Chrétien(ne) en politique : Alexandra Mériguet

Download PDF
Meriguet Entretiens

Entretien exclusif avec Alexandra Mériguet, chrétienne engagée en politique.

1) Pouvez-vous vous présenter et quel a été votre parcours politique ?

Mariée, mère de 4 enfants, je suis actuellement l’attachée des élus du groupe du Parti de la France au conseil régional de Picardie. Après une licence d’histoire médiévale à l’université de Poitiers, ma vie familiale me conduit à Orange où j’apporte mon soutien aux membres de la municipalité. C’est en Picardie que je suis candidate pour la première fois aux élections législatives puis cantonales pour le Front National. Dès sa création, j’adhère au Parti de la France, ne trouvant plus, depuis un moment, dans le FN la défense des valeurs de la famille, de la vie et un combat réel contre l’islamisation.

2) Quelle a été la raison principale de votre engagement au Parti de la France ?

La fidélité et le renouveau sont les deux termes qui résument les raisons de mon engagement au Parti de la France.

La fidélité parce que je retrouve au Parti de la France les valeurs et les principes que le Front National actuel a abandonnés: la famille, la Vie, l’identité chrétienne de la France menacée par l’Islamisme. Plusieurs faits illustrent ces différences majeures :

–    le FN actuel désormais veut garder le PACS, le Parti de la France milite pour son abrogation ;

–    le FN actuel veut le maintien de la loi Veil, le Parti de la France propose son remplacement par une législation favorisant l’accueil de la Vie ;

–    le président du FN prétend que « les cinq piliers de l’Islam sont compatibles avec le mode de vie français » (dans le journal Flash le 24 septembre 2009), le Parti de la France affirme que les valeurs islamistes sont incompatibles avec l’identité chrétienne de notre pays ;

–    Marine Le Pen se réclame de la laïcité de la gauche anticléricale des années 1900, le Parti de la France estime que la laïcité, hélas fort efficace au siècle dernier pour déchristianiser la France, est inopérante face aux islamistes.

Le renouveau parce que le Parti de la France, un mouvement politique jeune, moins d’un an, incarne, avec des méthodes nouvelles, une espérance pour des millions de Français aujourd’hui désespérés par les vieux partis du Système.

3) Après 1 an d’existence, comment se porte votre formation politique ?

Malgré l’absence de moyens financiers et l’occultation médiatique, le Parti de la France est un mouvement qui se porte bien pour son jeune âge. Le fait qu’il présente quatre listes régionales et en appuie trois autres illustre la santé militante de notre mouvement. Et aussi financière, car le Parti de la France finance ses listes sans s’endetter.

4) Considérez-vous que le Parti de la France puisse être le parti politique qui se rapproche le plus de la doctrine sociale de l’Église ?

Le Parti de la France est en effet en France le mouvement politique qui se rapproche le plus de la Doctrine Sociale de l’Eglise. Deux points illustrent cette proximité :

–    Attaché à la promotion de la famille, cellule de base de toute société, le Parti de la France, d’une part, affirme que celle-ci repose sur l’union d’un homme et d’une femme, (d’où son refus du PACS première étape vers le mariage homosexuel), d’autre part, propose une grande politique familiale fondée entre autres sur l’établissement du revenu maternel et d’un statut de la mère de famille et sur le chèque scolaire garantissant la liberté pour les parents de choisir l’école de leurs enfants.

–    Le Parti de la France veut inscrire dans notre constitution le respect de la Vie depuis sa conception jusqu’à son terme naturel, d’où son opposition à la loi Veil et aux projets de légaliser l’euthanasie.

5) Quel message souhaitez-vous adresser aux catholiques qui continuent à voter pour l’UMP ?

Qu’ils sachent que la plupart des dirigeants de l’UMP partisans de la légalisation de l’avortement et du PACS sont excommuniés de fait. Il est dommage que les dirigeants du clergé français n’aient pas le courage de leurs homologues américains qui refusent la communion aux élus ayant voté en faveur de telles lois.

Un catholique votant en son âme et conscience ne peut voter pour un parti militant pour le maintien de la loi Veil et du PACS et dont beaucoup de dirigeants, comme madame Morano, veulent désormais imposer les familles « homoparentales ».

6) Pensez-vous que “l’esprit de résistance, de renouveau et de rassemblement” prôné par Carl Lang dominera au sein de notre famille politique dans les prochaines années ?

Oui parce que je fais confiance à l’intelligence et au courage des Français engagés dans le combat de la Droite nationale.

7) La jeunesse est pantouflarde, même au sein de la droite nationale, qu’avez-vous à lui dire pour qu’elle s’engage en politique ?

Une partie de moins en moins négligeable de notre jeunesse s’engage dans le combat pour la Vie, en témoigne le succès croissant de la Marche pour la Vie, participe aux pèlerinages nationaux. Cette jeunesse, c’est vrai, depuis un certain nombre d’années, désertait le terrain politique, dégoutée peut être par les partis alors existants.

Le Parti de la France leur offre une nouvelle perspective. A nous de les convaincre et de les amener dans le combat politique, sachant qu’un tel engagement, ainsi que nous l’enseigne l’Eglise, est un devoir pour tout catholique.

8) Le mot de la fin ?

Aide-toi. Le Ciel t’aidera.

9) Le droit à la vie est-il pour vous un combat essentiel dans votre engagement ?

Oui. La position sur la Vie constitue la ligne de fracture politique principale. Les partisans de l’avortement et donc à terme de l’euthanasie sont des matérialistes considérant les hommes uniquement comme des consommateurs et des producteurs, régis par la loi du plus fort. S’il est légal de tuer dans le ventre de sa mère un enfant, alors tout est permis.

Les partisans de la Vie estiment que les êtres humains ne sont pas des assemblages de cellules organiques mais des personnes, crées à l’image de Dieu et dont la Vie est donc sacrée. Toute société digne de son nom a pour mission de défendre ses membres les plus fragiles et donc d’abord les enfants à naître. Si elle ne veut pas remplir cette mission, nul n’est à l’abri.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *