Un prêtre convoqué au tribunal de police

Download PDF

Communiqué de Mgr Lebrun, évêque de Saint-Etienne :

Gérard Riffard, prêtre catholique, comparaît le 11 juin 2014 au tribunal de police de Saint-Etienne. Il est accusé d’avoir enfreint un arrêté pris par la municipalité de Saint-Etienne. Celui-ci interdit l’hébergement dans les locaux de l’église Sainte-Claire pour des raisons de sécurité.

Que se passe-t-il ? Des migrants, pour la plupart demandeurs d’asile, frappent à la porte, parfois tard le soir. Ce sont des hommes, des femmes et des enfants. Des assistantes sociales aussi donnent l’adresse ou appellent la paroisse. Les conditions d’accueil sont modestes et la manière de faire peut être améliorée. Mais que doit faire un prêtre, un chrétien : laisser des personnes à l’insécurité de la rue ou bien leur ouvrir sa modeste porte ?

L’engagement du Père Gérard Riffard et celle de l’association Anticyclone ont leur source dans l’Evangile et l’attitude de JESUS. Je soutiens le Père Gérard Riffard dans son action d’accueil et d’accompagnement. Notre société dit qu’elle ne peut pas prendre en charge toute la misère du monde. Doit-elle, pour autant, interdire de faire du bien ? « Tu aimeras ton prochain comme toi-même … et moi, je vous le dis, aimez vos ennemis » : ce sont deux paroles de JESUS qui constituent la loi suprême que nous proposons à la société, et que nous voulons essayer de vivre.”

22 comments

  1. rocheteau

    c’est bien ça l’état français : appliquer la loi de sécurité, pour ne pas avoir d’ennuis avec les assurances, et laisser les gens mourir dehors…

    • Kanjo

      mieux que ça : il faut laisser la secte “droit au logement” réquisitionner les églises bien entretenues, de sorte qu’elles ne puissent plus servir pour le culte, et raser les autres églises, de sorte qu’on ne les répare pas. Le gouvernement se fiche éperdument des malheureux qui crèvent dehors, mais il ne faudrait pas que ces gens, s’ils survivent, remercient l’Eglise ! Et bien entendu, si au passage on peut punir quelques chrétiens pour des crimes imaginaires…
      Ne perdez pas de vue l’objectif du NOM : détruire l’Eglise par tout les moyens.

  2. boubert

    le Père Riffard a raison de faire ce qu’il fait et il faut le soutenir.
    mais le gouvernement doit supprimer tous les avantages donnés aux clandestins en terme de soins, hébergement, indemnités diverses etc… car cela sert de pompe aspirante pour faire entrer en France des personnes qui n’ont rien à y faire.
    L’accueil en France doit être réservé aux personnes qui prennent l’engagement écrit, devant une autorité judiciaire, de respecter la FRANCE et ses traditions, d’apprendre le français

  3. gaudet

    J’a eu déjà l’occasion de critiquer des évêques qui se sont distingués par une attitude de trop grande complaisance envers le déferlement de l’immigration, qui constitue à terme une menace majeure pour la pérennité de la France et celle de l’identité des français.

    Celà dit , je m’élève également contre l’attitude de cette froide administration, qui n’en finit pas de sortir les règlements les plus divers et variés , pour incriminer à peu prés n’importe qui ! car le système légal français se trouve tellement complexe , dans ses multiples circulaires, arrêtés , décrets , lois parlementaires, et autres textes tout aussi abusivement contraignants, que tout un chacun, même animé de la meilleure volonté au monde, est assuré de se situer en dehors de la loi, à un moment donné de son existence, et ceci sans même parfois le savoir expressément !

    S’acharner sur un prêtre pour un geste de charité spontanée, tient donc davantage , du plus méprisable harcèlement technocratique, devenu hélas une spécialité bien française au même titre que l’inefficacité économique ou le minable déficit budgétaire , et non de la volonté profonde d’éviter des situations objectivement dangereuses.

    J’espère que ces fonctionnaires ne rendront compte du caractère particulièrement lamentable de cette situation ubuesque et pénible, et auront l’intelligence d’interrompre une procédure , qui non seulement nous coûte évidemment de l’argent , mais encore leur fait perdre un temps précieux ou ils pourraient s’atteler à des taches , certainement plus urgentes pour la société!

    Il est donc intolérable de voir encore une administration se couvrir de ridicule sur le dos d’un brave curé, et au moyen de nos contributions fiscales !

  4. Alex

    Ca fait longtemps que l’immigration traditionelle est dépassée:
    il faut renommer cela en “INVASION”.

    Quant à invoquer l’évangile et Jésus, ça ne se réduit pas envers des opportunistes arrivistes completement inconnus, ce sont les “prochains” ordinaires du lieu de vie: là, c’est théatraliser médiatiquement une charité forcée qui n’en est pas une.
    Puis ces envahisseurs ne sont pas des “ennemis” à aimer, mais des intrus de masse à gérer, et c’est la responsabilité de l’Etat d’y mettre de l’ordre dans cette anarchie migratoire.
    Il existe des lieux bien équipés pour des “refugiés”: c’est là, leur place.
    Sinon, “go home”, leur pays a besoin d’eux, pas nous.

    Mais ce curé fait preuve de “GENTILLESSE” dégoulinante, rien de plus: c’est pas ça l’amour responsable et suivi.
    Quant à cet évèque, pareil, il est solidaire d’une gentillesse militante mais irresponsable, car c’est pas une solution ni un programme d’accueil ou de renvoi respecteux.

  5. angel

    C’est là!!! notre point faible si je puis m’exprimer ainsi ,et que savent exploiter certaines personnes (religions)

    Il nous appartient de savoir discerner ce qui est bon de ce qui est mauvais !

  6. Romanos

    En tant que disciple du Christ, on ne peut qu’abonder dans le sens du prêtre et de son évêque.
    Je rejoins aussi “Boubert” ; avec toutefois un “bémol” : comment la France actuelle serait-elle en mesure d’assimiler des allogènes, alors qu’elle est incapable présentement d’intégrer les “français de papier” qui y vivent !
    Encore faudrait-il que la prétendue Education Nationale sache transmettre notre patrimoine culturel ET son Histoire dans toutes leurs grandeurs, afin de donner envie au plus grand nombre, sinon à tous, de communier dans une unité nationale et patriotique d’élection retrouvée.
    Est-il certain que les bacheliers des années 2000, seraient en capacité de passer avec succès, le “certif” que j’ai obtenu il a plus d’un demi siècle ? … Qu’il me soit permis d’en douter !

  7. Françoise

    C’est à l’Etat de faire la différence entre ceux qui abusent de notre hospitalité et ceux qui la méritent. Parmi tous ces gens il y a aussi des enfants innocents. Dans l’urgence, le prêtre hospitalier n’a fait qui suivre sa conscience et l’enseignement de Jésus; de plus l’asile dans les églises relève d’une longue tradition que certains disent inviolables par aucune autorité civile.
    Pouvons-nous écrire des mails à la municipalité de SAINT-Etienne ? voire signer une pétition ? Ce prêtre mérite d’être soutenu avant une intervention violente et traumatisante de la police dans l’église et avant qu’il ne soit condamné à je ne sais quoi à la place des vrais délinquants, qui eux sont souvent laissés en liberté.

  8. 1. L’église Sainte-Claire est-elle réellement dangereuse et frappée d’un arrêté de péril (risque de chute de pierres de la voûte, par exemple) ? Dans ce cas, ce prêtre a évidemment tort : il veut aider ces migrants et il les met en danger. Si l’un d’eux est tué par une chute de pierre, aura-t-il la conscience tranquille ?
    Braver les autorités quand elles prennent une décision légitime ne fait pas, me semble-t-il, partie des droits ni des devoirs d’un prêtre.

    Mais il est possible que la municipalité ait pris cet arrêté sans qu’il y ait un réel danger, pour éviter que se fixe sur sa commune un trop grand nombre de migrants clandestins. C’est son droit, mais le prêtre a sans doute plus de latitude s’il estime cette décision injuste.

    2.En supposant qu’il n’y a pas de réel danger pour les personnes accueillies, le père Riffard les accueille-t-il pour une nuit ou pour plus longtemps ?

    Un hébergement pour la nuit, si une famille vient frapper à la porte tard le soir, pendant que l’on recherche une autre solution, est tout à fait naturel. On ne peut, effectivement, laisser une famille à la rue, sauf si l’abri qu’on pourrait offrir présente autant ou plus de risques que la rue. Mais il faut rechercher aussitôt une autre solution, car les églises n’ont pas vocation à devenir des habitations plus ou moins permanentes.

    En revanche, l’installation d’une sorte de camp de migrants pour des semaines ou des mois serait, à mon sens, une erreur. Les Chrétiens n’ont pas un droit particulier à agir au contraire des lois et règlements, et l’existence d’un campement permanent constituerait évidemment un “appel d’air” pour les migrants entrant dans notre pays en contravention de la loi.

    Le P. Giffard pourrait peut-être demander aux associations d’aide aux migrants de ne donner l’adresse de son église que dans le cas d’extrême urgence (et pas du tout s’il y a un réel danger).

  9. Michel Cliche

    C’est triste de constater que l’État est devenu le seul lien moral de notre société. L’Évangile est primordial en regard de la loi des hommes. Il faut porter la croix en tous lieux et circonstances.

  10. Jean-Pierre Delmau

    L’Etat doit mettre ses décisions en cohérence.
    S’il accepte de se soumettre aux obligations de Bruxelles, qui lui enjoignent de recevoir tous ceux qui veulent entrer, il doit s’occuper de ces immigrés, et pas s’en laver les mains. Mais, il veut à la fois vivre au XXIème siècle, de l’autre en rester à Ponce Pilate.

  11. Zèbre Zélé

    Souvenez-vous des commentaires de Cécile Duflot il n’y a pas si longtemps, qui reprochait aux cathos de ne pas mettre leurs locaux à disposition des SDF…

  12. Gilberte

    2 poids 2 mesures: le PS a bien accueilli les Femen dans un local voué à la démolition à Clichy et protégées par la police lorsqu’elles ont fait une fête. Mais les migrants prennent les presbytères pour des gites d’étape , il y a abus. C’est à l’église de France à demander à l’état de ne plus accepter les réfugiés économiques, alors que des jeunes Français partent à l’étranger pour trouver du travail. De mon point de vue, seuls les étrangers victimes de la guerre ou menacés pour leur religion devraient être acceptés et présentés par la Croix Rouge ou un autre organisme si possible

    • Anne Lys

      Le Père Giffard croit obéir à son Seigneur. Pour moi, j’ai du mal à penser que le Seigneur ordonne à ses fidèles d’entretenir chez des millions de pauvres gens un rêve de Paradis terrestre en Europe, rêve si puissant qu’il les pousse à sacrifier tous leurs biens terrestres et souvent à emprunter bien au-delà de leurs moyens pour payer leur entrée clandestine à des passeurs criminels, à risquer (et souvent perdre) leur vie et celle des leurs dans un terrible voyage, pour constater à leur arrivée que certes, grâce à de bons Chrétiens et de saints prêtres comme le Père Giffard, ils reçoivent de quoi ne pas crever de faim, mais qu’il n’y a pour eux (ni d’ailleurs pour beaucoup d’Européens d’origine) ni logement ni travail, et qu’ils doivent donc vivre dans d’abominables taudis, où ils ne peuvent améliorer leur situation que par des activités délictueuses qui ne contribuent pas à les faire accepter par leur entourage.

      Il me semble que si le Seigneur nous ordonne d’aimer ces gens “comme nous-mêmes”, nous qui ne voudrions pas d’une telle situation, ce n’est pas en entretenant ce rêve, qu’ils paieraient, de toute façon, par le déchirement de qui quitte les siens et son pays, mais en les aidant, chez eux, à vivre décemment.

      Malheureusement, il y a des gens qui ont intérêt à attirer et conserver dans nos pays “toute la misère du monde” et qui culpabilisent ceux qui ne le souhaitent pas, prétendant que c’est par “racisme” et volonté de ne pas côtoyer de gens “différents” qu’ils préconisent de soutenir la vie économique de ceux que la misère force à émigrer, plutôt que de les pousser à venir vivre misérablement dans nos banlieues. Sans doute y a-t-il un peu de ce sentiment (attisé par les difficultés de cohabitation avec des populations effectivement différentes), mais cela n’empêche pas que favoriser une vie décente là où ils ont toujours vécu serait plus conforme aux intérêts des immigrants sans toit ni travail que l’accueil à tout prix.

    • Alex

      Chantal, vous allez en prendre de la graine pour cultiver des clandestins dans votre garage ou votre cave à vous !
      Votre seigneur dans votre évangile, il apprend à stocker des autobus entiers de clandestins dans un grand tombeau de pierre, ou de prendre soin d’une personne après l’autre !

      parce que le bon samaritain a pris soin d’un malade qui en plus était tout seul devant sa porte.
      Alors quand vous avez une invasion de types en clans entier, c’est pareil !

      c’est de l’humanitaire auto-satisfait irresponsable et arrogant qui n’a rien à voir avec la charité bien ordonnée, plein d’orgueil à défier et remplacer les pouvoirs publics, hostile à l’ordre public.

      ce qui font vomir tous ces cathos de gauche qui traitent l’humanité en “masse humaine indifférenciée”.
      C’est les premiers à tout mélanger en manipulant dieu, ses commandements et ses enseignements.

      La CGT fait de belles messes aussi, Chantal, amusez-vous bien !

  13. Pingback: Kirche heute, 8. Juni 2014 | Christliche Leidkultur

  14. Rien dans l’évangile ne justifie un tel comportement. L’étranger en ces temps là c’est celui qui vit dans une autre ville du pays qui vient de Bethleem et ne fait d’ailleurs que passer. Ca n’a rien à voir avec l’évangile c’est simplement l’hospitalité méditerranéenne. Faut pas croire qu’on est tous de bons gros patauds qu’on peut aisément tromper.
    Un prêtre doit à plus forte raison respecter la loi et donner le bon exemple à ses paroissiens. Ne pas oublier qu’il dépend d’eux. Le moins qu’il puisse faire c’est de les respecter.
    Il doit se sentir peut être plus utile en aidant des gens qui en venant vivre aux crochets de ses compatriotes leur nuisent gravement.

  15. Dimitriovitch

    Le père Riffard agit en conscience. Ce faisant, il montre, me semble-t-il, que toutes les initiatives individuelles sont impuissantes face à un phénomène de masse, qui plus est amplifié par tous ceux qui en vivent.
    Même si ce n’est pas très efficace, il y a une marge jusqu’à le traduire devant un tribunal.
    On aimerait connaître la suite. Quel sera le jugement ? avec quels attendus ?
    Si on compte uniquement sur les médias officiels, on ne le saura jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *