L’état végétatif n’empêche pas nécessairement la communication

Download PDF

Une importante étude publiée le 12 août par le Journal of the Medical Association for neurology révèle les résultats d’une nouvelle étude de communication auprès de patients en état végétatif persistant menée par une équipe de l’Université de Western Ontario. Les chercheurs Lorina Naci et Adrian Owen sont parvenus à dialoguer avec trois de ces personnes en utilisant une technique nouvelle et plus efficace d’imagerie par résonance magnétique (IRM). Ils ont pu ainsi prouver que ces personnes savent qui elles sont et où elles se trouvent.

 

Terri Schiavo, en « état végétatif ».
Elle a été privée de nourriture et
d’hydratation pour qu’elle cesse de
vivre, au motif qu’elle n’avait plus
que des « réactions réflexes »…

C’est le cas de Scott Routley, dont le cerveau fut gravement endommagé lors d’un accident de la route il

y a douze ans. Douze ans sans le moindre signe de conscience ou de réponse à des stimuli… En enregistrant l’activité de son cerveau les chercheurs ont réussi à lui permettre de répondre par oui ou par non à des questions du type : « Mike est-il ton prénom ? » ou « Es-tu à l’hôpital ? », l’exactitude des réponses prouvant sans conteste que l’homme de 38 ans est conscient de son identité et de son environnement.

Ce même patient avait permis une première vérification de l’état de conscience où il se trouve malgré les apparences l’an dernier, en répondant selon un « code » plus compliqué. Ils lui avaient demandé d’imaginer des activités physiques spécifiques associées aux réponses « oui » ou « non » : Scott Routley avait ainsi pu signifier qu’il ne ressentait pas de douleur.

La nouvelle technique utilisée par les docteurs Naci et Owen a simplifié les choses pour le patient, permettant moins d’effort et plus d’efficacité : après avoir vérifié que le patient peut entendre, ils l’invitent patient à se concentrer sur une réponse positive ou négative en prêtant ou non attention à une série de sons qui lui est proposé.

La comparaison des images IRM correspondant aux moments où les trois patients prêtaient ou ne prêtaient pas attention a permis de déterminer la constance et l’exactitude des réponses, montrant qu’ils savaient isoler des paroles, les reconnaître parmi d’autres et les comprendre puisqu’ils étaient capables de réagir à leur prénom et à d’autres mots, et de vérifier une activité cérébrale accrue lorsque les médecins prononçaient la réponse exacte, « non » en l’occurrence, après une affirmation du style « Tu es au supermarché ». 

Les trois patients en question ont été interrogés de la même manière à cinq mois d’intervalle, et leur activité cérébrale par rapport aux questions posées a été identique d’un test à l’autre, donnant aux médecins une « certitude à 99 % » que les patients répondaient bien à ce qui leur était demandé.

Ces résultats sont évidemment d’une très grande importance à l’heure où l’on a tendance à considérer la vie des personnes en état de conscience minimale et encore plus en coma végétatif comme disposant d’une « qualité de vie » insuffisante pour être « maintenues en vie », comme ils disent, et elles explosent le mythe selon lequel l’absence totale de réactions aux stimuli sont une sûre indication de l’absence totale de conscience. Cette absence peut n’être qu’apparente et les techniques employées peuvent être incapables de la démentir, sans que l’on sache d’ailleurs où se situe la limite.

L’étude de Naci et Owen confirme également ce que les proches des patients dans ces états ressentent souvent de manière intuitive : malgré les apparences, ils sont conscients de la présence de ceux qu’ils aiment et surtout, peuvent les entendre.

Les chercheurs estiment que les résultats positifs de leur étude ne concernent pas tous les patients en état végétatif, évaluant à un sur cinq la proportion d’entre eux qui pourraient réagir aux procédures mises en place avec succès avec les trois personnes avec lesquelles ils ont travaillé.

Cela ne répond évidemment pas à la question de savoir si d’autres moyens ne seront pas développés un jour pour communiquer avec une proportion plus importante des personnes en état végétatif. 

Les chercheurs soulignent également que la possibilité de communiquer par IRM interposée – et qui pourrait se faire un jour au moyen de scanners portatifs sur lesquels l’équipe travaille précisément – soulève des interrogations importantes : ne faudra-t-il pas associer les patients aux décisions qui sont prises à leur propos, qu’il s’agisse des soins qui leur sont donnés ou de leurs choix quotidiens (regarder tel ou tel programme à la télévision), ou de réclamer un analgésique. Mentalité euthanasique oblige, certains posent même la question de savoir s’il ne faut pas demander à ces personnes si elles veulent vivre ou non.

Mais, souligne le quotidien Globe and Mail qui a interrogé les chercheurs canadiens, une affirmation de refus de vivre de la part d’un tel patient s’avère délicate à évaluer : quelle serait la part d’une éventuelle dépression ou de déficits cognitifs qui leur rendraient impossible la conscience des conséquences réelles d’une telle demande ?

« Nous espérons qu’en donnant au patient une un peu de capacité de prise de décision nous pourrons lui rendre un sens de leur propre autonomie et de leur pouvoir d’agir qui améliorera leur qualité de vie, en leur rendant une part de l’autorité sur leur propre vie qu’ils avaient perdue », a souligné le Dr Lorina Naci.

• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d’informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S’abonner

 © leblogdejeannesmits 

 

 

2 comments

  1. Michel Cliche

    Un jour, une dame qui visitait les malades et une tout particulièrement qui était réellement à l’état végétatif et en fin de vie, lui glisse à l’oreille : « Je vais réciter un Notre Père uniquement pour toi! » Des larmes se mirent à couler de ses yeux. Quelques heures plus tard, elle quittait notre monde; dixit une bénévole!

  2. le perroquet

    Si nous savions,où vont et avec qui,ils s’y rendent,lorsque Dieu permet cet état,nous nous empresserions de brûler tout ce qui concerne la culture de Mort,qui ne poursuit qu’un seul et unique objectif=TUER,de toutes les façons inimaginables,en nous faisant accepter celles-ci,nous faisant croire que c’est ce qui est le mieux pour celles et ceux qui n’acceptent pas de voir et de vivre avec des humains qui ne peuvent pas JOUIR DE LA VIE+++(Marthe Robin,et Luisa Picareta, combien d’autres)+++nous l’ont prouvé+++Laissez VIVRE LA VIE+++

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *