La réponse du diocèse de Toulouse au cardinal Sarah

Download PDF

Elle est brève, parue sur la newsletter, et non signée, alors que l’archevêque de Toulouse est l’ancien père abbé de l’abbaye bénédictine de Kergonan :

Hier soir, la France populaire et intergénérationnelle avait les yeux rivés vers le poste pour suivre les Bleus. Et qu’on aime le foot ou pas, on ne peut que se réjouir de cette victoire qui fait, il faut se l’avouer, du bien à la nation toute entière. Aussi fugitive soit-elle.

Au moment où les vacances se profilent, où nombre d’entre nous bouclent leurs valises – les jeunes, vous le savez, ont déjà changé de cap, qu’ils soient éparpillés en camp scout, en selle sur leur vélo à arpenter les sentiers du Comminges ou prêts à s’envoler vers Cracovie, on peut en toute simplicité se poser la question : « Et moi, vers quoi vais-je me tourner cet été ? », « Quelle direction vais-je prendre ? »

Mais les chrétiens que nous sommes vont peut-être se poser la question autrement. Car portés par la prière, nourris de la Parole de Dieu, ils sont appelés à témoigner de la Bonne Nouvelle. Nous sommes des disciples missionnaires du Christ ! Voilà déjà une piste en matière de réponse. Ils se demanderont alors peut-être davantage : « Et moi, vers qui vais-je me tourner ? ».

Ad orientem ou versus populum ?

9 comments

  1. jejomau

    toute cette logorrhée pipotronesque à la guimauve… “et moi vers qui vais-je me tourner ?”

    Nunuche, va…..

    Mais qu’ils prennent vite leur retraite ! On les a supportés pendant tant d’années….

  2. Jacquesjacques

    Triste réponse.
    Le niveau de foi et le niveau intellectuel de nos évêque baisse de plus en plus.
    Ils font maintenant partie des cadres, les premiers lecteurs en nombre de l’équipe.

    Tous mes encouragement à Monseigneur Sarah, qui sait lui, vers qui nous devons nous tourner.

  3. D8

    et donc, la réponse de Mgr Le Gall, c’est quoi ?
    AD ORIENTEM
    ou VERSUS POPULUM
    ?
    a la fin de son texte, la réponse est ……
    “je ne sais pas” ?

  4. Antoine de Lisbonne

    La prière et la parole. Très bien. Il faut le dire. Mais qu’en est-il de l’Eucharistie ? Sans viatique, nous nous perdrons sur les chemins. Quels qu’ils soient.

  5. Patrick Gourand

    Pitoyable pour un ancien père abbé bénédictin, une nullité. C’est sans doute pour cela qu’on l’a parachuté évêque diocésain en France !

  6. karr

    Tout cela est bien gentil mais depuis cinquante ans les fidèles ont-ils été consultés?
    Pourtant le concile rappelait la place et la mission des fidèles au sein de l’Eglise,je constate que les réformes sont toujours prises par les clercs,pourtant l’Eglise Catholique Romaine est constituée principalement de fidèles laïcs.
    Certes notre Eglise n’a pas été fondée sur le modèle d’une démocratie mais souvenons-nous de la si belle formule de Saint-Augustin:”Pour vous je suis évêque,avec vous je suis chrétien”,les évêques devraient méditer les paroles évangéliques de Notre-Seigneur,”que celui qui veut être le premier se fasse serviteur de ses frères…le Fils de l’Homme n’est pas venu pour être servi mais pour servir”.
    Jamais les laïcs n’ont été consultés lorsque les clercs ont décidé de changer la liturgie,et tant d’autres choses dans l’Eglise,suppression de la table de communion,de l’orientation de la messe,de la suppression de bien des pièces du mobilier de nos églises,les statues,les confessionnaux ,les fonts baptismaux etc…
    La nouvelle liturgie s’inspire de l’Anglicanisme,mais peut on encore parler d’une seule liturgie puisque les normes varient d’une paroisse à une autre,d’un prêtre à un autre,d’une équipe liturgique à une autre,c’est à celle qui sera la plus bruyante comme le rappelle si justement SE le Cardinal Sarah.
    Il est bien évident que cela a joué un rôle important dans la désertification des églises,les prêtres ont jeté la soutane ou le clergyman,les bonnes-soeurs sont à présent de vieilles femmes en civile,et l’on se demande pour quelle raison nos églises sont vides,pourquoi si peu de vocations,comment conserver au culte nos 42 000 églises paroissiales?
    En ce qui concerne Jorge Bergoglio (pape François) je ne le considère pas comme successeur de Saint-Pierre,d’une part parce que nous avons déjà un pape ,SS Benoît XVI et que pour la première fois dans la longue histoire de l’Eglise il n’y a eu de pape émérite,à l’époque du grand schisme d’Occident le conflit était davantage d’ordre politique que religieux,d’autre part le comportement et les prises de position de Bergoglio sont plus que surprenantes et contraires au bien des fidèles en une période ou les chrétiens représentent la première cible de persécutions à travers le monde!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *