années d’absence médiatique total, donne depuis récemment une chronique hebdomadaire dans le magazine Le Point et j’ai remarqué depuis l’été dernier qu’à aucun moment (mais peut-être ai-je loupé cela) il n’en avait fait une au sujet du mariage “pour tous” … Il y a un grand ménage à faire dans l’épiscopat français et il serait temps que François, le pape actuel, comme il a instruit de “l’arrogance” des évêques italiens, remette de l’ordre dans les rangs des nôtres …

  23. L.D

    Monseigneur Di Falco est un bien mauvais analyste politique en plus… L’UMP ne récupère rien du tout de la Manif pour tous mais continue de lui courir après, du moins d’ailleurs, une certaine partie de l’UMP seulement…. Et la Manif pour tous continue de clamer haut et fort que dimanche on manifeste pour le retrait de la loi Taubira, pas pour l’union civile, pas contre la politique générale de François Hollande, il n’y a aucune ambiguïté!!! Monseigneur Di Falco ne serait il pas tout simplement prisonnier du socialement correct, du politiquement correct?

    • Anne Lys

      Mgr di Falco prisonnier du « politiquement correct » ? C’est sans doute le cas, mais il faut tenir compte du fait que les questions des journalistes étaient « très orientées », car si l’Opinion n’est pas « à gauche » économiquement, il ne semble pas qu’ils soient très « à droite » politiquement…

      Cela dit, Mgr di Falco ne semble pas avoir été très « chaud » pour la lutte contre le mariage gay et l’instauration d’une société fondée sur la théorie du « gender » (car c’est cela l’essentiel : qui peut croire qu’un chef d’État s’aliénerait la moitié de l’opinion pour simplement faire plaisir aux homosexuels désireux de « normalité » officielle, qui ne sont pas plus d’un Français sur mille ?) : il est, si je ne me trompe pas, l’un des rares évêques de France à n’avoir jamais donné de texte ou d’homélie en vue d’inciter les catholiques de son diocèse à combattre cette loi, même avant qu’elle soit discutée au Parlement et votée. Il a toutefois abordé le sujet dans son homélie de Noël, dans des termes qui ont déjà suscité beaucoup de réserves et d’inquiétude et que je crois devoir reproduire, parce qu’il vaut mieux, lorsqu’on parle d’un sujet, le connaître :

      ***L’homosexualité est un fait et non un choix ; elle n’est ni une maladie, ni une perversion, ni une dépravation. Seule la manière de la vivre pourrait l’être, tout comme la manière de vivre l’hétérosexualité d’ailleurs. De plus on ne définit par une personne à partir de sa sexualité.
      Permettez-moi de reprendre ce que je disais le 15 août dernier à propos de la prière proposée par l’Archevêque de Paris et de la polémique qu’elle avait alors provoquée. Je cite : « Je voudrais dire à celles et ceux qui se reconnaissent homosexuels, peut-être même dans cette assemblée, certainement même dans cette assemblée, je voudrais leur dire qu’ils sont aimés par le Christ, qu’ils ont toute leur place dans l’Église s’ils le veulent ! Et que des hommes et des femmes, des prêtres, sont prêts à les accueillir pour les écouter et pour les aider à vivre leur foi dans le respect de ce qu’ils sont. Qu’on ne vienne pas nous faire un faux procès en disant qu’ils sont exclus de l’Église. Ils y ont toute leur place au même titre que tout homme et toute femme quelle que soit sa situation dans la vie. »

      Le 1er juillet dernier à Notre-Dame du Laus lors de l’ordination d’un prêtre et de quatre diacres qui deviendront prêtres en juin si Dieu le veut, je cite : « Jean-Marie, toi qui seras prêtre dans quelques instants, André, Éric, Damien et Jean-Baptiste qui allez devenir diacres et demain prêtres, au nom de l’Amour du Christ, je vous demande d’être tout particulièrement aimant et attentifs à celles et ceux qui à cause des aléas de la vie ressentent comme une blessure le sentiment de ne pas être bien accueillis dans l’Église. Je pense aux divorcés remariés qui souffrent de ne pas pouvoir approcher de la table eucharistique.

      Dans un tout autre domaine, car ce n’est pas du même ordre, je pense aux drogués qui ne se droguent pas par plaisir mais à cause d’un mal-être, aux prostituées qui à cause de l’égoïsme et de l’individualisme ambiants n’ont pas trouvé d’autres moyens de vivre. Je pense à ceux qui succombent à la tentation de l’alcool. Je pense aux homosexuels, hommes ou femmes, qui souffrent du regard impitoyable porté sur eux par ceux qui sont souvent eux-mêmes concernés et qui pensent se dédouaner en les accablant. » Fin de citation.

      Non l’Église n’est pas homophobe. Ce n’est ni sur un plan religieux ni sur le plan moral qu’elle s’oppose au mariage pour tous mais pour des raisons anthropologiques évidentes. On pouvait par exemple étendre au PACS les mêmes droits que ceux du mariage sans pour autant modifier le sens et le contenu du mariage tel qu’il est défini dans le code civil. Quant à la procréation médicalement assistée on peut légitimement se demander si les progrès de la science qui permettent à des couples en difficulté d’avoir un enfant peuvent être également utilisés pour donner naissance à un orphelin de père dans un couple de femmes.

      Il est légitime que ceux qui le jugent nécessaire manifestent pour exprimer leur désapprobation. Cependant, ainsi que l’exprime les coprésidents de l’Action catholique ouvrière, on aimerait aussi voir les chrétiens réagir en grand nombreux pour des causes également dramatiques. Je cite : « Si nous ne contestons pas aux responsables de l’institution ecclésiale le droit à donner une position officielle, nous sommes interpellés par le contraste entre une telle dépense d’énergie pour peser sur la question du « mariage pour tous » et la frilosité voire même le silence sur d’autres sujets où la parole des chrétiens serait tout aussi légitime. La marchandisation du monde n’engendre telle pas trop de souffrance parmi les travailleurs du monde entier : conditions de travail dégradés et dégradantes, précarité, pauvreté, privation d’emploi ? Autant de situations aux répercussions dramatiques sur la vie des personnes et de leurs familles, au sein desquelles les enfants ne sont pas épargnés. »

      Ils ajoutent : « Il nous semble important de considérer avec amour les enfants qui vivent déjà avec des couples homosexuels et qui ont le droit de grandir sereinement, protégés de la haine et de l’homophobie. Il nous semble important de ne pas les stigmatiser au prétexte que la famille idéale serait « un papa, une maman, un enfant ». […]****

      • mariedefrance

        Provocation de ma part ?
        non, conviction.
        il y a pour moi :
        homosexualité ET homosexualité.

        Autant je respecte les homosexuels qui n’ont rien choisi autant je refuse gay pride et dépravation, mode et autres suivismes nouveaux forme nouvelle entre autres de la décadence.

        J’ai beaucoup de respect pour les homosexuels
        pas pour les autres.

        • Anne Lys

          Je suis tout à fait d’accord avec vous : une personne peut être homosexuelle « par nature », c’est-à-dire qu’elle a souffert, vraisemblablement, in utero, d’un excès d’hormones sexuelles du sexe qui n’est pas le sien (je dis « excès », parce que tous, hommes et femmes, nous avons les deux sortes d’hormones, mais pas dans les mêmes proportions) ; elle peut, hélas, l’être « par éducation » (encore que les tentatives de donner systématiquement à des petits garçons aux organes non développés une personnalité féminine par imprégnation hormonale à la puberté et par l’éducation comme filles, ont le plus souvent lamentablement échoué, soit que les enfants deviennent « garçons », envers et contre tout, soit qu’ils deviennent des épaves psychologiques) ; elle peut aussi le devenir par suite de la perversion d’adultes qui abusent de sa jeunesse et la persuadent que le fait d’avoir subi leurs actions perverses en a fait un(e) homosexuel(le). À mon avis, tous ceux-là sont innocents, victimes soit d’une anomalie hormonale anténatale, soit des actions d’adultes, que ceux-ci aient été bien ou mal intentionnés.

          En revanche, je n’arrive pas à avoir la moindre indulgence pour ceux dont l’homosexualité (qui est souvent une bisexualité) provient du désir de pimenter leur vie sexuelle et/ou de faire preuve de « modernité », voire de s’attaquer aux religions qui n’admettent pas l’homosexualité ou à la société dans laquelle ils vivent et qu’ils veulent voir transformer en sorte d’y être dominants. Je lis à l’instant dans le Figaro que certains enseignants se réjouissent de réactions de leurs très jeunes élèves qui montrent, par leur attitude « que la famille homoparentale devient désirable ».

          Si, sans doute, les homosexuels par recherche du plaisir sont les plus nombreux, les homosexuels militants ne sont, sans doute, qu’une minorité (il ne faudrait pas croire, par exemple, que les milliers de personnes qui participent aux « gay prides » sont toutes homosexuelles, même occasionnellement : beaucoup de jeunes, pas homosexuels le moins du monde, ont simplement voulu « s’amuser » et participer à « choquer le bourgeois », sans se rendre compte de ce dans quoi ils mettaient le doigt, au risque de se faire prendre la main, puis toute la personne…

          C’est ce que l’on peut déduire du faible nombre de futurs mariages homosexuels : à Marseille, par exemple, il n’y a jusqu’ici que 26 (vingt-six) demandes…

  24. PATRIOTE

    Je suis bien d’accord avec lui ! Une grande majorité de français qui est contre le “mariage pour tous” (qui de toute façon a été voté, donc inutile de manifester) devront voter en conséquence… Et pas pour l’UMP qui ne touchera pas à cette loi, mais bien à la seule qui a promis d’abroger cette loi… Marine le Pen !

    • L.D

      Vous êtes bien naïf de croire en marine le pen pour cela… Ni elle ni l’UMP n’abrogeront la loi Taubira. Il faudra de nouvelles personnalités, issues du combat de la manif pour tous des la premiere heure pour porter ce projet d’abrogation de la loi taubira.

  25. zézé

    Complètement d’accord avec ‘Bruno’ comment un Evêque digne de ce nom peut réagir aussi négativement vis-à-vis de la MPT ? Cette manif lutte contre toutes ces lois qui vont à l’encontre des préceptes de l’Evangile et de Jésus.
    Est ce que par hasard, cet évêque ne sera-t-il pas d’accord pour “bénir” des unions sodomites ?

  26. Olivier 33

    Comment cet évêque peut-il encore se prétendre catholique?!
    Depuis l’Eglise catholique accepte-elle le mariage homosexuel?!!!
    Encore à oublier d’urgence…

  27. Colline

    Il a le cerveau monté à l’envers ! Si c’est un péché de parler ainsi d’un prêtre, alors il devra aussi se confesser d’occuper une position politique plutôt que celle du berger à laquelle il devrait être dévoué ! La loi n’est pas encore promulguée. Son point de vue qui consiste à courber l’échine n’est pas digne du Christ ! Lui il est allé jusqu’au bout, jusqu’à ce qui paraissait insensé pour ses amis les plus proches !

  28. Roland

    L’article qui nous est proposé par “l’Opinion” donne l’impression fâcheuse que les questions ont été formulées par Mgr di Falco-Léandri lui-même. Ce procédé est employé par beaucoup de stars du show-business. Dommage que la méthode questions-réponses semble se propager à certains milieux d’Eglise.
    Le catéchisme d’autrefois utilisait aussi cette structure d’endoctrinement. Elle était alors justifiée par la pédagogie du catéchisme dont le but est de donner des réponses précises à des questions réelles.
    Ici elle est beaucoup moins légitime, car les manifestants ne se posent pas les questions qui ont été posées par le journal “l’Opinion” à Mgr Di Falco !

  29. GUILLOT

    dommage qu’un membre éminent de l’église ne comprenne pas l’enjeu de l’importance du refus du peuple de voir les fondements de la famille etre aussi attaqués. meme si on n’a rien contre la petite minorité de Gays lgbt,qui a le droit de s’aimer tranquillement On ne doit pas fausser l’esprit des enfants,Et leur instiller des mensonges.contre nature.

  30. la sécurilarisation est le fait des chrétiens comme ici, il est frappant de constater que les prises de position sont sans aucune référence à l’Evangile.
    Il “faut remettre Dieu à la place centrale ” Benoit XVI

    par exemple
    Mgr Di Falco nous invite à remettre l’épée dans son fourreau et l’idée de couper des oreilles n’est pas suivre la Vérité, le Christ.

  31. Marie

    Bonsoir, je suis évidemment très surprise d’une telle prise de position de la part d’un évêque à l’heure où il devrait au contraire nous encourager. Le gouvernement Hollande continue bel et bien sa politique de destruction de la famille traditionnelle en s’appuyant sur le mensonge.
    Revenant ce soir de la manif pour tous, je puis dire que je n’ai vu aucun incident, que des familles sont venues avec leurs enfants malgré les messages visant à les décourager envoyés par Manuel Valls, que nous étions nombreux dans un état d’esprit festif et familial.
    Voici 2 rencontres faites aujourd’hui: d’une part, un groupe d’une quarantaine de musulmans et musulmanes se sentant à juste titre également concernés par cette loi et venus dire leur opposition ainsi que les moines bénédictins de l’abbaye de Kergonan venus spécialement pour l’occasion. L’un d’entre eux m’a dit que c’est exceptionnel qu’ils soient venus mais qu’ils l’ont fait car le gouvernement nous pousse tous à bout.

    • mariedefrance

      Désolée… n’ayez pas tant de “charité chrétienne” !!

      L’islam est conquérant, ne l’oubliez jamais et l’Eglise est une dhimmie.

      Il faut bien des gens comme moi pour dénoncer le fait que l’Eglise ne se défend pas !!
      Ce sont nos églises qui sont le plus martyrisées et non pas les synagogues et les mosquées !

      Reprenez vous !
      la charité chrétienne commence par sécuriser ses ouailles.
      Je n’aime pas une Eglise soumise.

  32. Nous devons tomber très bas d’après les prédictions de Marthe Robin, Il faut savoir dire non à ce qui est anormal
    pour la santé morale des générations à venir. C’est dommage qu’un évêque ne préconise pas d’aller chercher
    la brebis perdue ….

  33. Clause Yolande

    C’est surprenant !! et limite choquant !! un évêque qui donne l’impression de ne pas réfléchir ?! tant pis, nous ferons sans lui, il pourra se raccrocher au grand train du Printemps Français quand il le jugera bon.
    Parce que non, Mgr DiFalco, nous avons le devoir de tout faire pour que cette loi soit réduite à sa plus simple expression : contrat d’union civile. C’est fini la dictature ! nous n’en voulons pas dans notre horizon et dans notre vie sociale. Nous avons le devoir et l’obligation de protéger les enfants-victimes !! Nous n’allons pas nous arrêter en si bon chemin, cette grande réunion aurait été pour rien ?
    A bientôt donc, Mgr,
    Yolande

    • Anne Lys

      Non, pas “réduite à sa plus simple expression, l’union civile”, car qu’est-ce que celle-ci :c ‘est le fait pour l’Etat d’accorder à deux personnes, parce qu’elle ont une relation sexuelle et “qu’elles s’aiment”, les avantages que la société française (et les sociétés des autres pays, de façon souvent différente) accordent aux personnes mariées.

      Au nom de quoi des personnes qui ont une relation sexuelle et qui s’aiment ont-elles droit à des avantages auxquels n’ont pas droit les personnes qui vivent seules et en particulier à des avantages fiscaux et sociaux, sachant que ces avantages sont financés par les cotisations sociales et les impôts de tous, y compris ceux qui n’y ont pas droit ?

      Dans une certaine mesure, au nom de la solidarité entre les deux personnes ainsi unies, qui dispense de prélever sur l’argent des contribuables et des cotisants des sommes nécessaires à l’assistance dont un des membres de l’union pourra avoir besoin dans sa vieillesse ou en cas de maladie ou d’accident. C’est ce qui peut justifier une réduction ou suppression des droits de succession entre personnes ainsi unies depuis longtemps.

      En revanche, même cet avantage est difficile à justifier si, comme le PACS actuel, l’union civile permet à l’un des partenaires de répudier l’autre sans son consentement, ni quand les deux partenaires n’ont eu qu’une brève vie commune.

      Les autres avantages que le mariage assure aux époux ne sont en revanche pas faciles à justifier en faveur de partenaires d’une “union civile” : en effet (sauf dans le cas de personnes qui, lors de leur mariage, sont trop âgées pour procréer, mais dont l’engagement de solidarité l’un envers l’autre est beaucoup plus lourd qu’entre personnes plus jeunes, ce qui permet de ne pas les distinguer des autres époux) il est impossible de savoir à l’avance si un mariage sera fécond ou non, alors qu’il est certain qu’un mariage ou une union civile entre personnes de même sexe sera infécond. C’est donc le projet familial de fonder une famille qui est présumé et qui justifie des avantages comme la pension de réversion ou la prise en charge d’un conjoint par la sécurité sociale de l’autre, en compensation des charges que représentent les enfants qui, dans la grande majorité des cas, naîtront de ce mariage.

      Ce n’est donc pas une loi “réduite à sa plus simple expression, l’union civile”, qu’il faut obtenir, mais l’abolition pure et simple de la loi Taubira (ce qui peut se faire sans toucher à la situation des personnes qui auront usé des facultés qu’elle donne, mais en refusant de continuer à les donner aux personnes de même sexe).

  34. Maurice

    Mgr Di Falco est-il toujours catholique ?
    N’est-ce pas la question qu’il faut se poser ?!
    Un prêtre franc-mac a eu à choisir entre le tablier et la soutane (qu’il ne porte pas), pourquoi n’y a-t-il pas une demande similaire pour lui, évêque ?

    @ Anne Lys : Vous avez raison, il n’y a que Dieu qui sait s’il est un bon évêque, mais nous pouvons nous poser la question ! — Et elle se pose.

  35. mariedefrance

    Mgr ne voit pas plus loin que le bout de ses lunettes.

    LMPT est terminée là, ici, maintenant dans cette forme après une démonstration complémentaire de vérité.
    Aussi importante ou presque que celle de 24 mars: les photos sont là pour témoigner.
    Il faut savoir que tout ne monde n’a pas pu arriver sur l’esplanade à cause de l’heure des bus qu’il fallait rejoindre pour repartir dans nos Provinces.

    Même la Corse était là !.

    çà ne s’arrêtera pas.
    çà va reprendre quand les décadents sortiront des cartons la PMA et GPA en cours.

    Les décadents menteurs sont prêts.

    Nous aussi.

    • Anne Lys

      Je ne suis pas de votre avis. On peut, certes, souhaiter que Mgr Vingt-Trois se montre plus net, qu’il ne se limite pas, en particulier, à une vision anthropologique et que, serviteur de Dieu, il ne néglige pas de montrer que le mariage homo et la théorie du « gender » sont des attaques directes contre la volonté divine.

      Mais il ne faut pas oublier que dès le 15 août de l’an passé, il a fait prier dans toutes les églises pour que les enfants puissent être élevés normalement par leurs parents et qu’il a invité à participer à la manifestation de dimanche (entretien sur Radio-Notre-Dame du 18 mai : « ce ne sont pas seulement des chrétiens qui expriment une opinion différente. Ils l’ont fait très fortement, et je pense qu’ils vont le refaire dans la manifestation qui est prévue à la fin du mois de mai. Je trouve très bien que la prise de conscience de l’enjeu qui est en cause dans la loi Taubira puisse être entendue et perçue par l’ensemble de la société. » …

      Que je sache, Mgr di Falco a fait tout le contraire…, protestant contre la demande de prières du 15 août et déclarant qu’il ne fallait pas manifester le 26 mai…

  36. brigitte gomes

    je pense que les chrétiens de France, doivent secouer la fourmilière des évêques et des prêtres, et leur dire qu’il est temps de mettre le Christ dans leur vie et surtout dans leur mission, et de conduire le troupeau que nous sommes pour revendiquer ce que le Christ veut de nous.

    • Suite aux écrits de Brigitte gomes
      Quand la pastorale néglige d’affirmer bien haut l’existence de la lutte permanente entre le bien et le mal, quand elle ne dit pas avec suffisamment de clarté et de force quel en est l’enjeu (le salut des âmes), elle perd une part essentielle de son efficacité et même sa raison d’être.
      Dans notre Occident et un peu partout dans le monde, le mal demeure profond.
      Les hérétiques, les semeurs d’ivraie doivent être démasqués et leurs doctrines doivent être signalées aux fidèles comme un danger pour leurs âmes.
      Mais on n’ose pas le faire, sous le faux prétexte de la prudence. Mais les pasteurs savent bien que la vraie raison est tout autre: c’est une raison de tranquillité.
      Mais sachons tous, que, vu la persistance du mal moral et spirituel dans l’Eglise du Christ, l’heure de la purification ne pourra même pas être différée.
      Certains ont déformé substantiellement la règle de vie chrétienne ;
      la vie est une épreuve
      la vie est une lutte contre les forces (du mal) obscures de l’enfer et ses embûches.
      Déformer cela c’est déformer le Christianisme, c’est déformer la Rédemption, c’est l’entamer dans son essence.
      Un certain nombre de pasteurs ont un extrême besoin de revoir et de réexaminer leur pastorale.
      Il est urgent qu’ils le fassent rapidement et sérieusement, avec une grande humilité, à la Lumière de l’Evangile du Christ, à la lumière de la lumineuse route tracée par LUI pour tous les hommes, mais en tout premier lieu pour ceux qui doivent être des maîtres, les pasteurs et les guides sûrs des hommes.

  37. Pellabeuf

    Monseigneur Di Falco se résigne-t-il à l’existence de la loi Weil ?
    Moi pas, et j’ai manifesté avec le collectif “Trente ans ça suffit” dés 2005.
    Ce n’est pas parce qu’une loi est validée par des autorités sans morale qu’elle ne doit pas être combattue.
    Il faut exiger l’abrogation et de la loi Giscard-Chirac-Weil et de la loi Hollande-Ayrault-Taubira.
    Et on n’y arrivera pas sans faire de politique.
    On dit de certains qu’ils “ont le mains propres mais pas de mains”.

  38. jacky

    A lire Monseigneur Di Falco on a un certain malaise…
    A lire Monseigneur Di Falco on se pose des questions
    en regard d’un passé très proche…
    En 1938…face au socialiste la position des évêques en France…
    En 1940…
    A ne rien faire, rien dire…on obtient…
    la guerre
    la capitulation,
    l’esclavage économique…
    le lavage des cerveaux…par le politiquement correct…
    le mariage pour tous…
    le gender…
    la sexualité débridée…pédophilie….Palme d’Or…
    la déchéance d’une civilisation…de la France
    Vous croyez à Lucifer?
    Car c’est tout son art que je décline et dont vous vous faites l’avocat, Mgr!
    quelle déception !!

  39. c

    Il s’est fait tapé sur les doigts par le “syndicat de la CEF” pour avoir prêté une église à la fsspx et essaie de se rattraper ainsi? C’est de l’humour, mauvaise, sans doute.
    Peut être aussi qu’il continue dans sa logique de non manifester, de toute façon une mauvaise logique.
    Heureusement cela commence à faire un certain temps que les catholiques déterminés et qui vont marcher à Paris ou en province, écoutent plutôt Mgr Aillet, par exemple, et pas “leur” évêque du coin. C’est triste mais il faut faire avec!

  40. dehors

    La révolte actuelle est aussi tournée contre ces faux hommes d ‘ Eglise amis, voire plus, des franc maçons et ayant eu de graves ennuis avec la justice pour scandales sexuels

    Ils le dégoûtent
    QU ‘ ILS SE TAISENT !!!!!!!!!!!!!

  41. Philippe

    Le jour où il y aura une loi ordonnant d’égorger tous les évêques?…………Donc, selon lui, les enfants comptent moins que les évêques ?

  42. Ce qui et remarquable, c’est cette phrase: “je m’interroge sur l’utilité dans la mesure où l’on connaît la position de l’Eglise.”
    De une: on ne sait pas quelle est la position de l’Eglise, quand un évêque floute la discussion.
    De deux: la position de l’Eglise française est des plus obscure sur ce sujet, rares sont les évêques assez francs du collier pour s’exprimer. Nombreux sont les maçons qui se sont ouvertement abstenus…
    De trois: une position n’est justement connue que dès lors qu’elle est prise et assumée.
    De quatre: ce n’est pas parce qu’une position est prise qu’il ne faut pas la manifester. Au contraire, elle mérite d’être mise en œuvre. Sinon, ce serait comme de dire “on connaît la position de l’Eglise sur la charité, il n’y a pas besoin de faire preuve de charité.” On est là dans l’inversion chère à ces curés progressistes et maçonnisés (sciemment ou non).

  43. patrick de La Rode

    Mgbr di Falco est l’aumonier personnel du Franc maçon Jacques Chirac, et était régulièrement invité à l’Elysée : qu’il fasse signer une déclaration officielle, reniant la loi de mort que ce type a signée
    autrement qu’il respecte l’excommunication majeure qui frappe cet assassin d’enfants, et refuse la sépulture chrétienne à ce sale franc mac !
    mais, on connait trop bien ce Di Falco, et ses penchants…

  44. Pingback: Marseille ou l’avenir de la France qui réjouit Monsieur l’Evêque de Gap !… « CRIL17 INFO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *