13 janvier : « Nette de fachos »

Download PDF

On va me dire que j’exagère. Que je crée la division. Qu’il vaut mieux se taire. Qu’on me comprenne donc. Les propos qui suivent ne visent pas à discréditer la nécessaire, l’indispensable mobilisation du 13 janvier, à laquelle appellent un nombre croissant d’évêques et qui réunira plusieurs d’entre eux pour dire « non » au « mariage » des homosexuels. Mais il faut dire et redire la vérité, pour éviter d’en faire une marche et un marché de dupes.

Mercredi soir, invitée de l’émission « Des clics et des claques » sur Europe 1, Frigide Barjot a dit et répété son hostilité viscérale à ceux qui ne se reconnaissent pas dans les objectifs de « sa » manif (mais ce n’est pas sa manif !) du 13 janvier, et qui entendent se réunir en marge et ailleurs à l’appel de Civitas et de plusieurs autres mouvements, pour défiler sous des bannières explicitement catholiques.

Interpellée à répétition pour se désolidariser de ces « identitaires » intégroïdes, Frigide Barjot s’est engagée solennellement, jurant « sur la tête » de ses enfants, qu’il n’y aurait pas un seul « intégriste » dans la « Manif pour tous ». Elle sera « Nette de fachos », tout est prévu pour éjecter les mal-pensants, la préfecture de police a été sollicitée pour les tenir à distance. Comme quoi on peut annoncer une manif « pour tous » contre la dénaturation du mariage et dénaturer soi-même le sens des mots…

Eh bien vous voyez, ces exclusions me fatiguent. M’irritent. Nous sommes bien placés à Présent pour savoir que ces relégations dans les ténèbres extérieures sont le plus souvent malhonnêtes et malvenues, qu’elles jouent sur les mots pour interdire de droit de cité une pensée, une doctrine, des opinions, des préférences parfaitement légitimes et éventuellement bienfaisantes.

Pire : ces déclarations me semblent dangereuses dès lors qu’elles excluent des analyses justes et des rappels opportuns.

Ce qui se confirme dans cette affaire. Pourquoi « nette de fachos » ? Parce que les « fachos » se définissent – on le comprend à écouter les autres propos de Frigide Barjot – non comme des crânes rasés adeptes de la solution finale ou d’un étatisme socialiste façon Mussolini, mais comme ceux qui ont un jugement négatif à l’égard des « amours homosexuelles ».

La preuve ? Frigide Barjot a réitéré mercredi soir son discours d’opposition au « mariage » gay, fondé uniquement sur le fait que le mariage étant le cadre juridique de la filiation, il ne faut pas l’ouvrir aux couples homosexuels pour ne pas bouleverser ce cadre stable inventé pour la protection des enfants. Elle a raison d’évoquer la filiation. Elle a tort de s’arrêter là, et de souhaiter de meilleurs droits pour les couples homosexuels, comme elle l’a encore fait de manière appuyée, au motif que les amours homosexuelles sont belles et méritent un cadre juridique aligné – sauf pour la filiation – sur celui des couples formés d’un homme et d’une femme.

C’est méconnaître absolument le sens du mariage, qu’il soit chrétien ou naturel.

C’est ouvrir – et c’est déjà largement fait – la porte à l’accusation d’homophobie (et l’« homophobie » est en droit un délit) à l’égard de tous ceux qui, ne partageant pas cette vision ahurissante, continuent de dire que l’union d’un homme et d’une femme, qu’ils soient païens, chrétiens, croyants ou non est une donnée de l’ordre naturel, la pierre de construction de la société, qu’ils aient d’ailleurs des enfants ou non : un mariage stérile n’est pas moins un mariage, image de l’amour divin, qu’une union bénie d’enfants.

Pire, c’est donner des armes à ceux qui dénoncent non seulement la ringardise ou le « fascisme » de ceux qui présentent les actes homosexuels comme « intrinsèquement désordonnés », mais qui les désignent comme coupables devant la justice, les médias, le monde.

Frigide Barjot ne représente qu’elle-même. Je ne crois pas un instant que ses déclarations emportent l’adhésion de la plupart des organisateurs de la « Manif pour tous ». Et c’est pourquoi il ne faut pas porter l’opprobre sur ce grand mouvement du 13 janvier.

Mais il faut dire clairement et de manière audible que le cortège de Civitas, qui aux dernières nouvelles entend démarrer de la place Pinel à 13 h dans le 13e arrondissement, fait partie de ce grand soulèvement national contre la révolution du « mariage » pour tous et qu’il y a sa place ; une place précise fondée sur des mots justes même si l’on ne se reconnaît pas dans toutes ses prises de position.

Que les choses soient claires : Présent soutient l’ensemble de ces mouvements. Fût-ce en émettant des réserves comme je le fais aujourd’hui – et ce sont des réserves de fond.

Article paru dans Présent daté du 4 janvier 2013. 

• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d’informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S’abonner

© leblogdejeannesmits

 Réseau Riposte catholique

5 comments

  1. Marsac

    Je ne suis pas sûr de bien comprendre toutes les subtilités qui sont évoquées, mais je déplore que Civitas manifeste seule …
    Il faut un discours simple, compréhensible et acceptable par tous, sinon le bobo médiatique aura vite fait un amalgame “antimariagegay” = facho” !

  2. Paul

    Merci d’avoir écrit cet article. Il soulève des questions de fond intéressantes.

    Je comprends pleinement Frigide Barjot qui craint de voir la Manif décrédibiliser par un nombre très limité de personnes scandant des propos homophobes. Elle prend ses distances avec ces personnes et elle a raison.
    Des journalistes pro-mariage pour tous ont appelé à polluer la Manif en scandant des propos homophobes. Ils ont compris que le seul moyen de faire capoter la mobilisation c’est de faire passer les opposants pour de méchants homophobes. Frigide Barjot prend ses précautions. Cela me semble normal. Si elle ne le fait pas, vous pouvez facilement le croire, de nombreux journalistes diront que les organisateurs de la Manif’ n’ont utiliser que l’homophobie supposé des participants pour les convaincre de se mobiliser… Et ce sera un lamentable échec!
    Que l’on soit pas d’accord avec les termes utilisés par FB ne m’a pas l’air très important à l’heure actuelle… Au contraire, cela pourra se retourner contre nous. Cessons de se diviser! Frigide Barjot vous agace? Ecoutez plutôt Tugdual Derville! Mais, n’oublions pas de remercier FB pour tout ce qu’elle a fait depuis des mois! Elle s’est investie comme très peu d’entre nous contre ce texte de loi. Elle mérite nos gratitudes et une place dans nos prières!
    Maintenant, il me semble prioritaire de mobiliser autour de nous afin que la Manif’ du 13 soit un vrais succès qui obligera le gouvernement à abandonner la totalité du projet de loi.

  3. hermeneias

    Me “Frigide Barjot” ne représente qu’elle même ? Voire

    Comment se fait-il qu’elle se soit retrouvée propulsée chef de file et égérie médiatique d’un mouvement qu’elle ne représente absolument pas si ce n’est qu’elle est la marionette de gens qui veulent imposer l’image d’une église new-look branchouillée libérale-libertaire et politiquement correcte ?

    Comment se fait-il que l’évéché de paris soit soudainement bien silencieux depuis que Me Barjot a pris les rennes ?

  4. jerome

    N’oublions pas que Mme Tellenne née Merle; devenue par jalons Frigide Barjot presidente du RaPouRi, rassemblement pour rien, s’est mariée religieusement avec Basile de Koch selon le rite de St Pie V en pleine guerre froide liturgique. JB

  5. CTS

    Merci, chère Jeanne, pour votre appréciation de situation, comme d’habitude très juste. J’ai cru comprendre que la “déjantée” a, depuis peu, fait une déclaration à la TV que cette manifestation, si elle n’était pas axée sur la réalité catholique du mariage, devait néanmoins accepter “tous nos frères catholiques”. Ainsi, RDV le 13 et en toute Espérance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *