Une méta-étude chinoise confirme le lien avortement-cancer du sein

Download PDF

 

La publication d’une nouvelle étude chinoise sur le lien entre l’avortement provoqué et le cancer du sein va changer la donne dans un monde où l’on a préféré jusqu’ici le passer sous silence : méta-analyse d’autant plus intéressante qu’elle montre un accroissement du risque selon le nombre d’avortements subis.
 
Le Dr Joel Brind, professeur d’endocrinologie au Baruch College de l’Université de New York, l’a déclaré à LifeSite en soulignant que les partisans de l’avortement devraient se montrer très inquiets des résultats de l’étude puisque des « millions et des millions de femmes en Asie » ont été ainsi affectées par une opération supposée « sans danger » pour elles, tout en notant que chaque constat des effets dangereux de l’avortement est systématiquement minimisée ou discréditée.
 
Dans ce cas précis, ce sera difficile. C’est dans la revue scientifique Cancer Causes and Control que les résultats de la méta-étude ont été publiés d’après des recherches de Yubei Huang et autrres du département d’épidémiologie et de biostatistiques de l’hôpital universitaire d’oncologie de Tianjin. Les chercheurs se sont lancés dans leur enquête après avoir noté que le taux de cancers du sein, traditionnellement plus bas chez les femmes chinoises que chez les femmes occidentales, s’est accru « de manière alarmante » depuis deux décennies, au même rythme que le resserrement de la politique de l’enfant unique imposée par les autorités.
 
Cette politique entraîne de nombreux avortements, y compris des avortements forcés : depuis les années 1980, plus de 336 millions d’enfants à naître ont été avortés en Chine.
 
Les chercheurs ont analysé 36 études du lien entre avortement et cancer du sein. Chez les femmes ayant eu un avortement, le risque de développer une telle tumeur était 44 % plus important que chez celles n’ayant jamais avorté. Pour deux avortements, le risque s’accroissait de 76 %, pour trois avortements, il atteignait 89 %.
 
Une étude réalisée en 1996 par Joel Brind avait évalué l’accroissement du risque lié à l’avortement à 30 %, avec certes moins de recul.
 
• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d’informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S’abonner
 

© leblogdejeannesmits

6 comments

  1. gaudet

    Il s’agit d’un résultat scientifique d’une importance capitale, et il est indispensable que l’ensemble des associations pro vie soient informées de ces découvertes afin de l’utiliser avec force dans leur combat vital.

  2. Rosme

    et je pense, sans en avoir de preuves – n’étant pas scientifique – que la prise de la pilule est certainement responsable de nombreux cancers du sein.

  3. Pingback: Le lien avortement et cancer du sein | CatInfor.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *