Mgr Raffin a peur de la forme extraordinaire

Download PDF

Extrait de la dernière Lettre de Paix Liturgique :

“Une inquiétude sourd chez les adversaires déclarés de la messe traditionnelle : le changement de pontificat semble n’avoir rien changé à sa progression. […]

En France, Mgr Pierre Raffin, évêque de Metz pour quelques jours encore, qui est monté au créneau. Lors du colloque organisé à Paris pour les 70 ans du Service National de Pastorale Liturgique et Sacramentelle (SNPLS), à l’origine CPL (Centre de Pastorale Liturgique), il a demandé « qu’à l’occasion des 50ans de Sacrosanctum Concilium [la constitution de Vatican II sur la liturgie], le pape François dise clairement son attachement à la réforme liturgique de Vatican II ». Selon lui, le Motu Proprio Summorum Pontificum l’a en effet « fragilisée ». Et d’ajouter : « J’aimerais que le pape François évacue tout soupçon concernant l’héritage liturgique de Vatican II », car toujours selon lui « l’argumentation selon laquelle le Missel de 1570 n’aurait jamais été juridiquement abrogé est difficile à soutenir lorsqu’on lit paisiblement la constitution apostolique Missale Romanum de Paul VI » (La Croix, 29 mai 2013).

Il est très vrai que la démission de Benoît XVI, suivie de l’élection de celui qui avait été le candidat de « l’opposition » en 2005, Jorge Bergoglio, a été lue comme un échec des projets de Benoît XVI, et spécialement a donné à penser que le redéploiement de la liturgie traditionnelle allait désormais marquer le pas. Mais quelques mois plus tard, le sentiment de « tout continue comme avant » prévaut. Il est possible que ce sentiment soit également partagé par des sensibilités qui sont très opposées à la nôtre et qui se sentent tout aussi libres qu’auparavant de s’exprimer. Autrement dit, il est possible que le pape François veuille un pontificat où chacun trouve sa chance et concentre ses efforts dans son domaine propre.

Or, comme nous avons eu l’occasion de l’analyser ici un certain nombre de fois, l’apparente faillite de l’institution ecclésiastique en Occident, dévorée par la sécularisation, s’accompagne d’une montée, faible en nombre absolu mais d’une importance considérable du point de vue relatif, d’un « nouveau catholicisme » de couleur nettement plus classique et même traditionnelle, caractérisé par sa jeunesse, des vocations, des familles en nombre et nombreuses, des lieux éducatifs, etc.

Par conséquent laisser à tous une grande liberté, cela revient, par le fait même, à “donner une prime” aux forces vives, et c’est laisser se développer paisiblement ce mouvement de « retour » liturgique, doctrinal, disciplinaire. Ce mouvement avait reçu de Benoît XVI l’appui considérable du Motu Proprio Summorum Pontificum, mais ensuite Rome avait laissé ce droit fructifier par lui-même, espérant que les évêques du monde en viendraient peu à peu à une attitude conciliante. Le pape François semble faire de même : il laisse les choses aller leur train et, comme une « force tranquille », la messe traditionnelle – et « tout ce qui va avec », catéchismes, vocations, etc. – continue à se répandre.”

18 comments

  1. L ‘évêque Raffin oublie qu il a été membre du conseil d administration de la maternité sainte croix à Metz qui effectuait fiv et fécondation un vitro
    Elle a disparu à la suite de malversations
    Depuis l’évêque Raffin ne manqué pas d affirmer qu il est contre l ivg
    Que n adopte t il pas la même attitude vis a vis de la messe de saint pie v puis prendre sa retraite
    Il a l âge
    Jp demant

  2. Bruno ANEL

    Je pense que la question de la messe selon le rite extraordinaire n’est pas une priorité pour le pape François, pas plus que celle des intégristes de la FSSPX.

  3. Le rite de saint Pie V ne peut être abrogé sur le fondement de la liberté religieuse (droit naturel fondamental de l’homme) et de la foi catholique (un missel édité par un pape est inerrant théologiquement). Personne ne peut rendre illicite l’usage de ce missel édité par un pape. Personne, même pas un quelconque pape suivant. Il ne peut y avoir revendication de l’obéissance lorsque les droits fondamentaux de l’homme sont violés.

    La culture des droits de l’homme doit pénétrer plus profondément dans les évêchés, comme l’a demandé Paul VI lui-même.

  4. Shimon

    bonjour,
    Tant que le dogme, essentiel et immuable est respecté, pourquoi craindre un catholicisme pluriel ??
    “Il y a beaucoup de demeures dans la maison de mon Père.”
    Monseigneur Pierre Raffin, à l’approche de sa retraite semble pris d’angoisses infondées.
    L’Église catholique n’a pas besoin d’un nouveau schisme et il est vain d’attendre la disparition de l’une ou l’autre tendance, de l’un ou l’autre vécu.
    La pluralité est une richesse.
    N’ayez pas peur Monseigneur.
    Shimon

  5. gaudet

    La réaction d’inquiétude de Mrg Raffin, rejoint celle plus ou moins clairement exprimée par ses autres collègues de France. Il est bien évident que l’ensemble des prélats français qui tous furent formés non seulement dans l’esprit conciliaire mais également furent malheureusement très marqués par la pitoyable période de mai 68, ne peuvent que craindre ce mouvement de retour de la tradition, qui fut un temps endigué par leur influence libérale puissante.

    En ma qualité de catholique, je ne peux que constater à quel point la “réforme” liturgique du concile, fut en fait le pretexte à l’organisation de célébration toutes plus ridicules et scandaleuses les unes que les autres! me mettant même dans l’incertitude de savoir si je devais rester ou quitter les lieux, tant la validité du sacrement célébré, me semblait même douteuse !

    Il y a un proverbe affirmant qu’en chassant le naturel par la porte il reviendra par la fenêtre. Je suis convaincu que cet adage s’applique parfaitement à la catholicité.

    Par conséquent après avoir été contraint , moyennant le concile Vatican 2 , d’accepter des fruits libéraux en doctrine et liturgie, le catholicisme, profitant d’un heureux assouplissement des régles hiérarchique, retrouve progressivement et naturellement son véritable visage romain traditionnel, dont il n’aurait jamais du être privé, sous des prétextes funestes et mondains!

    Ainsi indépendamment des élucubrations d’autorités à la doctrine libérale , les catholiques de base demeurent malgré tout fondamentalement sains dans leur état d’esprit religieux, les poussant sans difficulté vers la tradition, lorsqu’une plus grande liberté leur est accordée.

    Encore récemment le pape a prononcé une homélie vigoureuse contre le comportement moral de la curie romaine et des évêques italiens. Mais ils aurait pu tout aussi évidemment être sévère vis à vis de l’ensemble de l’épiscopat français, s’étant enfoncé depuis de nombreuses années dans les méandres périlleuses de l’infâme libéralisme , et même du modernisme le plus affiché!

  6. TARDIEU

    Les propos de Mgr Raffin montrent bien que dans le flou liturgique actuel et tant que le Pape François n’a pas clairement exprimé sa position, les tenants de la “modernité conciliaire” se sentent renforcés dans leurs convictions. Il serait bon pour la Tradition qu’un geste fort affirme que le rite extraordinaire a toute sa place dans la liturgie, même si les évêques français épris de “simplicité” ou plutôt d’indigence seront déçus.

  7. chouan 12

    et si en France on avait appliqué le Concile pas celui des médias bien sûr mais le vrai le Concile Vatican II, on n’en serait pas là mais à quelques exceptions chacun y est allé de sa petite tambouille et à chacun sa théologie de bas étage. Aujourd’hui un certain nombre de catholiques veulent revenir aux fondamentaux, veulent de la liturgie où on puisse prier pas des kermesses et donc ce monseigneur ferait bien de réfléchir, au fait combien de prêtres va-t-il ordonner cette année?

  8. Le Supplément

    Lecteur assidu de votre blog, que j’apprécie beaucoup, je trouve toutefois aberrant de déclarer que Mgr. Raffin aurait peur du Motu Proprio. Je me permets de signaler que dans ce diocèse, l’évêque à mis à disposition des fidèles qui le souhaitent un prêtre pour cette célébration, et une église dans laquelle ces fidèles peuvent se réunir.
    Monseigneur Raffin, n’y est pas opposé. Maintenant ce qui est vrai et important, c’est que les fidèles attachés à la forme extraordinaire ne forment pas LEUR paroisse parallèle, et qu’ils participent à la vie paroissiale. Qu’ils n’oublient pas qu’ils font partie d’une communauté, qu’ils sont les membres d’un seul et même corps, il est important qu’ils ne voient pas ceux qui suivent la messe Paul VI comme des moins que rien et eux qui suivent la messe selon la forme extraordinaire comme les bons, ceux qui sont dans le vrai. Attention, car ce sont des comportements que l’on retrouve souvent chez certains. Des deux côtés d’ailleurs. Ces oppositions sont mauvaises et dangereuse pour l’unité de l’Eglise.
    Etre attaché à un rite en dénonçant l’autre et en regardant de travers ceux qui le pratiquent me semble vraiment peu chrétien.
    Je pense chers amis que ce sont là les risques, les abus que certains de nos évêques veulent éviter. Moi prêtre, je suis attaché à la forme ordinaire de notre liturgie, toutefois, je n’exclue pas dans un futur proche, d’apprendre la forme extraordinaire, que j’apprécie, mais pour la simple et bonne raison, que pour moi, l’essentiel c’est que les fidèles prient, peu importe la forme utilisées.

  9. toubib16

    Mgr,
    Au lieu de vous focaliser (même paisiblement) sur la constitution progressiste Missalae Romanum de Paul VI, relisez la constitution Sacrosanctum Concilium de Vatican 2 qui n’a jamais interdit la messe traditionnelle.
    L’autre a été soutirée à Paul VI par le franc maçon Bugnini

  10. Christian

    Mais le pape a clairement pris position dans au moins deux de ses homelies.
    Il a clairement dit que Vatican II etait le fruit de l’Esprit Saint et que certains se bornes a se regarder le passe et ainsi a refute l’action du Saint Esprit. Le pape a clairement dit que telle etait la position de l’Eglise depuis 50 ans! Si vous souhaitez que je vous envoie la dates des homélie, pas de soucis, j’ai pris soins de mentioner notre bon pape dans notre lettre pastorale. Je peux vous la faire partager.

  11. Daniel

    Le Saint Esprit souffle où il veut et d’où il veut.
    Tout ce qui est licite n’est pas interdit
    Dire en plein qu’on préfère telle messe c’est dire en creux qu’on condamne telle autre.
    Toute attitude critique ou préférentielle provoque un schisme.
    Le Pape François ne peut donc aller contre ou pour …
    de plus:
    Le maillage des instituts de droit pontificaux , etc. qui sont transverses dans l’organisation catholique par rapport aux diocèses est une source qui maintient l’Eglise quand celle de l’évêque faiblit
    Le Pape François ne peut donc aller contre ou pour …
    Ca n’est pas de l’indécision mais une attitude intelligente et ouverte pour le seul bien de l’Eglise.
    Si le pape François fait autre chose il se met dans la main de “ses amis” et se crée des ennemis. Je pense qu’il est trop intelligent pour se disperser dans une attitude partisane et qu’il sait qu’il marche sur des oeufs jusqu’en octobre tout au moins …

  12. Virginie Delcourt

    Mgr Raffin n’est pas, contrairement à ce que pensent certains, un “super-progressiste” mais un militant du modéré: il est idéologiquement attaché à une application relativement classique du novus ordo et absolument opposé à l’ancien. En février 2002, il avait publié dans l’Homme Nouveau un article d’une bêtise monumentale au sujet de l’offertoire et, quand il avait été réfuté magistralement dans Dici, il s’était contenté de répondre à son contradicteur que “vos arguments n’impressionnent que vous-même”… ce qui le dispensait évidemment de répondre sur le fond. Par la suite, il avait repris quasi mot pour mot son texte stupidissme contre l’offertoire, pourtant réfuté. Ca s’appelle tout simplement de la malhonnêteté intellectuelle mais la répulsion de Mgr Raffin pour l’ancien rite est si viscérale que ça relève du réflexe pathologique.

  13. Christian

    Je vous comprends Daniel, et c’est pourquoi je me permet de partager avec vous une de mes references. Voici donc le lien du site du Vatican citant radio Vatican datee du 16 avril, dernier.

    http://www.news.va/en/news/pope-2nd-vatican-council-work-of-holy-spirit-but-s

    Je site le saint pere, c’est en anglais mais c’est direct et clair, si vous desirez une traduction faite le moi savoir et je vous procurrerez une traduction en francais. Je m’excuses mais je ne parle pas latin.

    Je soulignerais la phrase suivante:
    “there are those who wish to turn the clock back.” This, he went on, “is called stubbornness and wanting to tame the Holy Spirit.” qui colle a ce que j’ai ecris precedement.

    La position de l’Eglise est que le Saint Esprit a guide Vatican II. Persone ne dit que le rite trentain n’aurais jamais du existe, ce que je dis c’est que l’Eglise evolue et part de l’avant. Le rite dit “extraordinaire” ne veut pas dire qu’il vaut plus que le rite ordinaire, il signifie que c’est n’est pas le rite communement pratique dans l’Eglise. Pourquoi? Parceque l’Eglise ne le supporte pas. Le concile a dure quatre reunissant tous les évêques du monde. Ils n’ont pas fait ca juste pour le “fun” et pour conclure par dire, “oh mais en fait on va egalement promouvoir le rite que l’on veut reforme parcequ’il vieux de quatre siecle et n’a pas beaucoup de sens de nos jours.”

    Enfin bon, je fais confiance a l’Esprit Saint.

    “The Pope said one example of this resistance was the Second Vatican council which he called “a beautiful work of the Holy Spirit.” But 50 years later, “have we done everything the Holy Spirit was asking us to do during the Council,” he asked. The answer is “No,” said Pope Francis. “We celebrate this anniversary, we put up a monument but we don’t want it to upset us. We don’t want to change and what’s more there are those who wish to turn the clock back.” This, he went on, “is called stubbornness and wanting to tame the Holy Spirit.”

  14. Luc

    “Le supplément”, vous plaisantez? Non mais, il est impossible que vous soyez sérieux. Mgr Raffin, contraint par le motu proprio Summorum pontificum, a concédé une et une seule messe traditionnelle dans son diocèse – et encore, ce n’est pas la messe traditionnelle puisque, en violation du décret romain, il y fait insérer de force le nouveau calendrier et le nouveau lectionnaire. Vous parlez d’un évêque ouvert et décrispé! Avant cela, il avait refusé systmétiquement toutes les demandes de messes traditionnelles en application du motu proprio “Ecclesia Dei afflicta”. Il avait même poussé le mépris jusqu’à déclarer (c’était en 1992) que la messe traditionnelle ne pouvait qu’être concédée à totre de “parenthèse miséricordieuse”, destinée à être refermée. Renseignez-vous un peu: il est difficile de trouver adversaire plus rabbique de la messe traditionnelle que Mgr Raffin.

  15. Archichantre

    Oui, qu’il ait peur : parce que “cette pierre rejetée par les bâtisseurs va redevenir pierre d’angle, c’est là l’oeuvre du Seigneur…”
    Espérons pour lui et ses pareils qu’elle ne les écrase pas… mais plutôt qu’ils se convertissent et qu’ils vivent…

  16. Hélène

    Mgr Raffin n’a pas l’air de se rendre compte que la forme ORDINAIRE n’est célébrée nulle part ou presque en France.
    Qu’est-ce que ça veut dire: il a PEUR de la forme extraordinaire? Il sait ce que c’est au moins? En quoi ça le dérange? Il préfère que l’on chante,danse,tape dans ses mains, qu’on se balade dans l’église pour le geste de paix la transformant ainsi en hall de gare, partage un repas ” tiré du sac” au milieu de la nef, que l’on accepte des concerts profanes, qu’on autorise des conférences sur n’importe quel sujet ( de préférence païen et si possible contraire aux enseignements de la foi) , que les prêtres se permettent de changer les paroles de la prière eucharistique, qu’on fasse de la messe un tel pêle-mêle qu’il est hors de question de pouvoir y prier? Je crois que oui, il préfère ça et c’est tellement triste….

  17. Claude

    Laissez nous la messe traditionnelle c’est la seule vrai messe!!!
    C’est la messe en Français qui devrait être interdite car les curés ne font plus rien ce sont les civils qui veulent tout régenter
    Ce n’est pas aux civils de lire l’évangile et encore moins de donner la communion.
    Nous nous avons la chance d’avoir un vrai curé qui se déplace en soutane ,fait des messes traditionnelles mais aussi des messes en Français sous la forme traditionnelle ce que devrait faire tous les curés au lieu de ces messes ridicules en Français commandées par des civils

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *