An I du pontificat du Pape François : messe traditionnelle à Saint-Pierre de Rome

Download PDF

A 11heures, hier matin, samedi 26 octobre, les pèlerins Summorum Pontificum venus à Rome pour la fin de l’Année de la Foi en grand nombre (grosse présence de pèlerins italiens, avec une centaine de prêtres et séminaristes, diocésains pour la plus grande part) sont entrés dans la Basilique Vaticane pour participer à la messe pontificale célébrée par le cardinal Castrillón Hoyos. Ils étaient partis en une longue procession de la Chiesa Nuova, de l’autre côté du Tibre. La procession a passé le pont Saint-Ange et empruntant la Via de la Conciliazione, est entrée dans Saint-Pierre en chantant le Credo. Suivit un très beau pontifical, divinement accompagné, comme les précédents, par les chants de la Schola Sainte-Cécile de Paris, en présence de trois évêques, Mgr Pozzo, Secrétaire de la Commission Ecclesia Dei, Mgr Schneider et Mgr Rifan, et de prélats, dont Mgr Perl, ancien Vice-Président d’Ecclesia Dei.

Le sermon du cardinal Castrillón, prononcé avec une particulière vigueur, se félicitait de la liberté de ce qu’il nomme la « messe grégorienne », et invitait les assistants à la mission, lesquels ont apprécié le « nous » qu’avait choisi d’employer le cardinal, pour se montrer pleinement una cum populo Summorum Pontificum.

Mgr Pozzo a lu le message adressé par le Pape et signé par Mgr Parolin, texte très cordial, sans la moindre restriction pour ces pèlerins accomplissant leur pieux itinéraire auprès des tombes des Apôtres, célébrant le Christ « dans le culte public de l’Église », et leur accordant sa bénédiction apostolique. D’un point de vue anecdotique, le texte est remarquable en ce qu’il salue non pas des personnes, mais un Cœtus fidelium, un groupe de fidèles, le Cœtus internationalis Summorum Pontificum, ce qui est rarissime, sinon unique, et qu’il est assurément le premier message signé par Mgr Parolin comme Secrétaire d’État.

Demain, dimanche du Christ-Roi, les pèlerins se sépareront après une ultime messe pontificale, célébrée par Mgr Rifan, ordinaire de l’Administration apostolique Saint-Jean-Marie-Vianney, en la basilique Santa Maria Sopra Minerva, église de l’Ordre dominicain, au cœur du centre historique de Rome.

1SPO3

 

2SPO4

3SPO5

4SPO2

5SPO

6SPO1

12 comments

  1. Que Dieu bénisse mon église catholique dont le Pape dit que les athées sont des enfants de Dieu. Une folie. Le pouvoir de choisir des enfants de Dieu a été donné à Jésus-Christ. Personne n’est enfant du Père sans passer par Jésus-Christ, le Fils. Saint-Jean ou le Pape, à vous de choisi, mais ne vous ne pouvez pas choisir les deux puisqu’ils sont contradictoires. C’est quoi la raison d’exister de l’église catholique si tout le monde est sauvé? Réveillez-vous.

  2. Laurence Dumoulin

    Bruno, comme si votre messe fabriquée en bureau par des professeurs sous le pontificat Paul VI était traditionnelle! Allez vous rhabiller!

  3. François-Philippe Durbach

    Dommage qu’il manque les photos des laïcs… nombreux pourtant à la procession.
    Vu le caractère du message du Pape François, peut-être peut-on espérer qu’il se soit rendu compte que la forme extraordinaire du rite romain est une richesse incomparable, y compris pour ceux qui ne le pratique pas, car pouvant promouvoir une célébration plus digne et plus conforme à l’unique esprit de la célébration du Saint Sacrifice de la Messe de la forme ordinaire… comme le disait récemment encore le Pape Benoit XVI.

  4. karr

    Je ne peut qu’être heureux du déroulement de ces cérémonies et de ce pèlerinage, cependant le secrétaire d’Etat si ce n’est le Pape lui-même auraient pu intervenir à un moment donné,ne serait-ce que quelques minutes!

  5. Virginie Delcourt

    Ce pèlerinage était magnifique et ce fut une grâce de pouvoir y participer mais je voudrais exprimer un regret de taille: de toutes les églises où nous sommes passés, il n’y eut pas la cathédrale de Rome, la première église catholique de tout l’univers: la basilique du Latran. C’est un peu fort! Venir à Rome pour remercier le Saint Siège du motu proprio et ne pas passer dans la cathédrale…

  6. Maurice

    @ Laurence Dumoulin : qu’est-ce qui est fabriqué par Paul VI ?!
    La messe traditionnel (dites extraordinaire) est celle comme c’est dit : traditionnel, bien avant ce Pape elle existait ; le missel utilisé lors de ses offices est le – missel vesperal note de 1956 – parut en 1960 pour le plus ressent autorisé.
    Que vient faire Paul VI la-dedans ? Le besoin de dénigrer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *