L'Institut du Christ-Roi à l'honneur

Download PDF

 

En date du 17 mars dernier, la Pénitencerie apostolique a accordé au nom du Pape Benoît XVI la possibilité pour les membres de l’Institut du Christ-Roi
Souverain Prêtre la possibilité de gagner l’indulgence plénière à certaines conditions liées à la vie même de cet institut. Le décret dont on va pouvoir lire la traduction ci-dessous concerne les
prêtres membres de l’Institut. Je me suis laissé dire que deux autres décrets existent concernant les sœurs de l’Institut et les membres de la Société du Sacré-Cœur, sa branche laïque. Pour plus
de renseignements voir ICI

 

 

 

Image-1-copie-36.png

 

 

 



« La PÉNITENCERIE APOSTOLIQUE, par mandat spécial du Souverain Pontife, concède volontiers aux membres de l’Institut du Christ Roi Souverain Prêtre
l’Indulgence plénière, à gagner aux conditions habituelles remplies convenablement (Confession sacramentelle,
Communion eucharistique et prière à l’intention du Souverain Pontife), pourvus qu’ils aient exprimés ou renouvelés, au moins en privé, la promesse de remplir fidèlement les devoirs de leur
vocation :

I. – Pour tout l’Institut :

– lors des solennités liturgiques : du Titulaire (Notre Seigneur Jésus-Christ Roi) et des Patrons de l’Institut (la Bienheureuse Vierge Marie conçue sans
péché, Saint François de Sales, Saint Thomas d’Aquin et Saint Benoît de Nursie) ;

– à l’occasion du Chapitre Général.

II. – Pour chacune des maisons :

– lors de la solennité liturgique du Patron principal de la maison ;

– lors des solennités liturgiques des Saints ou des Bienheureux dont le Corps ou les saintes Reliques sont conservés dans cette même maison ;

– au terme de la visite canonique du Prieur Général.

III. – Pour chacun des membres :

– le jour de l’Incardination dans l’Institut ;

– le jour de l’admission parmi les Chanoines de l’Institut ;

– lors du 25ème, du 50ème, du 60ème, et du 75ème anniversaire de l’Incardination.

Valable dès maintenant à perpétuité, sans qu’il y ait besoin d’aucun envoi de Lettres Apostoliques en forme de Bref. Nonobstant toutes choses contraires. »