Christine Pedotti s’interroge sur les divisions au sein de l’épiscopat français

Download PDF

Tenante du progressisme religieux et directrice de la revue Témoignage chrétien, Christine Pedotti, a réagi face à la fameuse « explication » qui a vu des débats manifestement agités lors de la dernière réunion plénière de la Conférence des évêques de France à Lourdes. Habituée de ces rassemblements mitrés, Christine Pedotti s’est elle-même déclarée surprise que le ton ait pu être si vif. Et de faire la liste des sujets qui fâchent : « les intransigeances des uns autour du mariage pour tous, l’annulation de la conférence de la philosophe Fabienne Brugère, le 19 mars, et le voyage à Moscou qui réunissait Mgr Aillet, évêque de Bayonne, quelques responsables d’associations autour de la « Manif pour tous » et le directeur de l’hebdomadaire conservateur Famille chrétienne ».

L’inventaire, il faut le reconnaître, est plutôt juste pour les deux premiers éléments, même s’il faudrait plutôt écrire ainsi : « l’abandon et le renoncement des uns autour du mariage pour tous, l’invitation lancée à des responsables pastoraux pour assister la formation de la théoricienne du genre Fabienne Bruguère, le 19 mars ». Quant au voyage de monseigneur Aillet à Moscou, on voit trop bien ce qui dérange Christine Pedotti. Mais qu’un évêque catholique collabore avec l’Eglise orthodoxe dans un souci d’œcuménisme pour défendre les valeurs communes et centrales de la vie et de la famille, il n’y a rien de moins anormal. Cela va même dans le sens du concile Vatican II.

Pas à une contradiction près, Chistine Pedotti semble regretter l’absence de dialogue au sein de la conférence des évêques de France, alors que c’est précisément ce qui s’est passé le 8 avril dernier. Quant à eux, les catholiques fidèles à l’enseignement de l’Eglise catholique ne peuvent qu’exprimer leur étonnement face aux atermoiements de leurs pasteurs face à la doctrine incessamment rappelée par le Saint-Père. Le refus est clair, net et définitif.

Christine Pedotti ne semble pas s’en apercevoir d’ailleurs, engagée dans la voie sans issue du modernisme. Elle ajoute encore : « Visiblement en effet, le débat et le pluralisme propres aux sociétés modernes et démocratiques suscitent les plus vives réticences à l’intérieur de l’Église. Pourtant, n’hésitons pas à le dire, c’est bien plus l’idolâtrie d’une vérité unique, que l’on croit pouvoir détenir et imposer, qui menace l’Église. […] À Rome, François a beau ouvrir large portes et fenêtres, les courants d’air, pour l’heure, ne franchissent pas les Alpes. »

Qu’elle le veuille ou non, François n’a pas changé d’un iota la position de l’Eglise sur toutes les questions de société. Comme archevêque de Buenos Aires, il était devenu le « premier opposant politique » du gouvernement argentin lorsque ce dernier a fait voter la légalisation du « mariage » homosexuel.

Jean-Marie Guénois, chargé des questions de religion au Figaro, a montré des signes d’énervement autrement plus pertinents. Nous luis laissons le mot de la fin : « La cécité d’une partie des évêques à ne pas lire ce que leur vocabulaire appelle pourtant les ­ «signes des temps» est accablante. […] En composant avec le politiquement correct, ces évêques perdent leur crédit chez une partie des catholiques, surtout chez les jeunes qui, loin d’être «réacs», sont devenus d’authentiques «rebelles». »

13 comments

  1. Michel G.

    “Visiblement en effet, le débat et le pluralisme propres aux sociétés modernes et démocratiques suscitent les plus vives réticences à l’intérieur de l’Église.”

    Christine Pedotti a tout à fait raison: combien de fois la CEF a-t-elle invité Jean Madiran?…

  2. Gaudete

    Ah oui “témoignage dit chrétien ce torchon qui ne cesse d’encenser les turpitudes des gouvernants et assimilés, si elle veut se marier avec une chèvre peu nous chaut, mais qu’elle se taise et aille lire la Bible et le Nouveau Testament au fin fond du Larzac , cela l’occupera, lui remettra les idées en place et au moins nous ne serons pas saturé d’imbécilités. D’ailleurs qui lit encore une prose aussi abêtissante . Et en plus ce genre de gorgonne veut donner des leçon à la véritable Eglise du Seigneur. Elle devrait aussi analyser ce que dit le Pape François qui ne dit rien d’autre que ces prédécesseurs, sauf qu’il le dit à sa manière mais demander aujourd’hui à des journalistes de devenir intelligents alors qu’ils sont habitués à n’écouter (sauf quelques rares exceptions!) que la voix de leur maître, c’est vraiment une gageure§ Une seule chose reste à faire: prier pour la conversion de ces frères et soeurs tombés dans le piège du démon!

  3. gaudet

    Je commenterai cette phrase de “madame, Christine Pedotti”:c’est bien plus l’idolâtrie d’une vérité unique que l’on croit pouvoir détenir et imposer , qui menace l’Eglise ”

    Effectivement de par cette formule à l’emporte pièce, et nullement explicitée par des arguments un tant soit peu solides , cette journaliste de témoignage chrétien affiche clairement en elle même, la réalité d’un relativisme doctrinal tout azimut.

    A ses yeux , la Sainte Eglise doit , à l’image de la société, devenir une vaste arène ou l’on pourra discutailler de tout et de n’importe quoi, et ceci d’autant plus aisément , que finalement plus aucune doctrine catholique n’est plus susceptible de contenir une seule parcelle de vérité absolue.

    Ainsi donc , cette journaliste présente une vision de l’Eglise , qui se rapproche bien davantage de l’assemblée tumultueuse , ou nos députés bedonnant et grassement rémunérer , se lancent en permanence dans les débats les plus invraisemblables , pour aboutir à des décisions fondées sur la simple expression d’une majorité.

    Autant dire que Christine Pedotti, n’a strictement rien à faire ni dans le cadre d’un journal dit chrétien , ni même dans celui d’une institution divine telle que notre Sainte Eglise., car elle n’a pas du tout saisi, que l’Eglise catholique repose sur l’enseignement évangélique de notre Seigneur et la tradition invariable transmis sans erreur depuis 2000 ans, débouchant sur des vérités invariables et donc des principes doctrinaux mais aussi moraux , totalement non négociables !

    La réception du baptême, mais plus tard la réception des sacrements et la mise en oeuvre pratique de la morale, car le sort des êtres humains s’inscrit dans la présentation des jugements derniers de pierre , figurant sur la façade de nos cathédrales . Ainsi donc cette journaliste ayant perdu le sens véritable de l’Eglise et de la destinée humaine, ne saisie plus dut tout l’immense drame eschatologique, dans lequel chacun d’entre nous est engagé, qu’il le souhaite ou non !

    Que madame Pedotti, contemple donc les déclarations de tous les véritables saint , au sujet de ce dont ils ont témoigné de leurs visions réelles de l’au delà, et elle abandonnera immédiatement le déroulement dangereux et vains de ses propres effarantes élucubrations , pour au contraire se plonger dans la plus grande des humilités , choisir la voie de la pénitence de corps et d’esprit, pour reconnaître enfin dans les sacrements de l’Eglise, des bien faits d’une valeur insurpassable, que notre Seigneur , dans sa grande bonté , nous a favorisé, pour nous permettre de compenser la multitude des fragilités, faiblesses et indignités, dont nous pourrions mourir définitivement !

    En l’espèce les “lois nouvelles sur la famille ” ne sont qu’une invention criminelle du monde , émanation du diable , contre lequel notre Seigneur et son Eglise n’ont fait que de nous mettre en garde , pendant des siècles , c’est à dire la porte ouverte , à toutes les débauches les plus invraisemblables, dont il a voulu nous délivrer

  4. jejomau

    @Christine Pedrotti

    “Que les femmes se taisent pendant les assemblées; il ne leur est pas permis d’y parler, elle doivent obtempérer comme le veut la loi. Si elles souhaitent une explication sur quelque point particulier, qu’elles interrogent leur mari chez elles, car il n’est pas convenable à une femme de parler dans une assemblée”
    (1 Cor 14, 34-35)

    @Anne Soupa
    “Je ne permets pas à la femme d’enseigner, ni de faire la loi à l’homme, qu’elle se tienne tranquille. C’est Adam en effet qui fut formé le premier, Eve ensuite. Et ce n’est pas Adam qui se laissa séduire, mais la femme qui séduite, a désobéi.” (1 Tim 2, 12-14)

    S’il vous plaït Mesdames: obéissez à Vatican II et laissez la gent masculine s’occuper des affaires de ce monde. Il y a assez de travail au fourneau pour éviter de caqueter en permanence… Merci.

  5. Pingback: Les contradictions de la ligne Pedotti | Chrétienté Info

  6. ODIC

    Oui… le Figaro a bien compris ce qui se passait au sein de l’Eglise. Les jeunes ne se tournent pas : mais vont vers…
    Voici ce que me disait un ami dominicain nommé Expert au Concile ! après quelques années :”Le Concile était d’une haute tenue intellectuelle mais en France ils n’ont rien compris” Et voilà le travail en 50 ans.
    Les Eglises sont vides et les vieilles dames du Concile encapuchonnées dans ce qu’elles n’ont rien compris, ne comprennent pas davantage maintenant… La situation est assez cocasse d’ailleurs.
    Le Saint-Esprit souffle quand il veut mais allez l’attraper ! Cependant, il ne faut pas se tromper ; ces jeunes d’aujourd’hui sont nos enfants que nous avons formés en dehors de la tendance, nous leur avons donné envie, nous leur avons montré quelque chose qui visiblement les a séduit et cela c’est le travail du Seigneur !
    Progressistes ou intégristes le Saint-esprit ne connaît pas de tendance… Cette dame marque la sienne ; qui débouche sur du rien et les jeunes ; le RIEN ne les accroche pas visiblement.
    Christine Pedotti gardera son capuchon contre vents et marées ce qui s’appelle avoir une très grande ouverture d’esprit.
    N.O

  7. Philomène

    les chrétiens de gauche réclament la démocratie à sens unique dans l’église: pour eux seulement…exactement comme le gouvernement de Mr Hollande est aveugle et sourd aux revendications du peuple.

  8. Gaudete

    @ Odic, chiche et si nos évêques commençaient à expliquer le vrai concile, pas le leur ni celui des médias ni de ces grenouilles qui coassent au printemps et puis qu’on préfère voir disparaître tant elles n’ont rien à dire!

  9. Berjan

    D’accord avec ces commentaires prions l’Esprit Saint qu’IL éclaire nos consciences. Et qu’Il nous donne le discernement nécessaire devant l’actualité et l’obéissance à l’Eglise.

  10. karr

    J’ignorais que la presse était présente lors des réunions de la Conférence des Evêques de France,pour une fois que certains manifestent leur indépendance c’est une excellente nouvelle.
    A propos du décrochage des jeunes il ne me semble pas nouveau et il est évident que le Pape François ne correspond pas aux attentes des jeunes catholiques ni des jeunes prêtres,nous ne sommes plus en 70.
    Pour ce qui est de la publication:”contre-témoignage-chrétien”,je souhaiterais bien savoir qui lit encore cela et qui le finance.

  11. Melmiesse

    A Jejumau
    Sainte Brigitte de Suède était très écoutée de la Papauté, Sainte Hildegarde aussi. Blanche de Castille exerça la régence pendant la minorité de son fils et remplaça ensuite Saint Louis parti en croisade je ne partage pas votre mépris sinon plus des femmes. Par contre, C Pedotti caquette comme une oie qui a peur d’une “vérité unique qui menace l’Eglise”, alors que l’Eglise justement a la vérité unique tirée des évangiles à propager mais C Pedotti ne représente pas toute la féminité du monde heureusement

  12. hermeneias

    Melmiesse et Catherine de Sienne remontait sérieusement les bretelles des papes en Avignon qui étaient devenus la “chose” des rois de France et plus largement des papes , évêques et princes qui avaient tendance à se compromettre avec “le monde” et ses tentations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *