Relations FSSPX – Saint-Siège: pouvoirs confirmés

Download PDF

Ce lundi 21 novembre à 11h30, la lettre apostolique Misericordia et Misera du Saint-Pape François a été présentée à la presse. Elle veut notamment poursuivre l’élan de l’année de la Miséricorde. Ainsi, le pouvoir d’absoudre le péché d’avortement est désormais confié à chaque prêtre sans délégation particulière. Par ailleurs, quelques lignes sont également consacrées à la situation canonique de la Fraternité Saint-Pie X [Traduction non officielle].

Dans le même esprit pour répondre aux besoins des fidèles, “confiant dans la bonne volonté de leurs prêtres à atteindre, avec l’aide de Dieu, la pleine communion avec l’Église catholique” (Mm 12) le Saint-Père indique que ceux qui fréquentent des églises où officient des prêtres de la Fraternité Saint-Pie X peuvent validement et légalement recevoir l’absolution sacramentelle.

Texte de la conférence en italien

4 comments

  1. Communiqué de la FSSPX

    Ce 21 novembre 2016, le Saint-Siège a rendu publique la Lettre apostolique du pape François, Misericordia et misera, du 20 novembre. Au n° 12 de ce document, le Saint-Père étend au-delà de l’Année de la Miséricorde la faculté de confesser accordée, le 1er septembre 2015, aux prêtres de la Fraternité Saint-Pie X :

    « Au cours de l’Année jubilaire, j’avais concédé aux fidèles qui, pour des raisons diverses, fréquentent les églises desservies par des prêtres de la Fraternité Saint-Pie X, la faculté de recevoir validement et licitement l’absolution sacramentelle de leurs péchés (cf. Lettre accordant l’indulgence à l’occasion du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde, 1er septembre 2015). Pour le bien pastoral de ces fidèles et comptant sur la bonne volonté de leurs prêtres afin que la pleine communion dans l’Eglise catholique puisse être recouvrée avec l’aide de Dieu, j’établis par ma propre décision d’étendre cette faculté au-delà de la période jubilaire, jusqu’à ce que soient prises de nouvelles dispositions, pour que le signe sacramentel de la réconciliation à travers le pardon de l’Eglise ne fasse jamais défaut à personne. »

    En ce 21 novembre, anniversaire de la déclaration que fit, en 1974, Mgr Marcel Lefebvre, on ne peut que rappeler la profession de foi du fondateur de la Fraternité Saint-Pie X : « Avec la grâce de Dieu, le secours de la Vierge Marie, de saint Joseph, de saint Pie X, nous sommes convaincus de demeurer fidèles à l’Eglise catholique et romaine, à tous les successeurs de Pierre, et d’être les ‘fideles dispensatores mysteriorum Domini Nostri Jesu Christi in Spiritu Sancto, dispensateurs fidèles des mystères de Notre-Seigneur Jésus-Christ dans le Saint-Esprit’. »

    Le 1er septembre 2015, la Maison générale avait publié le communiqué suivant qui conserve toute son actualité :

    « La Fraternité Saint-Pie X apprend, par la presse, les dispositions que le pape François a prises à l’occasion de la prochaine Année sainte. Dans le dernier paragraphe de sa lettre adressée, ce 1er septembre 2015, à Mgr Rino Fisichella, président du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation, le Saint-Père écrit : ‘J’établis, par ma propre disposition, que ceux qui, au cours de l’Année sainte de la Miséricorde, s’approcheront, pour célébrer le sacrement de la Réconciliation, des prêtres de la Fraternité Saint-Pie X recevront une absolution valide et licite de leurs péchés.’

    « La Fraternité Saint-Pie X exprime sa reconnaissance au Souverain Pontife pour ce geste paternel. Dans le ministère du sacrement de pénitence, elle s’est toujours appuyée, en toute certitude, sur la juridiction extraordinaire que confèrent les Normae generales du Code de droit canonique. A l’occasion de cette Année sainte, le pape François veut que tous les fidèles qui souhaitent se confesser aux prêtres de la Fraternité Saint-Pie X puissent le faire sans être inquiétés.

    « Lors de cette année de conversion, les prêtres de la Fraternité Saint-Pie X auront à cœur d’exercer avec une générosité renouvelée leur ministère au confessionnal, suivant l’exemple de dévouement inlassable que le saint Curé d’Ars a donné à tous les prêtres. »

    (Source : FSSPX/MG – DICI du 21/11/16)

  2. Courivaud

    Le courrier des lecteurs souligne, souvent pour s’en féliciter que le pape François 1er est rusé.

    En effet, il accorde des “privilèges” à la Fraternité Saint-Pie X en contrepartie de l’acceptation d’un magistère relativiste, tel que celui que l’on veut imposer à l’Eglise catholique au travers de l’exhortation apostolique “Amor laetitia”.

    Je serais la Fraternité Saint-Pie X, je me méfierais de ce marché de dupes….surtout si l’on affirme remettre en cause le “corpus” de Vatican II et ses normes d’application, “Amor laetitia” compris.
    Les dirigeants de la Fraternité auront-ils l’intelligence d’un discernement éclairé, la vertu (au sens romain du terme) de s’opposer à des prélats – le pape actuel en fait partie – prêts à abdiquer face à l’esprit du monde, surtout lorsque cet esprit renoue avec le totalitarisme qui caractérisait le communisme, le libéralisme, le nationalisme dans sa version nationale socialiste ?

  3. Courivaud

    (suite)

    Je suis étonné par ailleurs, que personne dans “Riposte catholique” n’ait remarqué ni commenté cette phrase (EN LETTRES CAPITALES) figurant au point n° 12 de cette lettre apostolique, lequel, en outre “amalgame” cette concession à la Fraternité Saint Pie X et le fait de concéder aux prêtres sans limitation de durée, le pouvoir d’absoudre l’avortement, péché grave :

    Voici donc ce point n° 12 :

    “En fonction de cette exigence, et pour qu’aucun obstacle ne s’interpose entre la demande de réconciliation et le pardon de Dieu, je concède à tous les prêtres, à partir de maintenant, en vertu de leur ministère, la faculté d’absoudre le péché d’avortement. CE QUE J’AVAIS CONCEDE PENDANT LE TEMPS LIMITE DU JUBILE[14] EST ETENDU DESORMAIS DANS LE TEMPS, nonobstant toutes choses contraires. Je voudrais redire de toutes mes forces que l’avortement est un péché grave, parce qu’il met fin à une vie innocente. Cependant, je peux et je dois affirmer avec la même force qu’il n’existe aucun péché que ne puisse rejoindre et détruire la miséricorde de Dieu quand elle trouve un cœur contrit qui demande à être réconcilié avec le Père. Que chaque prêtre se fasse donc guide, soutien et réconfort dans l’accompagnement des pénitents sur ce chemin particulier de réconciliation.

    Au cours de l’Année jubilaire, j’avais concédé aux fidèles qui, pour des raisons diverses, fréquentent les églises desservies par des prêtres de la Fraternité Saint Pie X, la faculté de recevoir validement et licitement l’absolution sacramentelle de leurs péchés.[15] Pour le bien pastoral de ces fidèles et comptant sur la bonne volonté de leurs prêtres afin que la pleine communion dans l’Église catholique puisse être recouvrée avec l’aide de Dieu, j’établis par ma propre décision d’étendre cette faculté au-delà de la période jubilaire, jusqu’à ce que soient prises de nouvelles dispositions, pour que le signe sacramentel de la réconciliation à travers le pardon de l’Église ne fasse jamais défaut à personne”.

    Certes, la traduction n’est pas officielle, mais on dispose ici d’indices graves, précis et concordants de ce “marché” que le pape François veut passer avec la fraternité Saint Pie X.

    source :

    http://fr.radiovaticana.va/news/2016/11/21/lettre_apostolique_%E2%80%9Cmisericordia_et_misera%E2%80%9D/1273710

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *