Au revoir Très Saint-Père et… merci

Download PDF

Sur le site du pèlerinage Summorum Pontificum, une belle initiative pour dire au revoir au pape Benoît XVI. A signer et à faire circuler.

Très Saint-Père,

nous nous adressons filialement à Votre Sainteté pour lui exprimer tout spécialement notre profonde gratitude pour ses enseignements et son exemple dans un domaine que son magistère a fait ressortir comme élément central de la vie de l’Eglise : la liturgie.

Merci, Votre Sainteté, de nous avoir enseigné que « la liturgie n’est pas une sorte d’ “auto-manifestation” d’une communauté, mais qu’elle est en revanche une manière de sortir du simple “être-soi-même”, être enfermés en soi-même », insistant sur le fait que « la liturgie implique universalité et que ce caractère universel doit entrer toujours à nouveau dans la conscience de tous ».

Pareillement, Votre Sainteté a affirmé que « chaque jour doit croître en nous la conviction que la liturgie n’est pas notre “action”, mon “action”, mais l’action de Dieu en nous et avec nous ». Et comme « ce n’est pas l’individu — prêtre ou fidèle — ou le groupe qui célèbre la liturgie, mais qu’elle est avant tout action de Dieu à travers l’Église », Votre Sainteté nous a rappelé que « cette universalité et ouverture fondamentale, qui est propre à toute la liturgie, est l’une des raisons pour laquelle elle ne peut pas être conçue ou modifiée par une communauté singulière ou par des experts, mais elle doit être fidèle aux formes de l’Église universelle… elle est par sa nature catholique, elle provient du tout et conduit au tout, en unité avec le Pape, avec les évêques, avec les croyants de toutes les époques et de tous les lieux ».

Votre Sainteté nous a encouragés aussi à demander au Seigneur « de nous enseigner chaque jour à vivre la sainte liturgie, en particulier la célébration eucharistique, en priant dans le “nous” de l’Eglise, qui porte son regard non pas sur elle-même, mais sur Dieu et en sentant que nous sommes une partie de l’Eglise vivante de tous les lieux et de tous les temps ».

Ces principes fondamentaux, éloquemment synthétisés lors de vos récentes catéchèses des mercredis ont connu une application concrète dans la promulgation du Motu Proprio Summorum Pontificum. La législation qu’il contient a eu pour principale conséquence précisément de nous avoir fait sentir « partie de l’Eglise vivante de tous les lieux et de tous les temps ».

… la suite  à lire et à signer ICI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *