Madrid : des petits cercueils blancs pour l’“avortement zéro”

Download PDF

 

 

Des militants et des responsables du mouvement espagnol Derecho a vivir ont déposé des petits cercueils en carton blanc, samedi, devant le siège du Partido Popular, pour exiger l’adoption rapide de la loi promise par le Premier ministre Mariano Rajoy pendant sa campagne électorale. Rajoy dispose de la majorité absolue au parlement espagnol, lui ont rappelé les dizaines de manifestants, souligne HazteOir.

 
Rappelant que la loi actuelle a créé un véritable « permis de tuer », Ignacio Arsuaga, figure emblématique de cette association qui ne sera satisfait qu’une fois obtenu « l’avortement zéro » (Aborto cero), a mis le chef du gouvernement espagnol devant ses responsabilités à l’heure où la presse s’interroge sur la détermination du PP. Le projet de repénalisation du crime contre l’enfant à naître ne figurait pas, en effet, dans le discours de politique générale prononcé il y a quelques jours par Mariano Rajoy.
 
« N’attends pas les urnes européennes, fais la réforme ! » – « Rajoy, tous les jours, 308 enfants meurent » – « Chaque être humain a le droit de vivre. » – « Rajoy, toi tu es né, pourquoi pas moi ? » : voilà quelques-uns des slogans ornant les cercueils.
 
Car en Espagne, on ne craint pas de parler vrai, ni de dire que l’avortement tue.
 
L’événement était organisé pour marquer la Journée internationale de la femme, pour rappeler que ce qui est « vraiment progressiste, c’est de défendre le droit fondamental à la vie ». « Il est profondément rétrograde que nous autres femmes nous retrouvions abandonnées si souvent par la société et par les institutions dans une circonstance aussi difficile qu’une grossesse inattendue », a souligné une porte-parole du mouvement, Lorena Díaz.
 

La vidéo est par ici.

 
• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d’informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S’abonner
 

© leblogdejeannesmits 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *