Pédophilie, célibat sacerdotal, œcuménisme: encore une interview du Pape avec Scalfari – et un rectificatif du Vatican

Download PDF

Le pape François a recommencé. Jeudi dernier, il a de nouveau reçu le journaliste Eugenio Scalfari – qui se dit athée et qui publie dans un quotidien de gauche, La Repubblica – pour un entretien à bâtons rompus. Il paraît que l’ambiance fut cordiale et d’ailleurs Scalfari, qui parle davantage de lui que de son interlocuteur pontifical dans le compte-rendu paru aujourd’hui, avoue affectionner ces rencontres en raison de la « spontanéité de cet assez étrange successeur de Pierre ». De la conversation, Scalfari a tiré nombre de « propos » du pape François, qu’il présente entre guillemets. Mais de mémoire comme la dernière fois.

Le père Lombardi, porte-parole du Vatican, a déjà publié un rectificatif…

Au cours de l’entretien qui a duré plus d’une heure, selon Scalfari, le pape François a surtout parlé de la pédophilie et de la mafia. Sert-il à quelque chose de rapporter les propos cités par ce journaliste qui travaille sans micro et sans notes ?

Je note les phrases suivantes :

« L’éducation comme nous l’entendons semble avoir quasiment déserté les familles. Chacun est prisonnier de ses propres soucis, souvent pour assurer à la famille un mode de vie supportable, parfois pour parvenir à un accomplissement personnel, d’autres fois en raison d’amitiés et d’amours alternatifs. L’éducation considérée comme obligation principale à l’égard des enfants semble avoir fui les foyers. Ce phénomène révèle une très grave omission mais nous ne sommes pas encore dans le mal absolu. » Celui-là, le pape le voit dans « la corruption, le vice, les turpitudes imposées à l’enfant ».

Scalfari raconte en effet comment le pape déplore que la pédophilie soit le plus souvent le fait des plus proches de l’enfant. Le phénomène est-il fréquent et répandu ?

« Il l’est bien trop souvent, et il s’accompagne d’autres vices comme la diffusion de la drogue. »

Et que fait l’Eglise ?

« L’Eglise lutte pour que le vice soit écrasé et l’éducation retrouve sa place. Mais même nous, nous avons cette lèpre chez nous. »

Certains collaborateurs rassurent le pape en affirmant que la pédophilie n’atteint que 2 % à l’intérieur de l’Eglise. Dans une phrase aux guillemets ouverts, mais non fermés, Scalfari cite François :

« Ce chiffre devrait me tranquilliser mais je dois dire qu’il ne le fait pas complètement. Je pense même qu’il est très grave. Deux pourcent des pédophiles sont prêtres et même évêques et cardinaux. Et d’autres, encore plus nombreux, le savent mais se taisent, punissent mais sans donner le motif. Je trouve cet état de choses insoutenable et c’est mon intention de l’affronter avec toute la sévérité qu’il requiert.

On notera l’étrange glissement entre « 2 % de pédophilie à l’intérieur de l’Eglise » et « 2 % des pédophiles sont prêtres… » Ce n’est pas la même chose.

Le pape a aussi, selon Scalfari, parlé de la conscience – on se souviendra que ses premiers libres entretiens avaient été très peu clairs sur la question. Voici ce qui Scalfari en a retenu, après avoir « relancé » François en lui disant que notre conscience est libre et autonome, qu’elle peut en parfaite bonne foi faire le mal tout en étant convaincue que de ce mal sortira un bien. Réponse de François, telle que la rapporte le journaliste :

« La conscience est libre. Si elle choisit le mal parce qu’elle est sûre qu’il fera descendre un bien du haut des cieux, ces intentions et leurs conséquences seront prises en compte. Nous, nous ne pouvons en dire davantage parce que nous n’en savons pas plus. La loi du Seigneur, il appartient au Seigneur de l’établir et non aux créatures. (…) Il faudrait examiner à fond les livres sapientiaux de la Bible, et l’Evangile quand il parle de Judas Iscariote. Ce sont des thèmes de fond de notre théologie. »

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette réponse rapportée n’est pas limpide. Si les propos sont exacts, il y a au moins un problème : ce n’est pas la finalité considérée bonne qui éventuellement justifie l’acte mauvais (si tel est bien le sens du propos rapporté par Scalfari). Ce qui peut l’excuser, c’est le fait d’avoir pensé que tel acte était bon dans telle circonstance.

Après des échanges à propos de la mafia, Scalfari, sur le point de partir, introduit un nouveau sujet : « Vous, Sainteté, vous travaillez assidument à intégrer la catholicité avec les orthodoxes, avec les anglicans… Il m’interrompt en continuant : “Avec les vaudois que je trouve religieux de premier ordre, avec les pentecôtistes et naturellement avec nos frères hébreux ”. »

Et donc, puisque nombre de leurs prêtres sont régulièrement mariés, l’Eglise de Rome va-t-elle changer ?

« Peut-être ne savez-vous pas que le célibat a été fixé de manière stable au Xe siècle, c’est-à-dire 900 ans après la mort de Notre Seigneur. L’Eglise catholique orientale a permis jusqu’à aujourd’hui que ses prêtres se marient. Le problème existe certainement mais il n’est pas d’une grande importance. Cela demande du temps, mais il y a des solutions et je les trouverai.

La Repubblica a été obligée de publier le rectificatif du P. Lombardi, qui a souligné (il commence à en avoir l’habitude) qu’on ne peut en aucun cas parler d’une « interview au sens habituel du terme » :

« La conversation est cordiale et très intéressante (…). Toutefois, comme cela s’est déjà produite dans une circonstance analogue, il faut faire remarquer que ce que Scalfari attribue au pape, rapportant ses propos “entre guillemets”, est le fruit de sa mémoire de journaliste expérimenté, mais non la transcription précise d’un enregistrement et encore moins de propos revus par l’intéressé, à qui ces affirmations sont attribuées. On ne peut ni on ne doit donc parler d’aucune façon d’une interview au sens habituel du terme, comme si elle rapportait une série de questions et de réponses qui respectent fidèlement et certainement la pensée précise de l’interlocuteur. 

Si donc on peut retenir que dans l’ensemble, l’article rapporte le sens et l’esprit de la conversation entre le Saint-Père et Scalfari, il faut redire avec force ce qui avait déjà été dit à l’occasion d’une précédente “interview” publiée par La Repubblica : les différentes expressions citées, dans leur formulation rapportée, ne peuvent être attribuées avec certitude au pape. 

Par exemple et en particulier, cela vaut pour deux affirmations qui ont beaucoup attiré l’attention et que l’on ne peut par contre attribuer au pape. Il s’agit de celle disant qu’il y a des “cardinaux” parmi les pédophiles, et du fait que le pape aurait affirmé certainement, à propos du célibat : “Les solutions, je les trouverai.” 

Dans l’article publié par La Repubblica ces deux affirmations sont clairement attribuées au pape, mais – curieusement – les guillemets sont ouverts au début, mais ils ne sont pas fermés. Il manque tout simplement les guillemets de fermeture… Oubli, ou reconnaissance explicite de ce que l’on est en train de faire une manipulation en direction des lecteurs ingénus. »

Mise au point assez vive, on le notera ; mais pourquoi donc le pape François a-t-il recommencé ? 

• Original de cet article : ici. Voulez-vous être tenu au courant des informations originales paraissant sur ce blog ? Abonnez-vous gratuitement à la lettre d’informations. Vous recevrez au maximum un courriel par jour. S’abonner

 © leblogdejeannesmits

13 comments

  1. Yves

    Pourquoi le pape a recommencé? surement parce qu’il a considéré que l’écho donné à sa précédente interview a été positif! S’exprimer par voix d’encycliques, c’est bien, mais personne (en tous cas hors l’Église, et même à l’intérieur…?) ne les lit.

    Une forme de communication plus simple, plus informel et spontané est nécessaire si l’on veut tenir un objectif missionnaire. Il peut y avoir des erreurs (volontaires ou non) dans la restitution? Le rectificatif est fait pour ça….

    • Laurence Dumoulin

      Yves, vous êtes apparemment aussi incorrigible que François Ier. Quand une expérience s’avère négative, on ne la renouvelle pas. Et qu’est-ce que c’est que ce “magistère journalistique”? C’est une démission de l’autorité, une liquéfaction de la fonction d’enseignement de l’Église. Quelle calamité que ce pontificat! Du balai! Abdication!

  2. gerard

    Venant de gens de gauche rien d’étonnant ,ils rapporte toujours la vérité selon leur propre visions ,que ce sois un interview,l’histoire de France ,de l’Europe ou du monde ,rien n’est crédible.

  3. Abbé T.Gallay

    Le Saint Père est un homme bon et charitable, intelligent et subtil, il sait parfaitement qu’il faut être très prudent et rusé face à des journalistes…c’est un jeux dangereux, et à sa place je n’accorderai pas d’entretien ou très peu, car tout est déformé, utilisé, même s’il y a des réctificatifs après, le mal est fait ! C’est regrettable !

  4. cusin mauricette

    Vraiment je ne comprends pas quel est l’objectif du Pape FRANCOIS avec ce journaliste !

    Cela crée plus de troubles que de clarifications et induit en erreur !

    Le Pape pourrait-il expliquer sa démarche ???

    m;

  5. Sylvie Houbouyan

    Si le Pape n’a pas dit qu’il y avait des solutions au problème concernant le mariage des prêtres , l’interview était inutile. Mais s’il l’a dit , qu’il ait ou non ajouté qu’il les trouverait , n’a pas d’importance . Et l’interview est très intéressante . L’essentiel c’est que le Pape ait reconnu qu’il y a des solutions. Scalfari a certainement ajouté ce ” je les trouverai ” redondant .

  6. Gilberte

    Le problème n’est pas de savoir qu’avant le 10e siècle les prêtres étaient mariés, mais de savoir pourquoi le célibat des prêtres a été fixé au Xe siècle, la vie des prêtres et tous les inconvénients liés à cette situation, (manque de liberté, misère, népotisme , entre autre), il appartient aux historiens d’abord de s’exprimer et ensuite à l’Eglise de préciser la spécificité du catholicisme par rapport aux églises orientales. et encore ils n’avaient pas la législation anticléricale du mariage civil qui les handicaperait

  7. Courivaud

    Merci à Madame Smits d’avoir évité de parler la langue de bois lorsque l’on évoque la papauté, Saint-Siège, le Vatican et le pape tout court.
    Cette langue de bois reste trop présente dans cette revue qui se prétend critique et virile dans ses commentaires.

    Rien à ajouter à ce commentaire-ci qui échappe ainsi à ce reproche, sauf à souhaiter que le pape fasse une retraite en ce moment, et sans tarder, et des vacances aussi (on dit qu’il en a besoin si l’on se réfère à ce qu’en dit avec certitude Sandro Magister) car cet automne, il va falloir affronter un sujet crucial (à tous les sens du terme) dont l’avenir de l’Eglise catholique dépend : le synode sur la famille.

    On peut même brûler un cierge pour lui, voir plusieurs…. et pour Mgr Kasper aussi.

    • bbruno

      mais allez-vous-en, avec votre attente de moderation! Quels traditionalistes etes-vous, si vous retenez comme pape un monstre comme ce Bergoglio- ci? Votre RIPOSTE catholique est vraiment ridicule!l Et mettez- moi en attente de moderation!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *