C’est l’appel de Chartres !!!

Download PDF

Dans quelques semaines, il sera temps de se lancer sur la route de Chartres. Il est encore de vous inscrire. Nous vous invitons à lire la dernière tribune de l’abbé Garnier, aumônier général du Pèlerinage.

Non confundar !

Chers amis pèlerins,

Lorsque la France tremblait devant l’invasion prussienne, et que s’effondrait le régime de Napoléon III, des âmes inquiètes venaient interroger la petite Bernadette, cherchant auprès de la «saintoune» une lumière au milieu de l’obscurité. Elle leur répondait paisiblement ; « Il ne faut pas trop s’arrêter à la main des hommes».

Notre temps est celui des espoirs déçus. Et donc celui de l’Espérance relevée.
Paradoxe ? Jolie formule ? Non. C’est le prolongement dans la vie de l’Eglise et de nos âmes du Mystère de Jésus. Mais cette profondeur du mystère de bonté et d’iniquité nous étonne, nous déconcerte, nous effraie.
Au bout des attentes messianiques, des enthousiasmes, des tentatives de couronnement terrestre, il y eut le retournement des foules, la couronne d’épines et la condamnation à mort.
Au bout des enthousiasmes, des protestations de fidélité, il y eut les lâchetés et les abandons.
Au bout des rayons de transfiguration, il y eut l’heure de la Puissance des ténèbres, l’obscurité dans l’âme de Jésus et dans les cieux à la sixième heure. Après le Thabor, il y eut Gethsemani et le Golgotha.
« Ce que nous prenons pour la fin n’est que le commencement (1) ». Etait-ce la fin ? Non.
Et l’âme de Jésus en croix, plongée en déréliction, chantait déjà en sa partie haute le salut accompli, l’Esperance affermie. Le prélude de la résurrection.

Quelle est donc la vraie hauteur de l’Espérance ?
L’espérance porte sur un bien, et sur le secours qui permet de l’obtenir. Le principal de l’espérance est la béatitude, Bien ultime, et la toute-puissance divine, la miséricorde divine secourable. L’Espérance est permise, ensuite, du côté des homme ou des créatures, des événements, des œuvres, des institutions. Parce que tout cela nous aide à rechercher les biens ordonnés à la béatitude (2).
Donc la hauteur définitive de l’espérance est celle de Dieu. « In Te Domine speravi ».

Amis pèlerins, à quelle hauteur d’espérance vivons-nous ?
C’est la question de Jésus aux Apôtres abattus, aux lendemains de résurrection. C’est la question que nous posent les douloureux événements qui secouent la vie de l’Eglise, de nos pays, de nos familles, de nos communautés. Est-ce que notre espérance n’est pas à ce point tournée vers des biens temporels, des succès terrestres, que nous la voyons ensuite affaissée, effondrée avec l’échec ou la déconvenue à vue humaine ? Alors « l’espoir vaincu pleure (3) »… Et peut-être méritons-nous le sage conseil de la petite bigourdane ; « Il ne faut pas trop s’arrêter à la main des hommes ».

Avec Notre Dame, à bonne hauteur d’espérance.
L’Espérance plantée en nos âmes et relevée…
C’est la grâce de Notre Dame !
C’est celle du pèlerinage !
C’est celle du temps pascal !
Etre affermis dans cette Espérance qui ne déçoit pas. « Spes non confundit (4) »

« In te Domine, speravi, non confundar in aeternum (5) »
L’Esperance est une toute petite fille, souriante et paisible, qui nous attend.
Elle nous attend !
… Au bout de nos attentes et de nos espoirs humains
… au bout de nos déceptions et de nos abattements d’âme.
Alors, chers amis pèlerins, soyez plus que jamais des porteurs, des éveilleurs de cette Espérance qui ne déçoit pas. Et pour cela, venez prier, marcher (pour ceux qui le peuvent), servir, offrir, aimer durant ces 3 jours de Pentecôte prochaine. Venez tremper vos âmes dans ce flot d’espérance vraie qui coule du Coeur ouvert du Seigneur, passant par les mains et le Coeur immaculé de Marie. Et vous serez plus forts pour les défis et les luttes de ce temps… Plus fort pour vous engager au service de l’Eglise, du pays, de la famille, de l’école, du scoutisme, … et de tant d’autres œuvres de résistance.

Dans cette attente, je vous assure de ma prière à toutes vos intentions.
« In Te Domine… En Vous, Seigneur, j’ai mis mon espérance, je ne serai pas déçu pour l’éternité » !

Abbé Alexis Garnier,
Aumônier Général de Notre-Dame de Chrétienté.

___
(1) Victor HUGO, Les Contemplations – A Villequier.
(2) Saint Thomas d’Aquin, Somme théologique, II-II, qu 17, a 4.
(3) Charles BAUDELAIRE, Spleen, LXXVIII.
(4) Romains, V, 5.
(5) Psaume 70, 1 (Vulgate).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *