Jim Walsh, sénateur irlandais, décrit la réalité de l’avortement (on ne le lui pardonne pas)

Download PDF

Jim Walsh, sénateur irlandais du Fianna Fail, fait partie de ceux qui ont combattu l’adoption de la loi d’avortement irlandaise, et il y a une semaine il a été vivement attaqué pour avoir décrit en détail un avortement de 2e trimestre – envisagé par la loi si la santé de la mère est menacée même par une idée de suicide – en rappelant comment cela peut se faire par démembrement de l’enfant,  le médecin vérifiant le passage des bras, des jambes, du cerveau de l’enfant… Il vient de s’en expliquer dans l’Irish Times, en refusant de se rétracter de quelque manière que ce soit. Voici la traduction de sa lettre ouverte. – J.S.

Vu la manière dont le débat sur l’avortement s’est développé ces derniers mois,  je n’ai pas été surpris par la réaction à certains aspects de mon discours devant le Seanad la semaine dernière. 

La très grande majorité des commentaires médiatiques ont tout simplement relayé la mise en scène gouvernementale qui présente la loi sur l’avortement comme « très restrictive » et qui a balayé toute argumentation contraire comme relevant d’une tactique d’intimidation.

Peu, au sein des médias, semblent vouloir envisager un seul instant la possibilité très concrète de voir la nouvelle loi aboutir, avec le temps, à l’avortement largement accessible. 

Certains commentateurs et parlementaires peuvent sincèrement croire que la loi est strictement limitée aux interventions destinées à sauver la vie de femmes enceintes. Cependant, au fond d’eux-mêmes, beaucoup doivent savoir que la réalité sera très différente. 

Je savais que mon discours provoquerait des critiques mais j’ai choisi de le faire parce que le débat a été dominé par des demi-vérités aseptisées et des fictions réconfortantes. L’une de ces fictions est que la loi est « restrictive ». Ceux qui ne sont pas nés n’ont ni voix ni vote, par conséquent, si ceux qui ont une éthique pro-vie n’expriment pas en paroles la protection de leur statut innocent et vulnérable, leur cause est écartée, à la grande honte de l’humanité. 

Avortement à la demande 

Un coup d’œil sur les juridictions depuis la Californie jusqu’à la Nouvelle-Zélande montre que des lois quasi identiques à celle présentée par le gouvernement ont conduit à l’avortement à la demande. 

Voilà pourquoi le parti travailliste a fait aussi intensément campagne, pendant 21 ans, pour qu’une loi soit votée sur la base de l’affaire X. Ses porte-parole, depuis le ministre de l’Education Ruairi Quinn jusqu’à Aodhan O Riordain, ont très clairement fait comprendre qu’ils voient cette loi comme un marche-pied vers l’avortement à la demande. 

Je ne présente aucune excuse pour avoir eu recours à des descriptions choquantes d’avortement pendant que la loi était en commission devant le Sénat. Le contexte de cette démarche est dans le fait que je cherchais à savoir quelles méthodes d’avortement seront utilisées dans le cadre de la nouvelle loi. 

Les réponses apportées par le ministre de la Santé étaient loin d’être rassurantes. De manière inexcusable, il était incapable de confirmer les types de procédures d’avortement qui seront utilisées. Nous ne savons que ceci : la loi qu’il présente autorise des interruptions de grossesses qui ne sauvent pas la vie : elles mettent un terme à la vie. En fait la procédure d’avortement n’est d’aucune manière circonscrite. 

Si mes descriptions étaient horrifiques et « écœurantes », qu’est-ce que cela dit par rapport à la procédure elle-même, que nous sommes en passe de légaliser ? 

J’ai eu à cœur de ne pas ajouter à l’expérience déchirante de femmes qui ont vécu cette procédure.  J’ai rencontré des femmes de groupes comme Women Hurt (« Les femmes ont mal ») qui ont supplié les membres de l’Oreichtas (Assemblée) de parler haut et fort des conséquences dévastatrices de l’avortement et d’aider à mettre un terme à la spirale du silence qui dissimule sa brutalité et cache ce qu’il inflige à un enfant innocent qui n’est pas encore né. 

Il est tout à fait légitime pour des commentateurs et pour d’autres d’attaquer mon discours. Dans une démocratie, on n’en attend pas moins. Mais la démocratie fonctionne mieux lorsque tous les points de vue sont examinés et critiqués, sur un plan d’égalité. Ce n’est pas ce qui se passe ici. 

Lorsqu’un sénateur, la semaine dernière, a décrit les bébés présentant une anomalie fœtale fatale comme « un amas de cellules qui vont se développer pour devenir un gros morceau de tissu qui n’aura ni tête, ni cerveau, ni moelle épinière », où était la colère et l’indignation des médias outragés ? Où a-t-on vu une demande visant à corriger cette description trompeuse ou des excuses à l’égard des familles des bébés qui sont nés porteurs de cette condition et qui ont été aimés aussi longtemps qu’ils ont vécu ? 

Alors que le gouvernement s’apprête à légaliser l’avortement déguisé sous forme d’intervention médicale, je crois que le temps est venu de décrire la réalité de ce qui est proposé.

 

• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d’informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S’abonner

 

© leblogdejeannesmits pour la traduction.

 

 

 

4 comments

  1. frere simon

    on ne pardonne pas la vérité le monde aiment le mensonge mais la vérité non dans la bible dit un jour le bien serra mal le mal serra bien

  2. mangouste20

    Quand réalisera-t-on un film au ralenti montrant l’horreur d’un avortement par démembrement ? Faire voir l’abomination du bébé écartelé tout vivant et souffrant le martyre, ferait peut-être réfléchir les défenseurs de l’IVG…

  3. C.B.

    “recours à des descriptions choquantes d’avortement”
    L’adjectif “choquante” est superflu: ce n’est pas la description qui est choquante, mais le fait décrit. Le trouver choquant et persister à l’autoriser relève du déni de réalité, non?
    Aux affiches (Chili, je crois) proclamant “un fœtus n’est pas un être humain” on pourrait rappeler que, pour les gestionnaires des camps d’extermination, un déporté n’était pas un être humain, mais un objet (“Stück”) numéroté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *