A propos des traductions

Download PDF

Notre confrère Paix Liturgique consacre sa lettre 589 du 7 avril 2017 à la question des traductions. La liturgie célébrée dans la forme extraordinaire est préservée de cette question des traductions… La question des traduction est par contre beaucoup complexe la liturgie de 1969… où les traductions ont été appliquées voire publiées avant même leur approbation. Il apparaît encore aujourd’hui que beaucoup de ces traductions divergent des traductions “traditionnelles”… avec les problèmes que cela pose.

Lex orandi, lex credendi
Comme catholiques, la sainte liturgie devrait être au centre de nos vies.
Le Christ, Jésus, est présent parmi nous dans le culte sacré de l’Église. Par le mystère de la Sainte Messe, nous sommes en présence du mystère pascal, celui du sacrifice du Christ sur le Calvaire. Notre prière liturgique est un avant-goût de la liturgie céleste et exprime notre amour pour Dieu. Nous sommes créés, littéralement, pour adorer Dieu. (…)
La liturgie est une expression de notre amour et de notre fidélité envers Dieu et une union mystique avec Son Verbe qui, comme le dit saint Jean, « est Dieu, et est en Dieu ». La liturgie est importante. Et, parce qu’elle est communion avec le Verbe de Dieu, les mots que nous utilisons dans la liturgie ont, eux aussi, leur importance.
Cette semaine, l’Église célèbre le 16ème anniversaire de Liturgiam Authenticam, une instruction publiée pour faire en sorte que la traduction des textes liturgiques favorise la « pleine, consciente et active » participation de tous les catholiques à la liturgie par une attention renouvelée à l’importance de chaque mot que nous prononçons et entendons quand nous adorons Dieu.
Liturgiam Authenticam a rappelé à l’Église que quand nous prions ensemble dans la liturgie nous tirons nos prières des Saintes Écritures, révélées par Dieu, et de la tradition des saints et des martyrs qui nous ont précédés et ont témoigné par leur vie et leur sagesse de l’importance de notre prière liturgique en commun. L’instruction a enseigné que les mots et les expressions de notre liturgie doivent être pourvus de toutes ces qualités « qui permettent à la fois de communiquer, avec assurance, à la prière, les saints mystères du salut et l’indéfectible foi de l’Église au moyen du langage humain, et aussi de rendre au Dieu Très Haut le seul culte qui soit digne de Lui ». (…)
Il existe une vieille maxime dans la vie de l’Église : lex orandi, lex credendi – la loi de la prière est la loi de la foi. La sainte liturgie enseigne la foi, parce que ses mots s’enracinent en nos cœurs. Liturgiam Authenticam a rappelé à l’Église que, parce que nous croyons comme nous prions, nos prières doivent être absolument fidèles au dépôt de la foi qui nous a été transmis. Nous sommes préparés à la sainteté par les mots de la liturgie quand ils transmettent fidèlement la révélation de la Parole vivante de Dieu, Jésus-Christ.
Pour nous, le fruit de Liturgiam Authenticam a été une nouvelle traduction anglaise du Missel romain, le livre des prières officielles de la Messe, que l’Église a commencé à célébrer il y a cinq ans. Cette nouvelle traduction s’est efforcée d’exprimer clairement et fidèlement les mots de la sainte liturgie, les tirant directement de l’Écriture et de l’ancienne tradition de l’Église, sans introduire d’interprétations ou d’innovations. Cela afin que notre culte puisse clairement révéler et enseigner la foi et afin que nous puissions exprimer notre amour de Dieu en union avec les saints qui nous ont précédés.
Alors que l’Église célèbre le don de Liturgiam Authenticam, nous avons l’opportunité de remercier Dieu pour les vérités, « qui dépassent les limites imposées par le temps et le lieu », proclamées par l’Église dans la liturgie. Nous pouvons rendre grâce à Dieu que, par le culte sacré, « l’Esprit Saint introduit les fidèles dans la connaissance de la vérité tout entière, et fait que la parole du Christ réside en eux avec toute sa richesse ». Ensemble, nous avons l’occasion de remercier Dieu pour le don de la sainte liturgie, avant-goût d’éternité qui nous libère, nous transforme et nous sanctifie, afin que nous puissions aimer le Seigneur, maintenant et pour toujours, de tout notre cœur, de toute notre âme et de tout notre esprit.
Mgr James Conley, évêque de Lincoln, Nebraska

1 comment

  1. Françoise

    Cela fait des années (ou décennies ?) que la prière au Seigneur “… et ne nous soumets pas à la tentation” nous écorche les oreilles et la pensée. Comment cette “traduction” à contre-sens a t elle pu nous être imposée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *