Brésil : un colloque-bilan sur l’application du motu proprio Summorum Pontificum

Download PDF

 

Pour la troisième année, l’Administration apostolique Saint-Jean-Marie Vianney, de Campos (Brésil) et l’archidiocèse de Salvador, ont organisé un colloque sur le motu proprio Summorum Pontificum et son application. Cette rencontre   a débuté le 10 septembre et se termine aujourd’hui.

Conçue comme un moment de formation permanente à destination des prêtres et des diacres (et des religieux) qui souhaitent célébrer l’usus antiquior, cette rencontre comprenait des conférences et des célébrations. Fait impensable en France, plusieurs évêques étaient présents dont Mgr Rifan, supérieur de l’Administration apostolique, mais aussi Mgr Guimares Monteiro évêque de Graranhuns et membre du tribunal suprême de la Signature apostolique, Mgr Roque Costa, évêque auxilaire de l’archidiocèse de Saint-Sébastien de Rio de Janeiro, Mgr Soares da Costa, évêque auxiliaire de Aracaju, Mgr Paixão et Mgr da Silva, évêques auxiliaires de Salvador et, bien sûr, Mgr Ramos Krieger, archevêque de Salvador et primat du Brésil. Notons également parmi les célébrants et les intervenants à ce colloque la présence de don Nicolas Bux.

Parmi les thèmes abordés, il y eut :

– la spiritualité sacerdotale du rite de l’Ordination du Pontifical romain, 1961-1962 ;

– la vie liturgique du prêtre comme antidote à la sécularisation ;

– essai liturgique : le rituel du baptême et de mariage dans la forme extraordinaire du Rite romain ;

– réflexion théologico-pastorale sur la relation entre la Lex Orandi, Lex Credendi à l’occasion de l’Année de la foi ;

– bilan de cinq années de mise en œuvre du Motu Proprio Summorum Pontificum : fruits et perspectives pour la réforme de Benoît XVI ;

– 50 ans d’application de la Constitution Sacrosanctum Concilium ;

– dix ans de l’Administration apostolique Saint Jean-Marie-Vianney, un exemple de coexistence entre les deux formes du rite romain pour toute l’Eglise ;

– la Sainte Messe comme sacrifice, aspect le plus contesté du mystère eucharistique ;

– le chant grégorien dans la liturgie de l’église. 

Il faut noter que ce type de colloque se multiplie dans le monde, mais que la France reste étrangement pauvre en rencontre de ce genre. Une frilosité bien gallicane que pourraient aborder nos évêques lors des prochaines  visites ad limina à Rome. Encore faudrait-il que les Romains se préoccupent aussi de ce genre de question…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *