Voeux de Noël de Mgr Scherrer

Download PDF

L’évêque de Laval écrit :

“Frères et sœurs,

Paix et joie à vous qui vous rassemblez en famille pour célébrer Noël !

Paix, d’abord, parce que le Fils de Dieu qui naît pauvre à Bethléem est le « Prince de la Paix ». Il ne vient pas comme un Dieu de puissance guerrière, mais comme un Dieu désarmé qui apporte avec lui amour et pardon. Au cœur de nos familles si souvent divisées, Noël est un appel à se réconcilier, à faire tomber les armes de discorde pour que la douce lumière de l’amour qui rayonne de l’Enfant de la crèche puisse régner au cœur de notre monde.

Paix et joie aussi. Comment en effet demeurerait-il encore une tristesse sur la terre quand Dieu s’est incliné jusqu’à nous ? « La joie de l’Évangile, nous dit le Pape François, remplit le cœur et toute la vie de ceux qui rencontrent Jésus. Ceux qui se laissent sauver par lui sont libérés du péché, de la tristesse, du vide intérieur, de l’isolement. Avec Jésus Christ la joie naît et renaît toujours ».

Comme je voudrais que cette paix et cette joie descendent sur vous, qu’elles irradient chacun de vos visages ! Comme je voudrais que la paix et la joie de Noël consolent aussi toutes celles et tous ceux qui traversent l’épreuve de la maladie, de la dépression, du deuil, du chômage !

En cette Année de la Mission pour notre diocèse, je vous appelle à être les apôtres de la paix et de la joie auprès de tous ceux qui l’attendent et en sont privés. Quand on est chrétien, on ne peut pas célébrer Noël tout seul, dans l’indifférence des drames qui se vivent à notre porte. Noël est l’occasion bénie de sortir de nos égoïsmes, de nos vies encore trop repliées sur elles-mêmes pour nous tourner vers les plus pauvres. En notre pays gravement touché par la crise, la pauvreté, nous le savons, ne cesse de gagner du terrain, touchant des familles toujours plus nombreuses. Chômeurs en fin de droit, femmes seules avec enfants, retraités aux pensions de misère, migrants et sans papiers frappent en nombre important aux portes de nos associations caritatives et des restos du cœur.

Allons à la rencontre des autres ! Vivons un Noël solidaire ! Que nos festivités joyeuses ne se déroulent pas dans l’oubli des plus pauvres !”

4 comments

  1. Germain NSASI

    Cher Monseigneur Scherrer, je vous remercie pour les voeux.
    Je me réjouis de vous lire et de prier avec vous, de loin, mais cordialement.
    Je crois vivre cette année dans une perpétuelle action de grâce pour la vie que Dieu me donne, et la joie de Noël.
    Merci pour les prières, merci pour les encouragements, merci pour tout.
    Veuillez me bénir.

    Germain NSASI,
    République Démocratique du Congo,
    Etudiant en Philosophie.

  2. alex

    Noel ne fut pas franchement la paix et la joie à vivre, pas seulement.
    c’est déjà l’inhospitalité, la précarité, la persécution et l’exil en Egypte.

    l’angélisme de noel ne vaut pas mieux que d’habitude, et cet eveque ne rappelle pas la Passion du Christ qui s’annonce déjà, ni n’évoque la raison première pour laquelle dieu-le-fils se dérangea à venir ici-bas sur ordre du Père.

    L’ Incarnation de dieu n’est pas celui d’un ange-de-paix mais un sauveur du péché &damnation pourvu du glaive de sa parole-verbe, de son corps venu combattre,expier, et soigner tout mal…
    noel n’est pas un fait touristique de paix et de joie mais d’amour, de vérité, et de loyauté aux promesses précédentes.

    y en a marre de ces prélats qui restent dans leur jus d’illusions et phantasmes.

    • Germain Nsasi

      Je me demande quelle théologie tu as étudié pour émettre un jugement pareil.
      La fête de Noël est significative dans la foi catholique. Pour comprendre ce mystère, il est souhaitable de croire en Dieu Trine, en la Sainte Eglise Catholique et apostolique… avant de lire la sainte Bible comme un fondamentaliste déguisé en anticlérical. Noël renferme en soi: et la naissance, et la passion, mort et résurrection de Jésus.
      Veuillez lire le catéchisme de l’Eglise catholique. Il n’ ya donc pas d’illusions, ni de fantasmes. Bonsoir Monsieur!

  3. Yram

    Ce Mgr ne semble pas connaître le droit des fidèles énoncé dans le droit canon ?
    Pourquoi n’a t-il pas reconduit les prêtres de sensibilité traditionnelle qui exerçaient leur ministère auprès de fidèles dans une de ses paroisses ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *