Pays-Bas : le nouvel élan des catholiques

Download PDF

Lu dans Avvenire, le quotidien des évêques italiens, à propos de la situation de l’Eglise catholique aux Pays-Bas (où 58% des citoyens ne savent plus exactement ce qu’est exactement Noël) :

(…) aujourd’hui seuls 7 % des catholiques vont à la messe le dimanche et 16 % des enfants sont baptisés. Les Pays-Bas ont été un pays pionnier des mariages homosexuels et de l’euthanasie. “Après le concile Vatican II, explique le professeur Wim Peeters, enseignant au séminaire du diocèse de Haarlem-Amsterdam, l’Eglise néerlandaise a connu une crise profonde. La génération des années 50 est partie et a oublié d’éduquer ses enfants. L’enseignement religieux a été supprimé dans les écoles en 1964. (…) Sur le registre du séminaire de Haarlem, le nombre de prêtres ordonnés chute à la fin des années 60. En 1968, il n’y en a même pas eu un. “Je crois, dit Peeters, que nous n’aurions rien à craindre de l’islam si nous étions chrétiens. On a souvent l’impression qu’aujourd’hui les Néerlandais ont peur de tout : d’avoir des enfants, ainsi que des immigrés. Mais la peur est l’exact opposé de la foi.

(…) Aujourd’hui il y a 45 séminaristes au séminaire de Haarlem-Amsterdam, ce qui reflète aussi une forte présence néocatéchuménale. L’évêque, Mgr Josef Punt, explique qu’aujourd’hui quelque chose a changé par rapport à la crise la plus dure, il y a 20 ou 30 ans. En 1968, dit-il, pas un seul prêtre n’est sorti de ce séminaire, mais “actuellement 15 nouveaux prêtres sont ordonnés chaque année dans tous les Pays-Bas, ce qui maintient les effectifs à un niveau stable. Dans ce diocèse quelques centaines d’adultes demandent chaque année le baptême. On perçoit une nouvelle demande, née d’un sentiment de vide. Certes, il s’agit de chiffres faibles. Nous sommes une Eglise missionnaire. Tout est à reprendre à zéro. Dans les monastères hors des villes, nous créons des centres d’évangélisation pour les gens éloignés de la foi qui veulent la redécouvrir. Dans notre école catholique de Haarlem nous n’arrivons pas à satisfaire toutes les demandes d’inscription. J’ai la sensation que ces parents, même s’ils ne sont plus croyants, sont fascinés par la beauté du christianisme et la désirent pour leurs enfants.”

Arthur Leroy