Le pape François, l’islam et les musulmans (1)

Download PDF

Des catholiques “de souche”, mais aussi des convertis musulmans au catholicisme, ont été troublés par des déclarations du pape François sur l’islam et les musulmans. Ces déclarations méritent quelques éclaircissements. Nous allons nous y attacher avec trois commentaires différents dont voici le premier : une “lettre ouverte” de l’intrépide abbé Guy Pagès…

Très Saint Père,

C’est avec une peine redoublée, et avec tout le respect filial que je vous dois, au nom de nombreuses personnes troublées par vos propos relatifs à l’islam, et en vertu du canon 212 § 3[1], que je vous adresse cette nouvelle Lettre, puisque non seulement je n’ai reçu aucune réponse à celle que je vous ai adressée concernant votre Message aux musulmans pour la fin du ramadan, d’abord envoyée en privé ‒ et à trois reprises ‒ et ensuite publiquement, mais encore parce que dans votre exhortation apostolique Evangelii Gaudium vous venez d’écrire que : « le véritable Islam et une adéquate interprétation du Coran s’opposent à toute violence. » (n°253). Une telle affirmation, certainement motivée par votre paternelle sollicitude pour nos frères persécutés en pays d’islam, apparaît cependant comme une terrifiante contrevérité. En effet, comment affirmer que « le véritable Islam et une adéquate interprétation du Coran s’opposent à toute violence », puisque : 

  • « Allah seul connaît l’interprétation du Coran. » (Coran 3.7) ;
  • Les versets réputés “tolérants” de l’immuable Coran ont tous été abrogés par “le verset du sabre” (Coran 9.5,29) ;
  • Si « le véritable Islam et une adéquate interprétation du Coran s’opposent à toute violence. », alors Mahomet n’a pas incarné la véritable interprétation de l’islam, et sa conduite ne peut pas être normative pour les musulmans (Coran 33.21) ; 
  • A la différence du Christ ayant confié Son autorité à Pierre dont vous êtes le légitime successeur, il n’y a pas en Islam de magistère qui puisse vous donner, à vous ou à quiconque, avec une autorité infaillible, la définition de ce qu’est ou n’est pas « le véritable Islam et une adéquate interprétation du Coran », d’où les incessantes guerres intestines du monde musulman au nom d’une interprétation toujours plus « authentique » ; 
  • Il suffit d’ouvrir un Coran, même dans une des traductions édulcorées à l’usage des lecteurs occidentaux, pour voir que sur les 6235 versets du Coran, plus de la moitié vouent à l’exécration tous ceux qui ne sont pas musulmans, et expriment la funeste intention de les tuer ou de les soumettre ;
  •  L’histoire et l’actualité démentent à l’envi, malheureusement, votre affirmation ;
  • Quelle autre religion que l’islam Jésus pouvait-Il avoir en vue lorsqu’Il annonçait : « Vient un temps où ceux qui vous tueront penseront rendre un culte à Dieu. » (Jn 16.2) ? Quelle autre religion en effet que l’islam promeut, comme un devoir religieux, le jihad contre les chrétiens ? « Tuez les associateurs [les chrétiens] où que vous les trouviez. Prenez-les, assiégez-les et restez aux aguets contre eux. » (Coran 9.4,5) ;
  • Tout chrétien sait, du seul fait qu’il est chrétien, que celui qui cherche son salut dans l’islam se damne : « Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé, celui qui refusera de croire sera con-damné. » (Mc 16.16) ; « Si nous-mêmes, si un ange venu du Ciel vous annonçait un Évangile différent de celui que nous vous avons prêché, qu’il soit maudit ! Nous l’avons déjà dit, et aujourd’hui je le répète : si quelqu’un vous annonce un Évangile différent de celui que vous avez reçu, qu’il soit maudit ! » (Ga 1.8-9 ; Mt 24.4,11,24 ; 1 Jn 2.22-24 ; 4.2-4)… Or, si l’islam damne, n’est-ce pas qu’il est mauvais, et si « aucun arbre mauvais ne donne de bons fruits » (Mt 7.18), comment l’islam pourrait-il porter les bons fruits de paix que vous lui attribuez ?

Très Saint-Père, il est frappant de constater que votre propos répond exactement à la demande formulée, au début du mois de juin 2013, par M. Mahmoud Abdel Gawad, le conseiller diplomatique de M. Ahmed Al-Tayeb, grand imam de la mosquée d’Al-Azhar, ayant déclaré attendre de vous « une intervention où [vous diriez] que l’Islam est une religion pacifique, que les musulmans ne cherchent ni la guerre ni la violence », comme condition au rétablissement des relations diplomatiques entre le Saint-Siège et cette institution représentative de l’islam sunnite qu’est l’Université d’Al-Azar… Et pourquoi M. Ahmed Al-Tayeb voulait-il une telle déclaration ? Pour que vous expiiez la « faute » de votre prédécesseur Benoît XVI ayant osé illustrer en 2006 à l’université de Ratisbonne cette vérité élémentaire que la violence est incompatible avec la vraie religion, contraire à la vraie nature de Dieu, par cette question de l’empereur Manuel II Paléologue à un savant musulman : « Montrez-moi ce que Mahomet a apporté de nouveau. Vous ne trouverez que ces choses mauvaises et inhumaines, comme le droit de défendre par l’épée la foi qu’il prêchait. » (Les réactions de violence du monde musulman n’ont d’ailleurs pas manqué de confirmer aussitôt la vérité enseignée par le Pape…). Benoît XVI avait ensuite aggravé son cas en 2009 en appelant à protéger les minorités chrétiennes après un énième et terrible attentat à la bombe contre une église à Alexandrie, ce qui avait constitué aux yeux du destinataire de votre lettre, « une interférence occidentale indue ». Ainsi, en répondant au désir du grand imam ― et l’islam veut dire « soumission » ―, souffrant de « réparer » la « faute » de votre vénéré prédécesseur, non seulement vos propos sont interprétés comme une condamnation de son témoignage rendu à la vérité, mais vous n’obtiendrez pas la mansuétude que vous escomptez pour les chrétiens vivant en pays devenus musulmans, car, comme l’exprimait lucidement un autre de vos prédécesseurs, le Pape Pie II, dans sa Lettre au Sultan turc Mehmet II : « La concorde ne sera donc que dans les mots ; sur le fond, c’est la guerre. »[2]. Qui peut venir en effet après le Christ, sinon l’Antichrist ?

Très Saint-Père, vous nous demandez d’« accueillir avec affection les immigrés de l’Islam qui arrivent dans nos pays » (n°253), mais le but de l’islam n’est-il pas de se substituer au christianisme et d’instaurer partout la charia ? C’est Allah qui le dit : « Combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de subversion[3] et que la religion appartienne uniquement à Allah » (Coran 2.193). Ses disciples, aujourd’hui, ne disent pas autre chose, tel M. Alija Izetbegovic, chef d’État de Bosnie-Herzégovine de 1990 à 2000, qui, dans sa « Déclaration islamique » a le mérite de la clarté : « Il ne peut y avoir ni paix ni coexistence entre la religion islamique et des institutions politiques et sociales non-islamiques. […] La renaissance islamique ne peut commencer sans une révolution religieuse, mais elle ne peut se poursuivre et être menée à bien sans révolution politique. Notre première tâche doit être de gagner non le pouvoir mais les hommes. […] Le soutien qu’un peuple musulman apporte effectivement à un régime en place est directement proportionnel au caractère islamique de ce dernier. […] Nous devons être des prêcheurs et ensuite des soldats. […] Le mouvement islamique doit prendre le pouvoir dès qu’il est en situation morale et numérique suffisante pour lui permettre de renverser le gouvernement non-islamique. »… Voulons-nous vraiment que s’accomplisse la prophétie du président algérien, M. Houari Boumediene qui, en avril 1974, déclarait à la tribune de l’ONU : « Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire. »[4] ? Certes, il n’est pas question de se fermer à l’accueil des miséreux, pour autant que nous puissions leur porter secours, mais il est exclu de les naturaliser, selon le conseil même de feu le Commandeur des Croyants, le roi Hassan II, roi du Maroc : « N’essayez pas de faire des Français avec des musulmans, vous n’y arriverez pas. Vous ne ferez que de mauvais Français et de mauvais Musulmans. ».[5] Jugement qui corrobore l’enseignement des Apôtres : « Si quelqu’un vient à vous sans apporter cette doctrine [l’Évangile, que l’islam se fait une gloire de rejeter], ne le recevez pas chez vous et abstenez-vous de le saluer. » (2 Jn 1.10) ; « Ne formez pas d’attelage disparate avec des infidèles. Quel rapport en effet entre la justice et l’impiété ? Quelle union entre la lumière et les ténèbres ? » (2 Co 6.14) ?… Aussi nous appartient-il de ne pas transiger avec l’islam. Nos Pères ne se sont pas battus pendant des siècles pour repousser ce malheur qu’est l’islam et pouvoir développer hors d’atteinte de sa mortifère influence l’admirable civilisation chrétienne dont le monde entier profite de nos jours, pour que nous ouvrions aujourd’hui nos portes à l’islam ! Ou alors l’islam aurait-il changé entre temps ? Non, il ne le peut pas, car « les coutumes d’Allah ne changent pas » (Coran 33.62 ; 35.43 ; 48.23).

Je suis pareillement surpris et terriblement gêné pour nos frères chrétiens que, dans votre exhortation apostolique, vous demandiez à ce qu’ils soient « accueillis et respectés dans les pays de tradition islamique », comme s’ils n’étaient justement pas chez eux ! N’est-ce pas infiniment triste de tenir pour un fait acquis la conquête musulmane de ces pays autrefois chrétiens, et de compter pour rien la tradition chrétienne qui y survit aujourd’hui encore sous le joug toujours renaissant et insupportable de la dhimmitude ? Et si les « épisodes de fondamentalisme violent qui nous inquiètent » sont effectivement à déplorer, il ne faut pas chercher longtemps pour en trouver la source : « Faites-leur la guerre jusqu’à ce qu’ils payent le tribut de leurs propres mains et qu’ils soient soumis et humiliés » (Coran 9.29). Aussi, ce n’est pas « l’affection envers les vrais croyants de l’Islam » qui « doit nous porter à éviter d’odieuses généralisations », mais l’amour envers nos ennemis (Mt 5.44).

Quant au fait que les musulmans « professent avoir la foi d’Abraham, adorent avec nous le Dieu unique, miséricordieux, futur juge des hommes au dernier jour. » (n°252), il faut bien préciser qu’il ne s’agit pas de la même adoration, aussi vrai que nul ne va au Père que par Jésus (Jn 14.6), et que les musulmans ne prenant pas pour chemin Jésus, leur adoration ne va pas non plus au Père… Nous adorons ce que nous connaissons, eux adorent ce qu’ils ne connaissent pas (Jn 4.22), et c’est pourquoi, acceptant d’adorer celui qu’ils ne connaissent pas, ils adorent celui qui se cache dans les ténèbres, le Père du mensonge (Jn 8.44), le Prince de ce monde, assez orgueilleux et fou pour se présenter à eux comme l’unique et vrai Dieu (Mt 4.8-9).

Si Evangelii Gaudium s’adressait aux musulmans pour leur dire que « Les écrits sacrés de l’Islam gardent une partie des enseignements chrétiens ; Jésus Christ et Marie [y étant] objet de profonde vénération » (n°252), nous pourrions comprendre que vous entendez vous servir d’une apparente similitude entre nos traditions respectives comme d’une base commune possible à un dialogue souhaité. Mais du fait que vous vous adressez à des chrétiens, un tel rapprochement laisse entendre qu’il y aurait effectivement quelque chose de chrétien dans la « révélation » coranique… alors qu’il n’en est, bien évidemment, rien du tout ! Les personnages de « Issa » et de « Maryam » ne s’identifient absolument pas avec ceux de Jésus et de Marie, comme en témoignent les anachronismes et incohérences coraniques, mais servent de miroirs aux alouettes, d’attrape-nigauds, pour légitimer l’islam aux yeux des chrétiens[6], et les conduire ainsi à apostasier leur foi, celle-ci étant pour l’islam le seul péché à jamais impardonnable (Coran 4.48), qui réduit les chrétiens à n’être qu’impureté (Coran 9.28) en sorte qu’en les éliminant l’islam rend gloire à Allah (Coran 9.30).

Vous trouvez « admirable de voir que des jeunes et des anciens, des hommes et des femmes de l’Islam sont capables de consacrer du temps chaque jour à la prière, et de participer fidèlement à leurs rites religieux. En même temps, beaucoup d’entre eux ont la profonde conviction que leur vie, dans sa totalité, vient de Dieu et est pour lui. Ils reconnaissent aussi la nécessité de répondre à Dieu par un engagement éthique et d’agir avec miséricorde envers les plus pauvres. » (n°252), mais, outre que les pauvres dont vous parlez doivent nécessairement être musulmans, ces éléments positifs de piété et de religiosité relèvent du seul désir naturel de bien que Dieu a mis dans le cœur de tout homme et que l’islam exploite pour masquer sa fin essentielle qui est d’éloigner les âmes du salut donné seulement en et par Jésus (Jn 14.6). Si donc les pratiques de l’islam peuvent servir de support à la religiosité humaine, il faut aussi considérer qu’elles enferment l’individu dans une pensée farouchement antichristique, qui le damne (Mc 16.16). Comme l’enseignait saint Paul : « Ne prends pas, ne goûte pas, ne touche pas’, tout cela pour des choses vouées à périr par leur usage même ! Voilà bien des prescriptions et doctrines humaines ! Ces sortes de règles peuvent faire figure de sagesse par leur affectation de religiosité et d’humilité qui ne ménage pas le corps, en fait elles n’ont aucune valeur contre l’insolence de la chair. » (Col 2.21-23). 

Très Saint-Père, en acceptant de jouer le rôle de faire valoir (Ga 1.4)[7] que l’islam attend de vous et de tous, pensez-vous vraiment aider les musulmans à prendre conscience qu’ils sont en train de se damner, ou bien pensez-vous qu’il soit indifférent pour leur salut d’être musulman ? En louant l’islam, ne craignez-vous pas de conforter les musulmans à rester musulmans et donc à se damner, mais encore, avez-vous pensé que vous détruisiez ainsi les défenses de ceux qui refusent de perdre leur salut éternel par l’accueil de l’islam (2 Co 6.14-18) et leur mise en esclavage par la charia ? En effet, si l’islam est pacifique, portant de bons fruits, il n’est donc pas un faux-prophète (Mt 7.18), et s’il n’est pas un faux-prophète il est un vrai prophète, et donc ce qu’il dit au sujet du christianisme est vrai : Jésus n’est pas mort et ressuscité, croire à la Trinité est une abomination, et il n’y a de salut que dans l’islam… Peut-on à la fois amasser avec le Christ et louer celui qui dissipe Son héritage (Mt 12.30) ?

« Méfiez-vous des faux prophètes, qui viennent à vous déguisés en brebis, mais au-dedans sont des loups rapaces. » (Mt 7.15). Que peut-il arriver au troupeau dont le berger traite avec le loup comme avec un de ses agneaux ? Il semble qu’en cette affaire il vous revienne de marcher derrière le troupeau, et non pas devant, comme vous en évoquez la possibilité dans cette même exhortation apostolique (n°31), et de laisser les brebis trouver seules leur chemin… tant il est vrai que les vraies brebis du Seigneur ne suivent pas la voix d’un étranger, mais le fuient au contraire (Jn 10.5)…

Au moment de conclure, considérant votre désir d’offrir à l’Église de profondes réformes, permettez à l’humble prêtre que je suis, étudiant depuis plusieurs années l’islam, de vous suggérer de renouveler de fond en comble l’équipe de vos conseillers en matière d’islamologie et de dialogue christiano-musulman.

Très Saint-Père, renouvelant l’engagement de ma fidélité à la Chaire de saint Pierre, dans la foi en son infaillible magistère, laquelle n’est pas engagée en dehors de ce qui concerne la Foi catholique et la vie morale, ayant le désir de voir tous les catholiques ébranlés dans leur foi par vos remarques au sujet de l’islam, faire de même, je prie Notre Dame des Victoires de vous obtenir la force dont saint Paul a fait preuve face aux faux-frères désireux de réduire les chrétiens en servitude. Il refusa de reconnaître la bonté de leur doctrine « fût-ce un moment, fût-ce par déférence, afin de sauvegarder pour vous la vérité de l’Évangile » (Ga 2.4-5).

Abbé Guy Pagès

 Notes

[1] « Selon le savoir, la compétence et le prestige dont ils jouissent, ils ont le droit et même parfois le devoir de donner aux Pasteurs sacrés leur opinion sur ce qui touche le bien de l’Église et de la faire connaître aux autres fidèles, restant sauves l’intégrité de la foi et des mœurs et la révérence due aux pasteurs, et en tenant compte de l’utilité commune et de la dignité des personnes. » (Can. 212 § 3).

[2] Enea Silvio Piccolomini, Lettre à Mahomet II, Payot & Rivages, 2002, p.48. « Entre nous et vous, c’est l’inimitié et la haine à jamais, jusqu’à ce que vous croyez en Allah, seul. » (Coran 60.4)

[3] La « subversion », en langage musulman, désigne tout ce qui n’est pas musulman.

[4] Nous pourrions citer encore tant d’autres déclarations du même genre, telle celle-ci de Mouammar Kadhafi, Président de la Lybie : « Sans épée, sans fusil, sans conquêtes, les 50 millions de musulmans en Europe la transformeront bientôt en continent musulman ! » (Le Figaro, 19/12/2006)

67 comments

  1. marieclaude

    Merci , Père (Guy Pagès) de dire avec votre autorité et
    compétence ce que je pense seule ? (sentiment d’être isolée
    mais je serais si heureuse de communiquer avec d’autres
    bien d’accord avec ces doutes très graves vis-à-vis du pape
    François…)

    • Robert Constantin

      À trop vouloir promouvoir l’œcuménisme, le pape François a fait une erreur et a blessé des chrétiens. À trop vouloir défendre la chrétienté, le pape Benoît XVI a fait une erreur et a blessé les musulmans. Que le père Pages laisse l’islam tranquille

    • Thècle

      Non vous n’êtes pas seule à penser cela, loin de là !!!…… Le Père Pagès est très courageux, immensément compétent sur l’islam et je pense qu’il y a de quoi être troublés en lisant Evangelii Gaudium ; Il a eu raison de monter au créneau mais je pense que cela ne servira à rien, je doute fort que le pape lui réponde. J’ai beaucoup de mal à comprendre certaines déclarations de ce pape. Je ressens un grand sentiments de malaise vis à vis de lui. Peut-être j’ai tort….
      Pour ceux qui ne connaissent pas le blog de l’abbé Pagès c’est “islam et vérité” on y découvre une multitude choses très iinstructives sur l’islam.

    • Clause

      Vous n’êtes seule marie-Claude à penser ainsi !!
      Et je voudrais également pouvoir discuter de ce sujet épineux avec d’autres, sur l’Islam mais sur le Pape François.
      Il est une chose qui me trouble : c’est le fait qu’il soit aimé, apprécié et adulé. Cela ne me rassure nullement, bien au contraire, le Christ Lui-Même a dû passer par les critiques,
      les calomnies, les outrages avant de mourir sur la Croix, tel
      le pire des bandits.

  2. zézé

    Bravo Monsieur l’Abbé…et merci. que Dieu vous bénisse et fasse que le Saint Père prenne connaissance de votre courrier et que le Saint Esprit l’éclaire au sujet de l’islam comme vous l’avez été je pense. Prières à la Ste Famille à votre intention.

    • Dom

      Je voudrais bien être d’accord avec vous, et je ne suis pas le seul a bien vouloir l’être de bonne volonté.
      Mais il faut malheureusement reconnaître que depuis la nuit des temps les arabes autrefois (Ismaël et Israël) et par la suite une fois qu’ils sont devenus musulmans n’a jamais arrangé les choses.
      Partout dans le monde et maintenant dans toute Europe, il n’y a que des tensions, et ce, en dépit des bonnes volontés des pays d’accueil.
      il est écrit, celui qui prétend aimer Dieu, et n’aime pas ses frères est un menteur.
      Je me demande si les musulmans ont le même Dieu que les chrétiens. C’est leur propre attitude envers tout ce qui n’est pas musulman qui fait douter de la nature de leur Dieu véritable.
      Avec l’islam, c’est à partir d’un pourcentage de la population que la population musulmane devient dominante. Un pays occidental deviendra musulman par la force si le pourcentage de la population devient assez important. A partir de 50 % de la population, c’est l’islam qui s’impose.

  3. Un grand et vif merci, Monsieur l’abbé PAGES, pour cette énergique défense de notre FOI . C’est bien malheureux de devoir faire cette rectification au pape… Quel malheur qu’un pape agisse de cette façon et fasse ainsi tant de mal! Il ne peut pas ne pas savoir la vérité sur cet islam qui fait reculer la FOI partout où il sévit! Un berger aveugle ne peut que mener son troupeau vers le précipice…

  4. Robert Constantin

    Réponse du père Pagès à mon commentaire sur Google:

    Non, les chrétiens n’ont pas Abraham pour père en commun avec les musulmans, pas plus qu’ils ne l’ont avec les juifs (Cf. Jn 8.39-44)..

    Dire que les juifs n’ont pas Abraham comme père est plus faux que ce que dit le pape François.

  5. angel

    comme d’habitude L’Abbé Pagès
    fait preuve de clairvoyance !
    et le dit haut et fort
    Reconnaitre que l’Islam est une religion de paix ,d’amour et d’humanisme c’est donner raison à ces lâches qui assa pardon qui égorgent femmes et enfants parce qu’ils sont chrétiens
    Reconnaitre cela c’est salir la mémoire de ces croyants !

  6. Sylvie Houbouyan

    Comme l’Islam avec toutes ses tares est incontournable, le Pape tend la main à ce qui, dans l’Islam peut être sain.
    C’est de la sainte politique.

  7. Dominic

    Merci merci merci Abbe Pages.
    Avoir un pere commun est hors sujet!!
    Adam avait 2 fils Cain et Abel aussi…
    Si on aime vraiment qq un et on veut vraiment son salut eternel (pour rassembler avec le Christ) alors il faut lui dire s il est dans l erreur. Par exemple s il tue pour aller au paradis alors que le commendement est “ne tue point”… Et tt cela meme au risque de voir cette personne se retourner contre vous pr vous devorer… Que votre oui soit oui et votre non non.
    En Christ

  8. Luc Warnotte

    M. Constantin, les musulmans n’ont pas pour père Abraham pour la simple raison qu’Abraham a été suscité par la Providence pour annoncer la venue du Messie, Jésus, et préparer sa venue. On ne peut comprendre Abraham que dans la perspective de la rédemption accomplie par Dieu le Fils. Ce qui est évidemment incompatible avec l’islam.

    • Robert Constantin

      Ils ont le même père en chair. Abraham est un père en chair. Dieu est le père en esprit. Le père Pages m’a confirmé que les chrétiens et les musulmans ont un même père en chair, Abraham. Pour le père en esprit, c’est différent.

  9. Marguerite

    Abraham est le père fondateur du peuple des Hébreux, ancêtres des Juifs. Il y a 4000 ans … ou plus. L’Islam n’est arrivé qu’au 7e s. Donc, rien à voir avec Abraham. Mais la Révélation a puisé dans la Bible, les Evangiles … pour faire croire qu’il y à des liens entre tous. Les musulmans on un Dieu unique mais n’ont pas le même Dieu que nous chrétiens ou Juifs. Le christianisme est né du Judaïsme, apporté par le Christ, d’où son nom. Les Juifs sont nos aînés. Islam et Chrétienté sont opposés sur tous les points. Suivons l’Evangile et ayons confiance en notre Dieu, si bon et toujours plein de miséricorde. Sainte année 2014 !

  10. Sébastien

    Prions pour la conversion de nos frères musulmans, car ils sont nos frères, au même titre que Caïn était le frère d’Abel. Ne devons nous pas prier pour nos ennemis et bénir ceux qui nous maudissent? N’adoptons pas la logique de l’Islam, qui est celle de la Violence. Peut il exister un amour violent et non libre? Ce n’est pas de l’amour!
    Souvenons nous aussi que c’est l’apostasie des chrétiens d’Europe qui a permis le déferlement de l’Islam sur nos terres! C’ette invasion musulmane silencieuse doit nous pousser à nous convertir, nous chrétiens tièdes et indifférents.
    En réalité, je pense que Dieu dans son infinie sagesse permet cette menace islamique pour réveiller les chrétiens, au même titre que la vague de laïcisation franc-maçonne de l’Etat!
    Alors, réveillons nous, revenons à Jésus dont le coeur souffre tant de ne pas recevoir “amour pour Amour”!

  11. Pingback: Le pape François, l’islam et les musulmans | "La voix de Dieu" Magazine -

  12. gaudet

    Une fois de plus, notre très cher Abbé Pagés, se fait le Hérault de la pure et sure doctrine catholique, se faisant perpétue de manière lumineuse, la pensée traditionnelle de tous les grands papes du passé, que furent St Pie V, STpie X, St pie 12
    qui n’ont jamais , de tout leur pontificat, prononcé une seule parole de complaisance envers l’islam.

    En la personne de l’abbé Pagés, nous rencontrons, l’un des grands penseurs modernes du catholicisme le plus exact et traditionnel, et je souffre sincèrement de voir ce prêtre injustement et honteusement mis à l’écart par sa hiérarchie, qui est au contraire de formation spirituelle , infamement libérale, pour ne pas dire tout bonnement gauchiste !

    Le texte rédigé ici par ce simple abbé, est tellement extraordinaire de puissance et de vérité, qu’il devrait être connu , dans toutes les paroisses catholiques traditionnelles françaises.

    Ce texte sublime vient à point nommé , à une étape de l’histoire ou la papauté vit une période de complète désorientation morale et intellectuelle au sujet de l’islam réel!

    Il est possible que le pape François tente par tous les moyens de porter secours aux chrétiens d’orient, en multipliant les contacts avec des musulmans, dans l’espoir d’adoucir leur comportement violent. A cet égard, l’attitude du pape, pourrait être perçue comme l’adoption d’un point de vue purement réaliste, destiné à limiter , aussi faiblement soit il , l’ampleur atroce des massacres des chrétiens, dans le résultat ultime évident , sera leur éradication.

    N’ayant plus d’armée à sa disposition pour protéger la chrétienté, le pape François, semble donc adopter, la voie de la mansuétude , de la charité, et de la conciliation, dans l’espoir , à mon sens peu fondé, d’infléchir la politique des musulmans à l’égard de la chrétienté.

    Si nous pouvons ainsi, discerner les intentions du pape François, nous sommes hélas ici également dans ses déclarations , confrontés à des erreurs flagrantes d’appréciation sur la nature intime de l’islam historique et réel, qui à travers les siècles, comme le dit justement le cher Abbé Pagé, s’est toujours affirmé comme un mouvement social, juridique et cultuel, d’une violence absolument implacable !

    Les tentatives diplomatiques du pape sont éventuellement légitimes, surtout au regard de la situation catastrophique des chrétiens d’orient, dont le génocide va inévitablement se généraliser dans les années 2014 et 2015, mais la question se pose de savoir , si ces démarches aussi désespérées soient elles, justifient la prononciation d’erreurs doctrinales profondes et évidentes ?

    Je pense sincèrement que nous pouvons dés maintenant prier pour le salut éternel des milliers de martyrs , qui dans les prochains mois, vont inévitablement verser leur sang, sans quiconque sur terre, et surtout pas les paroles du pape, puisse les sauver d’une quelconque manière !

    En vérité, la question fondamentale , que nous pouvons nous poser , c’est de savoir quelle sera le point de vue du pape et de la hiérarchie, quand du fait de l’islamisation incontournable des populations arabes d’Europe, les catholiques seront eux mêmes , victimes d’assassinas de masse ? pousseront ils encore l’aveuglement assez loin, pour réaffirmer que l’islam , est une religion de paix, au milieu des pires massacres de leurs fidèles?

  13. Monsieur l’Abbé,
    En lisant votre” lettre” à notre Pape François, nous ne pouvons qu’être interpelés par les Paroles de l’Evangile dont vous faites références tout au long de vos commentaires.

    Au Saint Nom de Jésus-Christ, Seul Sauveur de toute l’Humanité, merci Monsieur l’Abbé d’être le véritable instrument de notre Divin Sauveur avec l’aide l’Esprit Saint (que tout chrétien a reçu par le Don de la Grâce Divine le jour de son Baptême.

    Le Saint-Père, les chrétiens et musulmans devraient lire “impérativement” votre livre :

    ””Interroger L’Islam””
    éléments pour le dialogue islamo-chrétien,

    afin de connaître l’Islam de manière objective et à savoir s’y confronter, comme vous le dites si bien.

    Monsieur l’Abbé, le Seigneur est en vous et vous êtes en Lui, notre Vrai Dieu qui envoie ses choisis pour L’aider à sauver les âmes, oui! toutes les âmes

    Merci Monsieur l’Abbé de nous servir de guide en ces temps de ténèbres, vous êtes dans chacune de mes prières, le Seigneur protège votre belle mission qu’Il vous a confié.

  14. de Looz

    Merci, Monsieur l’abbé pour cette magnifique démonstration.
    je pense que le Saint Père dans un désir d’eucuménisme, tend des perches avec espoir de retours.

  15. Melmiesse

    Ce n’est pas la première lettre que l’abbé Pages écrit au Vatican et j’attendais la réponse. Ne pas répondre c’est une preuve de faiblesse vis-à-vis des musulmans ; de toute manière le silence ne protégera pas les chrétiens vivant en pays musulman. Les musulmans ne respectent que la force: leur devise: celui qui est fort sera encore plus fort celui qui est faible encore plus faible

  16. Struyven

    J’implore l’Esprit-Saint de me donner le discernement dans la manière d’interpréter les propos du Pape François !

    Cher Abbé Pages, merci de remettre les choses à leurs places. Je ne reviendrai pas sur tout ce que vous avez dit et bien dit, mais j’approuve.

    Lorsque Dieu nous demande d’aimer “même” nos ennemis, Il ne nous dit pas d’approuver leurs actions, mais plutôt de prier pour leur conversion sans les mettre à mal.

    Si, mais je pense que ce sera malheureusement sans le secours de Dieu, c’est espérant, quelque part, adoucir le sort des chrétiens massacrés par ces Islamistes. Prier pour leur conversion, je suis d’accord car ce qui est impossible à l’homme est possible à Dieu. Mais de là, à faire des courbettes, je suis désolée et surtout……choquée.

    Lorsque le pape François a été élu, j’ai été heureuse qu’il parle de la pauvreté, qu’il nous secoue un peu, qu’il nous dise que notre apostasie nous avait amené dans l’état actuel (et là sans faire référence à aucune autre religion). Bref nous sommes de mauvais chrétiens et c’est vrai que ce qui se passe est la solde reçue pour les chrétiens tièdes.

    Quoi qu’il en soit, j’avais dit l’aimer MAIS attendre de voir vis-à-vis de l’Islam, quelle allait être son attitude ? Ma seule réserve importante se trouvait là…….et je suis édifiée dans ma crainte.

    Aussi, encore merci de votre courage. Que Dieu vous garde et vous bénisse. Amen.

  17. Rosme

    @Riposte Catholique : merci de republier cette magnifique lettre ouverte de l’abbé Pagès. Il faudrait la lire et la relire et la faire connaître tout autour de soi car le sujet est si grave que tous devraient en être informés.

  18. Marcel

    « Si nous-mêmes, si un ange venu du Ciel vous annonçait un Évangile différent de celui que nous vous avons prêché, qu’il soit maudit ! Nous l’avons déjà dit, et aujourd’hui je le répète : si quelqu’un vous annonce un Évangile différent de celui que vous avez reçu, qu’il soit maudit ! » (Ga 1.8-9 ; Mt 24.4,11,24 ; 1 Jn 2.22-24 ; 4.2-4)…

    Il faut bien le reconnaître, depuis Vatican II, Rome nous annonce un autre Évangile, à nous de tirer la conclusion.

  19. joseph2

    Dramatique…………….
    Tous les messagers parlent d’un temps dramatique, il est arrivé. Les français ont été tenu dans l’ignorance de l’islam, par tous les gouvernants et par les évêques. Plus tard ils réagiront, plus sera dure la lutte pour la vérité. Il faut apprendre ce qu’est l’Islam et le diffuser, puisque même le pape actuel est dépassé. . le livre de René Marchand ( Reconquista ou la mort de l’Europe) sera peut-être considéré un jour comme l’appel du 18 juin de De Gaulle° Il faut le lire et le diffuser. Et surtout, beaucoup prier comme nous l’a appris Marie à Pontmain.

  20. Rec

    La bonne question est de savoir si un Pape qui ne dit pas la vérité en toute connaissance de cause peut être le successeur de Saint-Pierre alors qu’il contrevient directement aux commandements de Dieu:

    9. Tu ne mentiras point.

  21. karr

    Très difficile d’ajouter un commentaire à ce qu’écrit Monsieur l’Abbé Pages,Saint-François d’Assise a rencontré un chef mahométan sans pouvoir l’amener à l’Evangile,bien des Frères après lui seront martyrisés à l’exemple de ce que subissent actuellement nos frères en terre d’islam.
    Le Saint-Père fait de l’angélisme,tout le monde y l’est pas beau et gentil ,pour reprendre le titre d’un film des années 70!

  22. Merci Monsieur l’Abbé Guy Pagès,
    le pape François serait bien inspiré de lire votre lettre…
    le coran et autres écrits, en mettant les bonnes lunettes…
    Rien de commun entre nous et les muslim…
    Ce qu’il a écrit dans sa dernière exhortation est une insulte aux chrétiens persécutés dans ces pays, par des gens qui en fait ne font que mettre en application ce qui est dans ” leurs ” livres…

  23. Monsieur l’Abbé Guy Pagès recommande à tous son livre:

    “Interroger l’Islam”
    édition DMM

    Mille “merci” à M. l’Abbé pour son remarquable ouvrage, qu’il est indispensable de lire et de faire lire à un maximum de personnes, pour le bien de tous.

    Il n’y en aura peut-être pas pour tout le monde.

    M. l’Abbé Guy Pagès est béni de Dieu.

  24. Jean-Pierre Delmau

    Si j’approuve pleinement les observations, d’ailleurs très respectueuses, de l’Abbé Pagès, il me semble qu’il ne faille pas être trop sévère avec ce Pape : personne ne maîtrise tout, et il vient d’un continent qui n’est en aucun cas confronté à l’Islam concret dans les mêmes proportions que nous. Lorsqu’on voit, en les lisant, les spécialistes les plus réputés et expérimentés, souvent des religieux arabisants ayant vécu en milieu musulman, on comprend combien est compliquée l’approche de ce qui est, sous couvert d’une religion, une ambition politique totalitaire. La grande majorité des musulmans n’est que religieuse, sans arrière-pensée, mais ce n’est pas le cas des chefs, qu’ils soient imams ou franchement politiciens.
    Il faudra probablement au Pape un peu de temps pour que tout ce que l’Eglise compte de gens réfléchis et d’expérience, comme le Père Pagès, aient la possibilité de le rendre plus familier avec ce grave problème qui met en effet nos pays, et donc le Christianisme, en danger.
    Faisons confiance à son honnêteté, à sa bonté, et surtout à l’Esprit-Saint.

  25. « Peut-on à la fois amasser avec le Christ et louer celui qui dissipe Son héritage (Mt 12.30) ? »
    « Que peut-il arriver au troupeau dont le berger traite avec le loup comme avec un de ses agneaux ? »

    Prenez garde, Monsieur l’abbé, que ces parole ne soient votre propre condamnation : De ore tuo, te judico.

    Car en dialoguant ainsi avec un moderniste public, en le présentant comme autorité légitime de l’Eglise alors qu’il n’est même pas membre de l’Eglise, vous livrez en pâture au loup le troupeau dont vous avez la charge !

    Vous affirmez avoir beaucoup étudié l’islam. Ne pensez-vous pas que vous gagneriez davantage en temps, en sûreté et en exactitude à (ré)étudier la doctrine bimillénaire de l’Eglise ?

    A relire ce qu’elle enseigne non seulement sur l’islam et ses inepties, mais également sur l’infaillibilité pontificale, sur le “faux oecuménisme” condamné par Pie XI ainsi que les prophéties révélées sur les temps qui précèderont l’avènement de l’Antéchrist ?

    Je prie pour vous.
    Que le Saint-Esprit vous éclaire et fortifie.
    Guillaume

  26. Henri-Charles LAMBERT

    Hélas, le Pape François n’est ni le premier ni le seul à parler de ce qu’il ne connaît pas. Jean-Paul II n’avait-il pas baisé publiquement le Coran ! La papolâtrie est une redoutable maladie de nombre de catholiques, notamment français, sans doute par réaction. Rendons au discernement la première place. Merci à l’abbé PAGES d’y avoir contribué.

    • Robert Constantin

      Celui ou celle chrétien qui rejette un de ses frères ou de ses sœurs musulman ne l’aime pas. L’évangile dit d’aimer tout le monde.

  27. Pingback: Béatification de Jean Paul II à Rome par le pape François : 27 avril 2014 ou J – 117 ! « CRIL17 INFO

  28. Merci, très cher Père Pagès, pour votre lettre au Pape.
    C’est la Providence divine qui vous envoie: “Si vous vous taisez, les pierres crieront.” Nos évêques se taisent. Dieu nous donne des prophètes comme vous pour nous réveiller.
    MV

  29. Luc Warnotte

    M. Constantin, vous vous égarez complètement. Il faut aimer ses ennemis, oui, bien sûr. Et alors? Cela nous oblige à dire que les musulmans sont dans le vrai alors qu’ils sont dans l’erreur?… Vous tombez dans l’erreur archi-usée de reconnaître l’erreur comme la vérité sous couleur d’être charitable envers les personnes. Quelle confusion!

    • Robert Constantin

      Ne jugeons personne, au risque d’être durement juger par Dieu. Satan c’est l’argent et le matériel, pas Mahomet. Juda a vendu Jésus pour de l’argent, pas pour l’islam. Jésus à chassé l’argent et le matériel du temple.

      • Yno

        Non Satan ne se limite pas à l’argent et au matériel, c’est faux. Aimer les musulmans c’est les convaincre qu’ils ne feront pas leur salut en tuant (ce que Mahomet a fait, notamment en massacrant les Juifs, et que le Coran demande de faire), en haïssant (idem), en multipliant à l’infini les liaisons (4 mariages possibles autant de concubinages possible) voire en épousant et en ayant des relations sexuelles avec des fillettes de 9 ans (selon l’exemple du prétendu prophète). Un chrétien doit suivre le commandement du Christ qui est d’évangéliser et donc de convertir les musulmans. Réfléchissez à ces différents points et pensez à tous les enfants et adultes chrétiens tués ou persécutés en Islam et ayez un peu pitié d’eux. Considérez ces faits. Aimez c’est convertir et pas laisser dans l’erreur.

  30. Miles Christi

    Pour rappel :

    – Les Musulmans sont blasphémateurs et sans Foi (Grégoire X, DC : 309)

    – La conduite des Musulmans est obscène et détestable (Clément V, DC :350)

    – Les fausses religions sont sacrilèges et implantées par le diable (Clément V, DC : 383)

    – L’Islam est une secte abominable (Eugène IV, DC : 479)

    – Les Musulmans qui ne se convertissent pas vont en Enfer (Eugène IV, D.714)

    – N’est pas notre frère quiconque est hors de l’Église Catholique (Léon XII, EP 1 202)

    DC = Décrétales des Conciles Oecuméniques
    EP = Les Encycliques Papales.
    D = Enchiridion Symbolorum

    Enfin, voici ce qu’un grand saint écrivait sur cette abomination qu’est l’islam :

    « Pour ce qui est de la religion Mahométane, tout le monde sait qu’elle n’est autre chose qu’un mélange grotesque de judaïsme et d’hérésies, dont le propagateur fut un homme vil, impudique et voleur (…) il suffit de lire ce Coran pour reconnaître que tout ce qu’il renferme est un tissu de fables, d’inepties et d’impiétés. »

    (Saint Alphonse de Liguori, les Vérités de la Foi, partie III, chap. XI )

  31. Monsieur Constantin,

    Un chrétien n’a pas à choisir (le mot “hérésie” provient du grec haíresis qui signifie précisément “choix”)

    mais à à servir la Vérité et à la mettre au-dessus de tout le reste.

    SAINT Alphonse de Liguori était docteur de l’Eglise, ce qui signifie que ses écrits sont considérés par la Sainte Eglise comme ayant une autorité exceptionnelle dans le domaine de la théologie.

    Par ailleurs, l’Eglise interdit le libre examen des Ecritures.

    D’où l’importance de fonder son argumentation sur les écrits des pontifes, des docteurs et des pères de l’Eglise, dont l’autorité en matière de doctrine est éminente.

    Bien à vous,
    Guillaume

  32. Pingback: Merci Grenade ! Vive la Reconquista ! … « CRIL17 INFO

  33. Pingback: Quand les signes de la Tourmente se multiplient … | Le Temple des Prophéties

  34. Pingback: VATICAN : "le mystère François" , ce pape qui défie la mafia

  35. vincent

    Aimez vous les un les autres comme je vous ai aimés, il faut aimer Dieu et qu’est Dieu pour vous? Dieu n’est pas omniprésence et omnipotence??? Dieu ne se trouve pas en chacun et en chaque chose tout autant que chaque chose et chacun se trouve en Dieu? L’Amour inconditionnel n’est il pas nécessaire pour aimer Dieu si Dieu est l’Unique? Cette amour inconditionnel ne choisi pas qui aimer et qui haïr, il implique d’aimer le diable et les démons tout autant que les anges et les prophète, il implique d’aimer Dieu et rien n’est séparer de Dieu. Si l’on croit que le diable est détaché de Dieu et qu’il mérite d’être haï, c’est a ce moment la que l’on donnes du pouvoir au diable car c’est a ce moment que l’on rentre dans la différenciation et la différenciation implique que Dieu n’est plus l’unique.

  36. Pingback: Quand les signes de la Tourmente se multiplient … « Le Blog de la Résistance

  37. PIRUS

    Le pape François n’a pas lu les livres de l’Abbé Joseph Bertuel : L’Islam – Ses véritables origines. Trois tomes que je lui recommande ainsi qu’à tous les chrétiens ! Et bien sûr à tous les musulmans désireux de savoir qui se cache derrière l’Ange Gabriel, qui est en réalité l’auteur du “Coran”.

    J.P

  38. Gil

    J’étudie l’islam depuis des années. J’ai visionné presque toutes les vidéos de l’abbé Pagès que je trouve articulé et d’une rigueur implacable. Mes commentaires sont publiés dans Poste de Veille. J’aime beaucoup le pape François.

    Quelle a été mon étonnement lorsque j’ai lu pour la première fois Evangelii Gaudium. Ça ma troublé comme je ne l’ai jamais été auparavant. Quel conflit intérieur!

    Mais quel a été aussi ma joie de découvrir ici cette lettre de l’abbé Pagès, s’adressant au pape depuis l’articulation phénoménale de ses connaissances autant de la théologie catholique que des écrits coraniques.
    C’est d’un respect, d’une lucidité, d’une constance et d’une authenticité de foi saine et vivante, le tout absolument sans faille!

    Merci à vous l’abbé Pagès, apôtre et compagnon de Saint-Paul!
    Merci pour votre amour du Christ et de notre Église!

  39. Je me suis demandé pourquoi le pape François ne réponds pas à l’abbé Pagès. J’en suis arrivé à la conclusion que c’est parce qu’il ne peut pas.

    Il est crucifié entre l’arnaque de l’islam et le mal du coran d’une main, et le désir de sauver le plus grand nombre de persécutions et de guerres de l’autre main. Répondre à Guy Pagès nécessiterait qu’il se rétracte.

    Le problème est qu’il ne sauvera absolument rien avec ses propos de conciliation. Le problème c’est que ses exhortations frisent le mensonge car il est faux de dire que “tout le monde est beau, tout le monde est gentil”. Pas quand on sait lire… Le problème est qu’il se distancie de l’attitude de Jésus qui a dénoncé ses ennemis, les pharisiens, les prêtres et les scribes de son temps sur terre.

    Force est de constater que les musulmans sont aux prises avec un livre diabolique et il semble que le Vatican le soit aussi.

  40. MARIGE

    J’ai découvert ce site que je lis depuis hier et je suis scotchée.

    J’en suis remuée.

    A Astu :

    Une dame de mes connaissances m’a confié avoir écrit, l’année dernière, une lettre d’amour “spirituel” au Pape François.

    Elle attend toujours la réponse … .

    Ne serait-ce qu’une photo dédicacée, je crois que cela lui suffirait amplement.

    Merci Monsieur l’Abbé.

    Décidément, votre place est parmi nous.

  41. P.A

    Bien chers tous,
    Je me permets humblement de communiquer une simple petite opinion. Je suis orthodoxe et malgré tout, les discours et idées du pape François ont pour moi un goût amer d hérésie. Il semble prôner l oeucumenisme tel une nouvelle religion et Christ en est relégué au 3eme plan au moins, totalement supplanté par une sorte de “neodogme Bobo”. Trop de politique, trop de soumission à l Islam, trop de soumission tout court, trop de socialisme, peu de spirituel et j en viendrais même à ressentir de sa part une sorte de mépris de la charge papale. Ses nouvelles idees (qui ont un p’tit goût de franc maçonnerie à mon goût perso) risquent d avoir de sérieuses et sévères conséquence sur tout le Christianisme en général. Je joins mes prières aux votres pour le Salut de la chrétienté et pour le Catholicisme. Soutiens total à ce courageux et brave Abbé Pagès, Que Dieu le protège.
    P.A

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *