12 comments

  1. via

    bien que traditionaliste, je regrette ce type d’actions choc, car elles discreditent l’ensemble des fidèles attaché à la liturgie sous sa forme extra-ordinaire, y compris au près de prêtre qui ne sont à priori pas malveillants à leur égard. Je connais le prêtre de ND du Bon Conseil qui est un très bon prêtre, bien formé et attaché à la doctrine de l’Eglise. Je pense qu’un dialogue peut se construire, mail il doit être progressif, sans caméras et sans pressions groupusculaires.

    Je comprends le désarroi de certains, mais un travail dans l’ombre me semble plus efficace sur le long terme.

  2. Geneviève

    J’étais présente pour la 4e fois à l’action du Dale. Je peux témoigner des propos injurieux d’un des membres de la communauté un frère de saint-vincent de paul, particulièrement désagréable, et de l’attitude d’un autre prêtre (je pense le vicaire) qui nous a dit qu’on avait commis une grave erreur en agissant de la sorte, que l’on avait cassé l’ambiance de la paroisse !

  3. Pharamond

    Je ne connais ni les uns ni les autres, mais le comportement de voyou de ce curé est véritablement détestable. Ces gens ne sont pas catholiques.

  4. TINTIN reporter

    Navrant, puéril et peu constructif ! Vos méthodes, qui s’apparentent plus à celles des sans-papiers, ne peuvent que conduire au même résultat, celui du recours aux forces de l’ordre, alors que vous aviez affaire à un Curé connu pour son ouverture d’esprit, à condition de l’aborder en chrétiens respectueux de son titre, de sa charge et de son domaine et non pas en conquérants des lieux comme nous le voyons à travers votre reportage vidéo qui, contrairement à votre objectif, est à charge et non à décharge. Je suis outré par vos comportements, vos cris et emportements dans et devant mon Eglise (notamment cette tête à claques féminine qui parle un peu trop fort pour s’adresser à mon Curé).
    Comme je viens de l’indiquer, je suis un fidèle régulier et engagé de cette belle Paroisse salie par votre comportement et que vous continuez de salir par les propos tenus sur votre site. Vous allez jusqu’à prétendre que nous ne connaissons pas le Motu Proprio, nous connaissons aussi bien que vous cette invitation de Benoît XVI “à accueillir volontiers les demandes de célébrer la Messe selon le rite extraordinaire”, mais aucun paroissien n’en a exprimé la demande à notre Curé. En revanche vous, vous opposez à la volonté du Saint-Père qui a bien précisé: “Quiconque aurait l’intention de se servir du Motu Proprio pour allumer quelque tension au lieu d’alimenter un esprit de réconciliation, en trahirait radicalement l’esprit”.
    Vous semblez en outre un peu trop jeunes et un peu trop BCBG, pour comprendre le mal que se donne un Curé dans un quartier comme le notre où le choix d’un rite tient plus du pharisiannisme, face à la primauté de l’évangélisation. Commencez par venir quotidiennement remplir notre église de fidèles fervents (pas des porte-slogans) et peut-être aurons nous assez de courage pour tenter de changer nos habitudes qui pour le moment sont ce qu’elles sont, mais tiennent la route.

  5. TINTIN reporter

    En réponse à Pharamond, je me dois de préciser que lorsque l’on se permet de juger ainsi de loin et dans l’anonymat un Curé qu’on ne connaît pas, alors qu’il est agressé dans sa Paroisse, on n’est pas très loin de rejoindre ceux qui le Vendredi Saint, vociféraient, injuriant et crachant sur Jésus. Vous feriez mieux de vous souvenir qu’il est écrit qu’un jour vous serez jugé avec la même mesure que celle qui vous aura servie à juger cet homme de Dieu. Repentez-vous et excusez-vous rapidement car les Cœurs de Jésus et de Marie sont gravement offensés par vos paroles. Pour ma part ce soir, j’ai offert un sacrifice pour réparer les épines plantées par vous dans ces deux Cœurs en parlant aussi mal d’un de leurs fils privilégiés. Je crains cependant que ce ne soit pas suffisant, pour ceux qui se prétendent catholiques, et ce n’est pas une question de rite ancien ou nouveau, il existe un sacrement pour ça.

  6. lulo

    Bonsoir,

    Il est triste de voir ce genre d’actions. Cependant avons nous le choix aujourd’hui !!?? Je pose sincèrement la question. Ce prêtre a été très clair, il ne veut en aucun cas revenir au rite de Saint Pie V, car selon lui le rite ordinaire lui convient parfaitement. Ce sont les mots qu’il a employé. Ces personnes du DALE ne jugent pas le(s) prêtre(s), mais il remette en cause la non application du motu proprio, c’est un constat. Dans trop de paroisses des groupes de fidèles demandent la mise en application du motu proprio : courriers, mails, réunions, discours……au final rien, pas ou plus de réponses, discussions closes et refus même des curés par un NON ferme et résolu. Alors encore une fois que faire !!?? Prier, oui biensur mais est-ce tout ? Nous parlons de Charité alors allons y : certaines églises de la région parisienne prêtent des locaux pour le lieu de culte des protestants, des églises acceuillent des groupes de musique (autre que du classique), des prêtres célébrant la messe extraordinaire se voient refusées l’accès d’églises pour la célébration de leur messe….. Je suis “tradi” depuis toujours et il m’arrive pourtant d’aller à la messe sous le nouveau rite. Il n’est pas demandé à ces prêtres de mettre en place dans la minute une messe le dimanche, mais il serait bon qu’ils s’y prettent. Je ne dis pas que c’est tâche facile, mais pensé un instant aux fidèles qui attendent depuis plus de 20 ans. Si ce genres d’actions est condamnables alors les manifestations contre l’avortement le sont aussi, la présence des catholiques à ND par deux fois l’est aussi…. bref le mieux est de rien faire, prier et attendre sagement si j’en cois vos écrits. N’oubliez pas que des églises ont été ouvertes à la tradition par un martellement de tractages et autres. Alors ne dites pas que ces actions ne doivent pas avoir lieu. Je pense que c’est légitime, je dirais même que c’est justice.
    Je suis pour le dialogue mais parfois celui-ci ne suffit plus hélas. Je suis triste de cette situation. Jeanne d’Arc était triste de devoir tuer l’anglais, mais il le fallait. St Louis n’avait pas plaisir à devoir partir en Croisade, pourtant il le fallait.

    Pour finir, prions et prions encore.
    Que le DALE ne lâche rien et reste toujours objectif dans ses actions.

    Sainte union de prière en Jésus par Marie,

    Amitiés,

  7. TINTIN reporter

    •Correction d’une “coquille”

    Réponse à Lulo:
    Belles paroles mais hélas faussées par:

    1) aucun paroissien de cette Paroisse n’a demandé quoi que ce soit à ce Curé ;
    2) aucun groupe n’a demandé à ce Curé l’autorisation d’être hébergé le temps d’une messe célébrée en rite extraordinaire avec un prêtre formé.
    Donc tout ce que vous expliquez est peut-être sincère mais totalement biaisé par la non prise en compte de ces deux faits.
    Tout comme vous, je crois aux vertus du dialogue, à condition d’en respecter les règles. La déclaration du DALE à sa naissance, ressemble plus à une déclaration de guerre qu’à une ouverture au dialogue, de même ses actions mensuelles sont plus des embuscades que des séances de prière.
    En conséquence si nous, nous ne sommes pas en croisade contre le DALE, comme sainte Jeanne ou saint Louis, s’il faut y aller nous irons.

  8. J’ai si mal de voir la réaction très spontanée du Curé. Je pense qu’il est à bout. Il se fait une image de la Tradition, comme si c’était de l’intégrisme. Malheureusement, c’est typique.

    Le Pape a permis les deux rites, alors pourquoi refuser aussi catégoriquement, à la fois le dialogue, et la possibilité d’avoir la Messe de Saint Pie V ?

  9. Bruno

    Chers amis du DALE,

    J’ai envie de vous dire : “arrête de ramer, t’entame la falaise !”
    Prenez le temps de lire les titres suivants :
    LA CONJURATION ANTI-CHRETIENNE, par Mgr Delassus
    DEUX MILLE ANS DE COMPLOT CONTRE L’EGLISE, par Maurice Pinay
    LE JUDAISME ET LE VATICAN, par Léon de Poncins.
    tous ces livres sont en vente sur http://www.saint-remi.fr ou sur amazon.fr ou sur chapitre.com
    Vous comprendrez alors peut-être pourquoi je vous dis “Arrête de ramer, t’entame la falaise”.

    Que votre courage et votre combat ne soit pas inutile, mais bien orienté vers les vrais ennemis de Jésus-Christ et de son Eglise.
    Bien cordialement

  10. CréDé

    Nous avons récemment lancé une tentative d’application du MP dans une ville de +- 30.000 habitants. A cette fin, nous avons recueilli des signatures parmi les fidèles catholiques pratiquants réguliers (messes de semaine) car nous voulions des engagements crédibles. Ceux-ci, à quelques exceptions près, ont bien accueilli notre démarche. Lors d’une séance de récolte de signatures, à l’issue d’une messe, nous nous sommes fait éjecter sans égards par le curé et sans possibilité d’ouvrir le dialogue alors que nous étions entourés de candidats à la signature. La séance continuant dehors, le prêtre nous poursuivit et continua de refuser à nous parler. Par contre, il s’en prit à ses propres paroissiens signataires – dont certains osaient prendre notre défense – et les tança vertement en disant que le retour des prêtres traditionnalistes signifiait le retour du latin, de la soutane et le remise en question du concile Vatican 2. Il s’agit selon lui d’ “autres” prêtres, dangereux et arrogants, dont l’Eglise d’aujourd’hui n’a que faire. Depuis, les paroissiens ont peur de signer, nous regardent avec méfiance, ne veulent pas entrer en conflit avec leur brave curé et les fidèles de la ville – la plupart n’ayant rien à voir avec la demande – qui, envers et contre tout s’agenouillent encore, demandent l’hostie à genou sur la langue et manifestent des signes de déférence à l’égard de la liturgie ont senti un étau se resserrer autour d’eux. La communion à genou et sur la langue est refusée par plusieurs prêtres qui prétendent que V 2 a interdit “tout çà”, et des “agenouillants”, attendus à la sortie des messes, ont été priés de cesser de se singulariser et de se fondre dans la masse (si l’on peut appeler comme cela l’assistance actuelle aux offices). Le projet ayant été éventé auprès des supérieurs ecclésiastiques par une paroissienne bien intentionnée, nous avons dû manifester notre demande par écrit plus tôt que prévu et avec un nombre de signatures restreint (une petite vingtaine, c’est assez négligeable mais remarquons que c’est la performance habituelle de la paroisse). Nous avons reçu une réponse humoristique – et avec du latin s’il vous plaît – nous disant que, moyennant quelques kilomètres le dimanche, nous trouverions bien chaussure à notre pied. Certes ! Mais nous, nous pensons aux autres et nous sommes persuadés que si la Messe tradi est proposée en ville-champs d’apostolat de 30.000 âmes, elle trouvera ses adeptes, pour le plus grand bien de l’Eglise. N’ayant pas voulu en rester là, nous avons abordé ce prêtre à la sortie d’une messe et lui avons demandé la faveur d’un entretien. Il s’emporta de suite, disant qu’il s’était déjà exprimé sur le sujet et que, lui vivant, il n’y aurait jamais de retour du rite antique sur ses terres. Nous savons des prêtres favorables à l’application du MP mais ils refusent d’intervenir, de se dévoiler. ils ont peur. Des leurs supérieurs, de l’évêque, de certains groupes de paroissiens,… Certains disent la messe traditionnelle en privé secrètement, avec quelques fidèles triés. Nous ne bénéficions d’AUCUN soutien réel. Nous avons constaté aussi, lorsque des fidèles nous demandaient des renseignements, une ignorance religieuse abyssale (je répète : des fidèles!!!) tant en matière dogmatique, doctrinale qu’en actualité ecclésiale (l’ignorance de l’existence même du MP en est l’archétype). Force nous est de constater que cette ignorance est entretenue par le clergé à des fins que l’on ne devine que trop. Pour la plupart des fidèles (des fidèles!) le mouvement tradi, c’est la soutane, le latin, l’extrême droite, la fin des acquis de Vatican 2, le rejet de la société moderne et du progrès (on devine plus ou moins quel progrès), le retour d’un Eglise moyennageuse, arrogante et d’un dieu vengeur.
    Les interventions du DALE sont inhabituelles, certes et, pour ma part, sans les condamner, je ne pense pas pouvoir en réaliser une pareille, peut-être par manque de culot. Elles ont peut être leur place dans le panel des moyens d’actions. Mais ici, notre projet est mort-né (même avorté). Absence TOTALE de dialogue, de la plus élémentaire charité, même de la plus élémentaire politesse, aucun scrupule de la part d’un clergé possédé par une certaine idéologie. Nous pensons que les “guidelines” pour faire échouer les demandes d’application du MP dans les paroisses ont été mises au point au bureau-chef, les notes de service distribuées, les éventuels récalcitrants dûment châpitrés.
    Si quelqu’un possède une recette miracle (faudra bien çà pour faire bouger la situation) en plus de notre prière insistante, soyez gentil de me répondre.
    In Christo.

  11. Lindt (quelques grammes de finesse dans un monde de brutes).

    Je suis loin d’avoir autorité pour vous inviter à méditer sur les quelques lignes qui vont suivre, je prie simplement l’Esprit-Saint de vous aider à les comprendre.
    Je viens vous faire part de ma peine la plus profonde et de mon inquiétude la plus vive à la suite de votre dernière opération à l’église Notre-Dame du Bon Conseil.
    C’est une paroisse que je connais parfaitement, puisque ma vie d’enfant de Dieu y est née, a grandi et continue de s’épanouir…
    Aujourd’hui, je travaille dans un établissement catholique que Bruno connaît bien et dont l’aumônerie est assurée par les prêtres de l’Institut du Christ-Roi Souverain Prêtre. Attachés à la forme extraordinaire de la sainte messe, pas un seul, à ma connaissance, ne soutient votre action.

    Savez-vous seulement ce que vous avez fait et avant tout où vous avez mis les pieds ?
    Pour votre information, cette paroisse est tenue par la congrégation des religieux de Saint Vincent de Paul, qui tient également d’autres chapelles parisiennes, telle que Notre-Dame du Lys dans le 15° arrondissement, où la messe selon le rite extraordinaire de l’Eglise est célébrée chaque dimanche.
    En prenant pour cible une paroisse confiée à ce même Institut, où les parties de l’ordinaire de la messe sont chantées chaque dimanche en latin, où le chœur grégorien de Paris vient chaque année les 8 décembre et mercredis des Cendres, où le curé célèbre la messe sous sa forme extraordinaire le 19 mars pour la Fondation pour l’école dont il est l’aumônier, vous avez commis une lourde erreur. En fait, vous n’auriez pas pu faire plus mauvaise pioche.
    Les lieux où la Messe est célébrée selon le rite du Missel romain édité en 1962 sont-ils tellement nombreux que vous meniez la charge contre les rares Instituts de prêtres qui la célèbrent ???

    Car on ne peut percevoir vos actions que comme une agression, que l’on soit favorable ou non à l’application du Motu Proprio. C’est une seconde très grave erreur.
    Vous ne ferez croire à personne que vous venez créer les conditions d’un dialogue pacifique. J’imagine assez bien l’accueil que l’on me réserverait si je débarquais en nombre chez les gens, cagoulé et armé, pour vendre des tickets de tombola au profit de mon école ! Le message ne passe pas. Il ne peut pas passer.
    Aussi, lorsque vous surgissez comme Act Up, banderole et caméra à la main, pour investir une église du 18ème arrondissement où, de surcroît, les occupations par les sans-papiers sont une menace quasi-permanente, n’espérez pas être bien accueillis et ne feignez pas d’être pris pour un groupe de prière candide venu expier les péchés de désobéissance au Pape.
    Même si le curé de Notre-Dame du Bon Conseil peut se réjouir de pouvoir vous compter parmi les plus dociles au Saint-Siège, ce que lui a toujours été sans discontinuer, vous ne trompez personne.

    Quant au fond, vous avez sans doute noté que l’article 5 du Motu Proprio stipule :
    § 1. Dans les paroisses où il existe un groupe stable de fidèles attachés à la tradition liturgique antérieure, le curé accueillera volontiers leur demande de célébrer la Messe selon le rite du Missel romain édité en 1962. Il appréciera lui-même ce qui convient pour le bien de ces fidèles en harmonie avec la sollicitude pastorale de la paroisse, sous le gouvernement de l’Évêque selon les normes du canon 392, en évitant la discorde et en favorisant l’unité de toute l’Église.
    Je vous laisse méditer sur la dernière phrase, sachant que moi-même paroissien du Bon Conseil depuis ma naissance, le curé étant présent depuis 33 ans, il n’existe pas sur le territoire paroissial de groupe demandeur. Troisième terrible erreur.
    Les 15 personnes que vous évoquez dépendent peut-être de l’église Saint-Bernard, tristement célèbre. Allez-y, ils sont rodés sur les actions coups de poings comme les vôtres. Y a-t-il une Emmanuelle Béart dans votre groupe ?
    Peut-être ces fidèles attachés à la tradition liturgique antérieure n’habitent-ils pas le quartier populaire de la Goutte d’Or où, vous l’avez souligné avec beaucoup de discernement, il existe des catholiques qui n’ont pas entendu parler du Motu Proprio. Pas plus que de l’interprétation synchronique des débats christologiques, du reste. Il me faut vous confessez que les 3% de catholiques de ces quartiers se lèvent le matin avec d’autres soucis que ce que l’on appelle la libéralisation de la messe tridentine.
    Peut-être alors les fidèles auxquelles vous faites allusions habitent-ils plutôt les quartiers chics de notre arrondissement bigarré, du côté de l’avenue Junot ? De quelque paroisse dont ils dépendent, prenez soin de téléphoner d’abord et prenez rendez-vous… C’est mieux.

    A moins que vous ne cherchiez pas autre chose que l’affrontement. J’ose vous croire assez intelligents pour savoir pertinemment que vos façons de faire ne créer que tensions et discordes, pourtant réprouvées par le Saint-Père dans le texte que vous brandissez. Alors que cherchez-vous ? Est-ce un calcul pour vous poser en victimes ? Une volonté de créer le buzz ? Si vous êtes un groupe de jeunes en mal de sensations fortes du 2° samedi soir de chaque mois et qui se repasse ses vidéos en boucle, vous payez cher votre excitation mensuelle car, plus que quiconque, vous desservez la noble cause que vous prétendez défendre.
    Si l’on voulait tordre le cou à l’application du Motu Proprio, on ne s’y prendrait pas autrement. A l’armée, cela s’appelle tirer des boulets de canon à la verticale. C’est stupide et dévastateur. Vous accusez Mgr Vingt-Trois de ne rien faire. L’application du Motu Proprio n’avance pas avec lui ? Rendez-vous compte, ce week-end, vous avez fait encore pire. Puisqu’avec vous, non seulement il n’avance pas mais il recule.
    N’imaginez pas une seule seconde que vous venez de marquer des points pour les fidèles que vous dites représenter et pour tous ceux qui partagent vos aspirations. Car vous venez d’affliger pitoyablement toute une communauté paroissiale et il se passera beaucoup de temps avant que ne soient réunies toutes les conditions d’apaisement propices à l’application du Motu Proprio.

    Pour conclure, je crois comprendre que votre groupe compte organiser, chaque mois, une nouvelle « soirée de prière » (sic !) dans une église de la région parisienne en réparation de l’injure faite aux fidèles du rang (???).
    De mon côté, il me faudra donc prier pour la réparation des ravages qu’ainsi, et à chaque fois, vous causerez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *