Nelson Mandela, grand promoteur de la culture de mort

Download PDF

 

Nelson Mandela avec Winnie, et Joe Slovo, chef du
PC sud-africain
Le concert de louanges à la gloire de Nelson Mandela, présenté comme« tombeur » de l’apartheid en Afrique du Sud (sur cet aspect des choses, comme sur son rôle à la tête d’une organisation terroriste, il y a aurait beaucoup à dire, mais ce n’est pas ici le lieu pour le faire), ne doit pas faire oublier que le leader noir a été un promoteur zélé de la culture de mort dans son pays et en Afrique, comme le rappelle LifeSiteNews.
 
En 1996, deux ans à peine après avoir accédé au pouvoir en Afrique du Sud, Mandela a signé l’une des lois les plus libérales au monde en assurant son adoption par un vote obligatoire imposé aux membres de son parti, l’African National Congress. Cette loi autorise l’avortement de plein droit pendant les 12 premières semaines de grossesse, puis jusqu’à 20 semaines en cas de viol, inceste, danger pour la santé de la mère ou malformation grave du fœtus – mais aussi si la femme estime que la venue de l’enfant pose des problèmes sociaux ou économiques, chose dont elle est seule juge. « Les femmes ont le droit de décider ce qu’elles veulent faire de leur corps », disait Mandela pour promouvoir sa loi sur « le choix de mettre fin à la grossesse ». Dix-sept ans plus tard, le nombre d’avortements légaux et remboursés par l’Etat déclarés atteint près d’un million en Afrique du Sud : près d’un million d’enfants tués dans le ventre de leur mère.
 
Pour un homme qu’on honore aujourd’hui pour son œuvre de promotion de la dignité humaine et de la non-violence, c’est un bilan de dimensions génocidaires.
 
Favorable depuis longtemps au « mariage » des homosexuels, Mandela avait ouvert la voie en 1996 en faisant de l’Afrique du Sud le premier pays à inclure l’« orientation sexuelle » au nombre des catégories protégées au titre de la non-discrimination dans sa Constitution. Dix ans plus tard, la conséquence logique de cet « antiracisme » s’est réalisée, avec la légalisation du « mariage » des homosexuels en Afrique du Sud.
 
Bien sûr Mandela était en première ligne pour répandre l’accès à la contraception.
 
A quoi s’ajoutent les choix politiques de Nelson Mandela, dont certains volontairement occulté : alors même qu’il a, tout au long de sa vie, nié avoir été communiste, l’ANC vient de révéler qu’il était membre de haut niveau du Parti communiste sud-africain, faisant partie de son Comité central jusqu’en 1962, malgré les dénégations qui ont perduré jusqu’à sa mort.
 
Il est vrai qu’aujourd’hui cela ne tue plus une carrière politique et que les millions et millions de victimes d’un des pires totalitarismes que le monde ait connus ne sauraient faire taire l’adulation à l’égard du Prophète de l’antiracisme. S’il avait été nazi…
 
John Smeaton, directeur de la plus ancienne et plus importante association de défense des enfants à naître du Royaume-Uni, rappelle un autre fait qui devrait inciter au moins les responsables de l’Eglise catholique et tous ceux qui affirment se battre pour le respect de la vie à un minimum de prudence lorsqu’il s’agit de rendre gloire à une figure publique.
 
Mandela, rappelle Smeaton, est à l’origine de l’organisation des « Elders » (« Les Anciens »), un conseil global de chefs d’Etat et leaders mondiaux retirés du pouvoir qui se proposait de donner leurs discrets avis et orientations aux responsables des pays du monde entier. Ce conseil rassemble de nombreuses figures des mouvements pro-avortement, favorables au contrôle de la population. A 95 ans, Mandela en était toujours membre honoraire.
 
 
• Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d’informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S’abonner
 

© leblogdejeannesmits 

 

18 comments

  1. Agathe

    Je suis effarée de voir les médias dithyrambiques sur Mandela, un communiste sanguinaire; qui par ailleurs n’a pas résolu la misère dans son pays.

  2. Sylvie Houbouyan

    Merci pour ces informations capitales.
    Merci pour la résistance au déferlement de la pensée unique bourrée de mensonges, d’oublis, et de démagogie.
    La petite vérité si rongée, si malmenée, poursuit son chemin malgré tout et , peut- être , pourra grandir.

  3. angel

    Il y a malheureusement le coté sombre de cet homme mais il y a aussi sa conversion
    A l’image de St Paul voyons un homme nouveau engendré par notre Seigneur

  4. gérard

    Les homme encense tous et n’importe coi ,pour vu qu’ils soient de leur bord.mains sales ou pas.La justice appartient a DIEU et la ? On prendra la même mesure que vous avez pris dans votre vie.

  5. Des reportages sur la triste réalité de l’Afrique du sud depuis la fin de l’apartheid.

    http://www.youtube.com/watch?v=-HKHZcxxZyg&feature=related

    http://www.defrancisation.com/video-johannesburg-le-repli-sur-soi/

    http://www.youtube.com/watch?v=urTBah8hhvU&noredirect=1

    Il est vraisemblable que ce pays finira par ressembler au Zimbabwe à mesure que ses démons se réveilleront et qu’une masse croissante de noirs voudra africaniser le pays.
    et surtout, attention, images dures:
    http://www.barenakedislam.com/2013/12/06/saint-nelson-mandela-not-so-fast/

  6. gaudet

    Soit Mandela était un vrai communiste et qui plus est fervent partisan de la culture de mort, mais là n’est pas le seul reproche que l’on peut à raison formuler sur sa personne.

    La disparition de l’apartheid avait comme but officiel non seulement la libération politique des populations noires, mais aussi, la réconciliation nationale entre le gens de différentes races, et notre établishment mondial , soutenu par des médias trés partiaux, omettent de signaler qu’en réalité , ce dernier objectif fut un échec !

    Oui la réconciliation nationale fut un échec de fait , car les noires ont purement profité de leur nouvelle émancipation, pour commettre des massacres et des exactions contre de nombreux blancs sans défense, et n’étant plus protégés par les instituions.

    C’est ainsi par exemple que de nombreux fermiers blancs, ainsi que leur famille, furent assassinés par des noirs fou furieux, au lendemain même de la disparition des lois de l’apartheid. Voilà une réalité atroce , sur laquelle on maintient une horrible chape de plomb, et sur laquelle la loi du silence est implacable.

    Par ailleurs nous savons également que la décolonisation de la Rhodésie et la venue au pouvoir de cet ignoble individu qu’est Robert Mugabé, s’est traduite par la spoliation scandaleuse et l’assassinat horrible de nombreux fermiers blancs !

    Je rappelle ici que les africaneers étaient présents en Afrique du sud depuis le 16 °siècle et qu’ils avaient un plein droit sur cette terre , pour l’enrichir et la cultiver , ce qu’ils avaient parfaitement réussi.

    Voilà donc des réalités de nature à modérer l’enthousiasme des personnes se réjouissant de la disparition de l’apartheid.

    Prenons donc conscience qu’en France même, bien des français de souche , qui sont quotidiennement l’objet de risques physiques , car vivant dans des zones ou les africains et les arabes , sont hélas majoritaires, seraient bien satisfaits , de voir l’état instaurer une législation, de nature à protéger leur avenir et leur sécurité.

  7. Michel Cliche

    L’article me laisse perplexe et j’ignorais totalement cette triste position sur le droit à la vie qui est à l’opposé du contenu de l’Évangile. Nous sommes tous pécheurs et demandons à Dieu de nous pardonner. C’est vrai qu’il faut toujours se méfier des apparences à nos pauvres yeux! Opter pour la louange des hommes rend souvent l’homme orgueilleux tout comme ceux et celles qui en font l’éloge. Par contre, son œuvre d’éradiquer l’Apartheid demeure grandiose! Nous ne sommes pas parfaits! Malgré cette triste erreur citée dans l’article, prions pour le repos de son âme…

  8. mon Royaume n’est pas de ce monde…les hommes sont libres C’est ainsi que Dieu l’a voulu.
    les chrétiens sont déjà dans le Royaume de Dieu, ils agissent éclairés par le Saint Esprit.
    politicien du Royaume des hommes Mandela n’a pas agi au nom de Dieu mais au nom des hommes…
    le chrétien même si la loi le permet a le droit de mépriser l’avortement car ilse situe dans la culture de la vie. le christianisme ne s’impose plus par autorité mais par l’exemple. nous devons apprendre la modestie nous dit Chantal Delsol…
    c’est vrai qu’il y a une paille dans l’oeil de Mandela mais Jeannesmits n’aurais-tu pas une poutre dans le tien.
    on se calme
    merci

  9. Bruno

    Il est consternant d’entendre des louanges en Eglise d’un homme qui a commencé dans une organisation très violente et éloigné des valeurs chrétiennes.
    Il m’a été rapporté qu’à la cathédrale de Metz ce dimanche son nom aurait été cité à la Prière universelle et jugé comme un “prophète” de notre temps !!!

  10. Louis de Poméranie

    Ceci explique précisément cela. Par son implication dans la légalisation – autoritaire – du processus abortif, il a montré qu’il EN était et c’est en partie pourquoi sa mémoire est honorée d’une manière mécanique et quasi autoritaire. Ce n’est pas tout à fait la communion des saints, mais le processus s’en inspire, si vous voyez ce que je veux dire.

  11. cqfd

    Votre obsession maladive contre la liberté des femmes de disposer de leur corps ne vous autorise pas à cacher sur la tombe de Nelson Mandela , le héro de l’Afrique du sud.

  12. Michel Cliche

    Correction. J’aurais dû écrire que l’article me laisse perplexe et j’ignorais totalement cette triste position sur le droit à la vie qui est à l’opposé du contenu de l’Évangile, et «la légalisation du mariage des homosexuels en Afrique du Sud. » Nous sommes tous pécheurs et demandons à Dieu de nous pardonner. C’est vrai qu’il faut toujours se méfier des apparences à nos pauvres yeux! Opter pour la louange des hommes rend souvent l’homme orgueilleux tout comme ceux et celles qui en font l’éloge. Par contre, son œuvre d’éradiquer l’Apartheid demeure grandiose! Nous ne sommes pas parfaits! Malgré ces tristes erreurs citées dans l’article, prions pour le repos de son âme. N’oublions jamais que Dieu est miséricordieux…

  13. BOMMIER Claire

    je ne suis malheureusement pas étonnée de ce que j’apprends de Mandela.
    Je n’aime pas l’idolâtrie d’un homme, quel qu’il soit C’est ce qu’on fait avec lui.
    Je n’aime pas qu’on ne parle de lui sur les media que d’un chose: sa position anti apartheid, et qu’on ne parle de la position anti apartheid qu’avec un seul homme: lui.
    Je n’aime pas qu’on passe 20 ans en prison en menant un combat extérieur des murs, tout en gardant la bonne humeur. Ca incite à penser qu’il n’était pas seul, savait ce qu’il faisait en prison, et qu’il y remportait plus d’efficacité dans sa lutte, que s’il avait été confronté aux réalités sociales…..

    Je n’aime pas non plus dire du mal d’un homme mort.
    DOnc, je dirais seulement : paix à son âme….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *